Rejoignez-nous

A la une

Rentrée média : les premières images du nouveau téléjournal

Publié

,

le

Capture d'écran du Téléjournal du 25 aout 2019 - source RTS

Darius Rochebin ne dira plus « bonsoir »  aux 270 000 Romands qui suivent les informations de la chaine publique en semaine. Une nouveauté également à travers le monde puisque de nombreux téléspectateurs francophones suivent l’information suisse via TV5 Monde. Celui qui a régné sur le TJ officiera désormais le week-end.

Son successeur Philippe Revaz, ancien correspondant aux Etats-Unis, prend les commandes du TJ en semaine. Cette nouvelle incarnation du rendez-vous télévisé du soir ne sera pas la seule innovation de la RTS. Ce dimanche soir, les premières images du nouveau décor ont été montrées à la fin de téléjournal. L’occasion d’entrevoir le nouveau plateau qui a nécessité près de deux mois de travaux. La RTS voulait apporter davantage de chaleur dont la dominante blanche avait été soulignée lors d’une étude menée auprès des téléspectateurs. Le verdict du public pourra être rendu dès ce lundi soir.

Philippe Revaz succède à Darius Rochebin à la présentation du TJ en semaine

 

Un décor aux teintes plus chaleureuses est dévoilé ce lundi

 

Les infographies pourront apparaitre en avant plan de la table du plateau du TJ

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Insolite: A Genève, on peut s’offrir un dinosaure

Publié

le

Une vente aux enchères exceptionnelle. Pour la première fois en Suisse, il est possible d’acquérir des objets de l’ère paléontologique, avec notamment un squelette complet de dinosaure estimé entre 200’000 et 300’000 francs. 

Parmi les autres objets mis en vente, une dent de requin mégalodon estimée à 800 francs, mais également un morceau de lune et même un fragment de météorite martienne. C’est la maison Piguet, à Genève, qui organise cette vente aux enchères.

Fabrice Van Rutten est spécialiste Arts de l’Antiquité chez Piguet. Il s’est chargé de mettre en place cette exposition et explique pourquoi ces oeuvres sont vendues aux enchères:

Fabrice Van Rutten  Spécialiste Arts de l'Antiquité chez Piguet

Pour chaque objet, une fourchette de prix est indiquée. Mais comment fait-on pour estimer des objets de la paléontologie? Bernard Piguet, commissaire priseur et directeur de l’hôtel des ventes Piguet:

Bernard Piguet  Commissaire priseur et directeur de l'hôtel des ventes Piguet

L’exposition est publique et gratuite, répartie sur deux sites. A Genève, 51 rue Prévost-Martin pour les objets paléontologiques, les bijoux, les montres et les objets d’art. Mais également à Cologny, 10 chemin de Faguillon, pour découvrir la Collection Manja Gideon, une exposition consacrée au mobilier et à l’art du XXI siècle.
La vente aux enchères – elle – se déroulera entre le 23 et le 26 septembre à Genève. Possibilité de participer à la vente sur internet, à l’adresse piguet.com

 

 

Continuer la lecture

A la une

Etat de Genève : 590 millions de déficit en 2020

Publié

le

Le projet de budget 2020 de l'Etat de Genève présenté par la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet affiche un déficit de 590 millions de francs (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le projet de budget 2020 de l’Etat de Genève présenté jeudi affiche un déficit de 590 millions de francs. Il est marqué par les effets attendus de trois projets majeurs acceptés en votations, dont la réforme de l’imposition des entreprises.

Le Conseil d’Etat a aussi dû composer avec le contre-projet à l’initiative pour plafonner les primes d’assurance maladie et avec la recapitalisation de la Caisse de prévoyance de l’Etat (CPEG). Le contre-projet et la CPEG induisent une hausse des charges de près de 4,5% et la RFFA une baisse temporaire des revenus de 2,2%.

Le déficit annoncé s’explique aussi par l’augmentation de certaines charges sur lesquelles le Conseil d’Etat n’a pas de marge de manoeuvre, précise ce dernier dans un communiqué. Deux arrêts du Tribunal fédéral sont concernés: l’un oblige l’Etat à verser l’annuité 2016 aux fonctionnaires (+ 54 millions) et l’autre concerne la planification hospitalière (+ 49 millions).

Le déficit de 590 millions est supérieur au seuil maximal de 218 millions admissibles. Mais il pourra être compensé par la réserve conjoncturelle qui se monte à 710 millions de francs, souligne le Conseil d’Etat. Les comptes 2018 ont été bouclés sur un bénéfice de 222 millions alors que le projet de budget 2019 misait sur un excédent de 28 millions.

Dans un communiqué, le PDC Geneve a pointé du doigt les dépenses de l’Etat, et souligne entre autres qu’en dépit des ces dépenses, la création de 400 emplois a été engagée.

Pour la Conseillère d’Etat chargée des finances, Nathalie Fontanet, il s’agit d’un processus de longue haleine:

Nathalie Fontanet  Ministre genevoise des finances

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Le procès d’un ancien moniteur de Caritas s’ouvre à Genève

Publié

le

Ouverture ce matin du procès d’un ancien moniteur de camps Caritas devant le Tribunal correctionnel à Genève L’homme de 36 ans est accusé d’attouchements sur 19 petites victimes dans des camps de vacances entre 2011 et 2018. Il est également accusé de contrainte pour avoir abusé les fillettes pendant leur sommeil. Le moniteur aurait aussi filmé les actes d’ordre sexuel pour les télécharger et les échanger sur le Dark net.

La petite salle du tribunal correctionnel est pleine à craquer. De nombreux plaignants, les parents des fillettes accompagnés de leurs 9 avocats. L’homme est là, les mains jointes, pétrifié. Il a avoué tous les faits qui lui sont reprochés. Le président du tribunal l’interroge sur son parcours chaotique. Sur ses nombreuses formations jamais abouties. Il a effectué son service civil dans une école primaire et c’est en 2007 qu’il devient moniteur dans un camp Caritas. A ce moment-là déjà, il visionne des contenus à caractère pédopornographique. « Vous aviez l’intention de travailler dans le domaine social, avec des enfants. Ça ne vous a pas posé problème ? » interroge le juge. « J’ai pensé sincèrement que j’allais surmonter mon problème, répond le prévenu ». En 2010, il commence à télécharger des images sur le Dark net, à raison de 500 par an. Puis en 2011, il passe à l’acte avec des très jeunes fillettes. « Vous n’avez pas demandé de l’aide? » insiste le juge. « Si, mais j’avais peur pour moi-même, peur des réactions de mon entourage ». Le prévenu dira encore : j’ai de la peine à comprendre mes pulsions.

Le procès s’est poursuivi cet après-midi avec l’interrogatoire des avocats.

Les questions de Maître Lorella Bertani, l’une des avocate des victimes, tournent autour du darknet et de l’utilisation des images collectées par le moniteur. L’homme reconnaît qu’il avait un problème d’accumulation compulsive d’images, il en téléchargeait plus de 500 par an, dès 2010. Il explique que c’était toujours les mêmes images de filles qui tournaient sur le darknet. Pour en voir d’autres, il fallait en disposer soi-même pour pouvoir les échanger avec d’autres internautes. Il s’est donc mis à tourner lui-même des prises de vues. Il dit qu’évoquer ces huit ans est pour lui est douloureux aujourd’hui mais Maître Bertani l’arrête : «vous agissiez de manière froide mathématique». Et d’évoquer la manière dont il parle du sexe de ces petites filles avec ses interlocuteurs. Le prévenu répond : «je parlais d’une certaine façon sur le darknet, j’étais dans la même pulsion que lorsque j’accomplissais mes actes, un autre moi-même».

Maître Santonino, l’avocate de trois autres victimes revient sur ses déclarations à l’instruction. «Les filles venaient facilement vers moi, elles réclamaient des câlins ». Il dit comprendre aujourd’hui seulement ce que voulaient dire ces fillettes. Il affirme avoir pris de plus en plus de risques, parce qu’inconsciemment, il savait qu’il allait se faire prendre. Pourtant une monitrice, lui fait une remarque en 2015. Elle le trouve trop tactile avec une petite fille…mais cela ne le décide pas de cesser ses agissements. Interrogé par son propre avocat, il reconnaît qu’il n’existe pas vraiment de thérapie qui mettra fin à cela. «C’est quelque chose dont on ne guérit pas et avec laquelle je vais devoir apprendre à vivre» Il dit encore ressentir une douleur profonde par rapport à ses victimes et regrette de leur avoir apporté toute cette peine. L’accusé est actuellement emprisonné à la Brenaz et suit une thérapie une fois par semaine.

Puis vient le tour des familles de victimes. Le prévenu tient sa tête entre les mains. Plusieurs mères disent la douleur d’imaginer que la photo de leur enfant est peut-être encore visionnée actuellement…comme un abus qui se répète…inlassablement.

 

Le procès se poursuit demain. Il se déroule à huis-clos partiel. Seules les familles et les avocats sont autorisés dans la salle. Le verdict devrait tomber vendredi soir.

 

 

 

Le procès se déroule à huis-clos partiel. Seules les familles et les avocats sont autorisés dans la salle.

Continuer la lecture

A la une

Black-out : Pourquoi Genève décide de s’approcher des étoiles

Publié

le

Jeudi 26 septembre : un black-out inédit

Le Canton n’allumera pas une grande partie de son éclairage public le jeudi 26 septembre au soir. Les communes voisines de la côte dont Nyon, ainsi que 73 communes du Grand Genève de France voisine participeront à cette expérience d’une ampleur rare, destinée à la prise de conscience d’une nuisance méconnue liée à l’éclairage public : la pollution lumineuse.

Eric Achkar

La voûte céleste, patrimoine mondial de l’Unesco

Selon Eric Achkar, président de la Société astronomique de Genève, interrogé par Radio Lac, à l’échelle mondiale, la planète est deux fois plus éclairée qu’il y a vingt ans. A Genève, cette augmentation a progressé de 24% avec des conséquences sur les éco-systèmes. La faune et la flore sont perturbés par l’absence d’obscurité.

Eric Achkar

Des ateliers astronomiques seront proposés au public pour observer le ciel étoilé en ville de Genève au parc Bertrand et au Grand Saconnex. Des rencontres similaires avec des astronomes seront organisées à Carouge, Laconnex et Dardagny.

A priori, les conditions météo devraient être favorables car une couverture nuageuse trop dense pourrait empêcher toute observation des étoiles.

Une première continentale

Jamais sur le contient européen, une telle expérience n’a été menée. Elle suscitera l’interêt de nombreux observateurs étrangers préoccupés par le phénomène de la pollution lumineuse.

Demain, les promoteurs de cette grande expérience dévoileront le détail du dispositif qui va surprendre les Genevois dans la nuit du 26 au 27 septembre. Plusieurs questions se posent également en terme de sécurité notamment sur les axes routiers.

Un phénomène mondial visible de l’espace

Ce phénomène peut être observé par satellite à l’échelle mondiale comme en témoigne cette image de la Nasa, alors que certains continents comme l’Afrique et l’Océanie préservent une relative obscurité, les mégalopoles asiatiques, l’Amérique du Nord et l’Europe restent illuminés en pleine nuit.

Continuer la lecture

A la une

Le bonheur cantonal brut, nouvel indicateur de bien-être

Publié

le

Inscrire la notion de bonheur cantonal brut dans la Constitution genevoise, c’est ce que propose de faire une poignée de citoyens bénévoles et apolitiques.

L’idée est de mesurer le bonheur cantonal, à la manière du produit intérieur brut, dans la loi suprême genevoise, comme l’ont fait le Bouthan ou la Nouvelle Zélande. Cinq axes ont été définis par le Think tank genevois, inspiré des principes de développement durable de l’ONU. Christian Brunier, il est membre du Think Tank mais aussi le directeur des Services industriels genevois.

Christian Brunier Directeur des SIG

Le groupe de réflexion, créé il y a deux ans, a rédigé huit questions qu’il a soumis à une soixantaine de personnes, dont des étudiants à la Haute école de gestion.

A la question êtes-vous heureux ? Les Genevois interrogés ont attribué la note de 4,7 sur cinq. A celle de : êtes-vous prêts à renoncer à des biens matériels pour résoudre des problèmes écologiques ? Les personnes les plus âgées ont répondu favorablement par la note de 4,6 sur 5. Mais la réponse la plus étonnante était certainement celle-ci : Le travail est un élément essentiel du bonheur à Genève. La note de 5 sur 5 lui a été donnée. Une réponse qui a étonné le groupe de réflexion lui-même…

Christian Brunier Directeur des SIG

A noter encore que pour la majorité des étudiants, l’éducation n’est pas adaptée au monde actuel. Elle obtient la petite note de 3 sur 5…En revanche, la culture contribue fortement au plaisir des Genevois.

Le groupe de citoyens a présenté ses réflexions au Conseil d’Etat qui s’est dit intéressé. Il souhaite désormais le soumettre à l’ensemble de la population via un site internet. Dans le but de susciter le débat.

 

Continuer la lecture