Rejoignez-nous

Mobilité

Les CFF étudient des améliorations entre l'aéroport et le Jura

Publié

,

le

(© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les CFF planchent sur des améliorations de leur projet d'horaire 2025 sur la ligne du Pied du Jura, entre l'Arc jurassien et Genève-Aéroport. Des trains directs devraient être ajoutés et les correspondances facilitées, de quai à quai en gare de Renens (VD).

"A Renens, les correspondances quai à quai ne sont actuellement pas possibles à cause de la configuration de la gare. Les CFF ont cependant la volonté d'offrir ces correspondances facilitées. Des études sont en cours pour déterminer quelles infrastructures sont nécessaires et à quel horizon cela serait possible", a indiqué vendredi à Keystone-ATS le porte-parole des CFF Frédéric Revaz, confirmant une information du "19h30" de jeudi sur la RTS.

L'idée est d'éviter ainsi les changements de trains d'un quai éloigné d'un autre en empruntant des rampes et des passages sous-voies en gare de Renens.

"Pour la liaison Genève-Pied du Jura, les CFF ont aussi la volonté de proposer plus de liaisons directes, des études horaires sont en cours ainsi que des discussions avec la branche du transport des marchandises (fret) pour libérer et obtenir des sillons", explique aussi le porte-parole.

Réponse d'ici la fin de l'année

Les conclusions de ces différentes études sont attendues d'ici la fin de l'année, selon M. Revaz.

L'horaire 2025 des CFF, présenté en mai dernier, avait provoqué une levée de boucliers en Suisse romande, même s'il est lié à de gros chantiers de rénovation des infrastructures. Il prévoit la suppression de la plupart des trains directs sur la ligne Genève-Neuchâtel-Bienne-Zurich, sauf aux heures de pointe.

Certes, les cadences entre l'Arc jurassien et Lausanne seront doublées. Mais les inconvénients l'emportent aux yeux des critiques. Notamment le fait que les voyageurs se rendant à Genève ou Genève-Aéroport depuis l'Arc jurassien (ou dans le sens inverse) devront souvent passer par Renens ou Lausanne pour changer de train. D'où une perte d'attractivité de la liaison, selon les opposants.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mobilité

Femme mortellement happée par un train entre Villeneuve et Roche

Publié

le

Les trains ne circulaient que de manière restreinte entre Roche et Villeneuve vendredi en fin de journée (photo d'illustration) (© KEYSTONE/PABLO GIANINAZZI)

La perturbation du trafic ferroviaire vendredi en fin de journée entre Villeneuve et Roche (VD), sur la ligne Lausanne-Brigue, est due à un accident. Une Suissesse de 69 ans domiciliée en Valais a été happée par un train alors qu'elle traversait les voies hors passage à niveau. Son mari qui l'accompagnait est indemne.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le couple a traversé les voies lorsqu'un train arrivait de Villeneuve à grande vitesse peu après 15h00. Malgré un freinage d’urgence, le train n’a pas pu s’arrêter et a heurté la victime qui est décédée sur place, a indiqué en fin de soirée la police cantonale vaudoise dans un communiqué.

Le trafic ferroviaire sur la ligne Lausanne-Brigue a connu des perturbations jusqu'à 20h30. Les lignes régionales IR90, RE, RE33, R3 et R4 ont été concernées, avec des retards et des suppressions de trains. Les voyageurs entre Villeneuve-gare et Aigle-gare et inversement ont dû utiliser les bus de remplacement, a précisé l'ex-régie fédérale.

Les lignes longues distances ont circulé avec un retard d'une dizaine de minutes et sur une seule voie, ont précisé les CFF, interrogés par l'agence Keystone-ATS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Les bateaux desservent à nouveau le débarcadère de Cully (VD)

Publié

le

Les bateaux de la CGN desservent à nouveau Cully. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Le débarcadère de Cully (VD) est à nouveau opérationnel, après trois mois de travaux. L'installation avait été malmenée en mars dernier lors d'une tempête de vaudaire qui avait fortement endommagé le Simplon, un bateau Belle-Epoque de la CGN.

Depuis vendredi, les bateaux s'arrêtent à nouveau à Cully. "Je suis arrivé à 09h34 avec le premier bateau qui a accosté", a déclaré Pierre Imhof, directeur de la CGN, lors de l'inauguration en présence du syndic de Bourg-en-Lavaux Jean-Pierre Haenni.

Les travaux ont duré près de trois mois. Tout le monde a "joué le jeu", les autorités comme les entreprises. "C'était une gageure de réussir à le remettre en service après si peu de temps. C'est vrai que c'était long pour les personnes qui ont l'habitude de l'utiliser. Mais techniquement, il aurait été difficile de faire plus vite", a confié Pierre Imhof à Keystone-ATS.

Presque entièrement reconstruit

Le débarcadère a dû être presque entièrement reconstruit, à l’identique, avec quelques remises aux normes. Les travaux ont coûté environ 750'000 francs. "On a privilégié la rapidité de la remise en service. Maintenant, des discussions vont avoir lieu avec les assurances. On espère qu'elles prendront en charge la très grande majorité des coûts", a expliqué le directeur.

Pour rappel, le 28 mars, le Simplon avait subi une avarie moteur durant une course d'essai. En raison d'un fort vent, la compagnie avait renoncé à le remorquer au chantier naval à Ouchy et l'avait amarré à Cully. Mais durant la nuit, sous les coups de boutoir de la vaudaire (un vent du Léman), le bateau était venu frapper les rochers au bord des quais et s'était encastré dans le débarcadère.

Enquête en septembre

Pour l'heure, aucune estimation n'est donnée pour les dégâts au bateau le Simplon. L'analyse des expertises et des inspections est en cours. Une décision sera prise dans les mois à venir pour déterminer si les travaux viseront à réparer les dégâts et usures ou si une rénovation complète est préférable, indique la CGN.

Une enquête, confiée en avril à quatre experts indépendants, doit établir le déroulé des événements et établir les responsabilités. "Elle est toujours en cours. Les résultats devraient être communiqués en septembre", a ajouté M. Imhof.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Vol d'hélicoptères par mauvais temps: première mondiale en Suisse

Publié

le

Le nouveau système d'approche aux instruments des hélicoptères de la Rega en cas de mauvaise visibilité est utilisé à l'hôpital d'Interlaken (BE). (© Schweizerische Rettungsflugwacht)

La Rega est désormais autorisée à utiliser un nouveau système de vol aux instruments pour l'approche d'un hôpital. Elle est la première entreprise au monde à en disposer, selon elle qui l'a développé en étroite collaboration avec l'Office fédéral de l'aviation civile.

Outre la Garde aérienne suisse de sauvetage (Rega) et l'OFAC, le contrôleur aérien Skyguide et le constructeur d'hélicoptères Leonardo ont participé à la conception du système qui a duré cinq ans. Celui-ci a été introduit jeudi à l'hôpital d'Interlaken (BE), ont indiqué dans des communiqués séparés l'OFAC et la Rega.

Avec cette nouvelle procédure de vol à Interlaken, l'objectif est d'accumuler de l'expérience, selon l'OFAC. L'office fédéral collabore à cet effet avec l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) qui fixe les normes des nouvelles procédures pour hélicoptères qui doit permettre à ces appareils de décoller et d’atterrir de nuit et par temps de brouillard en toute sécurité sur des terrains difficiles.

En obtenant pour la première fois au monde l'autorisation d'utiliser le nouveau système, la Suisse peut contribuer de manière déterminante à l'élaboration de ces normes, a écrit l'OFAC.

La Rega, qui poursuit depuis des années sa vision de "sauver par tous les temps", travaille avec l'OFAC et les Forces aériennes sur un réseau suisse de routes de vol aux instruments à basse altitude. Dans ce réseau, ses hélicoptères suivent un itinéraire enregistré dans l'ordinateur de bord.

Le réseau relie les aéroports, les aérodromes, les bases de la Rega et surtout les hôpitaux, dont une dizaine y sont déjà intégrés. En Suisse romande, seul l'hôpital de La Chaux-de-Fonds en fait déjà partie. Pour les hôpitaux universitaires de Lausanne (CHUV) et Genève (HUG), ainsi que pour les établissements hospitaliers de Rennaz (VD), Porrentruy et Delémont, les procédures de vol aux instruments sont prêtes pour l'homologation depuis plusieurs mois.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Des travaux d'entretien des CFF vont impacter l'Arc lémanique

Publié

le

Quelque 6000 interventions pour travaux ont lieu chaque année sur le réseau romand des CFF (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Des travaux d'entretien des CFF dans l'Arc lémanique vont impliquer des modifications pour les voyageurs ces prochaines semaines. Les CFF recommandent de consulter les horaires en ligne avant le départ.

"Jusqu’au 19 août 2024, une liaison sur les six disponibles par heure et par sens (trains IR90 non-stop) est supprimée entre Genève-Aéroport et Lausanne pour permettre l’entretien de la voie sur environ sept kilomètres", ont fait savoir les CFF jeudi dans un communiqué.

Des travaux de renouvellement de voies entre Montreux et Villeneuve impliqueront également la suppression de certains trains grandes lignes entre le 21 juillet et le 14 août.

Par ailleurs, en raison du renouvellement de certaines lignes de contact, des trains seront remplacés par des bus entre Yverdon-les-Bains et Lausanne ou Morges les week-ends du 27-28 juillet et du 7-8 septembre. "Il faut prévoir un temps de parcours plus long sur ces itinéraires", préviennent les CFF.

Quelque 6000 interventions pour travaux ont lieu chaque année sur le réseau romand des CFF, alors que 2500 trains y circulent chaque jour, rappelle l'ex-régie fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Un concert de klaxon pour les 100 ans du "Tu-Ta-Tut" de carpostal

Publié

le

L'emblématique klaxon des cars postaux fête ses 100 ans. Son son si reconnaissable peut atteindre 120 décibels (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/STR)

Près de 700 cars postaux vont klaxonner à l'unisson ce mardi vers 10h00 dans toute la Suisse. Ce concert géant sera donné pour marquer les 100 ans du fameux avertisseur sonore à trois tons, qui est avec leur couleur jaune le signe le plus distinctif des cars postaux.

 

Introduits en 1924 pour réduire les accidents sur les routes des cols, à l'époque de plus en plus utilisées par les cars de la poste alpine mais aussi par des voitures privées, ces klaxons actionnés par un compresseur électrique peuvent atteindre les 120 décibels, rappelle CarPostal dans un communiqué.

Réglementée légalement, l'utilisation de cet avertisseur à trois tons est limitée aux routes postales de montagnes, reconnaissables grâce au panneau représentant un cor jaune sur fond bleu qui les borde. Ainsi, seuls 700 des 2300 cars postaux sont équipés de ce klaxon spécial, aussi appelé "cor postal."

Chaque corne est fabriquée à la main par l'entreprise Moser-Baer à Sumiswald (BE), à partir de laiton et d'aluminium. Elle est ensuite recouverte d'une fine couche de nickel pour la protéger des intempéries. Une fois assemblé, l'instrument est installé sous le plancher à l'avant du véhicule.

do dièse mi la

Les trois notes qu'il joue - do dièse, mi et la - sont tirées de l'ouverture de l'opéra "Guillaume Tell" de Gioachino Rossini.

C’est le canton des Grisons qui possède le réseau le plus dense de cors postaux, suivi par le Valais et le Tessin. Durant 30 secondes entre 09h55 et 10h00, le cor postal pourra retentir exceptionnellement sur d’autres tronçons de ces lignes, par exemple dans des villages ou dans des gares routières.

Les passantes et les passants ainsi que les voyageuses et les voyageurs sont cordialement invités à immortaliser ce moment avec leur téléphone portable et à poster leurs contributions sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Tu-Ta-Tut.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture