Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace: Mayer dans les cages, un choix logique pour les Aigles

Publié

,

le

Malgré les récentes très bonnes prestations de Remo Giovannini, Robert Mayer a repris sa place dans les cages des Grenats.

Le choix avait pu surprendre samedi soir: après trois bons matchs (et trois victoires pour Genève-Servette), Remo Giovannini a repris place sur le banc à Bienne. Le coach genevois Craig Woodcroft avait en effet pris le parti d’aligner à nouveau son titulaire habituel Robert Mayer dans les cages. Pas forcément décisif, l’international suisse n’a rien pu faire pour éviter la débâcle des Aigles, défaits sept buts à trois après cinq succès consécutifs.

De quoi poser la question: était-il légitime de changer une équipe et un gardien qui gagnent ? Pour le responsable des portiers servettiens Sébastien Beaulieu, cela ne fait pas de doute.

Sébastien Beaulieu Entraîneur des gardiens de Genève-Servette

 

Reste que cela ne doit pas faire oublier les bonnes prestations de Giovannini, entré à la mi-match samedi soir. Numéro quatre dans la hiérarchie, prêté par Bordeaux en cours de saison, le Davosien de 26 ans a profité de l’hécatombe au poste de gardien pour se faire une petite place. Et il n’a déçu personne, surtout pas son mentor.

Sébastien Beaulieu Entraîneur des gardiens de Genève-Servette

 

Il n’empêche, le numéro un reste et restera Robert Mayer. Il devrait être à nouveau le titulaire dans les cages servettiennes ce soir. Genève-Servette reçoit Bienne à la Patinoire des Vernets, coup d’envoi à 19h45.

 

Valentin Schnorhk

Photo: © Romain Gimblett.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Mondial dames de Unihockey: Les Suissesses en argent

Publié

le

La Suède a décroché à Neuchâtel son 7e titre mondial consécutif (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Vainqueur miraculeuse des Tchèques en demi-finale, l’équipe de Suisse dames n’est pas allée au bout de son rêve dans « son » championnat du monde à Neuchâtel.

Les protégées du coach Rolf Kern ont été battues 3-2 après prolongation par la Suède en finale.

Les 4250 spectateurs massés dans la Patinoire du Littoral ont pourtant pu croire en un nouvel exploit lorsque Corin Rüttimann a inscrit le 2-2 à… 8 secondes de la fin du temps réglementaire. Mais la Suède n’a pas doutant longtemps, Johanna Hultgren marquant le but du sacre après 61 » de jeu supplémentaire.

L’issue peut sembler cruelle pour les Suissesses, qui avaient ouvert la marque après seulement 72 » de jeu grâce à Margrit Scheidegger. Meilleure gardienne du tournoi, Lena Haini (24 arrêts dimanche) a longtemps retardé l’échéance. Mais elle n’a rien à se reprocher sur les trois buts suédois.

La Suède décroche ainsi son neuvième titre mondial, le septième consécutif. Pour la Suisse, sacrée une seule fois (en 2005), il s’agit de la neuvième médaille en douze éditions, la quatrième d’affilée. Les Suissesses s’étaient parées de bronze lors des trois derniers Mondiaux.

Cette présence en finale tenait déjà du miracle. Menées 6-2 par la République tchèque à moins de trois minutes de la fin de leur demi-finale samedi, les Suissesses avaient arraché la prolongation en marquant quatre buts en l’espace de… 79 secondes! Michelle Wicki a offert la victoire à son équipe après 4’34 » en « overtime ».

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

CHI de Genève: Fuchs gagne le GP

Publié

le

Martin Fuchs a remporté dimanche le GP du CHI de Genève (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Martin Fuchs a foncé à toute vitesse vers la victoire dans le Grand Prix de Genève.

Le champion d’Europe s’est imposé d’un souffle – 5 centièmes seulement – devant le Britannique Scott Brash. Steve Guerdat a pour sa part pris la cinquième place.

Rarement un barrage n’aura été aussi dense, avec cinq cavaliers dans (presque) la même seconde, Guerdat et Bianca ayant terminé à 1 »06 exactement de Fuchs et Clooney. Le Zurichois, no 2 mondial, a réalisé une manche de folie et il le fallait bien, pour s’imposer à pareil niveau.

Il n’a peut-être pas gagné mais, à 22 ans, Bryan Balsiger (6e, juste derrière Guerdat) a clairement marqué les esprits en signant un époustouflant double sans faute. Sur Clouzot, le cheval qui lui a permis de remporter le 20 octobre sa première victoire en Coupe du monde (à Oslo), le Neuchâtelois s’est inscrit dans les coeurs du public genevois.

Et, probablement, dans la tête du chef d’équipe Andy Kistler. Même s’il peut encore se passer bien des choses, le champion d’Europe des jeunes cavaliers 2017 a peut-être bien pris une option sur la troisième place aux JO l’été prochain, derrière Guerdat et Fuchs.

Avec déjà trois barragistes, on aurait été bien gourmand d’attendre plus de l’imposante délégation helvétique (sept partants sur les quarante au total). Ainsi, les quatre autres cavaliers à croix blanche sont restés à quai, regardant partir sans eux le train à destination du showdown.

Pius Schwizer a fait deux fautes, dont la première, comme tant d’autres concurrents, à la sortie de l’impressionnant triple, une palanque fragile dans le coin de la piste. Le même obstacle qui a mis Werner Muff en mauvaise posture (13 points).

« Elle est délicate… », avait glissé, sourire malicieux en coin, le constructeur de la piste Gérard Lachat juste avant le début du GP. Le Jurassien ne pensait peut-être pas qu’elle l’était à ce point, délicate. Elian Baumann en a lui aussi fait l’amère expérience (sa seule barre!).

La palme de la frustration revient néanmoins sans l’ombre d’un doute à Beat Mändli: il a signé sur Dsarie un sans faute, mais a pris un point de dépassement de temps, franchissant la ligne 81 centièmes trop tard!

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Saut d’obstacle: nouveau chef pour l’Equipe de Suisse

Publié

le

Andy Kistler quittera son poste après les JO de Tokyo (©KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Andy Kistler rendra son tablier de chef de l’équipe de Suisse de saut. Le Schwytzois mènera une dernière campagne cet été, aux JO de Tokyo, avant de céder la place à Michel Sorg, actuel sous-directeur du Concours Hippique International (CHI) de Genève.

La nouvelle a été dévoilée lors d’un point-presse organisé par la Fédération suisse des sports équestres (FSSE) samedi au CHI de Genève. Kistler était en poste depuis six ans.

« J’ai vécu tant de beaux moments…, a déclaré un Kistler par-dessus tout « fier d’avoir contribué à bâtir une équipe ». Mais aussi très reconnaissant d’avoir pu « vivre sur place les trois sacres de Steve Guerdat en Coupe du monde, la conquête du bronze aux Européens d’Aix-la-Chapelle, synonyme de qualification pour les JO 2016 ainsi que le titre de Martin Fuchs aux derniers championnats d’Europe ».

Kistler avait succédé fin avril 2014 à Urs Grünig, dont il était l’assistant. Cet ancien homme d’affaires, qui n’était pas issu du milieu équestre, a su s’imposer à ce poste qui demande beaucoup de diplomatie grâce à son sens du relationnel et sa personnalité chaleureuse.

Le choix du lieu de l’annonce n’est sans doute pas anodin puisque Michel Sorg n’est autre que le sous-directeur du Concours hippique. Le futur boss, 34 ans, notamment ancien présentateur à Teleclub Sports, avait été nommé fin 2018 chef du sport pour le saut à la FSSE. « Je suis heureux et, je m’en rends compte à l’instant, aussi très ému », a-t-il commencé en tentant de contenir ses sanglots.

« J’ai une chance folle, je n’aurais même jamais osé rêver d’occuper un jour cette fonction, a-t-il ajouté. Je dois beaucoup à Andy, qui est un manager incroyable. Et il en faut un à la tête d’une équipe de Suisse qui s’appuie sur des cavaliers incroyables, des chevaux incroyables et des propriétaires incroyables. »

 

Michel Sorg toujours sous-directeur du CHI

Bonne nouvelle pour Michel Sorg et le saut helvétique, Thomas Fuchs a accepté de rester entraîneur national. « C’est un privilège de pouvoir compter sur son expertise », a insisté Sorg qui demeurera sous-directeur du CHI mais tout en diminuant son activité. « Les deux rôles sont compatibles », a-t-il assuré.

Michel Sorg a également tenu à rendre hommage à son prédécesseur Andy Kistler pour le travail effectué au cours de son mandat qui s’achèvera l’été prochain…

Michel Sorg Nouveau chef de l'Equipe de Suisse de saut d'obstacle

 

 

Continuer la lecture

Actualité

St-Moritz: Lara Gut termine 5e

Publié

le

Sofia Goggia a décroché son 7e succès en CdM samedi à St-Moritz (©KEYSTONE/AP/SERGIO BISI)

Sofia Goggia a remporté samedi le super-G de St-Moritz, cueillant ainsi sa septième victoire en Coupe du monde.

L’Italie a même signé un doublé, Federica Brignone terminant 2e à 0 »01. Meilleure Suissesse, Lara Gut-Behrami a obtenu son meilleur résultat de l’hiver (5e).

Vice-championne du monde de la discipline en février à Are, Sofia Goggia (27 ans) a forgé son succès sur le bas du parcours, elle qui accusait 0 »22 de retard sur Federica Brignone après 40 » de course. L’Italienne, championne olympique de descente en 2018, s’impose ainsi pour la troisième fois en super-G sur le Cirque blanc.

Le podium est complété par la reine Mikaela Shiffrin (3e à 0 »13 de la gagnante), qui avait remporté le super-G disputé l’an dernier dans la station grisonne. C’est la quatrième fois « seulement » que l’Américaine figure dans le top 3 en super-G, après ses trois victoires obtenues la saison dernière.

Lara Gut-Behrami a pour sa part concédé 0 »72 à la gagnante pour figurer pour la deuxième fois de la saison parmi les 10 premières. La Tessinoise, 8e du géant d’ouverture à Sölden, avait dû se contenter d’une 12e place en super-G à Lake Louise. Corinne Suter a confirmé sa belle forme en se classant 6e (à 0 »87), alors que Wendy Holdener et Michelle Gisin sont ex-aequo au 11e rang (à 1 »02).

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Romain Loeffel et la Suisse irrésistibles

Publié

le

Soir de fête pour Simon Moser, Romain Loeffel et Enzo Corvi. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse a livré un deuxième match parfait à Viège. La sélection de Patrick Fischer a écrasé la Russie 8-2 et a remporté son tournoi.

Alors oui ce n’est qu’une Russie B dans un match amical, mais quand même. Infliger un camouflet à l’une des nations phares du hockey mondial, cela n’arrive pas tous les jours. Comme de réussir un quadruplé en étant défenseur, n’est-ce pas Romain Loeffel?

Le Neuchâtelois de Lugano était assurément dans un jour de grâce. Tous ses tirs ont été dangereux et son 4-0 a même eu raison du gardien Tikhomirov. Mais ne voir que la performance XXL de l’ancien défenseur de Genève-Servette serait faire injure au travail de toute l’équipe de Suisse. Car l’ensemble de l’effectif a travaillé de concert. On omettra sans souci les deux buts encaissés en fin de partie dans ce qu’il convient bien d’appeler du remplissage puisque les joueurs de Patrick Fischer avaient plus que le match dans leurs mains.

Gros sujet de satisfaction, les situations spéciales. Le power-play s’est à nouveau mis en évidence en marquant lors de ses deux premières tentatives. Avec de nombreux droitiers à l’arrière du dispositif (Untersander, Loeffel, Egli), le jeu de puissance a fait des étincelles et Loeffel s’est particulièrement régalé. Le box-play s’est lui aussi distingué en annihilant les velléités de la Sbornaya.

Nyffeler se fond dans le moule

Arrivé mercredi soir pour pallier l’absence de Reto Berra, gêné par des ennuis musculaires, Melvin Nyffeler a eu droit à son match. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le portier de Rapperswil a parfaitement répondu aux attentes de Patrick Fischer. Le Zurichois n’a pas eu du travail plein la mitaine, mais il a su s’interposer au moment adéquat. Deux scènes illustrent à merveille le calme du dernier rempart des Lakers. A la 13e, il a privé les Russes d’une égalisation et surtout à la 40e, il a repoussé une attaque où deux Russes se sont présentés seuls face à lui et alors que la Suisse évoluait en avantage numérique. Les 3844 spectateurs de la Lonza Arena se sont levés comme un seul homme pour saluer le sauvetage du gardien helvétique.

Dommage que le rush de Russes frustrés de se prendre une déculottée ait coûté son blanchissage au Zurichois. Mais la Suisse termine son tournoi sur un bilan réjouissant de treize buts inscrits pour seulement deux encaissés. Une base intéressante avant de retrouver les joueurs en avril. Il y aura bien sûr un rassemblement en février (deux matches à Herisau et Olten contre l’Allemagne), mais celui-ci sera l’occasion pour Patrick Fischer d’aligner des jeunes joueurs à développer.

Continuer la lecture