Rejoignez-nous

Actualité

Pour en finir avec les certificats de travail

Publié

,

le

Le syndicat Travail Suisse a diffusé hier un communiqué incitant les différentes branches économiques à délivrer des certificats de formation.

Oui, certifier plus ou moins formellement tout ce qui relève de la formation dans les entreprises se fait de plus en plus. C’est une vraie tendance qui favorise la fluidité dans le monde du travail. Et ce serait encore une meilleure chose si ça pouvait mettre fin à la manie des certificats qualitatifs de travail.

Le certificat de travail lorsque vous quittez votre employeur ? Mais c’est indispensable !

Je dis bien qualitatif. Je parle des certificats de travail positifs, voire élogieux envers l’employé. En Europe, il n’y a pas guère qu’en Suisse et en Allemagne que ça se pratique. Et c’est devenu inutile parce qu’à peu près plus personne ne les lit.

Le certificat de travail existe aussi en France et ailleurs.

Oui, il est même obligatoire. Mais il se contente de mentionner des fonctions et des dates. Il n’y a pas d’appréciation en France sur la qualité du travail ni sur les comportements ou la personnalité de l’employé. En Suisse oui. Un simple certificat administratif peut même devenir suspect. Parce qu’a priori négatif par abstention.

C’est obligatoire en France, mais c’est aussi obligatoire en Suisse.

D’après le code des obligations, ce n’est obligatoire en Suisse que si l’employé le demande. Et ça ne peut pas contenir d’éléments dépréciatifs. Tout doit être plus ou moins positif. L’employé peut d’ailleurs refuser le texte s’il estime qu’il n’est pas assez positif. Sans compter que le futur et nouvel employeur pourra poursuivre l’ancien s’il estime que le certificat ne reflétait pas la réalité. C’est dire l’absurdité du système. Le premier syndicat qui recommandera à ses membres de ne plus demander de certificats de travail qualitatif fera œuvre d’utilité publique.

Et comment les recruteurs vont se faire une idée de la qualité des candidats ?

Une bonne lettre de motivation contient une ou deux références de personnes si possible connues dans la branche. Avec leur numéro de téléphone le plus direct. Et ça peut s’arrêter là. Rien de tel autrement qu’une bonne discussion téléphonique pour se faire une idée. Un employeur qui veut absolument savoir comment s’est passée la précédente expérience professionnelle d’un candidat finit d’ailleurs toujours pas le savoir. Et de manière bien plus fiable qu’avec un certificat de travail dithyrambique.

Mais la référence mentionnée par le candidat peut aussi être de connivence avec lui.

Oui, c’est un risque. Mais le risque zéro n’existe pas dans les recrutements. Tous les employeurs en ont fait une fois ou l’autre l’expérience.

On entend souvent dire que les certificats de travail sont codés en Suisse.

Non, c’est un mythe. Un mythe qui montre bien d’ailleurs que ce document est un problème et qu’il stresse inutilement les employés. OK, si vous lisez que l’employé a donné satisfaction, ce n’est pas la même chose que s’il a donné « pleine et entière satisfaction ». Mais ce n’est pas du codage. Juste une marge d’interprétation. Et elle ne crée que des malentendus.

 

Suisse

Payot fait recours auprès du Tribunal cantonal

Publié

le

Payot avait déposé un premier recours auprès du Conseil d'Etat valaisan fin novembre (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Une semaine après son recours auprès du Conseil d'Etat valaisan pour avoir été exclues de l'opération "2e livre gratuit", les librairies Payot montent d'un cran. Insatisfaites de la réponse du gouvernement, elles ont annoncé faire recours auprès du Tribunal cantonal.

La manière "bien singulière de répondre au caractère d'urgence pour une opération qui prendra fin le 24 décembre en dit long sur le mépris qui nous est témoigné", indique le directeur de Payot Pascal Vandenberghe mardi dans un communiqué. Celui-ci accuse les autorités cantonales de faire trainer le dossier.

"Dans ces conditions, nous avons décidé de faire recours auprès du Tribunal cantonal, avec demande de mesures provisionnelles urgentes", précise le patron de Payot.

Remboursement exigé

Depuis novembre, l'enseigne est remontée contre les autorités valaisannes qui n'ont pas inclus les libraires Payot dans une opération visant à promouvoir la culture.

Le projet propose jusqu'à Noël des avantages comme un deuxième livre gratuit après l'achat du premier dans une librairie indépendante disposant d’un siège social en Valais ou membre de l’association Livresuisse. Or le siège de Payot se trouve à Lausanne.

Les librairies Payot du canton continuent d'offrir un deuxième livre à leurs clients, tout en prenant les frais à leur charge. "Nous en exigerons le remboursement intégral si nous obtenons gain de cause", prévient Pascal Vandenberghe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Val Calanca: des centaines de personnes toujours coupées du monde

Publié

le

Plusieurs villages sont coupés du monde après un éboulement dans le val Calanca, dans les Grisons. (© Office des travaux publics GR)

Un jour après l'éboulement dans le val Calanca, dans les Grisons, plusieurs centaines de personnes étaient toujours coupées du monde lundi. La route reste fermée.

De nouvelles informations sont attendues mardi matin, indique lundi l'office des travaux publics des Grisons. Personne n'a apparemment été blessé dans l'éboulement qui a eu lieu dimanche matin entre l'embranchement de Castaneda et de Buseno.

L'alerte a été donnée peu avant 06h30 dimanche, lorsqu'une femme a signalé qu'elle a entendu un fort bruit et qu'elle a ensuite vu de la "fumée" s'élever. Des éboulis ont complétement recouvert et endommagé la chaussée sur une longueur d'environ 150 mètres.

Approvisionnement assuré

La cause de l'éboulement sur la route cantonale, en forte pente, n'est pas encore claire. Les localités derrière Castaneda, comme Buseno, Rossa et Arvigo, sont coupées du monde extérieur. L'approvisionnement des villages est assuré et organisé par les communes.

Les autorités ignorent si d'autres parties instables de la falaise de plus de 300 mètres de haut pourraient se détacher et s'effondrer sous l'effet de fortes pluies. L'évaluation géologique n'a pas encore pu être achevée en raison de la pluie et du brouillard, a précisé l'office.

La route pourra être déblayée et provisoirement remise en état au plus tôt mardi matin. Les travaux devraient durer deux à trois jours. Dans le meilleur des cas, une voie pourrait être rouverte à la circulation avant le week-end.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

BeReal vs Instagram, qui l’emportera au final?

Publié

le

Credit KEYSTONE Source DPA Byline KARL-JOSEF HILDENBRAND

Connaissez-vous BeReal ?

C’est une application française lancée en 2020 mais qui cartonne cette année. Son principe est simple, elle encourage les utilisateurs à publier une photo d'eux-mêmes et de leur vie sans filtre ni modification des images tous les jours à une heure différente.

Alexandra a 26 ans, cette Genevoise est une utilisatrice de BeReal depuis 6 mois. Elle nous explique ce qui lui a plu dans cette appli par rapport à sa grande concurrente Instagram:

AlexandraUne Genevoise utilisatrice de BeReal

Pourquoi BeReal plait tant? Frédéric Dumonal, directeur de la formation continue à l’école CREA à Genève:

Frédéric DumonalDirecteur de la formation continue à l’école CREA à Genève

Alexandra est à la base une fan d’Instagram et selon elle, l’application française pourrait amener un certain renouveau:

AlexandraUne Genevoise utilisatrice de Be Real

Avec l’arrivée de BeReal, allons-nous assister à un bouleversement des réseaux sociaux? Frédéric Dumonal:

Frédéric DumonalDirecteur de la formation continue à l’école CREA à Genève

Continuer la lecture

Economie

Nestlé: une première audience mardi dans l'affaire Buitoni

Publié

le

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP. (Photo: Keystone/Alessandro Della Bella) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

En France, une première audience devant un juge civil du tribunal de Nanterre est prévue mardi dans l'affaire des pizzas Buitoni, propriété de Nestlé, contaminées par la bactérie E.coli.

Il s'agit d'une audience d'orientation, non sur le fond de l'affaire, mais pour déterminer le calendrier de la procédure, a indiqué lundi à AWP le secrétariat général de la présidence du Tribunal judiciaire de Nanterre, confirmant une information de Maître Pierre Debuisson.

En septembre dernier, l'avocat français avait indiqué avoir assigné la filiale hexagonale du géant veveysan pour "fautes lourdes et répétées", en raison notamment de "l'état hautement dégradé de l'hygiène" du site de Caudry, dans le nord de la France, où ont été produites les pizzas Fraich'Up de la marque Buitoni contaminées.

Celui qui représente 55 victimes et 48 familles réclame 250 millions d'euros (241 millions de francs) de dommages et intérêts. La procédure civile se déroule à Nanterre, dans le département des Hauts-de-Seine où se situe le siège français de la multinationale agro-alimentaire. Une information judiciaire a également été ouverte à Paris en mai.

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP.

En septembre, l'entreprise faisait savoir que "l'hypothèse la plus probable serait celle d'une contamination à la bactérie E. coli STEC de la farine, issue de la dernière récolte de blé, que nous n'avons pas détectée", en dépit de "plus de 10'000 contrôles" en moyenne chaque semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Genève accueille sa première boucherie végétale

Publié

le

© Butch Bunny

C'est une boucherie d'un nouveau genre qui vient d'ouvrir ses portes à Genève. Chez Butch Bunny, on vous propose des produits visuellement identiques à la viande, mais issus de protéines végétales.

Une boucherie sans viande. C'est le concept original de "Butch Bunny", contraction de butcher (boucher) et du lapin Bugs Bunny. Dans cette arcade tout fait penser à une boucherie traditionnelle mais pourtant à l'intérieur pas une seule trace de viande. A la place, des aliments issus de protéines végétales. Alors qu'est-ce qu'on y trouve? Stéphane Formenti, cofondateur de Butch Bunny.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

© Butch Bunny

 

Le lieu ressemble effectivement à une boucherie traditionnelle et c'était un élément essentiel pour les deux cofondateurs. On retrouve Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Les deux compères mettent autant en avant autant que possible des produits locaux et nutritifs. Ils sont par ailleurs accompagnés par une diététicienne qui les conseille dans le choix de la nourriture. Objectif: éviter les aliments contenant trop de sel, de conservateurs ou trop transformés. À titre d'exemple, leur seitan est acheté à une productrice genevoise.

© Butch Bunny

 

Un concept qui fait réagir

Et qu'en disent les clients? Les premiers retours sont plutôt positifs, mais le concept ne laisse pas indifférent comme l'explique Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Butch Bunny ne restera au Boulevard Carl Vogt que 4 mois. La boucherie devra ensuite trouver un nouvel emplacement.

Continuer la lecture