Rejoignez-nous

Suisse

A Lausanne, le prix de l'électricité va grimper de près de 12%

Publié

,

le

Le prix de l'électricité va augmenter de 11,8% dès le 1er janvier 2024 à Lausanne, hors taxes et redevances (photo symbolique). (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le prix de l'électricité va augmenter de 11,8% dès le 1er janvier 2024 à Lausanne, hors taxes et redevances. Pour un logement moyen lausannois consommant 2500 kWh/an, cette hausse correspond à 123,95 francs sur la facture annuelle, soit environ 10 francs par mois, a indiqué mercredi la Ville de Lausanne.

"La nouvelle taxe fédérale pour la réserve hydraulique, le prix des pertes sur le réseau d'acheminement et le coût élevé de l'énergie sur les marchés vont se répercuter sur les tarifs de l'électricité 2024 des Services industriels de Lausanne (SiL)", écrit la Ville en guise d'avertissement.

"Toutefois, la Municipalité a décidé de valoriser dans son approvisionnement de base la totalité de la production hydroélectrique de son aménagement de Lavey, ce qui permet de limiter la hausse du tarif simple", explique-t-elle. Pour 2024, le prix de l'énergie en tant que telle augmente de 11% en moyenne. Cette part "énergie" passe de 12,52 ct/kWh à 13,90.

Les tarifs de l'électricité comprennent également une composante "acheminement". Son tarif grimpe de 1,61 ct/kWh à 14,41, ce "principalement en raison de la hausse globale des coûts d'approvisionnement qui affecte le prix des pertes dues au transport de l'électricité", expliquent les autorités lausannoises.

Un "élément positif"

Un "élément positif" de ces hauts niveaux tarifaires est le maintien du tarif de reprise à 17,8 ct/kWh pour les installations de production solaire d'origine photovoltaïque dont la puissance installée est inférieure ou égale à 30 kW, relève la Ville.

Par ailleurs, la forte augmentation des coûts d'approvisionnement en gaz naturel en 2022 continue de peser sur les tarifs du gaz et du chauffage à distance des SiL. Ils augmenteront tous deux de 7,8% en moyenne dès le 1er octobre 2023, est-il encore indiqué.

Ils s'établiront à 13,72 ct/kWh en moyenne, taxe CO2 comprise. Pour un appartement consommant 8800 kWh/an, cette augmentation représente environ 80 francs par an (toutes taxes comprises), et pour une villa (consommant 20'000 kWh/an), environ 180 francs par an (TTC aussi), précise la Ville.

Enfin, dès le 1er janvier 2024, la part de biogaz dans le gaz distribué par les SiL augmentera de 10 à 15%, comme prévu dans le Plan climat, ajoute-t-on encore.

Pour rappel, les SiL approvisionnent en électricité les communes de Lausanne, mais aussi celles de Jouxtens-Mézery, Prilly, Saint-Sulpice, Le Mont-sur-Lausanne, Epalinges et Collonges (VS).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Trois rentes de cinq ans grâce à l'Eurodreams

Publié

le

Trois personnes chanceuses ont décroché lundi soir une rente mensuelle de 2222 francs durant cinq ans grâce à l'Eurodreams (photo d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois personnes chanceuses ont décroché une rente mensuelle de 2222 francs durant cinq ans grâce à l'Eurodreams lundi soir. Elles ont coché les six bons numéros 2, 13, 17, 26, 33 et 37, mais pas le numéro "dream" 5, a annoncé la Loterie romande.

L'un des nouveaux gagnants réside en Suisse romande, a précisé la Loterie romande dans un communiqué. Son bulletin a été validé sur la plateforme de jeux en ligne www.loro.ch.

Le gros lot est une rente mensuelle de 22'222 francs durant 30 ans. Il faut pour cela trouver les 6 bons numéros ainsi qu'un numéro spécial appelé "dream".

Huit pays européens proposent ce nouveau jeu. En Suisse, Eurodreams est exploité par la Loterie romande et par Swisslos côté alémanique. Le tirage du jeu est effectué les lundis et jeudis soir.

https://jeux.loro.ch/games/eurodreams

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

la journée finit bien

Une campagne pour sensibiliser aux arnaques envers les séniors

Publié

le

© KEYSTONE/APA/APA/BARBARA GINDL

En Suisse, chaque année, les escroqueries coûtent 675 millions de francs aux individus âgés de 55 ans et plus. Face à cette situation, Pro Senectute lance une campagne pour sensibiliser aux fraudes financières visant les aînés.

 

D'après une étude de Pro Senectute Suisse, les pertes financières subies par les plus de 55 ans dues aux escroqueries sont passées de 400 à 675 millions de francs annuellement sur les cinq dernières années. L'étude révèle que 78,2% des personnes ont été ciblées par une tentative de fraude et près de 20% en ont été victimes. En mai, la Prévention Suisse de la Criminalité édite un nouveau guide, avec le concours de Pro Senectute Suisse, axé sur la sécurité des seniors. Des conférences d'information seront aussi organisées.

Ces dernières semaines, le film "Die Enkeltrick-Betrüger" produit par Izzy Projects fait parler de lui en Suisse alémanique. Ce long-métrage de 80 minutes expose des fraudeurs usant de l'arnaque au faux neveu. Partenaire spécialisé, Pro Senectute Suisse appuie la diffusion du film dans la région alémanique. "La prévention passe par diverses méthodes: le film est un outil innovant pour sensibiliser aussi l'entourage", souligne Peter Burri Follath, responsable communication chez Pro Senectute Suisse. "Nous souhaitons que de nombreuses institutions et associations projettent le film et que les jeunes le visionnent avec leurs aînés." Les intéressés peuvent contacter la Pro Senectute locale pour organiser une projection.

En chiffres, l'arnaque au faux neveu fait environ 11 980 victimes, se classant 20e parmi les abus. Les trois principales escroqueries sont le vol dans les espaces publics (148 555 victimes), la vente de produits et services superflus (81 466 victimes), et la vente à des tarifs excessifs (69 485 victimes). Ces chiffres montrent que les escroqueries traditionnelles restent prévalentes. Peter Burri Follath précise : "Malgré la médiatisation des nouvelles arnaques, il est crucial de ne pas délaisser la prévention des escroqueries traditionnelles."

Continuer la lecture

la journée finit bien

Vous voulez vendre ou reprendre une ferme? Il y a un site pour ça

Publié

le

Une vue aerienne sur des champs et une ferme (Archives) (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L'Association des petits paysans a lancé début avril le site internet www.remisedeferme.ch. Ouverte à toutes les exploitations, la plateforme permet aux personnes qui cherchent ou cèdent une ferme de se contacter dans un espace protégé.

 

Chaque année, près de 500 exploitations agricoles mettent définitivement la clé sous la porte en Suisse, alors que des jeunes cherchent désespérément une ferme parfois durant de longues périodes. Le "point de contact pour remise de ferme extra-familiale" a été créé en 2014 afin de promouvoir l'accès à la terre et faciliter la transmission des exploitations, rappelle lundi l'Association des petits paysans à l'origine du projet.

Les inscriptions au Point de contact ont nettement augmenté ces dernières années, surtout parmi les cédants. La hausse est due à la notoriété croissante de cette offre et au début d'une vague de départs à la retraite: la moitié des chefs d'exploitation devraient la prendre dans les quinze prochaines années.

Or, il ne va plus de soi de nos jours qu'une ferme continue à être exploitée dans le cercle familial. Parallèlement, le nombre de diplômés a cru dans les professions agricoles.

Changement de génération

Afin de se préparer à ces défis et de pouvoir encore mieux soutenir le changement de génération, le Point de contact a été élargi. Le site internet trilingue www.remisedeferme.ch est ouvert à toutes les exploitations, ainsi qu'aux personnes avec une formation agricole qui sont à la recherche d'une ferme. Elles y accèdent en souscrivant un abonnement annuel de 60 francs.

Les intéressés indiquent ce qu'ils recherchent ou ont à offrir dans une fiche descriptive détaillée, de manière anonyme ou non. Grâce à un système de filtres, la recherche peut être précisée selon des critères tels que le canton, la langue, le type d'exploitation, etc. Pour les personnes qui se séparent d'une ferme, le Point de contact continue à proposer un premier conseil gratuit et à accompagner le processus de transition.

Centre de compétences

Outre la nouvelle plateforme, le site web offre également un espace d'information sur la remise de ferme extra-familiale et les questions financières, juridiques et sociales y relatives. Un autotest sert de préparation à ce processus complexe.

En outre, il est possible de publier des annonces gratuites, de filtrer des personnes compétentes en matière de conseil selon leur domaine d'activité et de trouver des événements sur le thème. Le projet a été réalisé avec divers partenaires et fondations, précise le communiqué.

Depuis la création du Point de contact il y a dix ans, 300 cédants et 600 repreneurs l'ont utilisé pour des questions concrètes ou un besoin de conseils. A partir de 2016, date à laquelle le service de transmission des exploitations a été lancé, seize locations, treize ventes et une collaboration ont été effectués par son intermédiaire. Fin janvier 2024, il comptait 184 profils de repreneurs et 63 exploitations à remettre.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Economie

Le marché suisse du sport recule légèrement en 2023

Publié

le

Les ventes de vélos ont connu un net recul l'an dernier. (archive) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le marché suisse du sport a reculé quelque peu l'an dernier, faisant les frais de l'inflation et de la prudence des consommateurs.

Les ventes (hors vélo) ont diminué de 1,5% en 2023, après des hausses de 2% en 2022 et de 14% en 2021. Le volume a atteint environ 2,17 milliards de francs, selon une étude du cabinet d'études de marché GfK publiée lundi.

Le secteur des articles tels que les skis, les sacs à dos, les casques ou les appareils de fitness a enregistré une baisse des ventes de 3%, tandis que le textile a lâché 2%. Le secteur des chaussures est celui qui, une fois de plus, s'en est le mieux sorti, avec une croissance de 3%, note GfK.

La plus grande part du chiffre d'affaires provient du marché des activités d'extérieur, à hauteur de 20% et qui a engrangé environ 450 millions de francs. Le chiffre d'affaires du secteur textile est resté constant à un niveau élevé, tandis que le secteur des autres articles a perdu du terrain, notamment dans le domaine du camping, note GfK.

Le chiffre d'affaires des chaussures d'extérieur a également baissé, mais a été partiellement compensé par la tendance des chaussures de course en montagne (trail). De manière générale, le secteur des chaussures de course reste à la mode et enregistre une croissance de 4%, détaille l'étude.

Le secteur des loisirs a continué de progresser. Cela se manifeste en particulier dans les chaussures avec une augmentation du chiffre d'affaires de 5%. Le secteur dédié aux activités hivernales a de son côté affiché un retrait de 2%. Le chiffre d'affaires dans le domaine du fitness a lui continué de baisser, de 3% pour l'exercice 2023.

Les vélos retropédalent

En ce qui concerne le marché du vélo, des réductions de prix ainsi qu'une saturation du marché ont entraîné un net recul des ventes l'an dernier, constate également GfK.

Pour l'institut, "le mauvais moral des consommateurs, l'augmentation des coûts dans différents domaines et la réticence à acheter qui en résulte, ainsi que la recherche accrue de promotions" devraient continuer à tirer le marché du sport vers le bas en 2024. La population en hausse et le commerce en ligne ne permettront en effet pas de compenser entièrement ce phénomène, selon ses estimations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Politique

Lausanne: plans d'affectation à l'enquête publique

Publié

le

Lausanne veut fixer de nouvelles règles de construction pour répondre aux enjeux climatiques (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de Lausanne met à l'enquête publique une révision partielle du Plan général d'affectation (PGA) ainsi que le Plan d'affectation communal des territoires forains (hors zones urbaines). Ces deux documents visent à édicter de nouvelles règles de construction pour répondre aux défis liés au climat et au patrimoine.

La modification partielle du PGA - en attendant sa révision complète - vise à "une meilleure prise en compte des espaces ouverts dans les projets de constructions et un renforcement de la qualité des espaces verts", indique lundi la Municipalité.

Par exemple, de nouvelles exigences de végétalisation des toitures plates sont introduites. Des règles incitatives sont aussi proposées pour une meilleure utilisation de l'énergie.

Toujours dans le cadre de projets de constructions, le nombre de places de parc privées autorisées est réduit. L'emprise au sol des surfaces souterraines est aussi limitée. De manière générale, la pleine terre doit être conservée "autant que possible" et la biodiversité "augmentée", poursuit le communiqué.

La Ville de Lausanne fixe également de nouvelles règles pour "renforcer les exigences en terme d'intégration des constructions dans leurs environnements." A noter aussi que la commission consultative d'urbanisme et d'architecture (CCUA) est inscrite comme "organe contribuant à promouvoir un développement urbain et architectural de qualité à Lausanne."

Hors zone urbaine

Concernant cette fois-ci les territoires forains (comme par exemple le Chalet-à-Gobet, Vers-chez-les-Blanc, Montheron, Montblesson ou encore Bois-Genoud), la Ville explique qu'elle doit "rapidement procéder à la réduction de la zone à bâtir dédiée au logement, considérée comme surdimensionnée." Raison pour laquelle un nouveau Plan d'affectation communal pour ces territoires a été élaboré.

Celui-ci doit aussi permettre, en plus de la diminution de la zone à bâtir, de protéger les qualités patrimoniales des lieux, renforcer les espaces de sport et loisirs existants, préserver le paysage et valoriser l'agriculture de proximité.

Les deux documents - révision partielle du PGA et plan d'affectation des territoires forains - sont mis à l'enquête publique du 17 avril au 16 mai. Après le traitement des oppositions, ils seront ensuite soumis au Conseil communal, l'organe compétent pour les adopter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture