Rejoignez-nous

Suisse Romande

Le projet "La Crique" abandonné à Morges

Publié

,

le

Il n'y aura pas de buvette estivale "La Crique" cet été au parc de l'Indépendance à Morges (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La buvette éphémère "La Crique" à Morges (VD) tombe à l'eau pour cet été. La mise à l'enquête a suscité un nombre élevé d'oppositions, dont le délai de traitement est trop incertain pour lancer le projet.

Ces oppositions évoquent le bruit, le nombre de places pour les vélos ou encore le piétinement des racines sur la place Louis-Soutter, à l'entrée du parc de l'Indépendance.

"Elles rallongent significativement la procédure d'octroi du permis, y compris la consultation des services cantonaux; sans compter un hypothétique recours au Tribunal cantonal", écrit mardi la Ville de Morges dans un communiqué. Et d'ajouter que ces délais font peser "une incertitude trop importante" pour que la buvette puisse ouvrir comme prévu en juin.

Pour mémoire, le sort de cette buvette estivale a déchaîné les passions ces derniers mois à Morges. A l'issue d'un appel à projets, la Ville avait en effet décidé de changer d'exploitant. Elle avait évincé "La Coquette", qui occupait les lieux depuis 2018, au profit du projet concurrent "La Crique". Une pétition avait notamment exhorté la Municipalité à revenir sur sa décision.

Au final, il n'y aura ni "Crique" ni "Coquette" cet été à Morges. La Municipalité a toutefois cherché une solution transitoire pour maintenir une animation estivale sur la place Louis-Soutter. Elle a accordé à l'association "La Crique" le droit d'organiser une manifestation, même réduite. Intitulée "La Presque", elle proposera notamment des concerts et ateliers.

La mise en place du véritable projet de "La Crique" est désormais prévue pour 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse Romande

Lausanne: menace sur le bureau de poste de Saint-François

Publié

le

L'Hôtel des Postes - à gauche du jet d'eau éphémère de Lausanne Jardin 2019 - va faire l'objet de travaux (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'avenir du bureau de poste de Saint-François, en plein coeur de Lausanne, n'est pas assuré. La Poste, qui est locataire des lieux, a la garantie de pouvoir rester jusqu'au 31 mars 2023. Des discussions sont en cours pour la suite, le propriétaire voulant faire des travaux.

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées mercredi devant la poste de Saint-François, à l'appel de l'association Acidus, qui défend le service public, de partis de gauche (PS, Verts, POP et Solidarités) et de syndicats. Les manifestants craignent une fermeture du bureau de poste, le plus grand de la ville en termes de zone d'accueil du public.

L'Hôtel des Postes, construit il y a plus d'un siècle, a toujours accueilli des guichets et un centre de tri, rappelle Acidus dans un communiqué. L'office est aujourd'hui prisé des entreprises et des commerces du centre-ville, ainsi que de ses habitants, vu sa situation centrale et proche des transports publics.

Vendu par Swisscom

Lors de la séparation des PTT en deux entités, les locaux ont été attribués à Swisscom, qui l'a ensuite vendu à la société immobilière PSP Management SA. La propiétaire veut effectuer des travaux et a mis à l'enquête des transformations. "Elle envisagerait de créer un food market, un espace commercial", a expliqué mercredi à Keystone-ATS le conseiller communal socialiste Benoît Gaillard.

La Poste confirme que la gérance souhaite faire des travaux dans tout le bâtiment. Elle rappelle qu'elle a "modernisé l'office de Saint-François en août 2021 et a donc déjà entrepris des investissements dans cette filiale, la gérance n'ayant jamais indiqué que la filiale ne pourrait pas rester dans les locaux", écrit Stefan Dauner, porte-parole.

Prolongation du bail

Le bail court jusqu'au 31 mars 2023 et des discussions sont en cours avec La Poste pour une éventuelle prolongation du bail jusqu'à la date de début des travaux. Cette date n'est pas encore connue, selon La Poste, qui précise qu'elle "mettra tout en oeuvre pour obtenir le maintien d'une filiale postale dans ce bâtiment".

Selon les manifestants réunis devant le bâtiment, les négociations porteraient notamment sur les tarifs de location, qui devraient augmenter. La Poste confirme que les discussions en cours "portent sur plusieurs alternatives et propositions", sans en dire davantage.

Maintien souhaité

La Poste a déjà commencé à chercher de nouveaux locaux pouvant accueillir la filiale de Saint-François dans le périmètre, mais aucune recherche n'a pour l'heure abouti. Et elle précise que son "objectif premier" consiste à tout mettre en oeuvre pour maintenir sa filiale dans les locaux actuels.

De l'avis de Benoît Gaillard, ce serait mission impossible de trouver à proximité des locaux qui permettent les mêmes prestations. La filiale de Saint-François comprend une zone de cases postales et un accès direct pour les camions qui livrent le courrier. Il estime qu'il faut se battre pour maintenir la filiale dans le bâtiment actuel. "Nous sommes déterminés à défendre le service public".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lausanne: multiples festivités en marge du Tour de France

Publié

le

La Ville de Lausanne organise de nombreuses animations en marge de l'arrivée du Tour de France le 9 juillet. Elle a notamment installé un vélo géant au rond-point de la Maladière (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne organise un week-end de festivités en marge de l'arrivée des cyclistes du Tour de France le 9 juillet. De nombreuses animations inviteront à célébrer le vélo sous toutes ses formes. La Ville qui attend 60'000 visiteurs recommande d'anticiper ses déplacements.

"Il y a quatre ans, Lausanne a déposé un dossier de candidature pour accueillir une arrivée du Tour de France. On y est", s'est réjouie Emilie Moeschler, municipale des sports et de la cohésion mercredi devant la presse à Lausanne.

Sept places accueilleront des animations gratuites qui débuteront le vendredi 8 juillet pour s’achever le dimanche 10. "Nous avons souhaité un programme festif qui rassemble toute la population, des enfants aux seniors, en mêlant culture, gastronomie du terroir et découvertes sportives", a relevé la municipale.

Bastringue à Ouchy

Si toutes les places disposeront d'écrans géants sur lesquels suivre le Tour, chacune proposera un programme différent. La place de la Navigation à Ouchy offrira notamment des concerts gratuits les trois soirs avec ABBA For Ever ou le chanteur humoriste MC Roger, a annoncé Patrice Schaub, directeur du comité d'organisation.

Le public pourra participer à des ateliers de réparation de vélos, tester des bicyclettes rigolotes et se défier sur le pumptrack de l’Année du vélo. Des cours de zumba géants seront proposés en matinée le samedi et le dimanche. Quelque 500 glaces gratuites seront distribuées, a-t-il détaillé.

Cyclisme au féminin

Au chapitre sportif, le vendredi soir verra arriver le peloton des cyclistes féminines qui auront parcouru tout ou partie de l’étape Dôle – Lausanne. Les quelque 100 femmes attendues sont réunies par l’association "Donnons des Elles au vélo" ainsi que par la Ville de Lausanne et son ambassadrice Marjorie de Goumoëns. Les inscriptions sont encore possibles, a souligné Mme Moeschler.

Au centre-ville, le marché est maintenu le samedi. Les rues s’animeront dès 10h00 au rythme des orchestres, artistes et spectacles de rue. A Saint-François, une septantaine de drôles de vélos permettront de tester l’équilibre des jeunes et des moins jeunes. A Beaulieu, un public familial pourra profiter gratuitement de plus de 5000 m2 d’activités extérieures et intérieures, dont des initiations et ateliers vélos pour les enfants.

Une grosse bataille

Entre le Stade Olympique de la Pontaise et la ligne d’arrivée, le public pourra assister aux derniers efforts des cyclistes et ressentir au plus près les frissons de la course et l’intensité d’une arrivée d’étape (samedi dès 17h15). "Ce sera une grosse bataille pour prendre le maillot jaune", a estimé M. Schaub.

Et de rappeler que certains amateurs vont s'installer sur place dès 06h00 le matin afin de ne rien manquer du spectacle. Composée de 600 personnes et 150 véhicules, la caravane du Tour passera, quant à elle, dès 15h45 environ.

Transports publics

La Ville s'attend à recevoir un public nombreux, provenant de toute la Suisse, mais aussi des pays voisins, de Belgique ou d'Angleterre. Emilie Moeschler l'a répété: de grosses perturbations de circulation sont prévues et les transports publics sont à privilégier.

Un parking de 100 places est notamment prévu à Mex chez Bobst. De là, des navettes permettent de rejoindre le LEB et d'arriver au centre-ville. Côté finances, la Ville a engagé 600'000 francs et le canton 500'000 francs.

La 8e étape du Tour de France 2022 se déroule le 9 juillet entre Dôle et Lausanne, sur une distance de 186,3 kilomètres. Le lendemain, les cyclistes accompliront le trajet Aigle (VD) - Châtel (F), soit 192,9 km.

http://letouralausannne.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Un automobiliste perd la vie dans le tunnel de Pomy (VD)

Publié

le

Plusieurs patrouilles de police sont intervenues lors de cet accident (Image prétexte). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un automobiliste de 20 ans a perdu la vie dans la nuit de mardi à mercredi dans un tunnel de Pomy, sur l'A1 près d'Yverdon-les-Bains. Le conducteur, seul en cause, a perdu la maîtrise de sa voiture, qui s'est encastrée dans une niche de secours.

La centrale de police a été avisée de l'accident vers 02h45. Le conducteur est resté prisonnier de sa voiture et a dû être désincarcéré par les pompiers. Le personnel médical n'a pu que constater le décès de ce ressortissant portugais de 20 ans, domicilié dans la Broye, indique mercredi la police vaudoise.

Le procureur de service a ouvert une enquête. L'accident a nécessité l'intervention d'une ambulance, du SMUR et de plusieurs patrouilles de police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Une nouvelle présidence pour le PS lausannois

Publié

le

Sarah Neumann succède à Denis Corboz, qui a présidé le PS lausannoise de 2018 à 2022 (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Sarah Neumann, 45 ans, est la nouvelle présidente du Parti socialiste lausannois (PSL). Elle a été élue mardi soir par acclamation en assemblée générale. Elle sera épaulée par Séverine Graff, 40 ans, nommée vice-présidente.

Sarah Neumann, secrétaire générale de la Manufacture et ancienne vice-présidente du PSL, succède à Denis Corboz, qui a occupé cette fonction de 2018 à 2022. Elle est conseillère communale depuis 2021, après un premier passage au législatif communal de 2012 à 2016, puis un mandat au Grand Conseil de 2017 à 2020.

Conseillère communale depuis 2021, Séverine Graff est enseignante au gymnase où elle s'occupe notamment de la prévention de la santé auprès des jeunes, écrit mercredi la PSL dans un communiqué. Le secrétaire général Yusuf Kulmyie a été renouvelé dans ses fonctions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La Verte Séverine Evéquoz élue à la présidence du Parlement

Publié

le

Séverine Evéquoz a accédé mardi à la présidence du Grand Conseil. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Séverine Evéquoz est la nouvelle première citoyenne du canton de Vaud. L'écologiste a été élue mardi à la présidence du Grand Conseil.

De retour dans la salle du Parlement après avoir été assermentés en matinée à la cathédrale, les députés ont accordé 120 voix à Séverine Evéquoz (sur 146 bulletins valables). La Lausannoise de 41 ans, première vice-présidente jusqu'ici, était la seule candidate en lice pour succéder à Laurence Cretegny.

"Vos débats seront ma priorité", a-t-elle promis à ses collègues lors de son discours d'intronisation. "Exprimez-vous, débattez de vos idées, faites vivre votre liberté d'expression!", leur a-t-elle lancé. Conseillère communale à Lausanne de 2013 à 2017, elle a rejoint en 2017 le Grand Conseil, où elle a été réélue en mars dernier en obtenant le meilleur score des écologistes dans l'arrondissement de Lausanne.

Sur le plan professionnel, la native de Chessel, dans le Chablais vaudois, travaille depuis 2019 comme collaboratrice scientifique à l'Office fédéral de l'environnement (OFEV). Elle y oeuvre pour un projet visant à développer la biodiversité et la qualité paysagère dans les agglomérations.

La Verte, qui a suivi un apprentissage de fleuriste avant de devenir ingénieure en gestion de la nature, a auparavant travaillé pour la Ville de Lausanne et le Canton de Genève.

Anciennes présidentes en exemple

Interrogée par Keystone-ATS, Séverine Evéquoz explique être "consciente de la dimension" d'une présidence du Grand Conseil. Si elle se sait désormais plus exposée, elle assure aborder cette année législative "avec confiance". Pour l'affirmer, elle met en avant "un solide parcours" politique et professionnel, ainsi que sa capacité d'être "à l'écoute des autres".

Cette passionnée de montagne, membre du Club alpin suisse, estime aussi avoir "l'endurance" suffisante pour répondre à la charge de travail et répondre aux sollicitations. Elle explique aussi avoir réduit son taux de travail, qui passera de 80 à 50% à l'OFEV durant l'année à venir.

Séverine Evéquoz dit également s'inspirer des deux présidentes qui l'ont précédée, Sonya Butera et Laurence Cretegny, qui ont notamment "su conduire le Parlement durant la crise du coronavirus".

La Lausannoise ne regrette pas de devoir renoncer aux débats durant l'année à venir. "Le rôle de deuxième et première vice-présidente m'imposait déjà une telle posture. J'y suis préparée", remarque-t-elle. Si elle accepte de s'effacer en tant que Verte, elle souligne qu'elle ne le fera pas en tant que politicienne vaudoise avec, comme objectif, de "faire rayonner le Parlement".

Séverine Evéquoz sera épaulée par le Vert'libéral Laurent Miéville et l'UDC Jean-François Thuillard, élus mardi respectivement premier et deuxième vice-président. Les élections de mardi après-midi ont aussi permis de placer Patrick Simonin (PLR), Stéphane Montangero (PS), François Cardinaux (PLR) et Céline Misiego (Ensemble à gauche - POP) au Bureau du Grand Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture