Rejoignez-nous

Actualité

Revue de presse de ce dimanche 28 octobre

Publié

,

le

Le Jura a décidé de lancer un appel d'offres au printemps prochain pour l'ensemble de ses 38 lignes de cars postaux, comme le rapporte la SonntagsZeitung. C'est le premier canton à sauter le pas (archives). (©KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les armes utilisées dans le conflit au Yémen, le scandale CarPostal ou encore les voitures électriques sont quelques-uns des sujets abordés ce dimanche par la presse:

SonntagsBlick / Zentralschweiz am Sonntag / Ostschweiz am Sonntag: Dans le conflit au Yémen, des soldats saoudiens tirent apparemment avec des armes suisses. Le SonntagsBlick décortique dans son édition du jour une photo sur laquelle des soldats saoudiens présumés posent après avoir mené l’assaut avec des fusils made in Switzerland. Le cliché aurait été pris fin 2017 dans la province de Jizan. Dans cette zone frontalière entre l’Arabie saoudite et le Yémen, l’armée saoudienne se bat contre les rebelles Houthis. Les armes sont des fusils d’assaut de type 552 fabriqués par la société schaffhousoise Swiss Arms. Le fusil est une version spéciale du fusil d’assaut 90, qui équipe également les soldats suisses. Selon le SonntagsBlick, des fusils d’assaut suisses sont échangés sur le marché noir au Yémen. Les armes semblent provenir d’une livraison approuvée par le gouvernement. En 2006, le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) avait donné le feu vert à la vente de 106 fusils d’assaut de type 552 à la marine saoudienne, a déclaré un porte-parole. La société Swiss Arms a déclaré avoir livré des fusils d’assaut à l’Arabie saoudite, dans le respect des lois.

De son côté, Pilatus a aussi « tout fait correctement », affirme son président Oscar Schwenk, en référence à un accord controversé noué avec l’armée saoudienne. Les autorités ont été pleinement informées du contrat et toutes les autorisations nécessaires ont été obtenues, détaille-t-il. Les allégations selon lesquelles l’avionneur nidwaldien aurait omis l’an dernier d’informer la Confédération du renouvellement d’un accord approuvé et conclu en 2014 avec l’armée de l’air saoudienne sont « absolument fausses et totalement absurdes », explique le président du conseil d’administration de Pilatus, âgé de 74 ans lors d’un entretien avec Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Le contrat controversé concerne un accord de maintenance conclu en 2017 pour la flotte de PC-21 de l’armée de l’air saoudienne.

SonntagsZeitung: Après le scandale des subventions, CarPostal est menacé de perdre des lignes de bus dans plusieurs régions. Le Jura a décidé de lancer un appel d’offres au printemps prochain pour l’ensemble de ses 38 lignes de cars postaux, comme le rapporte la SonntagsZeitung. C’est le premier canton à sauter le pas. « Nous n’étions pas satisfaits du coût et de la qualité des offres de CarPostal », a déclaré David Asséo, chef de la section mobilité et transports à l’Etat du Jura. Celui-ci reproche également à la filiale de La Poste un « manque de transparence et un appui insuffisant à certains projets ». Les Grisons, le canton qui compte le plus grand nombre de lignes de bus postaux, examinent également de près le prestataire et n’excluent pas la possibilité d’un appel d’offres pour certaines lignes. Hans-Peter Wessels, président de la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics prédit que d’autres communes et cantons feront de même.

Profs interdits d’enseigner

Le Matin Dimanche/ SonntagsZeitung: Il y a actuellement 95 personnes sur la liste noire des profs interdits d’enseignement en Suisse, principalement pour des délits sexuels au niveau primaire. C’est ce que rapportent la SonntagsZeitung et Le Matin Dimanche après avoir enfin pu consulter le document, dans une version anonymisée. Le registre a été créé il y a 15 ans par la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP). Concrètement, les cantons notent sur cette liste tous les enseignants auxquels ils ont retiré l’autorisation d’enseigner, principalement pour des délits sexuels, mais aussi pour des problèmes de maladie mentale ou de dépendance. Il s’agit presque toujours d’hommes.

Selon les deux publications de Tamedia, 32 enseignants inscrits sur la liste viennent de Zurich, 15 de Saint-Gall, 14 de Berne et 11 de Lucerne. Plus de la moitié des cantons n’ont pas signalé un seul cas. Parmi eux, Vaud et Tessin, alors qu’il y a eu récemment des cas de délits sexuels graves. Suite à cette enquête journalistique, « la responsable du DIP, Cesla Amarelle, veut que le canton de Vaud participe à cette liste. Reste encore ouverte la question d’une base légale, mais la détermination est là ».

Le Matin Dimanche: Pour réduire les émissions de CO2, les Suisses devraient notamment se munir de voitures électriques. Petit bémol: ces engins se rechargent 9 fois sur 10 à domicile et les Suisses, en majorité locataires, habitent des immeubles non équipés, rapportent Le Matin Dimanche. Groupe E estime que « le nombre d’immeubles équipés est même inférieur à 1% ». Or pour Patrick Rérat, professeur à l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne, la transition vers une mobilité verte se fera seulement si les automobilistes ont la garantie de pouvoir charger leur véhicule électrique, que celui-ci soit « là prêt à démarrer ». Quant au nombre de bornes de recharge rapide sur le domaine public, il est très disparate selon les villes. A Lucerne, 40’602 personnes se partagent une borne; à Zurich, ils sont 18’139 à faire de même. A Berne, Winterthour, Bienne, Genève, Bâle et Lausanne, cette proportion oscille en 8500 et 11’150. Saint-Gall fait mieux en offrant une borne pour environ 3000 personnes, mais on est toujours loin d’Oslo où 488 habitants se partagent un point de recharge.

Elle vit avec un nouveau rein sans médicaments

NZZ am Sonntag: Après une nouvelle transplantation d’organe à l’hôpital universitaire de Zurich, un patient – en l’occurrence une patiente – vit, pour la première fois en Europe, avec un nouveau rein sans être dépendant de médicaments. La femme de 57 ans a dit à la NZZ am Sonntag qu’elle menait à nouveau une vie normale. En 2016, elle présentait un risque d’insuffisance rénale. Son frère avait alors fait le don d’un rein et de moelle osseuse. Le système immunitaire de la femme a ainsi été  » recyclé « , de sorte qu’il reconnaît l’organe comme étant le sien. La femme a pu arrêter de prendre tout médicament un an après l’opération. Ce procédé développé aux Etats-Unis ne fonctionne qu’avec des couples donneur-récepteur absolument identiques ce qui est relativement rare. L’objectif est actuellement d’étendre le traitement à d’autres personnes.

SonntagsZeitung: Sergio Ermotti, CEO d’UBS, défend dimanche le sauvetage de sa banque pendant la crise financière il y a dix ans. Il critique aussi la Banque nationale pour sa politique de taux d’intérêt actuelle, lors d’un entretien accordé à la SonntagsZeitung. Sergio Ermotti estime que le problème du « too big to fail » est résolu. Tout le reste, n’est qu' »alarmisme ». Il a ainsi été surpris lorsque le rapport de stabilité de la Banque nationale a traité la croissance des grandes banques comme un risque. « Je crois que les taux d’intérêt négatifs et la taille du bilan de la Banque nationale sont les plus grands risques », riposte Sergio Ermotti. La politique de faibles taux d’intérêt met en péril la prévoyance vieillesse. Les fonds de pensions, en particulier, sont encouragés par les faibles taux d’intérêt à accorder des prêts hypothécaires à des conditions très favorables. Cela pourrait entraîner des pertes importantes en cas de crise. En outre, la Banque nationale n’est guère en mesure de réduire à nouveau son bilan, faute de quoi des milliards seraient perdus et l’économie exportatrice serait menacée.

Le Matin Dimanche: L’élue socialiste genevoise Liliane Maury Pasquier veut connaître l’ampleur du sexisme politique sous la Coupole. La conseillère aux Etats veut ainsi donner suite à une étude publiée par l’Union interparlementaire basée à Genève et par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) de Strasbourg, écrit Le Matin Dimanche. Selon les statistiques établies, 85% des élues ont été la cible de violences psychologiques dans les parlements d’Europe au cours de leur mandat. Un quart a subi des violences sexuelles. Les auteurs sont des hommes parlementaires dans 69,2% des cas. « Il vaudrait la peine de mener une étude nationale au niveau du Parlement fédéral, voire dans certains cantons si ceux-ci ont un intérêt, pour avoir une image plus fine de la situation en Suisse », affirme Liliane Maury Pasquier.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Accord-cadre: Ignazio Cassis se voit avec Guy Parmelin à Bruxelles

Publié

le

Le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis se voit négocier sur l'accord-cadre à Bruxelles avec le président de la Confédération Guy Parmelin (archives). (© KEYSTONE/EPA/WAEL HAMZEH)

Le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis pense qu’il partira à Bruxelles avec Guy Parmelin pour participer aux dernières négociations sur l’accord-cadre. « Aucun autre conseiller fédéral ne connaît le dossier aussi bien que moi », dit-il au SonntagsBlick.

A l’heure actuelle, il n’est « pas judicieux de parler de délégation », reconnaît M. Cassis dans une interview accordée à l’hebdomadaire alémanique. Il suppose toutefois qu’il sera présent à Bruxelles aux côtés du président de la Confédération Guy Parmelin.

Aujourd’hui, il s’agit avant tout de trouver la bonne voie politique, poursuit le Tessinois. La secrétaire d’Etat Livia Leu a mené six séries de discussions de fond. Le Conseil fédéral analyse actuellement les résultats de ces échanges et fera ensuite le point.

M. Cassis n’a pas pu dire combien de temps cette phase allait durer, mais ce n’est qu’après elle que l’on décidera qui se rendra à Bruxelles, selon lui. La ministre de justice et police, Karin Keller-Sutter, pourrait elle aussi faire le déplacement.

De l’avis d’Ignazio Cassis, la marge de man½uvre qu’ont les politiques est plus grande que celle des secrétaires d’Etat. « Les négociations commencent généralement à un niveau technique et se terminent par une décision politique », souligne-t-il.

M. Cassis n’évoque pas de plan B en cas d’échec de l’accord. « Toute négociation a comme résultat possible le succès ou l’échec. Ceux qui négocient durement doivent aussi s’attendre à l’échec. » Pour le ministre des Affaires étrangères, un éventuel plan B ne pourrait être discuté qu’après avoir examiné « ce que l’UE est prête à donner ».

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Défaite amère pour Lausanne, Bâle se réveille

Publié

le

Le Luganais Mijat Maric (à l'arrière plan) vient de marquer le 1-0. Son coéquipier Joaquin Ardaiz exulte. (© Keystone/KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

Lausanne est rentré bredouille de son déplacement à Lugano (0-1) en Super League. Lucerne a fait les frais du réveil du FC Bâle, vainqueur 4-3 en Suisse centrale au terme d’un match échevelé.

Malgré une large domination en deuxième mi-temps, Lausanne-Sport s’est incliné 1-0 sur la pelouse de Lugano. Un but de Mijat Maric suite à un corner en 1re mi-temps a suffi au bonheur des Tessinois.

Fort de ce succès, Lugano occupe la deuxième place du classement et ne peut être dépassé que par Servette, qui se déplace dimanche à Zurich.

Fidèle à leur habitude, les hommes de l’entraîneur Mauricio Jacobacci ont fait le plus dur avec l’ouverture du score. Le défenseur Maric a su tendre son pied pour détourner un corner de Reto Ziegler dans la cage de Diaw (18e).

Ensuite, les Tessinois se sont recroquevillés en défense où Sébastian Osingwe, appelé de dernière minute pour suppléer Baumann, a réussi quelques parades décisives. Sur une tête de Jonathan Bolingi, le portier luganais a plongé pour détourner la balle sur son poteau (78e). Mais la meilleure opportunité vaudoise fut l’oeuvre de… Mory Diaw. Le gardien lausannois est monté dans les arrêts de jeu et sur corner il a repris la balle de la tête qui est juste passée au-dessus de la transversale.

Cette dernière occasion illustrait le manque d’adresse à la finition des joueurs de Giorgio Contini, qui ont plutôt fait un bon match en deuxième mi-temps.

Lugano a le vent en poupe. Au soir de la 24e journée, les Tessinois occupaient la 8e place. Au cours des quatre matches suivants, ils ont accumulé dix points pour se retrouver deuxièmes au moins pour une nuit. Un style pas toujours chatoyant mais diablement efficace.

Une tornade de 8 minutes

Longtemps, le FC Bâle a semblé pouvoir dominer Lucerne pour la deuxième fois en quatre matches. Un coup de tornade de huit minutes où les Rhénans ont inscrit trois buts par Males et Zhegrova deux fois entre les 14e et 22e minutes leur a permis de mener 3-1. Mais les Bâlois n’ont pas encore gommé tous leurs défauts moins d’une semaine après le départ de l’entraîneur Ciriaco Sforza.

Les Lucernois sont parvenus à revenir grâce à Ndiaye (64e) alors que le capitaine Pascal Schürf avait vu son penalty retenu par Lindner à la 51e. Après un poteau de l’ancien Servettien Varol Tasar (73e), l’arbitre accordait un nouveau penalty aux hommes de Fabio Celestini pour une faute de main de Kasami, contrôlé avec la VAR. Cette fois-ci, l’Autrichien Louis Schaub ne manquait pas la cible pour un doublé puisqu’il avait déjà ouvert le score dès la 3e minute.

La fin de la partie était complètement folle. Les deux équipes ont cherché le k.-o. C’est finalement Arthur Cabral qui a trouvé la faille à la 93e minute sur une passe de Petretta.

Le nouvel entraîneur Patrick Rahmen a donc fêté ses débuts par un succès qui empêchera les Young Boys d’être sacrés ce week-end.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Olympic bat enfin les Lions

Publié

le

Sean Barnette (3) et Olympic ont battu Genève samedi (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Olympic a enfin battu Genève cette saison.

Les Fribourgeois sont allés s’imposer 82-75 au Pommier samedi, infligeant aux Lions leur deuxième défaite dans ce championnat 2020/21 de LNA. Les deux équipes se retrouveront en finale de la Patrick Baumann Swiss Cup, le 8 mai à Fribourg.

Battu par ses grands rivaux lors des trois premiers duels livrés cette saison (deux fois en championnat puis en demi-finale de la SBL Cup), Olympic a forcé la décision à l’entame du troisième quart. Un partiel de 12-3 a permis aux hommes de l’entraîneur Petar Aleksic de prendre 19 longueurs d’avance à la 23e (47-28).

Les Lions du coach Andrej Stimac, dont la seule défaite de la saison avait été subie le 9 décembre à Massagno, ont accusé jusqu’à 21 points de retard (54-33 à la 26e) avant de réagir. Ils ont pu revenir à 3 points à 1’42 » du « buzzer » (75-78) après un panier primé de Timothy Derksen, mais n’ont pas pu renverser la vapeur.

Deuxième du classement, Massagno est revenu à deux longueurs des Lions grâce à son succès obtenu à Nyon (82-63). Dusan Mladjan et ses équipiers conservent une marge de six unités sur Olympic (3e), qu’ils accueilleront samedi prochain. Le dernier match de la soirée a vu Lugano dominer les Starwings 95-86.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto ce samedi (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n’a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher les numéros 6, 7, 8, 12, 32 et 38. Le numéro chance était le 1, le rePLAY le 6 et le Joker 148614.

Lors du prochain tirage samedi, 3,1 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La police disperse un rassemblement à Altdorf (UR)

Publié

le

La police a fait face samedi après-midi à plusieurs centaines de manifestants opposés aux mesures anti-Covid à Altdorf (UR). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

La police a dispersé samedi après-midi à Altdorf un rassemblement non autorisé de plusieurs centaines d’opposants aux mesures anti-Covid. La situation s’est quelque peu tendue avec un groupe de sonneurs de cloches près du monument de Guillaume Tell.

Les manifestants s’étaient retrouvés peu avant midi dans le chef-lieu uranais. Certains portaient de petites pancartes, la plupart se tenant autour du monument. Les forces de police, venues de plusieurs cantons et préparées à une intervention, leur ont demandé à plusieurs reprises de quitter les lieux et ont annoncé des contrôles d’identité.

Les manifestants – au nombre de 500, selon la police – ont quitté la place après quelques huées puis sont revenus peu après. Vers 14h00, une colonne de manifestants masqués et habillés de noir est apparue. « Nous pleurons la liberté », pouvait-on lire sur un panneau. Un haut-parleur diffusait le Requiem de Mozart.

Ultimatum

La police a alors lancé un ultimatum, exigeant la dispersion du rassemblement dans les deux minutes. La plupart ont obtempéré, mais un petit groupe est resté sur place et s’est fait contrôler par la police.

La manifestation n’en était pas pour autant finie: un groupe de sonneurs de cloches s’est réuni autour du monument de Tell sous les applaudissements de la foule. Les forces de l’ordre ont alors fait usage de gaz lacrymogène et l’ambiance s’est tendue.

Les protestataires se sont ensuite rendus dans une ferme à l’extérieur de la localité, où les organisateurs avaient à l’origine prévu un rassemblement.

Personne n’a été arrêté, a indiqué la police uranaise en tirant son bilan. Des mesures d’éloignement notamment ont été prises contre quelque 180 personnes. Deux personnes qui n’ont pas respecté ces mesures ont été dénoncées. Il n’y a pas eu de dégâts.

Accès à la ville contrôlés

Les opposants aux mesures anti-Covid avaient lancé des appels à une grande manifestation samedi à Altdorf. Ils espéraient 10’000 personnes. Mais les autorités uranaises n’ont pas autorisé le rassemblement, car l’obligation à porter le masque est difficile à faire respecter dans ce genre d’occasion.

En dépit de l’interdiction, il y a eu des appels à manifester. La police a donc procédé à des contrôles sur les routes d’accès à Altdorf ainsi que dans les transports publics. Une centaine d’expulsions ont été prononcées.

Le canton d’Uri connaît en ce moment un taux d’infection au Covid-19 très élevé. Le gouvernement cantonal avait qualifié vendredi la situation épidémiologique de « préoccupante ».

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture