Rejoignez-nous

Suisse Romande

Un site pour sensibiliser aux comportements lourdingues

Publié

,

le

Image symbolique (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le bilan de la première campagne valaisanne de sensibilisation au harcèlement dans l'espace public "est positif". Le canton poursuit son engagement en misant sur la collaboration avec de grands événements festifs, à l'image du Carnaval de Monthey. Tout un chacun peut se renseigner sur le site "lourdingue.ch", véritable repère d'astuces et de contacts.

Depuis mars 2023, date du début de la campagne Lourdingue, "on estime à environ 200'000 le nombre de personnes qui ont vu la centaine d'affiches placardées dans les rues du canton et les transports publics visant à sensibiliser la population à cette problématique", indique lundi en conférence de presse le conseiller d'Etat Mathias Reynard. Cette visibilité est d'autant plus importante que le harcèlement de rue peut se produire partout, même si les statistiques à ce sujet manquent, ajoute-t-il.

La campagne compte également le site "lourdingue.ch", qui contient des ressources pour répondre aux questions d'un lourdingue, d'une victime et d'un témoin d'un cas de harcèlement, afin de les aider à respectivement, changer, réagir et aider.

Plus de 2500 personnes ont également fait le quiz à disposition leur permettant d'évaluer le degré d'attitude lourdingue. Résultat: 84% des personnes ayant testé l'outil ont obtenu un "peut mieux faire", ce qui indique "l'importance de l'éducation aux comportements acceptables ou non", indique-t-on de même source.

"Locale et percutante"

La campagne cantonale - élaborée en collaboration avec l'Association valaisanne contre le harcèlement (AVAH) - s'étale sur quatre ans. Le canton a ainsi investi environ 45'000 francs en 2023, et 30'000 francs sont prévus pour 2024. Son objectif est aussi de rallier les grands événements "où les débordements sont souvent surreprésentés", note Mathias Reynard, chef du Département de la santé, des institutions sociales et de la culture. Un moyen de "rendre la campagne plus locale" et "plus percutante".

Après la Foire du Valais à Martigny en automne dernier, le canton a conclu un partenariat avec la Ville de Monthey et son carnaval. Des messages spécifiques, affichés jusqu'au 3 mars, ont été pensés pour l'événement, relève Arnaud Dubois, conseiller municipal montheysan. "Nous voulons éveiller les esprits sans stigmatiser", complète-t-il.

Parmi les slogans retenus "je me déguise pour m'amuser, pas pour allumer!", "caché derrière son masque il m'a lancé: 't'es bonne'", ou encore "six jours de noces, des souvenirs fous et... cet inconnu qui m'a collée".

Charte et local discret

Durant le carnaval qui a lieu du 8 au 13 février, "un local au calme et discret" sera également à disposition des personnes qui ont besoin de parler ou de souffler, indique Samantha Scesa, vice-présidente du Carnaval de Monthey. La charte développée par AVAH pour assurer un climat sain, bienveillant et respectueux de toutes et tous dans le milieu festif valaisan a également été présentée "à tous les intervenants liés au carnaval".

Lourdingue se déploiera au printemps au sein de la HES-SO Valais Wallis, note le canton. Des discussions sont aussi en cours avec d'autres partenaires notamment un humoriste romand. "Une autre porte d'entrée pour toucher aussi des personnes qui devraient s'interroger sur leur propre comportement et ne le font pas encore", explique Katy Solioz-François, cheffe de l'Office cantonal de l'égalité et de la famille.

Regards ou remarques

On parle de harcèlement dans l'espace public pour tout comportement à connotation sexuelle lié au sexe, au genre ou à l'orientation sexuelle, non désiré par la personne visée qui se déroule dans la rue mais aussi dans des bars ou lors d'événements festifs. Il peut s'agir de regards ou remarques déplacés, sifflements, attitudes intrusives, insultes, menaces, attouchements, exhibitionnisme, ou encore attaques à l’intégrité physique et/ou sexuelle.

Si l'ampleur de ce phénomène n'est pas chiffrée en Valais, diverses études et enquêtes menées en Suisse à Lausanne ou Fribourg ces dernières années montrent que les trois quarts des femmes ont été victimes de harcèlement sexiste dans l'espace public. Les auteurs sont en grande majorité des hommes.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Deux arrestations après le brigandage de Lutry (VD)

Publié

le

L'agresseur avait menacé l'employée de la bijouterie avec une arme de poing (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'auteur du brigandage d'une bijouterie à Lutry (VD) vers la mi-juin a été interpellé à Marseille (F). Un complice a également été arrêté à Lausanne, puis placé en détention.

Le 12 juin dernier, vers 17h00, l'agresseur avait menacé l'employée de la bijouterie au moyen d'une arme de poing. Il avait emporté plusieurs bijoux avant de partir en courant en direction de la plage. Dans sa fuite, il avait menacé des passants avec son arme.

Pour le retrouver, la police avait lancé un appel à témoins, diffusant une photo de caméra de surveillance. L'enquête a permis d'identifier et de localiser l'auteur en France. Grâce à une demande d'entraide, l'auteur présumé a été interpellé par la Brigade de répression du banditisme, annonce lundi la police vaudoise. Il s'agit d'un ressortissant français âgé de 34 ans.

Des inspecteurs vaudois se sont rendus à Marseille pour participer à l'audition du prévenu et à différents actes d'enquête. L'homme a reconnu son implication et a été placé en détention.

Les investigations ont également permis d'interpeller à Lausanne un complice. Ce dernier, également un Français de 34 ans, a été auditionné par les enquêteurs et placé en détention. L'enquête se poursuit sous la direction du Ministère public.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

La distraction au volant tue

Publié

le

La police rappelle qu'il est interdit de téléphoner au volant sans un dispositif mains libres (Image prétexte). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

L'inattention au volant est la principale cause d'accidents depuis plusieurs années. Les polices du canton de Vaud ont renforcé leurs contrôles, sanctionnant plus de 650 personnes depuis le début de l'année.

"Envoyer ou lire un message vous oblige à quitter la route des yeux pendant 5 secondes. A 90 km/h, c’est comme traverser un terrain de football sur toute sa longueur, les yeux fermés", expliquent lundi la police cantonale et les polices communales vaudoises.

Au volant, des occupations telles que la rédaction d'un message, la manipulation d'une tablette ou d'un smartphone, le réglage du GPS ou encore l'utilisation d’un téléphone portable sans dispositif mains libres sont interdites et dangereuses, rappellent les polices. Etre inattentif pendant quelques secondes peut faire basculer une vie.

Depuis le début de l'année, les policiers ont dénoncé - avec rapport aux autorités - 298 automobilistes pour des infractions en lien avec l’inattention ou l’occupation accessoire au volant, dont 175 sur une autoroute, 113 en localité et 10 hors localité. De plus, ils ont infligé des amendes d'ordre à 355 automobilistes en raison de l’utilisation d’un téléphone sans dispositif mains libres, dont 98 sur une autoroute, 212 en localité et 45 hors localité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Recueillement à Prilly (VD) après l'effondrement de l'échafaudage

Publié

le

En arrière-plan de la gerbe de fleurs déposée en hommage aux victimes, un amas de ferraille se dresse toujours au pied de la façade d'où s'est effondré l'échafaudage. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Près de 600 personnes ont participé lundi matin à une cérémonie commémorative à Prilly (VD) près du chantier où un échafaudage s'est effondré vendredi faisant trois morts et huit blessés. De nombreux ouvriers ont participé à cet hommage.

L'accident s'est produit vendredi matin dans le quartier de Malley, dans l'ouest lausannois, lorsqu'un échafaudage dressé sur la façade de la tour "Malley Phare", une structure en construction de 60 mètres de haut, s'est effondré. L'accident a causé une énorme émotion dans la région et au-delà.

Sur fond de musique classique, l'assemblée a convergé à 09h00 sur le parvis de la Vaudoise aréna, le centre sportif voisin. Sa directrice, Samira Marquis a ouvert la cérémonie, déclarant que "depuis ce vendredi noir", l'établissement avait été "le témoin de la souffrance, de la sidération et du désarroi d'une part; de l'héroïsme et du courage d'autre part. Ce sont des instants partagés que nous enfermerons dans nos coeurs", a-t-elle ajouté.

Emotion palpable

Le syndic de Prilly Alain Gillièron a pris la parole à cette occasion. "La tour Malley Phare aurait dû nous éclairer (...) mais elle a assombri notre présent et mis dans la peine bon nombre d'entre nous et d'entre vous", a-t-il déclaré. "Cet événement tragique nous a profondément choqués et a suscité une émotion à nulle autre pareille."

L'élu a rendu hommage aux trois ouvriers décédés, il a adressé ses condoléances aux familles touchées et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Il s'est ensuite adressé aux collègues des victimes et aux autres ouvriers du site, leur souhaitant, "malgré la tristesse infinie, de poursuivre le travail en mémoire de vos trois amis. Vous avez tout notre respect et bien plus", a-t-il dit.

L'assemblée s'est recueillie sur les paroles de "Nos absents" du slameur Grand Corps Malade. Alain Gillièron et Samira Marquis ont ensuite déposé une gerbe de fleurs face à la façade au pied de laquelle se trouve toujours un amas de ferrailles. L'assemblée a alors observé une minute de silence. Quelques personnes ont ensuite déposé des fleurs et des bougies.

Nombreux corps de métier

Les municipaux lausannois Pierre-Antoine Hildbrand et David Payot ont assisté à cette cérémonie. Felix Weber, CEO de la Suva, propriétaire du centre commercial "Malley Lumières", dont "Malley-phare" est une extension, était également présent, tout comme de nombreux ouvriers, des ambulanciers, des policiers, du personnel de la Vaudoise aréna ainsi que des habitants du quartier.

Un "café-croissant" était prévu à l'issue de la cérémonie. "Vous êtes tellement nombreux que je ne sais pas si ça suffira, mais cela nous fait immensément plaisir de vous voir tous là", a déclaré Alain Gillièron.

La cause de l'accident n'est pas encore connue. Un procureur de la division des affaires spéciales a mandaté un expert pour faire la lumière sur ce drame.

Sécurisation délicate

Si la Vaudoise aréna a rouvert ses portes à 11h00, les commerces du centre "Malley Lumières" sont restés fermés et la zone bouclée. Les travaux de sécurisation et de stabilisation des échafaudages sur les trois autres façades de la tour se sont poursuivis dans la journée de lundi.

"Tant que ces façades ne sont pas sécurisées, on ne peut pas rouvrir le périmètre car il y a un risque d'effondrement", a expliqué le porte-parole de la police cantonale, Jean-Christophe Sauterel, à Keystone-ATS.

En parallèle, les travaux d'évacuation des restes de l'échafaudage effondré ont continué, avec un soin particulier. "Il faut bien comprendre que ces matériaux constituent des pièces à conviction qui seront conservées pour les besoins de l'enquête", a souligné M. Sauterel.

Tant les travaux d'évacuation que ceux de sécurisation devraient cependant arriver à leur terme dans la journée de mardi, a-t-il encore précisé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Fausse alarme dans le canton de Vaud: erreur de manipulation

Publié

le

Les sirènes ont retenti par erreur lundi matin (image prétexte). (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/ROBERT MICHAEL)

Les sirènes ont retenti par erreur lundi matin vers 08h00 dans tout le canton de Vaud, provoquant de nombreux appels aux services d'urgence. Cette fausse alarme est due à une erreur de manipulation. Aucun danger n'a menacé la population.

L'alerte a retenti vers 08h00 sur tout le territoire vaudois, et a été entendue jusque dans le Chablais valaisan. Les sirènes sont testées de manière silencieuse chaque semaine, et cette alerte aurait dû rester muette. Mais un couac est survenu.

Les investigations ont montré que le déclenchement des sirènes est dû à une erreur de manipulation lors du test de contrôle de fonctionnement de la télécommande à distance, effectué régulièrement par le Service de la sécurité civile et militaire (SSCM), a expliqué ce dernier en fin de journée dans un communiqué.

Des mesures et adaptations techniques ont immédiatement été implémentées afin d'éviter qu'une telle erreur ne se reproduise. "Nous avons fait des modifications au niveau technique pour éviter les erreurs de manipulation", a expliqué à Keystone-ATS Michael Tomov, chef de la division support stratégique au SSCM.

Excuses

Dans tous les cas, aucun danger ne menaçait la population. L'application Alertswiss a "rapidement" informé la population qu'il s'agissait d'une fausse alarme, a ajouté M. Tomov. Le SSCM a présenté "ses excuses pour les désagréments causés par cette erreur".

La fausse alerte a généré de nombreux appels aux numéros d'urgence ainsi que des réactions sur les réseaux sociaux: environ 260 appels sont parvenus au 117 entre 08h00 et 08h42, et près de 290 au 118.

Bon réflexe

Les autorités recommandent à la population d'avoir le "bon réflexe" en cas d'alarme réelle: à savoir consulter rapidement l'application Alertswiss et écouter la radio RTS. En cas de déclenchement réel d'alarme, un message et des consignes comportementales seront diffusés en même temps afin d'informer la population.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Drame de Pully: une cérémonie commémorative ce lundi matin

Publié

le

Samedi, au lendemain du tragique accident de chantier, des fleurs avaient été déposées près des lieux du drame à la mémoire des victimes (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Quelque 300 personnes ont participé lundi matin à une cérémonie commémorative à Prilly (VD) près du chantier où un échafaudage s'est effondré vendredi faisant trois morts et huit blessés. De nombreux ouvriers ont participé à cet hommage.

L'accident s'est produit vendredi matin dans le quartier de Malley, dans l'ouest lausannois, lorsqu'un échafaudage dressé sur la façade de la tour "Malley Phare", une structure en construction de 60 mètres de haut, s'est effondré. L'accident a causé une énorme émotion dans la région et au-delà.

Sur fond de musique classique, l'assemblée a convergé à 09h00 sur le parvis de la Vaudoise aréna, le centre sportif voisin. Sa directrice, Samira Marquis a ouvert la cérémonie, déclarant que "depuis ce vendredi noir", l'établissement avait été "le témoin de la souffrance, de la sidération et du désarroi d'une part; de l'héroïsme et du courage d'autre part. Ce sont des instants partagés que nous enfermerons dans nos coeurs", a-t-elle ajouté.

Emotion palpable

Le syndic de Prilly Alain Gillièron a pris la parole à cette occasion. "La tour Malley Phare aurait dû nous éclairer (...) mais elle a assombri notre présent et mis dans la peine bon nombre d'entre nous et d'entre vous", a-t-il déclaré. "Cet événement tragique nous a profondément choqués et a suscité une émotion à nulle autre pareille."

L'élu a rendu hommage aux trois ouvriers décédés, il a adressé ses condoléances aux familles touchées et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Il s'est ensuite adressé aux collègues des victimes et aux autres ouvriers du site, leur souhaitant, "malgré la tristesse infinie, de poursuivre le travail en mémoire de vos trois amis. Vous avez tout notre respect et bien plus", a-t-il dit.

L'assemblée s'est recueillie sur les paroles de "Nos absents" du slameur Grand Corps Malade. Alain Gillièron et Samira Marquis ont ensuite déposé une gerbe de fleurs face à la façade au pied de laquelle se trouve toujours un amas de ferrailles. L'assemblée a alors observé une minute de silence. Quelques personnes ont ensuite déposé des fleurs et des bougies.

Nombreux corps de métier

Les municipaux lausannois Pierre-Antoine Hildbrand et David Payot ont assisté à cette cérémonie. Felix Weber, CEO de la Suva, propriétaire du centre commercial "Malley Lumières", dont "Malley-phare" est une extension, était également présent, tout comme de nombreux ouvriers, des ambulanciers, des policiers, du personnel de la Vaudoise aréna ainsi que des habitants du quartier.

Un "café-croissant" était prévu à l'issue de la cérémonie. "Vous êtes tellement nombreux que je ne sais pas si ça suffira, mais cela nous fait immensément plaisir de vous voir tous là", a déclaré Alain Gillièron.

La cause de l'accident n'est pas encore connue. Un procureur de la division des affaires spéciales a mandaté un expert pour faire la lumière sur ce drame.

Continuer la lecture