Rejoignez-nous

Economie

La maison-mère de la société financière Greensill en liquidation

Publié

,

le

Cette faillite retentissante s'est traduite par de lourdes pertes chez Credit Suisse notamment. (archives) (© KEYSTONE/DPA/SINA SCHULDT)

La maison-mère de Greensill Capital, société financière dont la faillite le mois dernier secoue de nombreuses entreprises dans le monde et s'accompagne de répercussions politiques, a été placée en liquidation, d'après un communiqué jeudi.

Lors d'une réunion jeudi des administrateurs de la faillite avec 41 créanciers, dont Softbank, Credit Suisse, la fondation de la famille du fondateur Lex Greensill et l'Association des banques allemandes, "les créanciers ont décidé de placer l'entreprise en liquidation", annonce Grant Thornton, la société en charge de gérer le dépôt de bilan.

La liquidation signifie que les administrateurs n'ont pas trouvé de repreneurs après une tentative avortée de revendre certains actifs à la société d'investissement américaine Apollo.

Outre la maison-mère située en Australie, Greensill a déposé le bilan au Royaume-Uni où le gros de ses activités opérationnelles sont situées, et en Allemagne où elle possède une filiale bancaire.

"Les liquidateurs vont continuer à identifier des actifs (...) et gérer les développements en relation avec la gestion des dépôts de bilan de Greensill UK et de Greensill Bank AG", souligne le communiqué de Grant Thornton sans plus de précisions.

La chute de Greensill, qui était spécialisée dans les prêts à court terme aux entreprises pour qu'elles paient leurs fournisseurs, a déclenché une vague d'inquiétudes dans le secteur financier et dans l'industrie.

Dans un schéma qui peut rappeler les montages hasardeux de la crise financière de 2008, Greensill se finançait en transformant les dettes que lui devaient ces entreprises en produits financiers qu'elle vendait à de grands investisseurs.

Sa chute a été déclenchée par un assureur qui a refusé de renouveler sa couvertures de transactions.

Sa structure et ses transactions opaques ont généré des soupçons de fraudes et des doutes sur la valorisation de ses actifs.

Cette faillite retentissante s'est traduite par de lourdes pertes chez Credit Suisse par exemple et menace l'empire industriel du magnat de l'acier anglo-indien Sanjeev Gupta, qui était l'un de ses principaux clients et emploie des dizaines de milliers de personnes en Australie, en France et au Royaume-Uni.

L'affaire a également des ramifications politiques au Royaume-Uni où l'ancien Premier ministre David Cameron est vertement critiqué pour ses activités de lobbying auprès du gouvernement britannique pour le compte de Greensill, dont il était conseiller, et a relancé le débat sur le copinage dans les hautes sphères politico-financières.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

L'ex-patron de Hugo Boss à la tête de Mammut

Publié

le

Mammut va être dirigé à partir du 1er septembre par Heiko Schäfer, ex-patron du groupe d'habillement allemand Hugo Boss. (archives) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'équipementier sportif de montagne Mammut va être dirigé à partir du 1er septembre par Heiko Schäfer, ex-patron du groupe d'habillement allemand Hugo Boss.

Avec la nomination de M. Schäfer, "Mammut va accélérer la croissance profitable et le renforcement de ses marques", a indiqué l'entreprise vendredi dans un communiqué. Le nouveau patron de la marque au mammouth a précédemment travaillé pour l'équipementier sportif allemand Adidas et a dirigé Hugo Boss.

Greg Nieuwenhuys, qui avait dirigé l'entreprise à titre intérimaire depuis septembre 2021 en tant que président exécutif, abandonne sa double casquette pour reprendre les seules commandes du conseil d'administration.

En avril 2021, l'usineur de tôle spécialisée Bystronic (ex-Conzzeta) avait cédé Mammut à la société d'investissement britannique Telemos Capital. La valeur d'entreprise avait été évaluée à 230 millions de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Achetée plus chère, l'électricité sera aussi facturée plus chère

Publié

le

Les prix définitifs seront connus fin août. Ils seront publiés par la Commission fédérale de l’électricité (archives). (© KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

La moitié des entreprises d’approvisionnement en énergie vont augmenter d'au moins 20% leurs tarifs l'an prochain, selon un sondage de l'Association des entreprises électriques suisses (AES). Un ménage de cinq pièces devra donc payer 180 francs de plus.

Pour les entreprises commerciales, par exemple une grande boulangerie ou un restaurant, avec une consommation annuelle de 150'000 kWh, il faut s'attendre à des coûts supplémentaires d'environ 6000 francs, estime l'AES vendredi dans un communiqué.

L'association a mené son enquête auprès de ses membres en mai. Le sondage doit être considéré comme une première estimation, car l'approvisionnement n'est pas encore terminé. Les prix définitifs pour les clients finaux à l'approvisionnement de base seront disponibles fin août. Ils seront publiés par la Commission fédérale de l'électricité.

Les prix du marché ont fortement augmenté en 2021, notamment en raison de la hausse des prix des combustibles et du CO2 ainsi que des pannes et des arrêts de centrales. Fin 2021, les prix de l'électricité sur les marchés de gros ont atteint des valeurs les plus élevées, et de loin, depuis 13 ans. Le conflit en Ukraine renforce encore la hausse des prix.

Pour mémoire, le gestionnaire du réseau Swissgrid a annoncé en mars qu'il allait également augmenter ses tarifs. Un ménage, dont la consommation annuelle s'élève à 4500 kWh, paiera en 2023 en moyenne 20 francs de plus pour ses prestations. En cause: des exigences réglementaires et la reprise désormais achevée de l'infrastructure du réseau.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La STEP régionale de La Côte franchit une nouvelle étape

Publié

le

La STEP régionale unique de la Côte doit remplacer les quatre stations existantes (photo symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le projet de station d'épuration régionale sur La Côte poursuit son avancée. Le conseil intercommunal de l'Association intercommunale pour l'épuration des eaux usées de la Côte (APEC) a accepté jeudi une demande de crédit (2e phase) de 8,56 millions de francs pour l'étude de la réalisation de la nouvelle STEP, qui sera basée à Gland (VD).

Cette STEP régionale unique doit remplacer les quatre stations existantes. Le projet, estimé à ce stade à près de 100 millions de francs, réunit 30 communes de la Côte. La planification actuelle prévoit le début des travaux pour 2023 et une mise en service en 2025. A terme, la STEP doit permettre de traiter les eaux usées de 120'000 équivalents habitants.

Le Plan d'affectation (PA), qui demeure de la seule compétence de la Municipalité de Gland, est depuis début avril en examen auprès des services cantonaux. Une fois d'éventuelles modifications sollicitées par le Canton intégrées, le PA sera mis à l'enquête publique l'automne prochain. Il devra ensuite être approuvé par le Conseil communal de Gland et enfin par le Département des institutions et du territoire (DIT), indique vendredi l'APEC dans un communiqué.

Le projet sera financé à hauteur d'environ 20% par la Confédération et l'Etat de Vaud, dans le cadre du plan cantonal micropolluants.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Richemont: forte hausse des résultats annuels

Publié

le

Richemont a enregistré au cours de son exercice décalé 2021/22 des résultats en forte hausse, portés notamment par les Etats-Unis. (archives) (© KEYSTONE/EPA/RICHEMONT / YVES-ANDRE.CH / HANDOUT)

Le groupe de luxe Richemont a enregistré au cours de son exercice décalé 2021/22 des résultats en forte hausse, portés notamment par les Etats-Unis.

Le chiffre d'affaires de l'exercice clos fin mars s'est inscrit à 19,2 milliards d'euros (un peu plus de 19,7 milliards de francs au cours du jour), un bond de 46% sur un an et de 44% hors d'effets de change, un résultat qualifié de "record", indique vendredi un communiqué du propriétaire de Cartier.

Le bénéfice net s'est amélioré de 61% à 2,01 milliards d'euros. Le résultat opérationnel (Ebit) s'est envolé de 129,4% à 3,39 milliards et la marge afférente a progressé à 17,7%, contre 11,2% un an plus tôt.

Le conseil d'administration propose le versement d'un dividende ordinaire relevé de 12,5% à 2,25 francs par action au titre de l'exercice écoulé, auquel s'ajoute un dividende spécial de 1,00 franc.

Les résultats sont supérieurs aux attentes des analystes interrogés par AWP.

La division joaillerie, la plus importante qui inclut la marque Cartier, a vu ses recettes progresser de 49% et ses marges ont atteint 34,3%. Au niveau de l'horlogerie qui comprend Vacheron Constantin, le chiffre d'affaires a décollé de 53% et la marge opérationnelle s'est inscrite à 17,3%.

lk/buc

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Nestlé livre 22 tonnes de lait en poudre aux Etats-Unis

Publié

le

En raison de la pénurie de lait en poudre qui frappe les Etats-Unis, Nestlé va livrer 1,5 million de flacons de lait en poudre pour bébés qui seront livrés par avion militaire de Zurich à la ville de Plainfield, dans l'Etat de l'Indiana. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

En raison de la pénurie de lait en poudre qui frappe les Etats-Unis, le gouvernement américain fait appel à Nestlé.

A l'initiative du président Joe Biden et dans le cadre de l'opération "Fly Formula", 1,5 million de flacons de lait en poudre pour bébés du groupe de Vevey vont être transportés par avion de Zurich à la ville de Plainfield, dans l'Etat de l'Indiana.

Il s'agit de la première livraison intervenant dans le cadre de l'opération, a indiqué à AWP un porte-parole de l'ambassade américaine à Berne. Nestlé fournit trois produits d'alimentation pour nourrissons: Alfamino Infant, Alfamino Junior et Gerber Good Start Extensive HA. Ceux-ci ont été conçus pour les bébés qui ne supportent pas le lait de vache. "Ces produits ont été traités en priorité car ils répondent à un objectif médical important et sont disponibles en quantités limitées aux États-Unis", a déclaré le porte-parole.

La cargaison de 1,5 million de flacons de 8 onces, ou 240 millilitres, correspond à un poids de quelque 22 tonnes. Elle sera acheminée par un avion militaire, a précisé le porte-parole.

Initialement causée par des problèmes de chaînes d'approvisionnement et un manque de main-d'oeuvre en raison de la pandémie, la pénurie de lait pour nouveau-nés a été aggravée par la fermeture, en février, d'une usine du fabricant Abbott dans le Michigan, après un rappel de produits soupçonnés d'avoir provoqué la mort de deux nourrissons.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture