Rejoignez-nous

Actualité

Procès de St-Jean: Les accusés face à leurs psychiatres

Publié

,

le

Troisième jour du procès de l’agression de Saint-Jean à Genève. Ce mercredi matin c’était au tour de la médecine légale et des psychiatres de livrer leur rapport au Tribunal criminel.

Les deux prévenus sont accusés d’avoir attaqué, avec trois autres mineurs, deux trentenaires dans le quartier de St-Jean en janvier 2017. Une agression violente qui a laissé les deux victimes lourdement handicapées. Ce matin, les médecins légistes ont livré leur analyse. Ils ont été interrogés sur les coups portés, coups de pieds, de batte de baseball et de casque. A savoir lesquels avaient provoqués quelles lésions. M., la victime la plus touchée, aurait ainsi reçu des coups de casque qui lui auraient fracassé la partie la plus solide du crâne. Le Tribunal a ensuite entendu les psychiatres. La personnalité de G., considéré par certains comme le meneur du groupe, a été exposée. Le détail de cet interrogatoire.

G. a une personnalité borderline, dissociale selon les psychiatres. Il a une attitude globalement irresponsable et une incapacité à tirer des enseignements de ses expériences de vie, du passé. G. estime avoir eu une enfance heureuse mais le médecin relève que ses parents se sont séparés quand il était très jeune. Et que malgré l’affection de sa mère, il est possible qu'il ait manqué d’un cadre structurant. Puis vient le problème de l’alcool consommé ce soir-là, et s’il avait influencé son comportement et sa responsabilité. Selon le dossier, l’accusé avait bu plus d’un demi litre de vodka/red bull. Le psychiatre rappelle que déjà à l’âge de 15 ans, l’accusé a fait un coma éthylique doublé d’une hypothermie à 32 degrés. Pour le médecin, cela montre que le sujet a une sensibilité particulière à l’alcool, une sorte de vulnérabilité. Il ajoute que sur une personnalité immature, impulsive et mal structurée comme celle de G., l’alcool influence ses capacités à réfléchir. Surtout dans un contexte de groupe. Il gère mal la colère et il manque d'empathie. Concernant le risque de récidive, il l’estime qu’une psychothérapie en prison pourrait réduire celui-ci.

Puis l'après-midi, c'était au tour des témoins de moralités de venir à la barre. Les proches des accusés.

La mère de G., un des deux accusés, a témoigné cet après-midi. A la question du juge : comment était votre fils ? elle répond. C’était un enfant plein de vie. Sans histoire. Jusqu’à malheureusement ces faits. Beaucoup de vie sont touchées par cette tragédie, dit-elle. G, son père, moi et les deux victimes. Le juge lui demande si son fils a changé d’attitude après le nouvel-an 2017 ? Il aurait commencé à perdre ses cheveux début février. D’abord un trou, puis par poignée. Elle l’a emmené chez un spécialiste qui aurait demandé à son fils s’il avait eu un choc. Il aurait répondu par la négative. Mais il ne se lève plus le matin et manque l’école. Elle lui parle, il se reprend et passe son année. Elle dit connaître ses amis qui sont venus à 2 ou 3 reprises chez elle. L’avocat de son fils l’interroge à son tour. Elle dit avoir le souffle coupé lorsqu’elle visite son fils en prison. Après sa libération en mars 2018, elle constate un changement. Il ne manque jamais ses rendez-vous. G. pourrait-il s’enfuir ? « Jamais mon fils n’a pensé à quitter la Suisse ». Quand l’avocat la questionne sur son soutien inconditionnel, elle répond : « mon fils est tout ce que j’ai dans ma vie ».

La mère de l’autre accusé est brésilienne. Elle est arrivée en Suisse en 2004 pour fuir un mari violent. Puis elle a fait venir son fils. Il avait 8 ans. Jusqu’à ses 17 ans, il ne sortait pas, dit-elle. Jusqu’à cette blessure qui a brisé ses rêves de devenir footballeur. En fin d’audition, la mère, très croyante, demande pardon aux victimes et à la Suisse qui l’a accueilli, elle et son fils.

Le procès se poursuit avec le réquisitoire du procureur et les plaidoiries des avocats. Le verdict est attendu mardi.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Les Fribourgeois ont pu apercevoir Saint-Nicolas

Publié

le

Saint-Nicolas s'est adressé aux citoyens de Fribourg samedi. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Saint-Nicolas s'est exprimé devant les Fribourgeois samedi en fin d'après-midi dans la cour du Collège St-Michel. Le lieu n'a pas été annoncé à l'avance pour éviter un trop grand rassemblement, a précisé un parole de la ville de Fribourg à Keystone-ATS.

Le chanceux devaient être munis d'un pass sanitaire pour écouter Saint-Nicolas. Toujours en raison des mesures sanitaires actuelles, le cortège de la Saint-Nicolas comme le marché du Bourg n'ont pas pu se tenir cette année à Fribourg.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a empoché la cagnotte du loto samedi soir. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 20, 23, 26, 28, 33 et 37. Le numéro chance était le 3, le rePLAY le 1 et le Joker le 193976.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 11,3 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Swiss suspend provisoirement ses vols pour Hong Kong

Publié

le

Swiss ne ralliera plus Hong Kong jusqu'au 11 décembre (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

La compagnie Swiss suspend provisoirement ses vols pour Hong Kong au départ de Zurich. La raison: "un renforcement des prescriptions de quarantaine pour le personnel de l'équipage" à l'arrivée, en raison de la pandémie du Covid-19.

Les quatre vols de ce samedi sont concernés et la suspension vaut jusqu'au 11 décembre, a précisé une porte-parole de la compagnie d'aviation à l'agence d'information Keystone-ATS. Elle confirmait l'information relayée par plusieurs médias suisses, via le portail Aerotelegraph.

La décision a été prise après une soigneuse pesée d'intérêts, indique-t-on chez Swiss, qui suit la situation et la possible reprise des vols en continu. Swiss contacte les voyageurs concernés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un carambolage sur l'A12 a fait deux blessées légères

Publié

le

Les deux blessées légères n'ont pas eu besoin d'un transport en ambulance. (© Police cantonal fribourgeoise)

Dans la nuit de vendredi à samedi, l'A12 entre Vaulruz et Bulle (FR) a été fermée en raison d'un carambolage impliquant six véhicules. Deux conductrices ont été légèrement blessées.

Le carambolage s'est produit peu après 23h30, a indiqué samedi la police cantonale fribourgeoise. Le tronçon d'autoroute a été fermé jusque peu après 4h du matin samedi en raison des voies verglacées et obstruées.

Outre les pompiers de la région et les secours, le Service intercantonal d'entretien du réseau autoroutier a été engagé pour remettre en état la chaussée et la berme centrale, précise la police. Une enquête a été ouverte pour clarifier les circonstances du carambolage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Cinquième vague de Covid-19: le CHUV est plein, selon son directeur

Publié

le

Le CHUV a commencé à transférer des patients dans d'autres hôpitaux et cliniques (archives). (© KEYSTONE/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

La situation au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne est "préoccupante", après la forte hausse des cas de Covid-19 ces derniers temps, avertit son directeur Philippe Eckert. De nouveaux lits de soins intensifs seront ouverts la semaine prochaine.

"L'hôpital est plein. S'ajoute à cela la problématique de l'absentéisme lié à l'épuisement de certains soignants" et "un certain nombre de collaborateurs sont aussi atteints par le Covid-19", énumère M. Eckert dans un entretien diffusé samedi par 24 Heures.

Des patients sont transférés depuis plusieurs jours dans des hôpitaux romands ou des cliniques, ajoute-t-il. "La Suisse allemande est complètement engorgée; on ne peut pas transférer de patients là-bas".

Le CHUV a également commencé cette semaine à reporter des opérations chirurgicales, poursuit le directeur. "Il s'agit de reports qui ne mettent pas en danger la vie ou la qualité de vie du patient [...] Toutes les opérations urgentes sont faites".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture