Rejoignez-nous

Actualité

Plus que 100 jours avant le lancement du Léman express

Publié

,

le

A Genève, le compte à rebours a commencé. Nous sommes à cent jours du lancement du Léman express, prévu le 15 décembre 2019. Le point sur les changements que va amener ce RER genevois.

La première rame partira à 5 heures 04 exactement, le matin du 15 décembre. Le plus grand réseau ferroviaire transfrontalier d’Europe compte 230 kilomètres de lignes. Il va connecter un million de personnes à travers 45 gares de Suisse et de France. 6 lignes pour ce Léman express et jusqu’à 6 trains par heure dans les deux sens entre Genève et Annemasse. Les trains circuleront de 5 heures du matin à minuit et demi. La grande avancée de ce réseau...il permettra de se connecter aux gares de l’arc lémanique et de la France voisine.

Par exemple : du côté du Canton de Vaud, la ligne L1, qui relie déjà Coppet à Lancy-Pont-Rouge va se prolonger jusqu’à Evian, sans changement. Temps de parcours entre Thonon-les-Bains et Lancy-Pont-Rouge : 50 minutes. Du côté français, la L2 reliera Coppet à Annecy, sans changement. Depuis Chêne-Bourg, il faudra compter une heure 12 minutes. La ligne trois, elle, reliera Lancy-Pont-Rouge à Saint-Gervais-les-Bains-Le-Fayet. La L5 vous amènera en 34 minutes à Bellegarde dans l’Ain depuis Cornavin. En Ville de Genève, vous aurez juste le temps d’avaler un café puisqu’il faudra 5 minutes pour relier Lancy-Pont-Rouge à Champel.

Finalement quels changements majeurs apportent le Léman express ?

Eh bien si actuellement vous habitez Annemasse et sa région et que vous travaillez à Cornavin, vous devez prendre un bus pour rejoindre le 12 à Moillesulaz, monter ensuite dans le tram pour atteindre le centre-ville et encore un bus pour vous rendre à la gare. Pour un temps de parcours total de plus d’une heure. Avec le Léman express, vous ferez le trajet en 22 minutes seulement.

Du côté des tarifs, l'instauration du Léman pass: un seul billet côté suisse ou côté français. La communauté tarifaire réunit 10 compagnies de transports ferroviaires dont les TPG. Le prix : 3 francs par heure dans la zone Genève. Pour un billet Annemasse-place neuve, comptez 4 francs 90 et 115 francs 20 pour un abonnement mensuel.  De Gex à la gare des Eaux-Vives, vous débourserez 4 francs 60. Seul petit bémol, la région nyonnaise voit ses tarifs augmenter...

Sachez encore que des tests grandeur nature seront effectués vendredi prochain. Une centaine de figurants vont participer et vous pourrez vivre l’événement en direct avec Tadeusz Roth sur Radio Lac.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Nestlé: une première audience mardi dans l'affaire Buitoni

Publié

le

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP. (Photo: Keystone/Alessandro Della Bella) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

En France, une première audience devant un juge civil du tribunal de Nanterre est prévue mardi dans l'affaire des pizzas Buitoni, propriété de Nestlé, contaminées par la bactérie E.coli.

Il s'agit d'une audience d'orientation, non sur le fond de l'affaire, mais pour déterminer le calendrier de la procédure, a indiqué lundi à AWP le secrétariat général de la présidence du Tribunal judiciaire de Nanterre, confirmant une information de Maître Pierre Debuisson.

En septembre dernier, l'avocat français avait indiqué avoir assigné la filiale hexagonale du géant veveysan pour "fautes lourdes et répétées", en raison notamment de "l'état hautement dégradé de l'hygiène" du site de Caudry, dans le nord de la France, où ont été produites les pizzas Fraich'Up de la marque Buitoni contaminées.

Celui qui représente 55 victimes et 48 familles réclame 250 millions d'euros (241 millions de francs) de dommages et intérêts. La procédure civile se déroule à Nanterre, dans le département des Hauts-de-Seine où se situe le siège français de la multinationale agro-alimentaire. Une information judiciaire a également été ouverte à Paris en mai.

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP.

En septembre, l'entreprise faisait savoir que "l'hypothèse la plus probable serait celle d'une contamination à la bactérie E. coli STEC de la farine, issue de la dernière récolte de blé, que nous n'avons pas détectée", en dépit de "plus de 10'000 contrôles" en moyenne chaque semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Genève accueille sa première boucherie végétale

Publié

le

© Butch Bunny

C'est une boucherie d'un nouveau genre qui vient d'ouvrir ses portes à Genève. Chez Butch Bunny, on vous propose des produits visuellement identiques à la viande, mais issus de protéines végétales.

Une boucherie sans viande. C'est le concept original de "Butch Bunny", contraction de butcher (boucher) et du lapin Bugs Bunny. Dans cette arcade tout fait penser à une boucherie traditionnelle mais pourtant à l'intérieur pas une seule trace de viande. A la place, des aliments issus de protéines végétales. Alors qu'est-ce qu'on y trouve? Stéphane Formenti, cofondateur de Butch Bunny.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

© Butch Bunny

 

Le lieu ressemble effectivement à une boucherie traditionnelle et c'était un élément essentiel pour les deux cofondateurs. On retrouve Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Les deux compères mettent autant en avant autant que possible des produits locaux et nutritifs. Ils sont par ailleurs accompagnés par une diététicienne qui les conseille dans le choix de la nourriture. Objectif: éviter les aliments contenant trop de sel, de conservateurs ou trop transformés. À titre d'exemple, leur seitan est acheté à une productrice genevoise.

© Butch Bunny

 

Un concept qui fait réagir

Et qu'en disent les clients? Les premiers retours sont plutôt positifs, mais le concept ne laisse pas indifférent comme l'explique Stéphane Formenti.

Stéphane FormentiCofondateur de Butch Bunny

Butch Bunny ne restera au Boulevard Carl Vogt que 4 mois. La boucherie devra ensuite trouver un nouvel emplacement.

Continuer la lecture

Economie

La mise aux enchères des vins de Lausanne, c'est samedi

Publié

le

Les vins de la ville de Lausanne sont mis aux enchères le 2e samedi de décembre, comme le veut la tradition (archives): (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La traditionnelle mise aux enchères des vins de Lausanne se déroulera pour la 220e fois samedi à l’Hôtel de Ville. Le fruit des vendanges des cinq domaines lausannois sera proposé à la vente en primeur en lots de 24 à 90 bouteilles. Ils seront disponibles en avril 2023.

Toute personne acquéreuse accèdera au rang de gardien de la mise et profitera en 2023 de différents événements organisés dans le cadre historique des domaines de la Ville, annonce lundi un communiqué. Parmi eux, la présentation de vieux millésimes ou des dégustations de vins primeurs.

La toute nouvelle bande dessinée "Sur la piste du chasselas", imaginée et réalisée par l’Association de promotion du chasselas, organisatrice du Mondial du Chasselas, sera par ailleurs offerte aux acheteurs lors de la livraison des vins à l’Abbaye de Mont.

Plus ancienne d'Europe

Fondée sur l’Arrêté du 17 novembre 1803 du Petit Conseil du Canton de Vaud permettant à tous les citoyens de miser les produits des biens communaux, la mise aux enchères publiques des vins de Lausanne est le plus ancien événement de ce type en Europe. Témoins de cette tradition vivante, les premières étiquettes millésimées connues à ce jour datent de 1884.

Afin de témoigner de cette odyssée, l’ensemble des bouteilles misées cette année sont habillées des mythiques étiquettes imprimées durant les années 1930 à 1950, jadis dessinées par les peintres Fréderic Rouge (1867-1950) et Fortuné Bovard (1875-1947).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Nouvel outil transnational face au changement climatique alpin

Publié

le

La Suisse, l'Allemagne et l'Autriche lancent un premier bulletin transnational sur l’état du climat dans les Alpes (image symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse, l'Allemagne et l'Autriche unissent leurs forces face au changement climatique dans l'espace alpin qu'elles partagent. Les trois pays lancent une nouvelle série de rapports communs, dont le bulletin "Climat des Alpes" qui sera publié deux fois par année.

"Bien sûr, les trois services météorologiques proposent aujourd’hui déjà une large palette de prestations. Mais avec cette nouvelle initiative, nous allons désormais regrouper nos informations avec celles de nos voisins d’Autriche et d’Allemagne", explique Mischa Croci-Maspoli, responsable de la division climat chez MétéoSuisse, cité dans un communiqué de cet office fédéral.

Il s’agit du premier bulletin transnational sur l’état du climat dans les Alpes. L’évolution du climat dans les différents pays sera ainsi placée dans un contexte plus large et observée sur le long terme avec précision.

L'espace alpin est plus touché que d'autres régions ou espaces naturels par les conséquences des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines. Dans cette région très sensible, les effets du changement climatique sont clairement visibles: la couverture neigeuse diminue de plus en plus, les glaciers perdent nettement de leur masse et en été la chaleur devient un problème toujours plus important, même en haute altitude, indique l'office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse..

Recul record des glaciers

Le premier bulletin, qui couvre la période de mai à juin, confirme que le semestre d’été 2022 a été marqué par des températures très élevées dans l’ensemble de l’espace alpin central et oriental ainsi que par une grande sécheresse, surtout dans les Alpes du Sud. De ce fait, le manteau neigeux a fondu particulièrement tôt dans les régions de haute montagne.

Outre un aperçu général de la climatologie du semestre, chaque bulletin "Climat des Alpes" donnera des informations détaillées sur ces thèmes, avec la présentation en détail d'un thème climatologique d’actualité. Il décrira l’état actuel des connaissances à ce sujet. La présente édition s’intéresse au recul record des glaciers dans les Alpes au cours du dernier semestre d’été.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lausanne: deux bâtiments pour personnes vulnérables prévus à Renens

Publié

le

La Ville de Lausanne prévoit de créer rapidement 35 places d'hébergement d'urgence à l'année dans deux bâtiments à Renens (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Ville de Lausanne prépare, pour les premiers mois de 2023, un nouveau projet de logements destinés aux personnes en emploi et vulnérables (seniors, femmes et enfants) recourant actuellement aux hébergements d’urgence. Deux bâtiments accueilleront entre 30 et 35 personnes à l’année à Renens (VD). Dans l’intervalle, le dispositif est renforcé à l’entrée de l’hiver, avec 250 places disponibles.

Les deux bâtiments de Renens seront exploités par la Ville de Lausanne et co-financés par le canton. De 30 à 35 personnes y seront accueillies après évaluation de leur situation par le Service social Lausanne. Ces bâtiments seront disponibles pour une durée minimale de deux ans, jusqu’au début de travaux, explique la Municipalité de Lausanne dans un communiqué. Eliane Belser, responsable du dispositif d’aide d’urgence, espère une ouverture en début d'année.

Sortir de la logique saisonnière

En renforçant ainsi sa capacité d’accueil annuelle, le dispositif lausannois s’inscrit dans une perspective de sortie de la logique saisonnière. Comme pour le projet pilote mené à la rue de la Borde, les bénéficiaires pourront y séjourner pour une durée déterminée, le temps de stabiliser leur situation, sans le souci du logement au quotidien.

Les bénéficiaires qui travaillent participeront également aux charges. Le Service social Lausanne renforcera son personnel pour assurer un accompagnement social, ainsi qu’une aide administrative et l’orientation au sein du réseau de partenaires en cas de besoin.

Et de l'urgence

Ce projet fait suite à l'expérience pilote menée depuis ce printemps dans deux immeubles, à la rue de la Borde et à César-Roux. Menée durant sept mois, elle "confirme la pertinence de développer des solutions d’hébergement adaptées aux différentes populations qui fréquentent nos dispositifs afin de les sortir de l’urgence", explique Émilie Moeschler, conseillère municipale en charge des sports et de la cohésion sociale, citée dans le communiqué.

Sur les 24 personnes suivies dans le cadre de la rue de la Borde, entre mai et novembre 2022, la moitié a vu sa situation changer, que ce soit par l’obtention d’un permis de séjour leur ouvrant des droits ou en intégrant leur propre logement.

Accès gratuit

Pour le reste, au total, 250 places sont disponibles à l’entrée de l’hiver, réparties entre l’Etape-Saint-Martin, la Marmotte, le Sleep In, Borde 47 et le Répit. Grâce à un financement cantonal, l’accès au dispositif d’hébergement d’urgence nocturne demeure gratuit.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture