Rejoignez-nous

Actualité

Procès de Saint-Jean: la victime se retrouve face à ses agresseurs

Publié

,

le

Deuxième jour du procès des agresseurs de Saint-Jean devant le Tribunal criminel à Genève. Deux des cinq accusés sont devant la justice. 

Majeurs au moment des faits, les deux accusés ont agressé, avec trois autres mineurs, deux trentenaires sur les voies couvertes de Saint-Jean en janvier 2017. Un déchaînement de violence gratuite selon l’acte de l’accusation. Des coup de poings, des coups de pieds donnés à la tête « façon pénalty », de coups de batte de baseball et même de casque de moto.  Suite à cette attaque, les deux victimes sont lourdement handicapées. La plus touchée, s’est présentée de manière inattendue devant le Tribunal criminel ce mardi après-midi.

C’est une forte émotion qui s’est emparée de la salle lorsque la victime, M. est arrivée en chaise roulante, entourée de sa famille. A cause des coups à la tête et des hématomes, l’homme souffre de troubles cognitifs graves. Ce qui est désarmant, c’est que M. sourit, il ne semble pas du tout se rendre compte qu’il est devant ses bourreaux. Ses proches lui sourient aussi, mais la seule vue de ce jeune trentenaire dont la vie est brisée, suffit à convaincre de la gravité de l’attaque. Suit alors le descriptif de son médecin chargé de sa réadaptation à l’Hôpital de Loex. La victime souffre de lésions cérébrales sévères. Suite au choc, une partie de l’os de sa boite crânienne et de son cerveau ont dû lui être enlevé. Il ne peut plus déglutir et cela affecte sa capacité respiratoire. Il a besoin d’une sonde pour s’alimenter et prend de nombreux médicaments chaque jour. Il ne peut plus marcher et ne peut plus parler, juste des sons mais pas de mots. M. souffre également de dépression et son espérance de vie est réduite. Lorsqu’on interroge le médecin sur sa capacité de compréhension, il indique qu’il réagit à la présence de sa famille. Une famille qui, heureusement, vient le voir quotidiennement.

Sa famille était aussi appelée à témoigner. « Avant l’agression, M. était le pilier de la famille , explique sa sœur, le protecteur. Il s’occupait beaucoup de nous ». Chaque jour, il appelait sa mère et ses sœurs. Il n’aimait pas le conflit et il essayait toujours de calmer les gens. Puis elle s’effondre en pleurs «C’est si difficile de savoir ce qu’il pense, nous n’avons aucun moyen de savoir s’il a mal, s’il a une douleur ». Après le drame, c’était l’enfer, et même l’enfer c’est moins grave ». Puis vient le tour du père. «Mon fils est mort, dit-il, j’ai perdu mon bras droit ». Mes enfants ont peur de sortir. J’aimerais qu’ils soient protégés. Il fait confiance à la justice suisse, pour donner l’exemple à ceux qui veulent faire comme les cinq agresseurs, pour que cela ne se reproduise plus.

Dans la matinée, c’était au tour du deuxième accusé de donner sa version des faits. Comme l’autre prévenu, il est accusé de tentative d’assassinat. Les deux accusés ont agressé, avec trois autres mineurs, deux trentenaires en janvier 2017 sur les voies couvertes de Saint Jean.  Le profil de l’accusé:

P. a 20 ans, il est brésilien et il est arrivé à l’âge de 7 ans en Suisse. Sa mère est pasteure et il n’a jamais vraiment connu son père. Adolescent, il est placé dans une classe spécialisée pour ses difficultés. Il a fait du foot mais il a dû arrêter à cause d’une blessure. A 12 ans, il commence un sport de combat, le MMA. Interrogé sur l’incidence que peuvent avoir des coups donnés à la tête, il répond : « je ne savais pas que ça pouvait avoir des conséquences si graves, j’ai été frappé une fois à la tête mais j’avais juste des bleus ». Il est repris par Simon Ntah, l’avocat d’une des victimes. « Vous étiez plus tranché lors de votre audition. Vous aviez appris qu’il ne fallait jamais frapper quelqu’un à la tête, quand il est à terre ! » Beaucoup de questions du Tribunal sur l’existence d’une bande de caïds, la bande des Charmilles, il nie, « c’était plutôt une famille ». « Je ne réfléchissais pas à l’époque j’agissais, dit encore l’accusé. Je me posais pas de questions ». Interrogé sur les coups donnés à la tête « façon pénalty » à la victime de Saint Jean, l’ancien footballeur nie avoir pris l’élan. « La bagarre est partie, parce que je l’ai vu donner des coups de poings au plus jeune du groupe, « le petit » comme il l’appelle. Je veux assumer dira-t-il encore. Je pense que j’ai donné des coups. Le juge le reprend. « Ne dites pas je pense, dites, j’ai donné ». Ce ne sont que les sirènes de la police qui l’ont fait fuir.

Le procès se poursuit mercredi avec l’audition des experts.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

À Meyrin le supermarché paysan participatif La Fève prépare son déménagement

Publié

le

KEYSTONE/Theophile Bloudanis

Le supermarché participatif va déménager dans une nouvelle arcade au coeur du quartier des Vergers d’ici le mois de novembre. Il accueillera dans ses locaux trois artisans qui travailleront pour le magasin et le quartier. La Fève lance également une campagne de financement participatif pour financer le projet.

Associer des paysans et des artisans au supermarché. C’est le principe du supermarché paysan participatif La Fève. Situé à Meyrin dans l’écoquartier des Vergers, il prépare aujourd’hui son déménagement d’ici le mois de novembre dans une structure plus grande située au coeur du quartier. Elle sera intitulée « Moyenne Fève » en référence à la première arcade qui avait pour nom « Mini-Fève ». Le supermarché va accueillir en son sein trois artisans (un fromager, un boulanger et un boucher). Un concept qui est né aux Etats-Unis. Les précisions de Frédéric Deshusses, membre et salarié de la Fève.

Frédéric Deshusses Membre et salarié de la Fève

Pour financer le déménagement et l’arrivée des artisans, une campagne de financement participatif aura lieu jusqu’au 30 octobre sur la plateforme SIG Impact. Le but est de récolter 50’000 francs. 25% de la somme a d’ores et déjà été collectée.

Un projet démocratique

La Fève est juridiquement une coopérative et ce sont ses membres composé en équipe salariée très réduite qui font fonctionner le magasin. À ce jour, elle compte 500 membres et espère atteindre entre 800 et 1000 membres. L’aspect démocratique du projet participatif est crucial pour Frédéric Deshusses.

Frédéric Deshusses Membre et salarié de la Fève

Toute personne pourra s’y rendre pour faire des achats, mais les initiateurs prévoient à long terme un accès réservé aux membres de la coopérative. En deux ans d’existence, La Fève a doublé son chiffre d’affaire et doublé le nombre de ses membres.

Ecologie et alimentation

L’un des objectifs de La Fève est de tisser des liens particuliers avec ses fournisseurs. Elle veut aider à repenser la distribution alimentaire dans d’autres cadres que les supermarchés classiques. Elle souhaite également sensibiliser aux problématiques agricoles qui touchent la Suisse et contribuer à son échelle à une transition écologique et sociale. Pour Frédéric Déshusses, la question de l’alimentation et de son impact climatique et social est aujourd’hui cruciale.

Frédéric Deshusses Membre et salarié de la Fève

Alors que la Moyenne Fève ouvrira ses portes au mois de novembre, une Grande Fève devrait voir le jour dans le quartier des Vergers entre 2021 et 2022.

Continuer la lecture

Actualité

Pose de la première pierre de la Maison des enfants et des adolescents à Genève

Publié

le

@Judith Monfrini

La Maison des enfants et des adolescents a posé sa première fondation ce lundi matin aux HUG, à côté de la maternité. La MEA est issue d’un partenariat public-privé avec notamment la Fondation Children Action. Elle s’ouvrira en juin 2023 et accueillera le service de psychiatrie pour les enfants et les adolescents mais aussi des lieux dédiés à la culture. 

Pose de la première ce lundi matin de la future Maison des enfants et des adolescents aux Hôpitaux universitaires de Genève. Des enfants et des adolescents ont déposé des capsules dans les premières fondations. Des capsules destinées aux générations futures. Avec différents objets choisis par les jeunes, comme de vieilles Nike, un jeans troué, des messages, un livre d’allemand, le jeu Fortnite et même un vieux vinyle !

Ecoutez les choix de Sarah et Sofia, elles ont 17 et 16 ans.

Sarah

Sarah

Sofia

Sofia

La maison accueillera le service de psychiatrie des enfants et adolescents et celui de la médecine somatique pour les adolescents. Située entre la maternité et la pédiatrie, elle va allier santé et culture. Elle s’étale sur plus de 14’000 m2 sur 6 étages dont 2 dédiés à l’hospitalisation. Mais aussi plusieurs espaces culturels. Les précisions de Paola Flores, responsable du partenariat pour la MEA.

Paola Flores Responsable des partenariats pour la MEA

La MEA est issue d’un partenariat public-privé, avec notamment la participation de la Fondation Children Action. Elle devrait voir le jour en 2023. Le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent compte 14’000 consultations ambulatoires par an, soit 700 entrées par jour.

Sur 11 sites différents actuellement

Actuellement elle est éclatée sur 11 sites différents, ce qui rend le parcours de soins parfois difficile. Professeur Alain Gervaix, pédiatre et chef du département de la femme, de l’enfant et des adolescents aux HUG.

Alain Gervaix Professeur de pédiatrie

La MEA va regrouper plusieurs types d’activités. Pr Alain Gervaix.

Alain Gervaix Professeur de pédiatrie

A l’origine du projet avec la Fondation Children Action, le Professeur François Ansermet, ancien chef de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Beaucoup d’émotion pour le professionnel de santé. Pr François Ansermet.

Professeur François Ansermet Ancien chef de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent

Empêcher la stigmatisation

Les personnes qui souffrent psychiquement sont souvent stigmatisées d’où l’importance d’avoir cette Maison de l’enfant et l’adolescent au cœur de la cité.

Professeur François Ansermet Ancien chef de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent

La culture peut être de grand secours pour soigner les patients raison pour laquelle la MEA mêle l’aspect culturel et la santé. Professeur François Ansermet.

Professeur François Ansermet Ancien chef de la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent

Concrètement les jeunes pourront s’essayer à l’art, au théâtre et à la danse. Des conférences auront lieu et la MEA devrait devenir un véritable pôle culturel dans la cité.

Partenariat public-privé

Le coût du projet s’élève à 75’000 francs, dont 45’000 sont issus de fonds privés. Children Action collabore depuis plus de 20 ans avec les HUG pour le bien de l’enfant. Bernard Sabrier, le président de Children Action.

Bernard Sabrier Président de la Fondation Children Action

La MEA s’inscrit dans un cadre de rénovation et de reconstruction plus large qui comprend également l’hôpital des enfants. Plusieurs étapes sont prévues jusqu’en 2050.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: la fête du 31 décembre annulée

Publié

le

Feu artifice Genève / Fondation Genève Tourisme

Encore un RDV annulé en fin d’année à Genève…

Après le marché de Noël, c’est cette fois-ci la Fête du 31 décembre qui passe à la trappe, en raison de la crise sanitaire et des mesures annoncées par le Conseil fédéral au sujet des manifestations de plus de 1’000 personnes.

La Ville de Genève renonce à l’organisation du RDV. Elle précise que « l’organisation d’un événement de cette envergure, qui réunit des dizaines de milliers de participants autour de concerts, buvettes, stands et animations, n’est malheureusement pas envisageable en l’état. »

La ville précise notamment que les gestes de prévention seraient impossibles à faire respecter et que les mesures imposées, comme le traçage des participants, ne sont pas possibles.

Continuer la lecture

Actualité

Les citadins disent « non » à la Loi sur la chasse

Publié

le

Loup – Loi sur la chasse: les villes font pencher la balance.

Le loup ne pourra pas être abattu plus facilement. La révision de la loi sur la chasse a été refusée dimanche du bout des lèvres (51,9% des votants). Elle a été surtout plébiscitée dans l’espace alpin et les petits cantons, mais les centres urbains se sont imposés.

Le suspense a duré tout l’après-midi. L’institut gfs.ch a donné un moment l’avantage à l’acceptation du projet par 51% avant de replacer les deux camps sur un pied d’égalité, puis de donner une courte avance aux opposants.

Les soutiens les plus forts sont venus comme prévu d’Appenzell Rhodes-Intérieures (70,8%), d’Uri (69,6%), du Valais (68,6%) et des Grisons (67,3%). Parmi les cantons qui se sont rangés derrière la révision de la loi figure aussi Fribourg, de justesse (50,7%). Au total, quinze cantons ont dit « oui ».

Le poids des villes

Mais les zones urbaines ont fait pencher la balance. Comme dans le canton de Berne (53% de non), où les régions de plaine ont eu le dernier mot. Le rejet le plus net vient de Bâle-Ville (63,9%), suivi de Schaffhouse (63,3%), de Genève (63,1%), où la chasse est interdite depuis 1974, et de Vaud (59,8%). Neuchâtel et Zurich ont également rejeté le texte, alors que le Jura a exprimé un petit « non » (51,8%).

Devant la presse, Simonetta Sommaruga a dit comprendre la déception des régions alpines, où la population est concernée par la propagation du loup. « Ce non ne se dirige pas contre eux. Il ne vise pas les éleveurs de moutons et les exploitants d’alpages ».

Selon la présidente de la Confédération, villes et campagnes doivent se comprendre. Un équilibre doit être trouvé. « Aucune région ne doit être laissée de côté ». Et la Bernoise de citer les efforts faits en matière de service public et d’infrastructures envers les régions périphériques.

Retour du loup

La loi actuelle date de 1986. A l’époque, Ysengrin ne vivait pas sur le territoire helvétique. Mais depuis la formation de la première meute en 2012, les effectifs se sont multipliés et comptent actuellement 80 loups. Depuis 2009, ils tuent chaque année plusieurs centaines de moutons et de chèvres, créant des conflits avec les éleveurs.

La loi révisée devait notamment adapter les règles de cohabitation entre le loup et l’être humain aux réalités actuelles. Les cantons auraient pu autoriser les tirs avant que les loups n’aient fait des dégâts afin qu’ils conservent leur crainte de l’homme et des zones habitées. Mais les tirs auraient été liés à plusieurs conditions préalables.

Les cantons n’auraient pas pu s’attaquer à des meutes qui restent éloignées des troupeaux et des villages. Ils auraient également dû justifier le tir auprès de la Confédération. Les organisations de protection de la nature auraient toujours pu faire recours contre la décision du canton.

Les cantons auraient aussi pu autoriser le tir d’un loup isolé s’il s’attaque aux cheptels malgré les mesures de protection ou s’il rôde autour des étables et des villages.

« Tout sacrifier »

« Les opposants ont décidé de tout sacrifier aux dépens du tir de quelques loups », a déploré le président de la Diana romande Pascal Pittet, citant notamment le soutien financier qui était prévu dans la loi pour les réserves pour les oiseaux d’eau ou les couloirs fauniques.

Interrogé par Keystone-ATS, il a regretté qu’une majorité « éloignée des réalités du terrain » ait fait pencher la balance, alors qu’on assiste à une augmentation exponentielle de la présence du canidé. Le loup a une place dans nos écosystèmes et les tirs ne régleront pas le problème, a rétorqué sur les ondes de la RTS le biologiste Raphael Arlettaz.

Retour au Parlement

Partisans et opposants partagent en revanche la conviction que les Chambres fédérales vont devoir remettre l’ouvrage sur le métier, tout en divergeant sur les réponses à apporter. Pour le conseiller national Christophe Clivaz (Verts/VS), il s’agit maintenant de revenir devant le Parlement sans les lignes rouges du texte rejeté comme les compétences excessives laissées aux cantons.

Plus de moyens doivent être consacrés à la protection des troupeaux contre les prédateurs, qui ne doit pas passer essentiellement par des tirs, a-t-il dit à Keystone-ATS. Il faut profiter de remettre à l’ordre du jour les espèces menacées qui ne sont toujours pas protégées, comme le tétras-lyre, le lagopède, la bécasse des bois ou le lièvre. Enfin, un débat doit être mené sur la manière de soutenir l’agriculture de montagne.

Continuer la lecture

Actualité

Votation fédérale: Un petit « oui » pour les avions de combat

Publié

le

Avions de combat – Les Suisses disent « oui » de justesse aux nouveaux avions de combat.

L’armée pourra acquérir de nouveaux avions de combat. Sur le fil, à 50,1%, les Suisses ont accepté dimanche l’enveloppe maximale de 6 milliards de francs pour cet achat. A l’exception du Valais, tous les cantons romands et le Jura bernois ont dit non.

Le verdict a mis du temps à tomber, les projections faisant état d’un score à 50-50 jusqu’en fin d’après-midi. Une situation inattendue, dans les sondages du début du mois, l’objet recueillait encore plus de 55% des voix.

Pas un « chèque en blanc »

Pas question ainsi d’attendre une éventuelle initiative contre cet achat, a souligné la ministre de la défense Viola Amherd dimanche à Berne devant la presse. Heureuse du résultat, elle a assuré que l’analyse sera effectuée en toute transparence. Le choix de l’avion reviendra ensuite au gouvernement. Elle a encore relevé que les six milliards étaient un « plafond », et dans tous les cas pas un « chèque en blanc ».

La gauche et les milieux antimilitaristes, qui ont lancé le référendum, ont longtemps espéré que le peuple balaierait la dépense qu’ils jugeaient luxueuse. Mais par une différence de 8670 voix, les efforts du Conseil fédéral après l’échec du Gripen en 2014 ont payé. Quelque 1,605 million de Suisses ont donné leur feu vert à l’achat et 1,597 million l’ont refusé. La participation s’est montée à près de 59%.

A l’exception du Valais, d’où est originaire la ministre de la défense Viola Amherd, tous les cantons latins ont dit « non » à l’acquisition des nouveaux avions. Comme avec le Gripen, le plus grand refus est venu du Jura avec 68,6%.

Genève vient ensuite avec 62,8% de « non », puis Neuchâtel avec 61,6%, Vaud 58,9%, Fribourg 54,3%, le Tessin 52,8%. Les Valaisans ont en revanche accepté l’arrêté par 52% des voix.

Oui en Suisse alémanique

En Suisse alémanique, seuls Bâle-Ville (63,34%) et Bâle-Campagne (50,3%) ont refusé l’enveloppe comme ils l’avaient fait lors de la votation de 2014. Berne a dit oui à 51,4%. Le Jura bernois a néanmoins voté comme la majorité des Romands en refusant à raison de 60,1%. A Zurich, les avions ont obtenu tout juste 50,3%. Ils recueillent près de 57% en Argovie.

La palme du « oui » revient à Nidwald avec 65,7%, suivi de Schwyz (62,7) et d’Obwald (62,3%). St-Gall acquiesce du bout des lèvres (50,7%), Schaffhouse réalise 51,2%.

La somme maximale de 6 milliards doit permettre d’acheter les avions de combat qui remplaceront les 26 F-5 Tiger et les 30 F/A-18 de l’armée. Le financement proviendra du budget ordinaire de l’armée, qui devrait augmenter de 1,4% par an ces prochaines années.

Début du combat pour le GSsA

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), qui a lancé le référendum avec le PS et les Verts, se dit déjà prêt à lancer une initiative contre un type concret d’avion de combat. Selon les antimilitaristes, c’est le début du combat dimanche et non la fin.

Pour Roger Nordmann, le chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales, même avec ce oui, « il est exclu d’acheter les F-35 américains, qui sont les plus chers », a-t-il dit à la RTS. Les Verts se montreront également vigilants, a promis Fabien Fivaz (Verts/NE).

Du côté du camp du « oui », qui rassemble des membres du PLR, de l’UDC, du PDC, du PBD, des Vert’libéraux, du PEV et de nombreuses organisations militaires, « ce vote est à prendre avec reconnaissance », a déclaré la conseillère nationale Jacqueline de Quattro (PLR/VD), en référence à la situation économique fragile résultant de la pandémie.

Ce oui aux avions est réjouissant pour la Suisse romande, a-t-elle ajouté. La région bénéficiera d’un milliard de francs d’affaires compensatoires, « une bouffée d’oxygène bienvenue ».

SSO: Un oui tout de même

La longue attente du résultat dimanche et le score serré ont un goût « amer » pour Gianni Bernasconi, vice-président de la Société suisse des officiers. Soulagé, il relève que le « oui signifie une sécurité aérienne pour la population; cela n’est pas seulement un signal fort pour l’armée ». Même s’il s’agit d’un oui du bout des lèvres, « c’est un oui tout de même ».

Ce dimanche de votation a été qualifié de « surprenant » par le nouveau président de l’UDC, le Tessinois Marco Chiesa. « Sans avion de combat on ne pourrait pas défendre notre espace aérien, ni mettre toutes les pièces du puzzle ensemble. Cela aurait voulu dire que l’on perdait de notre souveraineté. »

Les présidents du PLR et du PDC estiment que l’engagement de Viola Amherd a joué un rôle crucial dans l’issue positive de ce scrutin. Ils demandent toutefois que le Conseil fédéral tienne compte du vote serré des Suisses en ne dépensant pas obligatoirement le total des 6 milliards de francs.

Mesures en faveur de l’industrie

L’arrêté accepté par le peuple inclut des conditions visant à renforcer l’industrie helvétique, ce que saluent l’usam et swissmem. Le constructeur qui remportera l’appel d’offres devra investir 60% du montant du contrat dans l’économie suisse (65% en Suisse alémanique, 30% en Suisse romande et 5% en Suisse italienne). L’achat sera coordonné avec la modernisation du système de défense sol-air.

Quatre jets sont en lice: le Rafale du français Dassault, l’Eurofighter de l’européen Airbus et les deux avions américains, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin.

Continuer la lecture