Rejoignez-nous

Actualité

Usine d'embouteillage à Divonne: la bataille de l'eau

Publié

,

le

Une réunion est prévue ce mardi soir, entre l'investisseur, le Maire et les opposants. Le projet d’embouteillage fait des vagues, aussi bien du côté français que du côté suisse. Dans le canton de Vaud, les Syndics de la Côte se montrent très sceptiques face à ce vieux projet, qui ne semble plus dans l’air du temps

Ce projet d’usine d’embouteillage remonte à plus de trente ans. Il a été relancé en 2016 et c’est en mars dernier que les choses se sont précipitées. L’idée: pomper l’eau de source de Divonne-les-Bains. Pour un total de 680 mille m3 par an...pour l’exporter dans les pays du Golfe et en Asie...sachant que les thermes de Divonne pompent déjà 170 mille m3 par an dans la même nappe phréatique. A l’heure du réchauffement climatique, les Syndics de Terre Sainte s’inquiètent, à l’image d’Alain Barraud, Syndic de Chavannes-de-Bogis.

Alain BarraudSyndic de Chavannes-de-Bogis

Autre sujet d’inquiétude : le transport des 400 millions de bouteilles par an...une centaine de camions devraient transiter par Chavannes-de-Bogis pour rejoindre l’autoroute Lausanne-Genève, déjà surchargée.

Alain BarraudSyndic de Chavannes-de-Bogis

Alain Barraud rappelle que le pays de Gex achète déjà de l’eau du lac Léman à la Suisse, via des conduites transfrontalières. L'usine d'embouteillage risque d'augmenter le problème de la sécheresse.

De son côté, l’association Stop embouteillage, créée en mars, lorsque le projet s’est précisé, compte déjà plus de 900 membres. Sa présidente estime que le projet d’eau de Divonne est d’un autre âge. L’usine d’embouteillage prévoit de produire 400 millions de bouteilles en plastique par an, pour les envoyer dans les pays du Golfe et en Asie.

Un non-sens environnemental tant au niveau de la quantité de plastique produite qu’au niveau du bilan carbone. Mais la plus grande crainte des opposants...que l’eau ne vienne à manquer. Stéphanie Rapoport, présidente de l’association Stop embouteillage.

Stéphanie RapoportPrésidente de l'association Stop embouteillage

Le projet, imaginé par l’ancien Maire, avait séduit les Divonnais au départ. A l’époque, un train reliait la ville à Lyon. Aujourd’hui le transport des bouteilles se fera par camion, via l’autoroute suisse, soit un total de plus de 200 mouvements de camions par jour. De plus, selon les opposants, aucune étude hydro-géologique sérieuse, n’a été menée à ce jour.

Stéphanie RapoportPrésidente de l'association Stop embouteillage

Du côté suisse, les communes de Terre Sainte ont intenté une action en justice en France pour obtenir ces études complémentaires. La rivière La Versoix pourrait être impactée. La commune genevoise s’est d’ailleurs jointe à la procédure.

Une motion au Grand Conseil genevois

En mai la députée démocarte-chrétienne au Grand Conseil genevois Christina Meissner a déposé une motion pour que le Canton de Genève soit mieux informé sur ce projet.Christina Meissner

Christina MeisserDéputée PDC au Grand Conseil

L'élue rappelle la complexité du chemin de l'eau, qui ne s'arrête pas à la frontière.

Christina MeisserDéputée PDC au Grand Conseil

Une histoire qui en rappelle une autre...

Les riverains craignent que l’usine d’embouteillage de Divonne ne provoque la même problématique qu’à Vittel. La multinationale est soupçonnée d’assécher les nappes phréatiques. 30'000 habitants sont concernés. Cette semaine, le parquet de Nancy devrait d’ailleurs fixer la date du procès intenté à Nestlé pour « prise d’intérêt en sa faveur » dans la région de Vittel.

Coup de théâtre mardi soir: le Maire Vincent Scattolin abandonne le projet.

Vincent ScattolinMaire de Divonne

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Des pénuries de gaz l'hiver prochain en Suisse, avertit Sommaruga

Publié

le

Simonetta Sommaruga appelle à s'affranchir le plus rapidement possible de la dépendance au gaz (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La ministre suisse de l'énergie Simonetta Sommaruga s'attend à des pénuries de gaz l'hiver prochain, en raison de la situation internationale. Du côté de l'électricité, la position est un peu meilleure, car la Suisse a une bonne production d'électricité, selon elle.

"Le Conseil fédéral a pris les devants, mais la Suisse n'est pas une île", déclare Mme Sommaruga dans un entretien diffusé dimanche par la SonntagsZeitung. "Personne ne peut garantir qu'il y aura toujours assez de gaz pour tout le monde", avertit-elle.

Quelque 300'000 ménages se chauffent au gaz en Suisse, constate la conseillère fédérale. "Si une pénurie de gaz et d'électricité devait se produire, l'énergie serait d'abord rationnée dans l'artisanat et l'industrie", prévient-elle, soulignant que le Conseil fédéral veut épargner les ménages le plus longtemps possible.

S'affranchir du gaz

La socialiste bernoise appelle à s'affranchir le plus rapidement possible de la dépendance au gaz. "Ceux qui peuvent encore remplacer leur chauffage au gaz devraient le faire". Les demandes de pompes à chaleur et de chauffages à pellets atteignent des chiffres records, note-t-elle, ajoutant que de nombreuses nouvelles installations solaires continuent d'être construites.

Si la production d'électricité est bonne en Suisse, une pénurie de courant n'est pas exclue, en raison de la guerre en Ukraine, avertit la ministre. "Le marché du gaz est étroitement lié à celui de l'électricité", rappelle-t-elle.

Elle appelle les cantons à investir davantage dans le développement de l'énergie solaire, du biogaz ainsi que des centrales éoliennes et hydrauliques. Le Conseil fédéral a décidé de créer une réserve de force hydraulique pour l'hiver prochain, afin de renforcer la sécurité d'approvisionnement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Conférence de Lugano: l'image d'une Suisse "capable de vision"

Publié

le

Nicolas Bideau se dit "convaincu" que la Suisse va garder son image de "leader mondial" pour la promotion de la paix et les bons offices, malgré la reprise des sanctions contre la Russie (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, qui a lieu lundi et mardi, va donner une très bonne image de la Suisse à l'étranger, estime dans Le Matin Dimanche le directeur de Présence Suisse, Nicolas Bideau. Elle est "compatible" avec la neutralité.

Cette conférence "est le sujet d'actualité internationale et une chance en matière d’image", explique M. Bideau dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. "Nous donnons ici l'image d'un pays capable d'anticipation et de vision".

De plus, ajoute-t-il, "cette visibilité n'offre pas seulement un capital sympathie à notre pays", elle permet aussi d'expliquer le point de vue de la Suisse sur des sujets, "tels que sa politique étrangère, sa neutralité et sa politique des sanctions".

Neutralité

Si la Suisse a pris fait et cause pour l'Ukraine après l'attaque de la Russie, la conférence de Lugano est "compatible" avec la neutralité, car elle porte sur l'avenir du pays, estime M. Bideau. "Il ne s'agit pas de discuter de questions militaires, mais de soutien à l'Ukraine dans la reconstruction civile et le processus de réforme", dit-il.

Quant au fait que la Suisse applique les sanctions contre la Russie, cette décision, si elle "la rend crédible et respectable auprès des pays qui partagent des valeurs similaires [...] il faudra voir ce qui se passe pour la Suisse après le conflit ou lors d'un cessez-le-feu", remarque le directeur de Présence Suisse.

Il se dit toutefois "convaincu" que la Suisse va garder son image de "leader mondial" pour la promotion de la paix et les bons offices. "Nous en avons les moyens et les compétences".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la Pride de nuit a attiré plus de 4000 personnes

Publié

le

Des manifestants ont pris part samedi soir à Lausanne à une mobilisation queer, anticapitaliste, antiraciste et révolutionnaire pour une meilleure représentation des communautés LGBTQIA. (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Plus de 4000 militants ont défilé samedi en fin d'après-midi à Lausanne lors de la première Pride de nuit organisée en Suisse. La manifestation queer, féministe, antiraciste, écologiste et anticapitaliste s'est déroulée sans incident et dans une atmosphère festive.

Entre danse et slogans, le cortège haut en couleur a traversé la ville sous un soleil tapant, évoluant du parc de Milan à la place de la Riponne. "On est queer, fier et pas prêt de nous taire", ont clamé les participants, environ 4000 selon la police de Lausanne, 8000 selon les organisateurs.

"Solidarité avec les queers du monde entier". "Une solution, révolution", ont scandé les militants qui veulent mettre fin au système en place, l'estimant "rongé par le capitalisme".

Quinze ans sans pride

L'événement a été organisé par le collectif lausannois de la Pride de Nuit. La Ville n'avait plus accueilli de pride depuis 2006, a rappelé Seb Zürcher, membre du collectif, à Keystone-ATS.

S'inspirant des Prides de nuit nées à Paris en 2015 et qui ont essaimé en Europe, la mobilisation a pour but de raviver l'esprit des premières Prides et de lutter contre le "rainbow washing", souvent observé, notamment en juin le mois des fiertés. Soit une manifestation "radicale plutôt que marchande et dépolitisée", souligne Seb Zürcher.

Manifeste

"Nous voulions une manifestation inclusive, qui ne laisse personne sur le carreau et qui ne s'adresse pas seulement à ceux qui en ont les moyens", a expliqué Pauline, membre du collectif. Il s'agit aussi de visibiliser les réalités et la précarité des queers. Revendiquer les mêmes droits pour tous est d'autant plus important qu'à l'heure actuelle rien ne semble plus éternellement acquis, ajoute-t-elle, évoquant la question de l'IVG aux Etats-Unis.

Distribué pendant la parade, le manifeste de la Pride de nuit liste par ailleurs un grand nombre de revendications sur l'autodétermination, la précarité, le monde du travail, la santé, l'internationalisme et l'anti-impérialisme. Il a été signé par plus de 25 organisations telles que VoGay, la Grève Féministe, l'Organisation Suisse des Lesbiennes (LOS) ou encore la Grève du Climat Vaud et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir (image symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 11, 14, 25, 29, 40 et 41. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 7 et le Joker le 563113.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 4,4 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dix kilomètres de bouchons au portail sud du Gothard

Publié

le

Samedi après-midi, le TCS a signalé jusqu'à dix kilomètres de bouchon sur l'autoroute A2 au portail sud du tunnel du Gothard (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Samedi après-midi, le TCS a signalé jusqu'à dix kilomètres de bouchons sur l'autoroute A2 au portail sud du tunnel du Gothard. Suite à un accident, la voie a en outre été temporairement fermée entre Quinto et Airolo (TI).

Selon le Touring Club Suisse (TCS), les voitures étaient bloquées à 15h00 entre Faido (TI) à Airolo (TI) en direction du nord pour cause de surcharge de trafic. Le temps d'attente atteignait jusqu'à deux heures.

Peu après 17h00, un accident a provoqué la fermeture temporaire de l'A2 en direction du nord entre Quinto et Airolo (TI). Une équipe de médecins urgentistes est intervenue sur place, a indiqué le TCS.

Il fallait aussi patienter au nord du tunnel du Gothard. Entre Amsteg et Göschenen (UR), l'embouteillage vers le sud n'a toutefois jamais dépassé les cinq kilomètres à 15h00, avec un retard de 50 minutes.

Début des vacances

Cet été, les automobilistes doivent compter sur d'importantes perturbations du trafic pendant les fins de semaine en raison du trafic de vacances. Pour dix cantons, les vacances scolaires ont déjà commencé, du moins partiellement.

Selon l'Office fédéral des routes (OFROU), c'est d'une part l'effet de "rattrapage" après les restrictions aux voyages pendant la pandémie mais aussi en raison des problèmes aux aéroports.

En direction du sud, l'OFROU s'attend à des bouchons et des perturbations surtout en juillet et en août, a-t-il déjà averti vendredi. En direction du nord, la situation devrait être difficile de mi-juillet à mi-septembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture