Rejoignez-nous

Suisse

Eglise catholique: Charles Morerod hospitalisé d'urgence

Publié

,

le

CREDIT: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Charles Morerod, l'évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, a dû être hospitalisé d'urgence mercredi. Il a subi une intervention chirurgicale, indique jeudi son diocèse sans vouloir en dire davantage pour le moment.

"Nous lui souhaitons un prompt et complet rétablissement", conclut le bref communiqué du diocèse.

L'hospitalisation est intervenue au lendemain de la publication d'une étude pilote de l'Université de Zurich sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique en Suisse. Charles Morerod avait pris position mercredi dans les médias en qualifiant cette étude de "bouleversante".

L'évêque a lui-même été accusé dans la dernière édition du Sonntagsblick de ne pas être intervenu après le signalement de cas d'abus. Le Fribourgeois a relevé qu'il ne pouvait pas commenter ces accusations car les "faits ont été déposés aux organes compétents", à savoir la justice de l'Etat et celle de l'Eglise. Il ne veut pas interférer dans le travail de ces enquêtes, mais attend leurs résultats "avec sérénité".

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Environnement

La récolte de cerises s'annonce très bonne

Publié

le

Les cerises suisses ne sont pas seulement un délice, mais elles sont aussi très saines, rappelle Fruit-Union suisse (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La saison principale des cerises suisses a débuté et durera les cinq prochaines semaines. Fruit-Union Suisse s'attend à une "très bonne récolte" de 2600 tonnes. Les consommateurs ont de quoi se réjouir, car la qualité des cerises indigènes s'annonce excellente.

Les cultures de cerises se présentent bien malgré les nombreuses précipitations, écrit l'association mercredi. Comme les variétés atteignent leur maturité à des dates différentes, les cerises suisses seront disponibles jusqu'à la fin juillet.

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

L'agriculture obtient 13,8 milliards pour 2026-2029

Publié

le

L'agriculture recevra près de 14 milliards de francs pour la période 2026-2029 (illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'agriculture obtient 13,8 milliards de francs pour la période 2026-2029, en baisse de 230 millions par rapport à la période actuelle. Le Conseil fédéral a transmis mercredi son message au Parlement. Il a finalement atténué les coupes prévues.

Le montant total est inférieur de 1,6% à celui de la période en 2022-2025. Cette différence s'explique par les réductions prévues par le Conseil fédéral dans le cadre du budget 2025. L'agriculture participera par là également aux mesures d'économie, afin d'alléger le budget ordinaire et respecter ainsi le frein à l'endettement, écrit le gouvernement dans un communiqué.

Initialement, le Conseil fédéral prévoyait des coupes à hauteur de 347 millions. Il a revu sa copie après la consultation, suite aux protestations de plusieurs partis et cantons.

Avec ce message, le Conseil fédéral souhaite soutenir davantage l'adaptation nécessaire de la production agricole aux conséquences du changement climatique. La plus grande part des moyens alloués est toujours destinée aux paiements directs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La Suisse 4e dans l'indice du WEF sur la transition énergétique

Publié

le

La Suisse est considérée parmi les meilleurs pour la régulation sur les énergies renouvelables (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse gagne un rang dans l'indice du Forum économique mondial (WEF) sur la transition énergétique. Dans un rapport publié mercredi à Genève, l'organisation relève que le décalage entre pays riches et pays en développement diminue.

Selon l'indice du WEF, la Suisse est notamment troisième parmi 120 pays sur la régulation et les engagements politiques. Plus largement, les investissements dans les énergies renouvelables augmentent dans le monde, ajoute l'organisation.

La volatilité économique, les tensions politiques et les changements technologiques restent problématiques. Au total, 83% des pays ont fait face à une détérioration sur l'une des composantes de l'indice au moins, de la durabilité à la sécurité en passant par l'approche équitable, rendue difficile par l'augmentation des prix ces dernières années.

Une amélioration est en revanche observée sur l'efficience énergétique et le recours aux technologies vertes.

Pays nordiques en pointe

Les pays nordiques arrivent toujours dans les trois premières places, la Suède et le Danemark étant rejoints cette année par la Finlande.

Parmi les pays émergents, la Chine et le Brésil se trouvent toujours dans les 20 premiers, sans pour autant pour le moment pouvoir encore figurer dans les dix meilleurs. Même si les disparités entre pays riches et en développement diminuent, l'investissement reste surtout mené dans les premiers et en Chine.

Il faut un soutien financier pour garantir une amélioration dans tous les pays, ajoute le WEF. Selon l'organisation, les innovations technologiques et l'intelligence artificielle (IA) peuvent constituer des solutions face à ces difficultés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le MPC demande un renforcement du contre-espionnage

Publié

le

Le Procureur général de la Confédération Stefan Blättler s'est exprimé dans la NZZ sur l'affaire de l'espion russe présumé démasqué avant la conférence sur la paix en Ukraine. (archives) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse doit renforcer ses activités de contre-espionnage, estime le Procureur général de la Confédération Stefan Blättler. L'enquête menée contre un espion russe présumé n'est pas un cas isolé, indique le magistrat dans une interview sans donner plus de détails.

En communiquant de manière plus détaillée sur cette affaire, le Ministère public de la Confédération (MPC) a voulu donner un signal, explique Stefan Blättler dans une interview publiée mercredi par la Neue Zürcher Zeitung. Autrement dit: "Vous ne pouvez pas simplement nous marcher sur les pieds".

Quelques semaines avant la conférence sur la paix en Ukraine, les autorités suisses ont arrêté un agent russe présumé. L'affaire a été révélée par Tamedia. Selon cette source, l'homme avait noué des contacts en vue de se procurer des armes et des substances dangereuses en plusieurs endroits du pays. Aucun indice de préparatifs d'attentat en Suisse n'a été mis finalement en évidence, comme l'a indiqué mardi le MPC à Keystone-ATS.

Défendre les valeurs occidentales

Stefan Blättler justifie sa retenue dans l'interview de mercredi par le fait que des intérêts différents sont touchés dans le cas des délits contre la sécurité de l'Etat que dans le cas des autres délits. "Si nous ne communiquons rien, ça ne veut pas dire que nous ne faisons rien". La poursuite pénale est un élément important dans le dispositif de sécurité de la Suisse.

Par sa culture et ses idéaux, la Suisse est ancrée dans le monde occidental et elle est attachée à ses valeurs, indique le Procureur général. "Lorsque ces valeurs sont attaquées, cela doit aussi entraîner des conséquences pénales."

La menace demeure élevée

La menace que font peser sur la Suisse les services d'espionnage étrangers, russes et chinois en particulier, demeure élevée, a indiqué une porte-parole du Service de renseignement de la Confédération (SRC) à Keystone-ATS, confirmant les informations de Tamedia.

Actuellement, la menace la plus importante vient des services russes. Le réseau d'espions russes agissant en Suisse sous couverture diplomatique serait le plus dense d'Europe. Cela serait notamment dû, selon le SRC, au grand nombre d'organisations internationales établies en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Finma: blanc-seing à la reprise de Credit Suisse par UBS

Publié

le

La banque aux trois clés a déjà apposé son sceau sur le siège de feu sa concurrente aux deux voiles. (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) est parvenue à la conclusion que la fusion d'UBS et de Credit Suisse ne menace en rien la concurrence dans aucun segment du marché.

La Finma avait déjà informé la Commission de la concurrence (Comco) avant l'annonce de la fusion des deux banques qu'elle assumerait la responsabilité de l'évaluation du droit de la concurrence, comme le prévoit la loi, rappelle mercredi le gendarme des marchés financiers dans un communiqué. Depuis, la Finma a évalué de concert avec la Comco de nombreuses déclarations de concurrents, d'associations et de clients spécifiques.

Au terme de sa procédure de contrôle, la Finma conclut que la fusion d'UBS avec Credit Suisse ne menacera en rien la concurrence dans aucun segment du marché, même si UBS a pu renforcer sa position dans certains segments. La Finma achève donc sa procédure de contrôle sans conditions, exigences ou examens complémentaires.

Le 19 mars 2023, la Finma avait approuvé dans l'urgence la fusion des deux grandes banques conformément au droit de la concurrence, rappelle le communiqué. Elle avait justifié cette mesure par l'intérêt de la protection des créanciers et par la nécessité d'éviter des dommages plus importants à la place financière suisse et à la place financière internationale.

L'intervention immédiate de la Finma correspondait à la procédure prévue par la loi. C'est pourquoi la Finma remplace la Comco dans les fusions qui semblent nécessaires pour des raisons de protection des créanciers.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture