Rejoignez-nous

Suisse Romande

La ville de Lucerne est plus vieille que ce que l'on imaginait

Publié

,

le

Le pont de Lucerne est un monument phare de la ville (© KEYSTONE/SIGI TISCHLER)

Le site palafittique situé dans la zone du tunnel sous le lac prévu pour la future la gare souterraine de passage de Lucerne est vieux de 5400 ans. Ce sont 2400 ans de plus que ce que l'on supposait.

En 2020, les premières découvertes faites dans la rade de Lucerne indiquaient que la ville avait été peuplée à l'âge du bronze, vers 1000 avant Jésus-Christ, rappelle mercredi la chancellerie lucernoise dans un communiqué. De nouvelles analyses ont montré que le village existait déjà en 3400 avant Jésus-Christ.

Ce qui a mis les chercheurs sur cette piste est une couche sombre à forte teneur en matière organique et du charbon de bois, découverts à 1,5 mètre sous le fond du lac. Des fragments de céramique, des grains de céréales brûlés et des outils en silex figurent également parmi les découvertes.

Ces découvertes indiquent les vestiges d'un ou plusieurs villages néolithiques et prouvent une fois de plus que le niveau du lac était nettement plus bas qu'aujourd'hui au cours des millénaires précédents, précise le communiqué.

"Grâce à ces nouvelles connaissances, nous pouvons prouver sans équivoque que l'histoire de Lucerne commence avec un village lacustre du néolithique. C'est vraiment une sensation et cela signifie qu'il y a 5400 ans déjà, des hommes se sont installés sur le site de la ville actuelle", a déclaré l'archéologue cantonal Jürg Manser, cité dans le communiqué.

Des fouilles de sauvetage doivent donc être entreprises afin de documenter les importants témoins culturels et historiques. Ces fouilles sont prévues avant le début des travaux de la gare de passage et ne les retarderont pas.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Samedi du partage: "c'est normal de donner"

Publié

le

N’oubliez pas votre cabas si vous allez faire des courses ce week-end. L'opération Samedi du partage a commencé ce vendredi matin, les Genevois répondent présents.

Le Samedi du partage se tient vendredi et samedi. Les habitants du canton de Genève, du Grand Lausanne, du Nord vaudois, du Chablais vaudois sont appelés à se mobiliser afin de venir en aide aux personnes en difficulté. Car malheureusement, la situation ne cesse de se détériorer. La hausse des prix de l'alimentation mais aussi de l'électricité ou encore des primes d'assurance maladie n’arrange rien.

Reportage vendredi matin à la Migros du centre Balexert à Genève:

Reportage

En juin dernier, le Samedi du partage a permis de récolter 217 tonnes dans les cantons de Genève et Vaud.

 

Continuer la lecture

Culture

En 2024, le MJF ira sur le lac et dans le Casino (VIDEO)

Publié

le

Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Le Montreux Jazz Festival (MJF) se réinvente pour son édition 2024 hors les murs. Du 5 au 20 juillet, une scène "exceptionnelle" sera construite sur le lac en contrebas de la place du Marché. La manifestation fera aussi son retour au Casino et s'étendra sur les quais.

"C'est un changement majeur et un défi de taille que de devoir réinventer le festival en raison des travaux au Centre des congrès (2m2c)", a déclaré Mathieu Jaton devant la presse à Montreux. Parmi les postulats de base, cette 58e édition ne pouvait se dérouler ailleurs qu'à Montreux, a souligné le directeur du festival. "Comment aller ailleurs avec un terrain de jeu pareil, le lac, les montagnes et nombre de lieux historiques? C'est notre ADN, c'est ce qui fait que les artistes reviennent", a-t-il dit.

"Pour nous, il était également ultra important de maintenir les dates et la capacité d'accueil", a-t-il affirmé, rappelant que le MJF génère 80 millions de retombées économiques à la région et qu'il est fréquenté par 250'000 festivaliers.

© MJF

Retour aux sources

Le MJF, qui a dû relocaliser les 15'000 m2 d'espaces qu'il utilise habituellement au 2m2c, va proposer un voyage complet dans la ville. Celui-ci commencera au Casino. "Nous allons renouer avec ce lieu chargé d'histoire que nous avons quitté il y a tout juste trente ans", a rappelé Mathieu Jaton. Il avait accueilli nombre de concerts mythiques dès 1967.

D'une capacité de 1300 personnes, la salle reflètera la liberté de programmation chère au créateur du festival Claude Nobs. S'y déploieront les musiques actuelles sous toutes leurs formes.

Lac fondamental

Parmi les autres évidences, le patron du festival a cité "le besoin d'une scène principale exceptionnelle qui puisse faire rêver artistes, agents et public", comme le fait habituellement l'auditorium Stravinski. Ainsi que de "rester impérativement au bord du lac, notre élément fondamental", a-t-il ajouté.

Une immense scène va ainsi voir le jour sur le Léman, au bas de la place du Marché. Basée sur l'expérience vécue en 2021 durant la pandémie de Covid-19, elle sera, cette fois-ci, d'une envergure beaucoup plus grande avec 36 mètres de large. Le site, doté d'une pente naturelle à côté du Marché couvert, pourra accueillir 5000 personnes, avec 600 places assises sur des gradins abrités.

Clins d'oeil historiques

En plus de ces deux scènes payantes, le Festival en comptera sept gratuites. La Super Bock Stage investira le Parc suisse, proche du débarcadère, qui sera aussi l'espace d'accueil officiel. Le prochain arrêt sera l'Eurotel, "né en 1967 comme le MJF". Ce lieu "très sixties" accueillera le Lisztomania, scène des tendances émergentes dans son ancienne piscine intérieure dotée de 450 places.

Le voyage se terminera dans une zone déjà bien connue, celle du Montreux Palace et des quais. Le public retrouvera La Lake House et ses différentes activités au Petit Palais. Enfin, à l'extérieur, de grandes terrasses accueilleront trois scènes festives et noctambules. La longueur des quais intégrée au projet 2024 sera doublée par rapport à 2023.

Autre nouveauté, des "pop-up" concerts organisés chaque jour donneront "une texture particulière" à cette édition. Ils investiront une série de lieux patrimoniaux de la ville, tel que le studio de Freddy Mercury, a cité en exemple Mathieu Jaton.

Collaboration étroite

Pour mener à bien cette édition spéciale, le MJF a collaboré étroitement avec les autorités de la ville, la Municipalité et les acteurs locaux, qu'ils soient hôteliers, commerçants, habitants ou artisans. L'accueil chaleureux rencontré par le projet a permis d'envisager l'extension du périmètre du Festival avec sérénité et d'intégrer les infrastructures existantes sur les quais.

Ce réaménagement aura forcément un coût, a admis Mathieu Jaton. Mais "nous essayons de rester dans un cadre budgétaire similaire aux années précédentes, soit entre 28 et 30 millions".

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Festivals

Mondial de la fondue: "l'opportunité de faire connaitre nos produits"

Publié

le

CLÉ DE VOÛTE-ANTHONY ANEX

Steve Dupasquier fait partie des 200 concurrents qui vont participer au Mondial de la fondue. Ce fromager fribourgeois d'origine, possède un magasin à Genève. Cet évènement est pour lui avant tout festif mais offre aussi une belle vitrine pour ses produits. 

C’est sans doute l’un des événements les plus festifs de l’année!

La quatrième édition du Mondial de fondue se tient dès vendredi et jusqu’à dimanche à Tartegnin dans le canton de Vaud.

Plus de 200 concurrents, amateurs et professionnels, seront en lice. Ils devront préparer des fondues composées d'au moins 50% de Gruyère AOP.

Et pour la première fois, le mondial aura des accents exotiques, avec des équipes venant du Brésil et du Québec.

Plus proche de nous, plusieurs Genevois seront présents dont Steve Dupasquier. Ce fromager fribourgeois d'origine, possède un magasin à Genève, il va proposer deux fondues: une moitié-moitié classique et une aux truffes fribourgeoises.

Il nous présente son activité:

Steve DupasquierFromager et participant au Mondial de la fondue

Quels sont ses secrets pour réussir une fondue?: 

Steve DupasquierFromager et participant au Mondial de la fondue

C’est la deuxième fois que Steve participe au Mondial de la Fondue, il sait donc déjà comment cela va se passer:

Steve DupasquierFromager et participant au Mondial de la fondue

12 000 visiteurs sont attendus au Mondial de la Fondue et 6 000 caquelons devraient être servis.

Continuer la lecture

Genève

L'extrême de l'extrême à voir à la Nuit de la glisse

Publié

le

La nuit de la Glisse

Le retour de la Nuit de la Glisse, c’est ce dimanche à Genève avec des documentaires à voir sur écran géant.

Les fans de sports extrêmes ont forcément coché la case dans leur agenda.

Ce dimanche 19 novembre, ils ont rendez-vous pour la nuit de la glisse à l'Arena de Genève.

Avec au programme, des films à découvrir comme celui de Maxime Chabloz, champion du monde de Freeride, qui présentera “Petit Suisse”.

Et puis “Human X” du réalisateur Thierry Donard. Un documentaire qui sera projeté sur un écran de plus de 24 mètres pour une immersion totale.  Thierry Donard raconte quatre histoires avec neuf athlètes. Des images époustouflantes en surf, snowboard, ski, parapente, VTT ou wingsuit.

De quoi faire sursauter les âmes les plus sensibles. Mais au-delà des images, le réalisateur veut aussi faire passer un message sur la résilience sportive face aux enjeux climatiques.

Thierry Donard:

Thierry Donard

Et pour avoir des images spectaculaires, Thierry Donard a placé la barre haut:

Thierry Donard

Exemple avec ce surfeur en Australie:

Thierry Donard

Infos sur le site de la Nuit de la glisse.

Continuer la lecture

Environnement

Pourquoi les écrevisses endémiques du Léman sont-elles menacées?

Publié

le

KEYSTONE VALENTIN FLAURAUD

Les écrevisses endémiques du Léman sont en danger, elles sont menacées par des espèces invasives depuis près de 50 ans. Pour en savoir plus, un webinaire est organisé par l'ASL, l'association pour la sauvegarde du Léman.

Vous en avez forcément vu une fois: des écrevisses dans le Léman.

Sachez qu’il y a de fortes chances, qu’il s'agisse d’espèces invasives, appelées “signales” ou “américaines” venues d’outre-Atlantique. Des animaux arrivés dans les années septante et qui ont quasiment éradiqué les écrevisses endémiques, dites “à pattes blanches”. Ces dernières se sont alors réfugiées dans les petits cours d’eau.

Pour en savoir plus sur ce sujet, l'association pour la sauvegarde du Léman organise lundi 13 novembre, un webinaire avec un spécialiste: David Bippus, collaborateur scientifique à La Maison de la Rivière.

Quels dangers représentent les écrevisses “signales” ou “américaines” ?

David BippusCollaborateur scientifique à La Maison de la Rivière

Quelles sont les solutions pour s’en débarrasser?

David BippusCollaborateur scientifique à La Maison de la Rivière

Comment fait-on pour différencier les espèces?

David BippusCollaborateur scientifique à La Maison de la Rivière

Si vous voulez participer au webinaire, il faut simplement vous inscrire.

Et si vous voulez en savoir plus, une conférence est prévue à la maison de la rivière le 23 novembre.

 

Continuer la lecture