Rejoignez-nous

Economie

Adecco s'empare de la société française BPI

Publié

,

le

La reprise du français BPI va s'inscrire dans une vaste restructuration de l'activité Talent Solutions, désormais englobée sous la marque LHH. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Adecco a soif d'acquisitions. Le géant de l'intérim va reprendre pour un montant non divulgué la société française BPI, une annonce intervenant une semaine après la reprise d'un autre groupe hexagonal, Akka Technologies.

L'opération va de pair avec une refonte de l'activité de conseil de recrutement aux entreprises, Talent Solutions.

Présenté comme le troisième acteur français pour le conseil en ressources humaines, BPI génère un chiffre d'affaires annuel de 40 millions d'euros (43 millions de francs) et emploie 300 personnes, indique Adecco jeudi. Des négociations sont en cours avec la société d'investissement Perceva en vue d'une reprise au 4e trimestre de cette année.

L'acquisition va s'inscrire dans une vaste restructuration de l'activité Talent Solutions, désormais englobée sous la marque LHH. Dans le cadre de ce chantier, Adecco envisage d'abandonner l'activité Legal Solutions aux Etats-Unis.

Une fois réalisées, la cession de cette activité et la reprise de BPI pourraient générer des liquidités nettes à hauteur de 50 millions d'euros à l'échelle du groupe.

En 2020, Talent Solutions a réalisé des recettes de 1,7 milliard d'euros et une marge opérationnelle Ebita de 9,2%, s'adressant à un marché de 225 millions d'euros qui connaît une croissance annuelle de 6 à 9%, selon le communiqué.

La transformation de cette activité va entraîner des dépenses uniques de 40 à 50 millions d'euros, principalement en 2022. Un correctif de valeur lié au changement de marque de l'ordre de 30 millions sera comptabilisé au 3e trimestre.

Sur une base pro forma, la restructuration de Talent Solutions ainsi que la reprise de BPI devraient améliorer de 30 points de base les marges du groupe Adecco, qui serait en mesure d'atteindre plus aisément son objectif de 3-6%, assure le groupe zurichois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Les exportations horlogères proches du niveau d'avant-crise en août

Publié

le

Par gamme de prix, ce sont les montres les plus chères qui ont tiré leur épingle du jeu. Pour les garde-temps dont le prix export était supérieur à 3000 francs, les ventes à l'étranger ont progressé de 3,9% en valeur (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les exportations horlogères ont totalisé 1,52 milliard de francs en août 2021, en baisse minime de 0,4% en valeur par rapport à leur niveau d'août 2019, selon les statistiques de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) publiées mardi.

En nombre de pièces, les exportations ont par contre diminué de 29,7% sur deux ans.

La hausse affichée par les montres en acier (+3,3% en valeur) n'a pas suffi à compenser la diminution des garde-temps en métaux précieux (-1,7%) et bimétalliques (-4,2%). Du côté des volumes, tous les groupes de matières ont accusé une baisse à deux chiffres.

Par gamme de prix, ce sont les montres les plus chères qui ont tiré leur épingle du jeu. Pour les garde-temps dont le prix export était supérieur à 3000 francs, les ventes à l'étranger ont progressé de 3,9% en valeur. Tous les segments de prix inférieurs, soit entre 500 et 3000 francs (-3,1%), entre 200 et 500 francs (-17,2%) et en dessous de 200 francs (-35,0%) ont essuyé des replis.

La Chine (+55,3%) et les Etats-Unis (+19,6%) ont continué sur leur lancée très favorable. Les deux pays ont été suivis par les Emirats arabes unis (8e débouché, +32,6%) et l'Arabie saoudite (13e, +44,6%) notamment. En revanche, plusieurs débouchés importants se sont fortement contractés, à l'instar de Hong Kong (-26,2%), du Japon (-37,0%), la France (-20,4%) ou la Corée du Sud (-32,4%).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les exportations ont accéléré leur redressement en août

Publié

le

En termes réels, soit en tenant compte de l'inflation, les exportations affichent une baisse mensuelle anecdotique, de 0,4% (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Dopées par la chimie et la pharma, les exportations suisses ont poursuivi leur redressement en août, accélérant la cadence. Les livraisons à l'étranger désaisonnalisées ont crû de 2,1% sur un mois à 20,91 milliards de francs. L'excédent commercial a atteint un record.

En termes réels, soit en tenant compte de l'inflation, les exportations affichent une baisse mensuelle anecdotique, de 0,4%, affirme mardi l'AFD dans son compte-rendu périodique. Les livraisons à l'étranger affichent une tendance globalement positive depuis la fin de 2020.

En août, les produits pharmaceutiques et chimiques ont vu leurs exportations bondir de 7,7%, après deux mois de repli. La tendance est inversée pour la bijouterie et la joaillerie, qui accusent des reculs respectifs de 5,9% et 9,7% après un début d'été fructueux. La morosité reste de mise pour les véhicules, dont c'est le cinquième mois de baisse consécutif.

Parmi les trois principaux débouchés, l'Amérique du Nord est le seul à s'afficher dans le vert (+37%), grâce aux exportations de chimie et pharma aux Etats-Unis. La demande émanant du partenaire européen (-1,6%) et de l'Asie (-2,5%) n'a pas été aussi vigoureuse que celle de juillet.

Les importations suisses ont progressé de 1,2% en termes nominaux et de 0,2% en réel à 16,45 milliards de francs, affirme l'AFD. Les achats de produits énergétiques ont poussé les statistiques vers le haut, tout comme le secteur textiles, habillement et chaussures ainsi que les matières plastiques. La chimie et la pharma ne peuvent pas en dire autant.

Par zone géographique, les importations arrivant d'Asie ont crû après trois mois de baisse, celles d'Amérique du Nord ont stagné, tandis que l'Europe a davantage livré en Suisse au mois d'août.

Lors de la période sous revue, l'excédent commercial suisse a atteint un nouveau pic historique à 4,47 milliards de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Novartis s'empare du bernois Arctos Medical

Publié

le

Novartis juge l'optogénétique comme une approche thérapeutique prometteuse, susceptible de restituer la vue à des patients déclarés aveugles (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Déjà actionnaire de référence, Novartis s'empare de son modeste homologue bernois Arctos Medical, présenté comme un pionnier des thérapies géniques en Suisse. L'opération, pour un montant non dévoilé, vient étoffer le portefeuille en ophtalmologie du géant rhénan.

"L'optogénétique se profile comme une approche thérapeutique prometteuse, susceptible de restituer la vue à des patients déclarés aveugles", fait miroiter Jay Bradner, responsable du Novartis Institute for Biomedical Research, cité dans le communiqué mardi.

Arctos a développé sur la base de travaux menés à l'Université de Berne une technologie destinée à traiter des dystrophies rétiniennes héréditaires (DRHs) et d'autres affections impliquant une perte de photorécepteurs telle que la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Le procédé, qui emploie comme vecteur des virus adéno-associés (AAV) non pathogènes, permet de transformer d'autres types de cellules en photorécepteurs de substitution.

Si les DRHs ne concernent que deux millions de patients potentiels sur la planète, la DMLA touche 170 millions de personnes et il n'existe à ce jour pas de traitement curatif contre ce qui est considéré comme la première cause de handicap visuel, souligne Novartis.

Inscrit en 2012 au registre du commerce bernois, Arctos a pris corps au sein de l'incubateur californien Nanodimension Capital, présent en Suisse sur le campus de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), avant de recevoir le soutien du Novartis Venture Fund à l'occasion d'une première ronde de financement.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le Conseil des Etats empoigne l'abolition de la valeur locative

Publié

le

Le ministre des finances Ueli Maurer défendra le point de vue du Conseil fédéral sur la suppression de la valeur locative (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Le système d'imposition de la propriété du logement devrait connaître un changement radical. Le Conseil des Etats débat mardi de la suppression de la valeur locative. Le Conseil fédéral soutient le projet, mais il veut aller plus loin que la commission.

L'abolition de la valeur locative revient sur le tapis, alors que cette réforme a déjà fait plusieurs fois chou blanc. Le projet déposé en 2017 par la commission de l’économie et des redevances a subi plusieurs retards et donné lieu à de nombreuses divergences. Pas moins de cinq variantes ont été mises en consultation.

La commission en a choisi une par 7 voix contre 4. Elle propose d’abolir l’imposition de la valeur locative, aux niveaux fédéral et cantonal. Une minorité de gauche, menée par Paul Rechsteiner (SG/SG) et Christian Levrat (PS/FR) va s'opposer au projet et ne pas entrer en matière.

Mesure restreinte

Selon le projet de la commission, la mesure vaudrait uniquement pour les logements occupés par leurs propriétaires. En contrepartie, les déductions des dépenses liées à l’entretien de l’immeuble et des intérêts passifs ne seraient plus admises. L'objectif est d'éliminer les incitations à l’endettement privé.

Aujourd'hui, la valeur locative est déterminée par l'autorité fiscale des cantons. Elle tient compte de critères tels que la surface habitable, l'emplacement, l'année de construction et le type d'habitat. En règle générale, la valeur locative représente au moins 60% de la valeur qui pourrait être obtenue si le bien était loué. Il en va de même pour les résidences secondaires.

Adaptations souhaitées

Le système actuel comporte des failles, reconnaît le Conseil fédéral qui soutient le projet de la commission. Mais pour lui, le changement de système doit être total en incluant aussi la suppression de l'imposition de la valeur locative des résidences secondaires, selon lui.

Les intérêts passifs doivent continuer à être déductibles lorsque les emprunts servent à obtenir un revenu imposable. L'encouragement fiscal des assainissements énergétiques devrait être maintenu jusqu'en 2050 au plus tard, afin d'atteindre les objectifs climatiques. La commission avait quant à elle proposé de lier cette mesure à la loi CO2, rejetée par le peuple.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La BRI s'interroge sur une bulle dans les investissements durables

Publié

le

Pour les entreprises liées aux énergies propres, les ratios cours-bénéfices se situent encore "bien au-delà" des prix que déboursent les investisseurs pour les valeurs de croissance, selon la BRI (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

La banque des règlements internationaux (BRI), une institution considérée comme la banque centrale des banques centrales, s'est interrogée sur une possible bulle verte dans son rapport trimestriel publié lundi, face à l'envolée des investissements dits "durables".

Alors que les marchés financiers ont envoyé des "signaux contrastés" au cours des derniers mois, traduisant "un certain malaise" quant aux perspectives de reprise, cette institution sise à Bâle, en Suisse, s'est penchée sur ce segment de marché qui a connu, avec les valeurs technologiques, une très forte demande.

Les produits d'investissement qui apportent un bénéfice environnemental, social ou au niveau de la gouvernance d'entreprise (ESG) sont en plein boom, a constaté la BRI dans son rapport trimestriel. Mais compte tenu de la rapidité avec laquelle se développe cette nouvelle classe d'actifs, la question se pose de savoir si une bulle ne risque pas de se former.

"Un développement fondamentalement bienvenu - aider à financer la transition vers un monde à faible empreinte carbone - pourrait-il générer des déséquilibres financiers significatifs?", s'est-elle interrogée.

Historiquement, les investissements qui accompagnent des grands changements économiques et sociaux tendent après une phase initiales d'essor à subir de large corrections, a rappelé la BRI, qui a pris en exemple l'envolée des placements dans les compagnies de chemin de fer avec l'essor du rail au XIXe siècle ou la bulle technologique avec les placements dans les "dot-com" au tournant des années 2000.

Or la BRI a relevé "des signes" qui semblent indiquer que les valorisations de ces actifs dits ESG étaient tendues.

Pour les entreprises liées aux énergies propres, les ratios cours-bénéfices, un indicateur de base utilisé par les investisseurs pour évaluer la cherté des actions, se situent encore "bien au-delà" des prix que déboursent les investisseurs pour les valeurs de croissance, elles-mêmes déjà tendues, et cela même après un reflux depuis leur pic de janvier 2021, a illustré la BRI.

Chiffrer l'expansion de ces valeurs dites ESG reste cependant une tâche complexe compte tenu du flou sur les critères pour les définir. Selon une définition large, le poids des actifs ESG aurait grossi d'un tiers entre 2016 et 2020 pour se monter à 35'000 milliards de dollars (29'892 milliards d'euros), soit pas moins de 36% des actifs gérés par des investisseurs professionnels.

Dans une définition plus étroite, incluant uniquement les fonds communs de placement et fonds négociés en Bourse (ETF), ce type d'actifs pèserait plutôt 2000 milliards de dollars, avec une croissance toutefois multipliée par dix au cours des cinq dernières années. A cette aune, ces actifs représentent environ 3% des placements en actions des fonds communs de placement et ETF et 1% de leur placements en obligations.

La BRI a appelé à suivre étroitement le développement de ce marché ainsi que sa croissance.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture