Rejoignez-nous

Suisse

Aucun joueur ne devine la bonne combinaison de l'Euro Millions

Publié

,

le

Pas moins de 42 millions de francs seront en jeu lors du prochain tirage vendredi, (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 12, 18, 35, 38 et 45, ainsi que les étoiles 2 et 8.

Lors du prochain tirage vendredi, 42 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

NOTE: Cette dépêche a été produite avec le soutien de la Loterie Romande. Elle a été générée automatiquement et relue avant diffusion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Le FC Lucerne engage le meilleur buteur de la Challenge League

Publié

le

Joaquin Ardaiz: un renfort de choix pour le FC Lucerne. (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Le FC Lucerne a réussi un joli coup sur le marché des transferts. Il annonce l'engagement du meilleur buteur de la Challenge League, l'Urugayen Joaquin Ardaiz.

Agé de 23 ans, le joueur du FC Schaffhouse s'est engagé pour trois saisons au FC Lucerne. Il retrouve ainsi la Super League après une première expérience bien mitigée à Lugano.

Joaquin Ardaiz a inscrit 20 buts lors de l'exercice 2021/2022 pour permettre au FC Schaffhouse de disputer le barrage de promotion/relégation contre le... FC Lucerne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le PLR se profile un an avant les élections fédérales

Publié

le

Les conseillers fédéraux Karin Keller-Sutter et Ignazio Cassis ont fait le déplacement dans les Alpes uranaises samedi pour participer à l'assemblée des délégués de leur parti, le PLR. (© KEYSTONE/PHILIPP SCHMIDLI)

Le PLR aspire à la sécurité pour la Suisse. Ses délégués ont adopté samedi à Andermatt (UR) une prise de position à ce sujet et se sont clairement prononcés en faveur de l'achat de l'avion de combat américain. Sur l'UE, le parti mise des Bilatérales III.

"Mon parti, le PLR, a redécouvert la sécurité nationale", a déclaré Peter Regli. L'ancien chef du service de renseignement a fait l'éloge du papier de position sur la sécurité, qui a été adopté par les délégués avec une seule voix contre.

Un an avant les élections fédérales

Ainsi, à un an des élections fédérales et à la lumière de la guerre en Ukraine, les libéraux-radicaux se prononcent pour le renforcement de la capacité de défense de la Suisse et la garantie de la sécurité d'approvisionnement en denrées alimentaires et en énergie.

"Nous avons négligé notre politique de sécurité au cours des 20 dernières années, notamment en ce qui concerne l'armée et sa mission", a déclaré le conseiller aux Etats radical uranais Josef Dittli, qui a présenté le papier de position contenant plus de 30 revendications.

Thierry Burkart, le président du PLR, est allé dans le même sens. Il a plaidé en faveur de l'acquisition de nouveaux avions de combat et d'une coopération plus étroite avec l'OTAN. Seule la coopération peut garantir la protection de la Suisse, estime-t-il.

Toujours dans le registre de la sécurité, si l'initiative populaire contre l'achat des avions de combat américains F-35 est soumis aux urnes, elle ne pourra pas compter sur le soutien du PLR. Les délégués l'ont rejetée par 236 voix contre 1.

Vers une réforme du statut S

Après la sécurité, la migration: Karin Keller-Sutter, qui a fait le déplacement dans les Alpes uranaises, tout comme le président de la Confédération Ignazio Cassis, s'est exprimée en faveur d'une politique "dure mais juste" dans l'intérêt de la Suisse comme des personnes concernées.

"Le statut S doit rester une protection temporaire et limitée à certaines situations exceptionnelles. Il ne peut pas être étendu à tous les groupes de réfugiés", comme on le demande parfois", a nuancé la conseillère fédérale.

Dans la foulée, les délégués ont adopté à l'unanimité un papier où il est notamment question de réformer le statut de protection S. Accordé actuellement à plus de 56'000 réfugiés ukrainiens, il devrait s'orienter à l'avenir davantage vers un retour dans le pays d'origine.

Bilatérales III

Autre thème central pour la Suisse, le PLR comme le gouvernement veulent avancer sur le dossier européen. M. Ignazio Cassis a exprimé la volonté du Conseil fédéral d'aller de l'avant. Il a toutefois souligné que l'UE devait aussi bouger dans les négociations.

Après l'échec des négociations sur un accord-cadre entre la Suisse et les 27, le Conseil fédéral est prêt à redéfinir les relations dans ce nouveau contexte, a déclaré le Tessinois. Le fossé qui reste à combler en vue des négociations ne peut toutefois pas être comblé uniquement par la Suisse.

Le Conseil fédéral est prêt à parler clairement pour montrer à l'UE une voie possible. Il veut sortir de la situation actuelle. Mais le Conseil fédéral n'est pas roi, il a besoin du peuple pour conclure un accord.

La Suisse doit lancer un nouveau paquet de négociations bilatérales avec l'Union européenne, estiment les délégués du PLR qui ont adopté un papier de position par 247 voix contre 1. Ces "Bilatérales III" doivent comprendre notamment l'électricité, les services financiers et la santé.

En cas de différends sur la mise en oeuvre d'un accord, ce dernier devrait être réglé par un comité mixte dans un premier temps, puis, si nécessaire, par un tribunal arbitral paritaire. Ce mécanisme écarterait la clause guillotine menaçant les anciens accords.

La politique européenne du PLR écarte toute adhésion à l'UE ou à l'EEE. A l'inverse, le parti refuse le démantèlement des relations avec Bruxelles au profit d'un simple accord de libre-échange.

Mot d'ordre

Les délégués se sont encore prononcés par 251 voix contre 3 en faveur de la suppression partielle de l'impôt anticipé, un sujet soumis au peuple suisse le 25 septembre prochain. La réforme veut exonérer les personnes morales domiciliées en Suisse et les investisseurs étrangers de l'impôt anticipé sur les placements suisses portant intérêts.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Un hélicoptère se crashe dans l'Oberland bernois: deux blessés

Publié

le

L'hélicoptère s'est écrasé dans la région du Wiriehorn dans le Diemtigtal. (© Swisstopo)

Un hélicoptère s'est écrasé samedi matin au Wiriehorn, dans l'ouest de l'Oberland bernois. Deux personnes ont été blessées, dont une grièvement.

L'accident s'est produit peu après 11h00, a indiqué un porte-parole de la police cantonale bernoise, confirmant une information parue sur le portail 20Minuten.ch. Deux personnes se trouvaient à bord de l'appareil civil au moment de l'accident, une autre personne avait déjà quitté l'hélicoptère.

Le pilote âgé de 49 ans et son assistant (26 ans) devaient récupérer une vache morte, a précisé la police cantonale bernoise dans un communiqué. Un autre assistant avait déjà été déposé au sol lorsque l'hélicoptère est entré en collision avec un câble. L'engin s'est écrasé et a pris feu. L'assistant de vol à bord a pu quitter l'hélicoptère par ses propres moyens et libérer le pilote de l'épave.

Des tiers ont apporté les premiers secours. Différents services de la police cantonale bernoise, deux équipes de sauvetage de la Rega, des pompiers ainsi que des secouristes du canton de Berne sont ensuite intervenus pour maîtriser le sinistre.

Le Wiriehorn se trouve dans le Diemtigtal, une région d'excursion connue et où se trouve un télésiège.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des averses bienvenues pour la nature

Publié

le

Les cumuls pluviométriques de ces derniers jours en Suisse romande ont été généralement compris entre 20 et 40 l/m2 en Suisse romande (archives). (© KEYSTONE/DPA/JULIAN STRATENSCHULTE)

Les pluies et orages tombés entre mercredi et vendredi ont complètement rattrapé par endroits le déficit de précipitation pour le mois de juin. Le Tessin a été particulièrement arrosé, de même que le Jura et la Suisse centrale.

Locarno a enregistré plus de 150 litres par mètre carré principalement durant la journée de vendredi. La Suisse centrale et le canton du Jura ont également été bien servis avec en moyenne 50 à 80 l/m2, selon les mesures de meteonews.

Sur le reste de la Suisse Romande, les cumuls pluviométriques sur ces derniers jours sont généralement compris entre 20 et 40 l/m2. Les cantons de Genève et de Fribourg ont été moins bien arrosés avec environ 10 à 15 l/m2, tandis que le Valais central est resté en marge avec seulement 3 à 10 l/m2.

Sur l'ensemble du mois de juin, les précipitations atteignent en moyenne entre 50 et 100 l/m2 en Suisse Romande et même un peu plus dans le Jura vaudois et sur les reliefs du Bas-Valais. Le reste du Valais a par contre connu nettement moins de précipitations, notamment en Valais Central et dans le Haut-Valais.

Les orages de ces derniers jours ont ainsi permis à certaines régions d'atteindre la norme de précipitations pour un mois de juin. C'est le cas en Suisse Romande pour la Vallée de Joux ainsi que l'Ajoie. Le déficit demeure en revanche plus ou moins marqué dans les autres régions, écrit le site privé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Ignazio Cassis: coopérer "avec les pays qui partagent nos valeurs"

Publié

le

Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, la définition de la neutralité suisse est remise en question. Pour le président de la Confédération Ignazio Cassis, la neutralité signifie coopérer avec les pays en phase avec les principes helvétiques.

"Il ne faut pas reconstruire la neutralité, mais continuer à la construire", pour que celle-ci reste crédible et reconnue auprès des pays qui partagent les mêmes valeurs que la Suisse, a indiqué celui qui est aussi ministre des affaires étrangères dans une interview publiée samedi dans les journaux ESH, La Liberté et le Journal du Jura. Selon lui, c'est un travail de longue haleine: "Il faut des décennies pour bâtir les institutions. Il ne faut pas tout changer en versant dans l'émotionnel."

"La reprise des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie était une décision politique orientée par les valeurs inscrites dans notre Constitution", des valeurs qui sont celles du monde occidental, a-t-il expliqué. Cette décision s'est justifiée "par une violente rupture du droit international, et par la violation de nos principes et de nos valeurs".

Conseil de sécurité de l'ONU

Il n'y a pas que la guerre en Ukraine qui a remis la neutralité au centre des discussions. L'élection de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU au début du mois y a aussi contribué.

L'ONU est une organisation neutre et universelle, a souligné M. Cassis. "Elle est l'addition de toutes les visions du monde qui essayent de trouver un chemin commun." Et de poursuivre: "La Suisse aura le rôle de facilitateur, de médiateur, de bâtisseur de ponts. Le but est de faire dialoguer les pays les plus puissants de ce monde."

Le président de la Confédération a encore rappelé qu'il a demandé un rapport visant à mener une réflexion globale sur la neutralité. Le document doit être soumis au gouvernement après l'été.

Conférence de Lugano

Ignazio Cassis s'est aussi exprimé sur la Conférence de Lugano, qui se tiendra les 4 et 5 juillet. Le but de la conférence est d'ouvrir le chemin de la reconstruction de l'Ukraine, a-t-il rappelé.

Une reconstruction qui sera longue et difficile, et dont les montants se chiffreront en centaines de milliards de dollars, selon lui. Mais l'Ukraine "doit pouvoir conserver un espoir, et imaginer un futur". Et de glisser que Berne fera le nécessaire en termes de sécurité si le président ukrainien Volodymyr Zelensky décide de venir physiquement à la conférence.

M. Cassis est également revenu sur la rencontre entre les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine à Genève il y a un an. Concédant que la voie diplomatique n'a pas suffi pour éviter un conflit, il a toutefois déclaré que "ce n'est pas une raison pour dire que nous avons eu tort de faire ce travail". "Aujourd'hui, nous referions la même chose."

Il s'est encore dit fatigué, comme tout le monde, comme le gouvernement, après deux ans de pandémie et une guerre sur le continent européen. Mais d'avertir qu'il faudra faire face à une nouvelle crise: l'inflation. "L'augmentation des prix du carburant et de l'énergie, c'est une conséquence de la guerre. Nous devrons peut-être adopter un mode de vie un peu plus frugal, et prendre l'habitude d'économiser sur le chauffage, les déplacements et l'alimentation."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture