Rejoignez-nous

Actualité

Recul du recours à l'aide sociale en Suisse en 2018

Publié

,

le

En comparaison annuelle, le risque de dépendance à l'aide sociale a le plus baissé chez les personnes de 18 à 35 ans et chez les ressortissants étrangers (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

En 2018, 272'700 personnes ont reçu une prestation de l'aide sociale économique en Suisse, contre un peu plus de 278'000 l'année précédente. C'est la première fois depuis 2008 que l'on observe un recul du nombre de personnes soutenues, mais aussi du taux.

Le taux d'aide sociale en Suisse, soit le nombre de bénéficiaires par rapport à la population résidente du pays, s'est en effet établi à 3,2%, contre 3,3% en 2017, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Un recul a aussi été recensé au niveau des cantons.

La moitié d'entre eux a en effet enregistré une baisse du taux d'aide sociale. Seulement trois (Jura, Valais et Glaris) ont vu ce taux augmenter légèrement. Les cantons urbains ont toujours des taux supérieurs à la moyenne par rapport aux cantons ruraux.

Le risque de dépendance est supérieur à la moyenne nationale chez les mineurs, les personnes divorcées et celles de nationalité étrangère. Le taux d'aide sociale de ces catégories se monte respectivement à 5,2%, 5,5% et 6,1%.

En comparaison annuelle, le risque de dépendance à l'aide sociale a le plus baissé chez les personnes de 18 à 35 ans et chez les ressortissants étrangers, constate l'OFS.

Plus d'un quart des dossiers clos

En 2017, 49'300 dossiers d'aide sociale sur les 175'200 pour lesquels une prestation a été perçue pendant l'année ont pu être clôturés. Le taux de sortie de l'aide sociale s'est donc établi à 28,1% au niveau national. En ne considérant que les dossiers clos suite à la reprise d’une activité ou à l'amélioration de la situation d’activité, le taux de sortie atteint 7,8%.

Selon la composition des dossiers, des écarts importants peuvent être constatés entre les taux de sortie grâce à l'amélioration de la situation d'activité. Les couples ayant un enfant (12,9%) ou deux enfants (13,1%) sont les plus à même de sortir de l'aide sociale, deux personnes adultes pouvant potentiellement réaliser un revenu professionnel.

Les personnes vivant seules (6,4%) et les familles monoparentales (7,4%) présentent des taux plus faibles. La tranche d'âge des 26 à 35 est la plus à même de sortir de l'aide sociale, avec un taux de 10,6%, contre 3,7% chez les 56 à 64 ans. Ces derniers ont en effet de moins bonnes chances sur le marché du travail.

Sans formation professionnelle, le taux de sortie est de 5,4%. Il augmente à 9,7% avec un diplôme du degré secondaire II et à 11,1% avec un diplôme d'une haute école.

Baisse des demandes d'asile

Le nombre total de bénéficiaires (aide sociale économique et aide sociale dans le domaine de l'asile et des réfugiés) a baissé entre 2016 et 2018, passant de 342'700 à 337'500. Le nombre de prestataires dans le domaine de l'asile est passé de 35'800 en 2016 à 18'200 en 2018, une évolution liée à la baisse des nouvelles demandes d'asile.

En revanche, le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale vivant en Suisse en tant que réfugiés ayant obtenu l'asile a augmenté de 21'900 personnes en 2016 à 31'900 en 2018. Pour les personnes admises à titre provisoire, ce chiffre est passé de 22'800 à 31'800.

Les ressortissants suisses ou les étrangers disposant d'un titre de séjour représentent près des trois quarts des bénéficiaires. Le dernier quart est composé de personnes relevant du domaine de l'asile ou des réfugiés.

Le défi de l'intégration

Le taux d'aide sociale des personnes relevant du domaine de l'asile atteignait 89.6% en 2018 (contre 90,4% en 2017) et celui des réfugiés 85,1% (contre 86,3% en 2017). Parmi les réfugiés percevant une prestation de l'aide sociale, 23% exercent une activité professionnelle, 16,9% suivent une formation et 5,2% prennent part à un programme d’insertion professionnelle ou d’occupation.

Ces taux élevés reflètent le cadre légal et soulignent l'ampleur des défis de l'intégration professionnelle des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire, note l'OFS. L'acquisition de connaissances linguistiques, les qualifications professionnelles, un bon état de santé et une intégration sociale et culturelle minimale sont souvent des conditions préalables à une sortie de l’aide sociale.

Source: KEYSTONE-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions mardi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 4, 6, 20, 24 et 25 et les étoiles 5 et 9.

Lors du prochain tirage vendredi, 230 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Ligue des champions: belle soirée pour les clubs suisses

Publié

le

Vincent Praplan a inscrit le quatrième but genevois (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En difficulté en championnat, Genève-Servette a retrouvé des couleurs en Ligue des champions. En quart de finale aller, les Grenat ont en effet battu les Växjö Lakers 4-1.

La formation dirigée par Jan Cadieux a ainsi pris une très sérieuse option sur une place en demi-finale. A moins d'une catastrophe au retour en Suède mardi prochain, les Genevois devraient pouvoir préserver le net avantage pris sur leur glace.

Celui-ci s'est matérialisé dès les premiers instants de la partie. Filppula (4e), Berni (5e) et Richard (19e) ont placé les champions de Suisse sur la bonne orbite. En power-play, Praplan a encore enfoncé le clou (36e). Les visiteurs ont inscrit le but de l'espoir par Rieder à deux minutes et une seconde de la sirène.

L'autre club suisse encore en lice a aussi gagné, mais plus chichement. Les Rapperswil-Jona Lakers l'ont emporté 2-1 à domicile contre Vitkovice. Tous les buts ont été marqués dans le tiers initial. Les Tchèques ont ouvert le score par Barinka (2e) avant la réaction des Lakers matérialisée par des réussites de Vouardoux (14e) et Rask (17e).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L'irrigation traditionnelle également saluée par l'UNESCO

Publié

le

Le dossier de candidature de l'irrigation traditionnelle associe notamment les consortages de bisses en Valais, comme celui d'Ayent (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'irrigation traditionnelle a été inscrite mardi sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO. La Suisse est associée à cette candidature multinationale, notamment pour ses bisses et ses prairies irriguées.

Le dossier, soumis en mars 2022, est coordonné par l'Autriche. Il associe l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse, indique l'Office fédéral de la culture (OFC) dans un communiqué. Dans sa décision l'UNESCO a souligné la "valeur d'exemple" de la candidature.

Cette dernière vise à valoriser les modèles traditionnels d'irrigation et de gestion de l'eau, notamment par le biais des consortages, coopératives historiques gérant un bien commun de manière locale et participative. En Suisse sont associés au projet les Wässermatten (prairies irriguées) de Haute-Argovie (BE/LU) ainsi que les consortages de bisses en Valais (Oberwalliser Sonnenberge, consortages d'Ayent, de Lens, de Trient, de Nendaz et de Grächen).

Le Comité intergouvernemental de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, réuni au Botswana, avait auparavant inscrit sur sa liste la saison d'alpage. Cette candidature avait été présentée par la Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

600 fonctionnaires inquiets défilent dans les rues de Genève

Publié

le

(© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Une partie de la fonction publique genevoise s'est retrouvée dans la rue mardi. Environ 600 personnes ont défilé pour demander au Conseil d'Etat et à la majorité de droite du parlement de cesser leurs "attaques" contre la fonction publique.

Pour faire face à l'inflation et à la hausse des primes d'assurance maladie, qui atteint presque 10% au bout du lac, les syndicats des fonctionnaires genevois réclament une indexation salariale de 5% en 2024. Pour le moment, le gouvernement ne propose qu'une adaptation des salaires de 1%.

L'autre principale revendication des manifestants est le vote par le Grand Conseil genevois des 356 nouveaux postes prévus par le projet de budget 2024. En commission, 50% de ces 356 postes ont été coupés. Les subventions passées "à la moulinette" en commission doivent aussi être rétablies. Elles concernent l'Avivo et l'Hospice général.

Présenté la semaine dernière par le gouvernement, le plan financier quadriennal est également critiqué par les syndicats des fonctionnaires. Ainsi, les annuités doivent être supprimées une année sur deux et aucune indexation n'est prévue jusqu'en 2027, critique la présidente du Cartel intersyndical Geneviève Preti.

"Nous avons affaire à des attaques tous azimuts", déplore Mme Preti.

Geneviève PretiPrésidente du Cartel Intersyndical

Face à un Grand Conseil qui semble inflexible, est-ce l'heure pour les syndicats de durcir le ton? La réponse de Geneviève Preti.

Geneviève PretiPrésidente du Cartel Intersyndical

Le Grand Conseil entamera son débat sur le projet de budget 2024 de l'Etat de Genève le jeudi 14 décembre. L'assemblée du personnel qui s'est tenue juste avant la manifestation a voté à l'unanimité un appel à manifester devant l'Hôtel-de-Ville ce jour-là.

MH avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Culture

La saison d'alpage inscrite au patrimoine culturel immatériel

Publié

le

Mener du bétail en estivage sur des pâturages d’altitude est une tradition vivante attestée au moins depuis le Moyen Age (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'Unesco a inscrit mardi la saison d'alpage sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Cette candidature avait été déposée en mars 2022 par la Suisse.

Tradition emblématique des zones de montagne suisses, la saison d'alpage rassemble des savoir-faire, coutumes et rituels autour de l'économie alpestre, souligne l'Office fédéral de la culture (OFC) dans un communiqué.

Cette tradition remonte au Moyen Age. "Elle a été constamment adaptée aux conditions climatiques, sociales et économiques locales et continue à être la pratique utilisée pour réaliser des produits alimentaires de qualité pour laquelle la Suisse est connue", ajoute l'OFC.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture