Rejoignez-nous

Actualité

Usine d’embouteillage à Divonne: la bataille de l’eau

Publié

,

le

Une réunion est prévue ce mardi soir, entre l’investisseur, le Maire et les opposants. Le projet d’embouteillage fait des vagues, aussi bien du côté français que du côté suisse. Dans le canton de Vaud, les Syndics de la Côte se montrent très sceptiques face à ce vieux projet, qui ne semble plus dans l’air du temps

Ce projet d’usine d’embouteillage remonte à plus de trente ans. Il a été relancé en 2016 et c’est en mars dernier que les choses se sont précipitées. L’idée: pomper l’eau de source de Divonne-les-Bains. Pour un total de 680 mille m3 par an…pour l’exporter dans les pays du Golfe et en Asie…sachant que les thermes de Divonne pompent déjà 170 mille m3 par an dans la même nappe phréatique. A l’heure du réchauffement climatique, les Syndics de Terre Sainte s’inquiètent, à l’image d’Alain Barraud, Syndic de Chavannes-de-Bogis.

Alain Barraud Syndic de Chavannes-de-Bogis

Autre sujet d’inquiétude : le transport des 400 millions de bouteilles par an…une centaine de camions devraient transiter par Chavannes-de-Bogis pour rejoindre l’autoroute Lausanne-Genève, déjà surchargée.

Alain Barraud Syndic de Chavannes-de-Bogis

Alain Barraud rappelle que le pays de Gex achète déjà de l’eau du lac Léman à la Suisse, via des conduites transfrontalières. L’usine d’embouteillage risque d’augmenter le problème de la sécheresse.

De son côté, l’association Stop embouteillage, créée en mars, lorsque le projet s’est précisé, compte déjà plus de 900 membres. Sa présidente estime que le projet d’eau de Divonne est d’un autre âge. L’usine d’embouteillage prévoit de produire 400 millions de bouteilles en plastique par an, pour les envoyer dans les pays du Golfe et en Asie.

Un non-sens environnemental tant au niveau de la quantité de plastique produite qu’au niveau du bilan carbone. Mais la plus grande crainte des opposants…que l’eau ne vienne à manquer. Stéphanie Rapoport, présidente de l’association Stop embouteillage.

Stéphanie Rapoport Présidente de l'association Stop embouteillage

Le projet, imaginé par l’ancien Maire, avait séduit les Divonnais au départ. A l’époque, un train reliait la ville à Lyon. Aujourd’hui le transport des bouteilles se fera par camion, via l’autoroute suisse, soit un total de plus de 200 mouvements de camions par jour. De plus, selon les opposants, aucune étude hydro-géologique sérieuse, n’a été menée à ce jour.

Stéphanie Rapoport Présidente de l'association Stop embouteillage

Du côté suisse, les communes de Terre Sainte ont intenté une action en justice en France pour obtenir ces études complémentaires. La rivière La Versoix pourrait être impactée. La commune genevoise s’est d’ailleurs jointe à la procédure.

Une motion au Grand Conseil genevois

En mai la députée démocarte-chrétienne au Grand Conseil genevois Christina Meissner a déposé une motion pour que le Canton de Genève soit mieux informé sur ce projet.Christina Meissner

Christina Meisser Députée PDC au Grand Conseil

L’élue rappelle la complexité du chemin de l’eau, qui ne s’arrête pas à la frontière.

Christina Meisser Députée PDC au Grand Conseil

Une histoire qui en rappelle une autre…

Les riverains craignent que l’usine d’embouteillage de Divonne ne provoque la même problématique qu’à Vittel. La multinationale est soupçonnée d’assécher les nappes phréatiques. 30’000 habitants sont concernés. Cette semaine, le parquet de Nancy devrait d’ailleurs fixer la date du procès intenté à Nestlé pour « prise d’intérêt en sa faveur » dans la région de Vittel.

Coup de théâtre mardi soir: le Maire Vincent Scattolin abandonne le projet.

Vincent Scattolin Maire de Divonne

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Poste du Petit-Lancy se modernise et fait peau neuve

Publié

le

Les nouveautés: la bouche à colis et les automates à versements

Ce lundi, a été inaugurée la filiale modernisée de La Poste du Petit-Lancy, la quatrième de ce type dans le canton de Genève. Elle offre désormais plusieurs nouveautés dans le domaine du numérique et donne une place privilégiée au conseil client personnalisé.

Les clients de l’office de poste du Petit-Lancy ont découvert ce matin le nouveau visage de leur poste dans sa version modernisée. Elle est la quatrième filiale genevoise après celles de Plainpalais, de Chêne-Bourg et de Balexert à présenter ces modifications. Une modernisation qui se décline en trois points précis. Les détails de Laurent Savary, Responsable communication de La Poste pour la Suisse Romande.

Laurent Savary Responsable communication de la Poste pour la Suisse Romande

 

Conseiller les clients

En dehors de nouveautés numériques, l’une des principales modifications de cette filiale modernisée est un changement de politique de la part du géant jaune. La Poste à pour volonté désormais de conseiller d’avantage ses clients afin de leur faire gagner du temps. Les explications de Laurent Savary, Responsable communication de La Poste pour la Suisse Romande.

Laurent Savary Responsable communication de la Poste pour la Suisse Romande

 

Un espace plus épuré

Véritables épines dorsales du géant jaune, les filiales postales sont modernisées en suivant l’évolution de la société. En plus des bouches à colis et des automates à versements, La Poste a voulu se doter d’un espace plus épuré où les clients et employés peuvent circuler sans se sentir à l’étroit ainsi que d’un coin réservé aux enfants. L’éclairage a également été modifié pour être plus chaleureux que le précédent. L’objectif de toutes ces modifications est simple: faire en sorte que les clients se sentent à l’aise.

Ce processus de modernisation initié en 2018, s’inscrit dans la plan de rénovation de 300 succursales en Suisse d’ici 2022. Le coût total des travaux est de 40 millions de francs. A Genève, les prochaines succursales à être modernisées sauf imprévu devraient être les filiales de Thônex, Meyrin, Jonction et Pâquis.

Continuer la lecture

Hockey sur glace

JOJ : la moisson de médailles helvétique se poursuit

Publié

le

La Grisonne Berenice Wicki a enlevé le bronze en half-pipe derrière la paire nippone Mitsuki Ono - Manon Kaji. (©KEYSTONE/JCB)

L’état de grâce se poursuit pour l’Equipe de Suisse aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Lausanne. Les épreuves de snowboard ont aux Helvètes de monter quatre fois sur le podium lundi.

Le snowboard est un pourvoyeur de médailles pour la délégation suisse aux Jeux olympiques de la Jeunesse. A Leysin, Berenice Wicki  a apporté à la délégation suisse sa dix-huit médaille à la mi-journée. Troisième de la qualification, la Grisonne a pu conserver son rang au terme de la finale en half-pipe. Elle n’a été devancée que par les Japonaises Mitsuki Ono et Manon Kaji.

Trois autres représentants rouges à croix blanche lui ont emboîté le pas. Valerio Jud a remporté la seule médaille d’or helvétique en cross, portant ainsi à neuf le nombre de titres olympiques junior de ces Jeux lausannois. Anouk Doerig a décroché le bronze de la discipline côté féminin.  Le Zurichois Nick Pünter a complété le tableau en terminant troisième du slopestyle.

Hockey sur glace: les Suissesses battues en demi-finale

En hockey sur glace, l’Equipe de Suisse féminine s’est inclinée en demi-finales contre la Suède (0-2). Les Suissesses joueront la finale pour les troisième et quatrième pour médaille de bronze mardi (17h) à la Vaudoise Arena face à la formation de la rencontre Japon – Slovaquie.

 

 

 

Keystone/ATS/bb

Continuer la lecture

Actualité

Une motion pour faire avancer le dossier du parking des Alpes

Publié

le

Détruire le parking des Alpes à Genève pour en faire un immeuble d’habitation avec un parking souterrain: voilà le projet de la Fondation des parkings. Une motion a été déposée au Conseil communal pour faire avancer ce dossier qui traîne.

Trop petit et trop étroit, le parking des Alpes à Genève, qui date des années 1970, ne répond plus aux normes et aux besoins actuels et est voué à la destruction. Mais comment le réhabiliter au mieux ? La question préoccupe la Fondation des parkings depuis plusieurs années déjà mais le dossier n’avance pas. Afin de faire bouger les choses, la conseillère municipale PDC Alia Chaker Mangeat a déposé mercredi une motion en urgence. Elle demande au Conseil municipal d’accélérer dans l’étude de ce dossier. Alia Chaker Mangeat.

Alia Chaker Mangeat Conseillère municipale

La Fondation des parkings de son côté a déjà pensé à plusieurs options. Le projet comprendrait un immeuble d’habitation de 45 appartements, ainsi qu’un, voire deux parkings de plusieurs centaines de places. Les précisions de Jean-Yves Goumaz, directeur général de la Fondation des parkings.

Jean-Yves Goumaz Directeur général de la Fondation des parkings

Le projet a également pour but de désengorger le quartier des Pâquis, tout en créant éventuellement une zone piétonne au-dessus du parking.

 

Continuer la lecture

Actualité

Un bilan positif pour le Léman express après un mois d’exploitation

Publié

le

Le succès est au rendez-vous pour le Léman express après 35 jours d’exploitation. Selon les premières estimations, le RER genevois transporte 25’000 voyageurs par jour en moyenne entre Coppet et Annemasse et entre Genève et la Plaine.

Et ce chiffre devrait grimper encore ce mercredi puisque la fin de la grève du côté français est annoncée. Les Regio express en provenance du canton de Vaud vont pouvoir poursuivre leur tracé en Haute-Savoie et drainer davantage de passagers de France voisine.

Les problèmes de places aux heures de pointe constatés à Annemasse, devraient se résoudre avec la fin de la grève, selon Mario Werren, le directeur de Lémanis, la société bi-nationale qui gère le Léman express.

Mario Werren Directeur de Lémanis

Les deux compositions du Léman express peuvent accueillir 400 places assises et environ le même nombre debout. Ces prochains mois constituent une phase de rodage, selon le directeur du Lémanis. Les réglages sont nécessaires dans un réseau d’une telle importance qui, on le rappelle, est le plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe.

Du côté des transports publics genevois, un beau succès également pour la nouvelle  ligne de tram 17 qui va jusqu’à Annemasse.

600’000 personnes l’ont empruntée en un mois. Elle devient ainsi la 5ème ligne de tram la plus fréquentée.

Denis Berdoz, le directeur des TPG.

Denis Berdoz Directeur des Transports publics genevois

Notez que cette ligne transfrontalière existait il y 80 ans et elle a été démantelée.

Comme un vrai métro

Les TPG se félicitent également de leur choix d’avoir fait converger leurs lignes de bus vers le Léman express. Le RER genevois fonctionne comme une colonne vertébrale pour tout le réseau de transports. Denis Berdoz

Denis Berdoz Directeur des Transports publics genevois

Et  les arrêts TPG autour des gares léman express de Lancy-Bachet et Lancy-Pont-Rouge sont les plus fréquentés. Ils sont suivis des arrêts à proximité des gares de Chêne-Bourg et des Eaux-vives.

Une évaluation plus précise des chiffres de fréquentation devrait être faite en mai ou en juin. Les opérateurs ont mis sur pied une Task force, une plateforme d’échange, pour les réglages fins du réseau, la signalisation notamment, qui n’est pas encore très claire par endroit.

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Tennis

Australie: une pluie bienfaisante

Publié

le

Espérée depuis de nombreux jours, la pluie a perturbé le bon déroulement de la première journée de l’Open d’Australie. Mais avec le répit qu’elle offre à ceux qui luttent contre les incendies et avec cet air à nouveau respirable dans le ciel de Melbourne qu’elle a contribué à purifier, son apparition fut presque une bénédiction.

Elle a toutefois conduit les organisateurs à bâtir, pour rattraper le temps perdu lors de cette journée initiale, un programme XXL pour mardi avec 96 rencontres au programme, dont celles de Belinda Bencic à 11h (01h en Suisse) et de Stan Wawrinka aux alentours de 15h (04h en Suisse).

Deux Suissesses éliminées

Lundi, Roger Federer s’est facilement qualifié pour le deuxième tour. Le Bâlois s’est imposé en trois sets (6-3 6-2 6-2) face à l’Américain Steve Johnson.

Journée beaucoup plus difficile en revanche pour les Suissesses avec l’élimination de Jill Teichmann face à la Russe Ekaterina Alexandrova qui l’a emporté en trois manches  (6-4 4-6 6-2). La Biennoise a dû se contenter pour la première rencontre de sa carrière à l’Open d’Australie. Notre envoyée spéciale Helen Scott Smith l’a rencontré juste après la partie.

Jil Teichmann 68e joueuse mondiale

 

Viktoria Golubic a connu un sort identique face à Lin Zhu. La Chinoise est venue à bout de la Zurichoise s’inclinant 4-6 6-1 7-6.

Djokovic lâche un set

Grâce aux trois courts qui bénéficient d’un toit amovible, on a tout de même joué au tennis lundi. Ainsi, Novak Djokovic n’a pas traversé cette journée de manière aussi sereine que Roger Federer. Le no 1 mondial a vraiment dû s’employer pour battre 7-6 (7/5) 6-2 2-6 6-1 Jan-Lennard Struff (ATP 37) qui a offert une réplique de très belle qualité. Le Serbe a connu un passage à vide étonnant au troisième set. Il a, en effet, concédé à trois reprises son service pour le conclure sur deux doubles fautes.

Ce succès, le 900e de sa carrière, ne fut pas aussi éclatant que celui de Roger Federer quelques heures plus tôt. Mais il est vrai que l’opposition n’était pas la même. Avant de lâcher prise dans la quatrième manche, Jan-Lennard Struff avait réussi de très belles chances. Révélé sur le tard après avoir longtemps galéré dans la jungle des Challengers, l’Allemand était bien l’un des joueurs les plus dangereux qui pouvaient affronter une tête de série au premier tour.

Shapovalov au tapis

Cette première journée a fait une victime de marque. Avant la pluie, Denis Shapovalov a cédé en quatre sets, 6-3 6-7 6-1 7-6, devant le vainqueur du Geneva Open 2018 Márton Fucsovics (ATP 67). Presque par magie, le Hongrois a retrouvé son jeu de contre qui peut faire mal devant un Canadien dont on attendait bien davantage après son titre à Stockholm et sa finale à Paris-Bercy l’automne dernier.

Dans le simple dames, Ashleigh Barty a joué à se faire peur pendant une bonne heure face à la cent-vingtième mondiale Lesia Tsurenko. Mais après avoir perdu la première manche, l’Australienne ne devait céder que deux jeux dans une fin de match à sens unique. Titrée samedi à Adelaïde, la no 1 mondiale devra veiller à l’avenir à éviter ces sautes de concentration qu’elle peut accuser par instants.

Continuer la lecture