Rejoignez-nous

Actualité

Recours rejeté dans l’affaire Semhar

Publié

,

le

Le Tribunal fédéral n'a pas admis la demande de récusation d'un expert psychiatre déposée par les défenseurs du chauffeur de taxi condamné en première instance cet été à Genève pour le viol et l'assassinat d'une fillette (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Tribunal fédéral a rejeté un recours du chauffeur de taxi condamné en juin dernier à Genève pour le viol et l’assassinat d’une fillette de 12 ans en 2012. L’homme demandait la récusation d’un des deux experts psychiatres entendus pour le procès.

L’homme, âgé aujourd’hui de 42 ans, a écopé de 20 ans de privation de liberté devant le Tribunal criminel de Genève pour le viol et l’assassinat de la petite Semhar et les abus sexuels sur deux anciennes compagnes. Sa condamnation n’est pas définitive car ses deux avocats ont fait appel.

Avant même l’audience de juin, le quadragénaire d’origine éthiopienne avait mis en doute l’impartialité d’un des experts psychiatres. Durant l’instruction, l’audition de ces praticiens avait donné lieu en effet à de violents échanges avec les défenseurs du prévenu.

Insistance des avocats

Déposée en février dernier, la demande de récusation de cet expert a été rejetée en mai par la Chambre pénale de recours genevoise. Cette dernière a estimé que les propos de ce médecin ne montraient pas qu’il considérait que la culpabilité du prévenu était établie et qu’il aurait donc été de parti pris.

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral confirme le raisonnement de l’instance précédente. C’est à l’insistance des avocats que l’expert a précisé qu’il considérait les éléments factuels du dossier comme établis. Et celui-ci d’ajouter que si l’accusation était établie, la culpabilité du prévenu ne l’était pas.

Hypothèse de travail

Les juges de Mon Repos soulignent que, pour mener à bien sa mission, l’expert ne peut pas ignorer les faits à l’origine de la procédure, même si le prévenu les conteste. Il doit prendre en compte comme hypothèse de travail les actes délictueux décrits dans l’acte d’accusation.

La pratique veut que les expertises psychiatriques soient réalisées avant le verdict, retenant, ou non, la réalité des faits dénoncés et la culpabilité, ajoute le Tribunal fédéral. On ne peut donc pas en déduire une prévention de l’expert.

La haute cour relève enfin le « caractère inapproprié » des comportements du prévenu et de ses conseils lors de cette audition. Le choix d’une attitude particulièrement agressive, à la limite de l’admissible, ne saurait convaincre de la partialité des experts, conclut en substance le Tribunal fédéral. (arrêt 1B_261/2018 du 24 octobre 2018)

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les nageurs genevois toujours en quête de solutions

Publié

le

A Genève, on reparle des piscines. La Tribune de Genève donne des nouvelles fraîches du projet de bassin olympique à Meyrin. Selon le journal, ce projet, en discussion depuis cinq ans, peut désormais compter sur un apport de 5 millions de francs de la fondation du Casino de Meyrin. De quoi faire baisser la facture et potentiellement convaincre les douze communes de la rive droite.

En Ville de Genève, les Vernets et Varembé sont surfréquentés. Avec plus de 300 000 entrées par an dans chacune des deux piscines. On a demandé à Sami Kanaan, conseiller administratif chargé des sports, s’il était pour un bassin supplémentaire à Cointrin:

Sami Kanaan Maire de la Ville de Genève

@marie_prieur

 

Continuer la lecture

Actualité

Procès pour viols à Dijon: la victime est une Genevoise

Publié

le

Un horrible Halloween. C’est ainsi qu’elle résume la nuit du 1er novembre 2015. Cette nuit-là, une Genevoise de 48 ans part faire la fête à Dijon, avec deux amies. A l’occasion de la foire gastronomique. Mais cette soirée de fête va virer au cauchemar. Le procès de ses deux violeurs s’est ouvert vendredi devant les assises de Dijon. Que s’est-il passé?

Marie Prieur


Le procès se prolonge jusqu’à la fin de la semaine. Les deux accusés encourent 15 ans d’emprisonnement.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

C’est la fin du Comptoir Suisse

Publié

le

Le groupe MCH tire la prise du Comptoir Suisse de Lausanne. Il réfléchit à un nouveau concept national d'événements pour lui succéder (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

C’en est terminé pour le Comptoir Suisse de Lausanne sous sa forme actuelle. Le groupe MCH annonce mardi que la manifestation cesse ses activités, mais dit étudier « un concept national d’événements pour lui succéder ». Les foires de Zurich et Bâle sont aussi touchées.

« Cette décision confirme les réflexions initiées en octobre dernier, après la tenue de la 99e édition du Comptoir Suisse à Lausanne et de la 70e Züspa à Zurich, qui auront constitué chacune la dernière dans leur format actuel », précise le groupe dans un communiqué. Depuis plusieurs années, la fréquentation de la grande foire lausannoise était en baisse.

Lors de sa dernière édition, elle avait littéralement chuté en accueillant 61’000 visiteurs contre pas loin de 1,1 million en 1986. Le site de Beaulieu qui héberge la manifestation se prépare par ailleurs à une grande mutation et ses halles Nord vont être abandonnées.

Pas centenaire

Si le Comptoir Suisse ne soufflera pas ses 100 bougies, MCH annonce cependant qu’il veut proposer un concept d’événement national « qui pourrait dès 2020 occuper ses sites de Lausanne, Bâle et Zurich ». A ce stade, les contours de ce projet restent cependant flous.

La Ville de Lausanne et le canton de Vaud prennent acte avec regrets de cette décision qui « résulte d’une évolution du commerce qui affecte toutes les foires généralistes ». Les deux partenaires de la manifestation réaffirment cependant leur souhait de voir un nouvel événement émerger à Beaulieu.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le PLR genevois statuera vendredi sur le sort de Pierre Maudet

Publié

le

Le comité directeur du PLR Genève s’est réuni ce mardi à 7h. Selon nos informations, la séance est reportée à vendredi matin à 7h où le comité tranchera pour demander au conseiller d’Etat Pierre Maudet de « prendre ses responsabilités ». Le président du PLR, Alexandre de Senarclens, a envoyé la convocation aux membres a-t-on appris.

Ils étaient une trentaine réunis au comité directeur du PLR. Selon nos informations, un seul sujet a été traité: les suites politiques après le voyage controversé à  Abu Dhabi en 2015 de son conseiller d’Etat Pierre Maudet dans la tourmente judiciaire depuis qu’il a révélé qu’il était « officiel » et non « privé ». Après deux heures de discussions et diverses propositions de vote, la séance s’est terminée par un report, ce vendredi matin, où il sera expressément demandé à Pierre Maudet de « prendre ses responsabilités ». Pierre Maudet était présent à la séance durant une bonne heure et a été entendu à huis-clos.

Un « Conseil des sages » discuté 

La conseillère d’Etat Nathalie Fontanet, les PLR Patrick Malek-Ashgar et Roland-Daniel Schneebeli ont tenté, en vain, de créer un « Conseil des sages » qui aurait eu vocation à statuer. Cette proposition n’a pas été retenue.

Selon les membres que nous avons joints, un clivage radical-libéral s’est clairement ressenti lors de ce comité directeur. Le conseiller national Christian Lüscher a haussé le ton. Il s’est fendu d’un long monologue à charge en rappelant les faits depuis le début de l’affaire « Maudet ». Il a souligné la gravité de la situation et pourquoi il était important de démissionner avant les élections fédérales de 2019. Le député et chef de groupe PLR Cyril Aellen et le conseiller national Hugues Hiltpold, des poids lourd du parti, ont également pris la parole.

Pierre Maudet, déchu provisoirement de sa fonction de président du gouvernement, avait menti durant des mois aux journalistes, à la commission de contrôle de gestion et à son parti sur la nature de son voyage au Grand-Prix de Formule 1 aux Emirats Arabes Unis en novembre 2015. Il s’y était rendu avec son ex-chef de cabinet Patrick Baud-Lavigne, sa femme et ses enfants. Pierre Maudet est poursuivi en qualité de prévenu par le Ministère public pour acceptation d’un avantage après sa levée d’immunité en septembre dernier.

@GhufranBron

Continuer la lecture

Le Club Sport

Alan Roura: « Très content! Ca a été une course difficile »

Publié

le

Alan Roura lors de son arrivée à Pointe-a-Pitre. Crédit photo: Alan Roura / La Fabrique

Une septième place dans la classe IMOCA ! Un temps de  15 jours, 2 heures, 25 minutes, 37 secondes ! Mais surtout une avance de seulement 4 minutes et 43 secondes d’avance sur la 8e place occupée par Stéphane Le Diraison ! Il s’agit là du bilan d’Alan Roura pour cette 40e Route du Rhum. 

Interrogé hier soir peu après son arrivée, le Genevois était heureux de sa performance.

Alan Roura 7e de la Route du Rhum

L’objectif d’Alan Roura était de terminer dans le top 10 de la compétition. Avec cette belle 7e place, le Genevois a donc pleinement atteint son but.

Alan Roura 7e de la Route du Rhum

 

« Pour un premier test, vu les conditions, c’est très correct »

Satisfaction supplémentaire, le bateau du Genevois est arrivé en bon état en Guadeloupe.

Alan Roura 7e de la Route du Rhum

 

Sur les différentes vacations, Alan Roura a toujours le sourire, également sur les vidéos qu’il a mis en ligne durant son périple. A-t-il eu constamment le moral ou était-ce que pour les médias, le Genevois est catégorique

Alan Roura 7e de la Route du Rhum

 

Après ses 15 jours de compétition, le Genevois compte bien désormais prendre quelques jours de repos.

Alan Roura 7e de la Route du Rhum

 

Présent dans le studio de Radio Lac pour effectuer un ultime pointage sur cette Route du Rhum, Benjamin Delaloye, moniteur de voile au Club Nautique de Versoix, et habitué des régates sur le Léman est revenu sur le parcours d’Alan Roura et également sur la pénalité d’Alex Thompson. Ecoutez l’extrait en intégralité:

Benjamin Delaloye Professionnel dans le monde de la voile

@SebTelley

Continuer la lecture