Rejoignez-nous

Actualité

Pas d'autres taxes sur les produits chinois

Publié

,

le

Au début de la rencontre, Donald Trump a assuré que Xi Jinping était devenu "un ami". (©KEYSTONE/AP/SUSAN WALSH)

Donald Trump et Xi Jinping ont convenu samedi de relancer les négociations commerciales, en marge d'un G20 qui s'est tenu à l'ombre de l'affrontement économique des deux pays. Washington renonce à taxer davantage les produits chinois.

"Nous avons eu une très bonne rencontre avec le président Xi, je dirais même excellente", a déclaré M. Trump. Selon l'agence officielle chinoise Xinhua, les négociations, qui avaient été brutalement interrompues en mai, vont reprendre et Washington a levé sa menace d'imposer de nouvelles taxes à l'importation, qui auraient frappé la totalité des plus de 500 milliards de dollars de biens chinois achetés chaque année par les Etats-Unis.

Les deux hommes répètent ainsi le scénario du dernier G20, en Argentine fin 2018. Ils avaient alors suspendu les hostilités pour quelques mois, afin de reprendre les négociations commerciales approfondies... lesquelles avaient cependant tourné court.

Comme pour répliquer à ce sommet dans le sommet sino-américain, l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) se sont mis d'accord sur un traité de libre-échange, fruit de 20 ans de négociations difficiles.

"Un moment historique" pour le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a également discuté d'un pacte de libre-échange avec le Premier ministre australien Scott Morrison.

Mais la ratification du Mercosur promet d'être difficile, le texte suscitant l'inquiétude des agriculteurs européens face à un afflux de produits brésiliens.

Trump, Kim, MBS

Avant sa rencontre avec Xi Jinping, la journée avait démarré sur les chapeaux de roue pour Donald Trump qui, au lendemain de plaisanteries remarquées avec Vladimir Poutine, a continué à afficher sa complicité avec des dirigeants critiqués pour la situation des droits de l'Homme dans leur pays.

Après avoir évoqué, d'un tweet presque désinvolte, une possible rencontre inédite avec le leader nord-coréen Kim Jong Un dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Corées, le président américain a rencontré le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane. Il a loué son "travail extraordinaire", ignorant les questions répétées sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

Pendant que Xi et Trump négociaient, les diplomates des vingt pays pesant 85% du PIB mondial continuaient de s'écharper sur le climat, au moment où l'Europe subit une canicule inédite, considérée par les scientifiques comme un symptôme sans équivoque du dérèglement climatique.

La chancelière allemande Angela Merkel a finalement assuré que le sommet déboucherait à propos du climat sur un "texte semblable" à l'an dernier, après des négociations particulièrement dures qui ont fait un temps craindre un recul.

Il y aura bien une "déclaration (au format) 19+1", en clair un soutien de tous les membres du G20 sauf les Etats-Unis au grand accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique, alors que des diplomates évoquaient les jours précédents la possible défection de grands pays émergents notamment, qui envisageaient de s'aligner sur la position américaine.

G20 remis en cause

Le doute grandit sur la pertinence de ce rassemblement initialement créé pour apporter une réponse unie aux crises en tout genre, inauguré en 2008 en pleine crise financière mondiale.

Le G20 se voulait "un forum de coopération mais on peut se demander à présent si nous n'avons pas atteint le moment où il a cessé de servir cet objectif", a commenté Thomas Bernes, du Centre d'innovation pour la gouvernance internationale, un groupe de réflexion canadien.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

POP Lausanne: pétition lancée suite à la décision de la CPCL

Publié

le

Le POP Lausanne a lancé une pétition pour protéger les droits des locataires et du personnel du Service de gérances de la Ville qui va perdre en 2025 le mandat du parc immobilier de la Caisse de pension de la commune de Lausanne (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le POP Lausanne s'inquiète des droits des locataires et du personnel du Service des gérances de la ville, à la suite de la décision de la Caisse de pensions de la commune de Lausanne (CPCL) de lui retirer ce service et de gérer lui-même son parc immobilier de 3705 logements dès 2025. Le parti de la gauche radicale a lancé une pétition.

S'interrogeant sur les raisons de ce retrait - service des gérances en souffrance ou volonté de renforcer l'équilibre financier de la caisse de pension - le POP Lausanne estime que les locataires et les employés ne doivent pas faire les frais des choix de la CPCL ou de la Ville. Face à la pénurie de logements et à la spéculation immobilière, des engagements publics forts sont indispensables, souligne la formation dans un communiqué publié mardi soir.

Incertitudes

Le POP constate que le personnel du Service des gérances ne sait pas encore quels postes seront maintenus, supprimés ou transférés à la CPCL et à quelles conditions. Du côté des locataires, on ignore si les loyers accessibles seront maintenus, si des hausses de loyer se profilent et si les personnes à petits revenus auront encore une chance de se voir attribuer un logement, souligne-t-il.

La pétition demande que la CPCL et la Ville garantissent les emplois et les conditions de travail du Service des gérances. La CPCL est priée d'appliquer des priorités sociales identiques à celles de Lausanne pour attribuer les logements et d'éviter toute hausse de loyer contraire au droit du bail. La pétition sera remise à la CPCL, au Conseil communal et à la Municipalité de Lausanne, précise le POP Lausanne.

Discussions ouvertes

La Municipalité de Lausanne avait annoncé la perte de ce mandat - qui représente les trois quarts de son portefeuille - au début du mois de février, précisant qu'elle n'était pas "favorable à cette solution". Dans sa communication au Conseil communal, elle indique que la CPCL a accepté de reprendre, à hauteur de ses besoins, le personnel affecté au sein du Service des gérances à la gestion des immeubles de la CPCL à des conditions de travail analogues.

La Municipalité ajoute qu'elle a chargé le Service des gérances d'ouvrir des discussions avec la direction de la CPCL sur la reprise du personnel concerné. La perte du mandat de gérance, à hauteur de 2,7 millions de francs sera entièrement compensée dans un délai de deux ans, affirme-t-elle.

Avec cette nouvelle organisation, la CPCL reprendra donc la main à compter du 1er janvier 2025 sur tous ses baux à loyer. Les logements à loyer modéré (LLM) de la CPCL (1579 logements) resteront néanmoins soumis au contrôle public du canton et de la Ville de Lausanne, conformément à la législation.

S'agissant donc spécifiquement des LLM, ni les règles d'attribution ni les niveaux de loyer ne seront affectés par la reprise du contrat de gérance par la CPCL, relevait encore la Municipalité dans sa communication.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Mieux protéger les personnes étrangères des violences domestiques

Publié

le

Le Parlement a élaboré un projet de révision de la loi sur les étrangers visant à renforcer la protection des victimes de violences domestiques. Celles-ci auront droit à la régularisation de leur séjour en cas de séparation (archives). (© KEYSTONE/EDI ENGELER)

Les femmes étrangères qui subissent des violences domestiques doivent être mieux protégées. Le Conseil des Etats a adopté mercredi, par 31 voix contre 8, un projet qui leur donnera droit à la régularisation de leur séjour. L'UDC redoute des abus.

Actuellement, de nombreuses femmes de nationalité étrangère victimes de violences domestiques craignent de perdre leur titre de séjour en cas de séparation. Elles ne peuvent rester que si l’union conjugale a duré au moins trois ans et qu'elles sont bien intégrées. En outre, il faut apporter la preuve de violences d'une certaine intensité et d'une certaine durée.

Certaines victimes renoncent ainsi à mettre fin à des relations violentes par peur d'un renvoi, a rappelé Marianne Binder-Keller (C/AG) pour la commission. Le Parlement a donc élaboré un projet visant à renforcer la protection de ces victimes.

L'UDC craint que l'élargissement des droits au séjour ne donne lieu à des abus. La révision abaisse toute une série d'exigences pour les bénéficiaires, a critiqué le parti conservateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Risques accrus de blanchiment et de financement du terrorisme

Publié

le

Avec l'importance croissante des cryptomonnaies, les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ont augmenté (image d'illustration). (© KEYSTONE/AP/CHARLES KRUPA)

Les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ont considérablement augmenté avec l'importance croissante des cryptomonnaies. Ce constat émane de l'Office fédéral de la police et du Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales.

Les cryptomonnaies, aussi connues sous le nom d'actifs virtuels, sont devenues un phénomène de masse au cours des dix dernières années. Ceci a des répercussions conséquentes sur le système financier et multiplie les abus à des fins criminelles, écrit mercredi le groupe de coordination interdépartemental sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (GCBF).

En Suisse, les intermédiaires financiers sont de plus en plus nombreux à proposer des prestations d'actifs virtuels. La frontière entre le secteur financier traditionnel et les cryptomonnaies se brouille, car ces actifs virtuels ont tendance à être intégrés dans les plates-formes de paiement conventionnelles. Les criminels ont reconnu le potentiel de cette technologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une graminée valaisanne nommée nouvelle espèce de l'année

Publié

le

La graminée Calamagrostis lonana, récemment identifiée comme nouvelle espèce, a été découverte dans le Val d'Anniviers (VS). (© Swiss Systematic Society/Luca Champoud)

De nouvelles espèces de plantes sont encore découvertes en Suisse. Une graminée récemment décrite en Valais a été nommée "nouvelle espèce de l'année 2024" par la Société suisse de systématique (SSS).

C'est lors d'un travail de terrain que Mary Leibundgut, une botaniste intéressée par la flore alpine, a découvert cette plante particulière, ont indiqué mercredi l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) et la SSS dans un communiqué. La scientifique réalisait des inventaires floristiques dans les plaines inondables en aval du Pas de Lona dans le Val d'Anniviers (VS).

Cette graminée ressemblait à d'autres espèces du genre bien connu Calamagrostis, mais des investigations menées par une équipe de botanistes bernois et fribourgeois, ainsi que des comparaisons avec des spécimens d'herbiers ont confirmé qu'il s'agissait bien d'une espèce nouvelle pour la science. D'après son lieu de découverte, elle a été nommée Calamagrostis lonana.

Seul site en Suisse

"L'espèce est probablement étroitement apparentée à une graminée arctique que l'on trouve très localement en Europe centrale", explique Stefan Eggenberg d'Info Flora au Jardin botanique de l'Université de Berne, cité dans le communiqué. Cette espèce semble limitée à la plaine alluviale du Torrent de Lona et n'a pas été trouvée ailleurs, malgré de nombreuses visites dans la région.

La plaine alluviale de Lona représente une mosaïque unique d'habitats associés aux différents sédiments déposés par le cours d'eau au fil du temps. Ce haut plateau est utilisé depuis longtemps pour le pâturage des moutons et des bovins, et les lits des rivières sont pâturés chaque année fin août et septembre.

Au vu de la situation actuelle, il ne semble pas nécessaire de clôturer la plaine alluviale. Cependant, les spécialistes recommandent de surveiller les conséquences du piétinement à long terme pour garantir la pérennité de la nouvelle espèce. La SSS élit depuis 2015 une "nouvelle espèce de l'année".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

La Lake Parade confirme son retour le 20 juillet 2024

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Après six ans d'absence et le succès populaire rencontré l'an dernier pour son retour, la Lake Parade poursuit sur sa lancée. La grand'messe électro revient le week-end du 20 juillet 2024. 

L'autorisation de la Ville de Genève vient de tomber: La Lake Parade va faire son retour les samedi 20 et dimanche 21 juillet 2024, sur un format quasi identique à l'édition de l'an dernier, qui avait attiré 150'000 personnes sur deux jours. "On garde la même recette qu'en 2023", confirme Christian Kupferschmid, fondateur et organisateur de la manifestation.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

Au menu: le traditionnel défilé de chars sur les quais dès 15H le samedi 20 juillet, avant la Lake Sensation, avec deux scènes principales et quinze scènes mobiles, à partir de 18H. Le concept plus familial, ambiance disco 80's, est reconduit le dimanche 21 juillet, en début d'après-midi. Et il a fallu jongler un peu avec les calendriers des autres manifestations.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

 

 

 

Continuer la lecture