Rejoignez-nous

Economie

Energies renouvelables pour réduire les coûts d'électricité (étude)

Publié

,

le

Développer les énergies renouvelables permet des économies de coûts dans la production d'électricité, selon une étude de l'EPFZ (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Développer les énergies renouvelables permet de réduire les coûts du système électrique, selon une étude de l'EPFZ. Les trois scénarios examinés s'avèrent plus avantageux que la poursuite de la politique actuelle basée sur les énergies fossiles.

L'étude, relayée par la SonntagsZeitung, a été mandatée par le spécialiste en énergie Helion, l'association Swissolar ainsi que le conseiller national Jürg Grossen (PVL/BE). Tous trois ont développé leurs propres modèles énergétiques, dont la faisabilité a été vérifiée par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), indiquent les trois mandants dimanche dans un communiqué.

La haute école a comparé leurs modèles au scénario "Poursuite de la politique actuelle" (PPA), basé sur les énergies fossiles, des Perspectives énergétiques 2050+ de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Sur la base des coûts de production, les trois modèles présentent un coût de l’électricité inférieur à celui du scénario PPA.

Les modèles énergétiques d’Helion, Swissolar et Grossen impliquent respectivement 4%, 3% et 4% d’économies de coûts par rapport au scénario PPA. Des économies non seulement en matière d’électricité, mais pour l’ensemble du système énergétique, selon l'étude.

Investissements nécessaires

Le modèle Helion affiche les coûts les plus bas pour le système électrique, soit 51 milliards de francs d’ici 2050. Il mise sur un développement accéléré du photovoltaïque et l'intégration des batteries de voiture dans le système énergétique.

Le modèle Swissolar engendre les coûts les plus élevés, à savoir 59 milliards de francs. Il prévoit lui aussi de doper le photovoltaïque, en exploitant notamment les surfaces disponibles dans l’espace alpin. Quant au Roadmap Grossen, qui comprend une forte production nationale d’hydrogène, son coût se situe à 56 milliards d’ici 2050.

Les économies sont possibles grâce la forte électrification des secteurs du transport et du chauffage, expliquent les auteurs. La décarbonation de ces secteurs permettrait d’économiser jusqu’à 52 milliards de francs de combustibles et carburants fossiles d’ici 2050.

Des investissements sont toutefois aussi nécessaires avec ces modèles. Développer la production de chaleur renouvelable et des réseaux de chaleur (par exemple le chauffage urbain), ainsi que des infrastructures de recharge et de ravitaillement entraîne un surcoût de 20 milliards de francs. Les surcoûts engendrés par l’extension du réseau de distribution s’élèvent à 11 milliards d’ici 2050.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Economie

Julius Bär panse les plaies de l'affaire Signa au 1er semestre

Publié

le

Cette année, 250 postes doivent être supprimés chez Julius Bär, mais le groupe veut recruter 60 à 65 conseillers clientèle. (archive) (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le gestionnaire de fortune Julius Bär a continué de se remettre au premier semestre des conséquences de l'affaire Signa qui lui a valu un lourd amortissement. La banque zurichoise, qui vient de nommer un nouveau patron, a confirmé ses objectifs.

Sur les six premiers mois de 2024, le produit d'exploitation a baissé de 4% à 1,95 milliard de francs, alors que le résultat ajusté avant impôts a reculé de 14% à 542 millions, a annoncé l'établissement jeudi dans un communiqué.

Le bénéfice net selon la norme comptable IFRS a quant à lui atteint 452 millions, en chute de 15% sur un an.

Le rapport ajusté entre les coûts et les revenus s'est affiché à 71%, contre 65,3% un an auparavant. Fin juin, Julius Bär gérait des avoirs à hauteur de 474 milliards, en hausse de 11% comparé à la fin de l'année dernière, alors que les afflux d'argent nouveau ont chuté à 3,7 milliards, après 7,1 milliards de francs au premier semestre 2023.

Ces chiffres clés sont mitigés comparé aux prévisions des analystes interrogés par l'agence AWP. Alors que les afflux de fonds et les avoirs sous gestion ont quelque peu dépassé les attentes, le ratio coûts-revenus est moins bon qu'anticipé.

Jusqu'à présent, la banque anticipe entre 2023 et 2025 une marge avant impôts ajustée entre 28 et 31 points de base et un rapport entre les coûts et les recettes "inférieur à 64%". Le bénéfice avant impôts doit afficher une croissance supérieure à 10% par an et le rendement des fonds propres durs (CET1) doit dépasser 30%.

Face aux lourds amortissements inscrits dans le cadre des crédits accordés au groupe autrichien en faillite Signa, l'établissement zurichois avait relevé en février son objectif d'économies brutes à 130 millions de francs, contre 120 millions précédemment. Cet objectif devrait être dépassé, a assuré la banque.

Cette année, 250 postes doivent être supprimés, mais parallèlement le groupe veut recruter 60 à 65 conseillers clientèle.

Mardi, Julius Bär a annoncé avoir enfin trouvé un nouveau directeur général, mettant fin à des mois de recherche. Stefan Bollinger, actuellement associé de la banque américaine Goldman Sachs, prendra au plus tard début février 2025 les commandes, succédant à Philipp Rickenbacher, parti après l'affaire Signa.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Valiant stagne dans son coeur de métier au premier semestre

Publié

le

La direction de Valiant a confirmé son objectif annuel de dégager un bénéfice net en hausse. (archive) (© KEYSTONE/MANUEL LOPEZ)

Le groupe bancaire Valiant commence à ressentir les effets des baisses des taux d'intérêts dans sa principale activité de crédit, dont les recettes semestrielles ont stagné malgré des volumes en progression.

La croissance a cependant été au rendez-vous pour les autres affaires, avec des effets favorables sur la rentabilité. Principale source de revenus, les opérations d'intérêts ont permis de dégager un résultat net de 196,0 millions de francs, stable (+0,3%) sur un an, indique jeudi le groupe bernois dans un communiqué. Cette stagnation s'explique par "l'environnement de taux ainsi que par le fait que Valiant n'a pas modifié les taux d'intérêt passifs jusqu'à fin juin 2024".

L'activité de gestion a généré des recettes de commissions gonflées de 10,6% à 44,4 millions de francs, alors que le produit des opérations de négoce a bondi de 32% à 26,5 millions. Les revenus globaux ont ainsi augmenté de 3,9% à 276,5 millions. Les charges opérationnelles ont été réduites de 1,1% à 149,1 millions de francs en raison d'un effet unique liés à une contribution spéciale à la caisse de pension du personnel lors de l'exercice précédent.

Le résultat opérationnel s'est inscrit à 116,8 millions de francs, soit une poussée de 11,4%. Le bénéfice présente une augmentation de 71,3 millions, après la constitution d'une réserve de 24 millions de francs pour risques bancaires généraux.

Les volumes de créances hypothécaires ont grappillé 1,4% sur six mois à 28,61 milliards de francs, alors que les dépôts clientèle ont fait du surplace (+0,6%) à 22,37 milliards. A fin juin, la somme au bilan atteignait 36,35 milliards (+0,7%).

La direction confirme son objectif annuel de dégager un bénéfice net en hausse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Bénéfice semestriel de la BNS attendu à plus de 50 milliards

Publié

le

D'avril à juin, la BNS a profité de la hausse des marchés boursiers et du prix de l'or. (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

La BNS devrait afficher une légère perte au deuxième trimestre, selon les économistes d'UBS. En additionnant le profit des trois premiers mois de près de 60 milliards de francs suisses, le bénéfice du premier semestre devrait se situer entre 50 et 60 milliards.

Pour le deuxième trimestre, les spécialistes n'excluent toutefois pas la possibilité "d'un léger bénéfice". Le résultat devrait se situer -7 et 3 milliards de francs, précise UBS dans un communiqué publié mercredi.

D'avril à juin, la Banque nationale suisse (BNS) a profité de la hausse des marchés boursiers et du prix de l'or, selon les experts. Ainsi, les actions mondiales ont enregistré une hausse d'un peu plus de 2% entre avril et juin, prolongeant leur forte performance du premier trimestre. "Dans ce contexte, nous pensons que la BNS a réalisé un bénéfice de plus de 4 milliards de francs sur son portefeuille d'actions de près de 200 milliards de francs".

Le prix de l'or ayant continué de grimper, les économistes d'UBS s'attendent également à ce que la banque nationale génère un bénéfice d'environ 4 milliards sur son or. Les revenus récurrents, tels que les dividendes et les intérêts, devrait quant à eux aussi rapporter 4 milliards environ.

Néanmoins, les mouvements de change ont pour leur part probablement entraîné une perte de 5 à 10 milliards durant la même période, relèvent-ils.

Les rendements des emprunts d'Etat ayant vraisemblablement légèrement augmenté, cela devrait avoir également pesé sur les bénéfices de la BNS à hauteur de 5 milliards.

Malgré le bénéfice élevé du premier semestre, une distribution à la Confédération et aux cantons l'année prochaine reste incertaine, prévient la grande banque. "La BNS doit d'abord couvrir une perte de bilan de 53 milliards de l'année dernière, puis procéder à des attributions à la provision pour les réserves monétaires".

Ne pas extrapoler

"Si elle s'en tient à la règle selon laquelle une attribution de 10% de la provision pour réserves, qui s'élève actuellement à 115 milliards de francs, la BNS devrait dégager un bénéfice d'au moins 65 milliards de francs pour l'année en cours pour procéder à une distribution minimale. Pour une distribution maximale, le bénéfice pour l'ensemble de l'année devrait être supérieur à 105 milliards", expliquent-ils.

Selon eux, les bons résultats du premier semestre ne doivent pas être projetés sur le reste de l'année. "Les actions ont gagné 11% au cours du premier semestre de l'année, ce qui est nettement supérieur à la moyenne annuelle à long terme d'environ 6%. L'affaiblissement du franc a également contribué de manière significative aux bénéfices du premier semestre, à hauteur d'environ 30 milliards de francs", soulignent-ils.

Dans le cas où la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne abaissent leurs taux d'intérêt directeurs au cours du second semestre, "le franc suisse devrait s'apprécier sensiblement par rapport à l'euro et au dollar américain, ce qui représente un risque important pour les résultats de la BNS au cours des prochains trimestres", avancent le experts.

La BNS publiera ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de cette année le 31 juillet prochain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Banco Santander a dégagé un nouveau bénéfice record au 1er semestre

Publié

le

Santander explique cette dynamique notamment par l'arrivée de près de 4 millions de nouveaux clients, principalement au Brésil (+3,1 millions). (archive) (© KEYSTONE/AP/MANU FERNANDEZ)

Le géant bancaire espagnol Banco Santander a annoncé mercredi qu'il révisait en hausse ses prévisions pour 2024, après avoir dégagé un nouveau bénéfice record au premier semestre. L'établissement a tiré profit de la hausse de ses marges et de nouveaux clients.

La première banque espagnole, fortement implantée en Europe mais aussi en Amérique latine, a dégagé au total 6,06 milliards d'euros de profit net sur les six premiers mois de cette année, contre 5,24 milliards d'euros lors du premier semestre 2023. Ce montant, qui constitue un nouveau record semestriel pour l'entreprise, est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient sur six milliards d'euros de bénéfice net.

Il pourrait permettre au géant espagnol, qui a revu à la hausse ses objectifs pour 2024 avec un ratio de rentabilité supérieur à 16%, d'atteindre le cap symbolique des 12 milliards de profits sur l'exercice en cours, après le record de 11,08 milliards de l'an dernier. "Dans un environnement géopolitique volatil, nous sommes confiants dans notre capacité à atteindre nos nouveaux objectifs grâce à la diversification de nos activités et de nos marchés", souligne dans un communiqué la présidente du groupe, Ana Botin.

Santander explique cette dynamique par la croissance de ses marges opérationnelles, par un meilleur contrôle de ses coûts et par une forte activité commerciale, avec l'arrivée de près de 4 millions de nouveaux clients, principalement au Brésil (+3,1 millions). Le groupe espagnol, devenu ces dernières années l'un des établissements bancaires les plus rentables en Europe, a ainsi dégagé un produit net bancaire - équivalent de son chiffre d'affaires - de 23,46 milliards d'euros, soit 12% de plus qu'il y a un an.

Ces bons résultats ont largement compensé la hausse des provisions faite par le groupe en raison de l'impôt exceptionnel sur les grands groupes financiers instauré début 2023 par le gouvernement de gauche espagnol, afin de financer des mesures de soutien au pouvoir d'achat. Cet impôt, pour lequel Santander avait annoncé avoir provisionné 335 millions d'euros au début de l'année 2024, et contre lequel le groupe n'a cessé de ferrailler ces derniers mois, doit rapporter trois milliards d'euros en deux ans à l'Etat espagnol.

Il devait initialement prendre fin en 2024, mais l'exécutif a choisi de le pérenniser, en raison de la persistance d'une forte inflation qui l'a conduit à prolonger certaines mesures de soutien aux consommateurs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

BNP Paribas: le bénéfice net bondit de plus de 20% au 2e trimestre

Publié

le

La banque de financement et d'investissement a vu son chiffre d'affaires croître de 12,1% notamment grâce à une forte hausse des activités sur les marchés actions en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et aux Amériques. (archive) (© KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT)

Le géant bancaire français BNP Paribas a annoncé mercredi un bénéfice net en hausse de 20,8% sur un an au deuxième trimestre, à 3,4 milliards d'euros. L'établisseement a notamment tiré profit d'une dynamique commerciale favorable.

D'avril à juin, le produit net bancaire du groupe (PNB), équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, s'élève à 12,27 milliards d'euros, "grâce à la dynamique commerciale des pôles opérationnels", a indiqué dans un communiqué le directeur général Jean-Laurent Bonnafé. Une hausse de près de 8% en comparaison avec un deuxième trimestre 2023 où il avait été freiné par l'évolution de la politique monétaire, les marchés actions et l'immobilier.

Ces résultats dépassent les attentes des analystes interrogés par le fournisseur de données Factset et l'agence financière Bloomberg, qui tablaient sur respectivement 2,9 et 2,7 milliards d'euros de résultat net, et environ 11,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Sur le premier semestre, le chiffre d'affaires ressort à 24,7 milliards d'euros, en hausse de 5,8% tandis que le bénéfice net baisse de plus de 10% à 6,5 milliards, reflétant la performance exceptionnelle du groupe au premier semestre 2023 avec "l'impact de la cession de Bank of the West", mais également la contribution à la constitution du Fonds de Résolution Unique.

En données distribuables, qui permet une comparaison hors effets de périmètre, le résultat net du premier semestre reste stable, et le produit net bancaire connaît une petite hausse de 1,7%. La banque de financement et d'investissement a vu son chiffre d'affaires croître de 12,1% au deuxième trimestre à 4,5 milliards d'euros notamment grâce à une forte hausse des activités sur les marchés actions dans les régions Europe, Moyen-Orient, Afrique et Amériques, souligne le communiqué.

Les revenus de la branche banques commerciales, leasing automobile, et paiement restent stables au deuxième trimestre, mais le bénéfice net est lui en recul de 24%. La branche protection, épargne, investissement et services immobiliers voit elle son chiffre d'affaires augmenter de 3%.

Le coût du risque, c'est-à-dire les sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits consentis, a lui connu une hausse au deuxième trimestre par rapport au premier, passant de 29 points de base des encours de crédits à la clientèle, soit 640 millions d'euros, à 33 points de base, à 752 millions, intégrant un "dossier spécifique" non divulgué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture