Rejoignez-nous

Actualité

Nouveaux tirs de missiles nord-coréens

Publié

,

le

Le régime nord-coréen a lancé cinq séries de missiles en moins de deux semaines. (©KEYSTONE/EPA/JEON HEON-KYUN)

La Corée du Nord a lancé deux "projectiles non identifiés" samedi en direction de la mer du Japon, la cinquième série de tirs en moins de deux semaines. Peu avant, le président américain Donald Trump affichait son entente avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Ces nouveaux "projectiles" ont été tirés à l'aube des environs de la ville d'Hamhung, dans le nord-est de la Corée du Nord. Ils ont parcouru environ 400 km avant de tomber dans la mer du Japon, a indiqué l'état-major sud-coréen, selon qui il s'agit vraisemblablement de missiles balistiques de courte portée.

"L'armée surveille la situation pour le cas où d'autres lancements auraient lieu et se tient prête", a fait savoir l'état-major sud-coréen dans un communiqué.

Ces nouveaux tirs ont eu lieu quelques heures seulement après que Donald Trump a affirmé avoir reçu une "superbe lettre de trois pages" du dirigeant nord-coréen. Dans ce courrier "très positif" reçu jeudi, le numéro un de la Corée du Nord explique les raisons des précédents tirs de missiles de courte portée, publiquement présentés comme un "avertissement" contre les exercices militaires conjoints menés par les Etats-Unis et la Corée du Sud.

Manoeuvres militaires

Ces exercices ont été lancés par Washington et Séoul lundi, pour un peu plus de deux semaines, en dépit des mises en garde de Pyongyang. La Corée du Nord les considère comme une préparation à une éventuelle invasion de son territoire et comme un obstacle à la reprise annoncée des discussions avec les Etats-Unis sur la dénucléarisation.

Kim Jong-un "n'était pas content au sujet des manoeuvres militaires", a rapporté Donald Trump, avant de s'aligner sur la position du leader nord-coréen. "Je ne les ai jamais aimées non plus. Et vous savez pourquoi? Je n'aime pas payer" pour ces exercices, a-t-il ajouté.

Le président américain a déjà critiqué par le passé ces manoeuvres, qu'il juge trop coûteuses et "très provocatrices", reprenant à son compte la rhétorique nord-coréenne. Il avait, d'ailleurs, annulé les exercices de l'été dernier et l'ampleur de ceux de cette année a été revue à la baisse.

Le milliardaire républicain a aussi dit penser, sans plus de précisions, qu'il rencontrerait une quatrième fois Kim Jong-un, avec lequel il échangeait insultes et menaces atomiques avant leur premier sommet, historique, de juin 2018 à Singapour.

Kim "se joue" de Trump

M. "Kim se joue de lui magistralement", a commenté sur Twitter Vipin Narang, professeur au Massachusetts Institute of Technology.

La Maison-Blanche n'a fait aucun commentaire après les nouveaux tirs de samedi. "Nous sommes en consultations étroites avec nos alliés japonais et sud-coréens", s'est contenté de déclarer un haut responsable du gouvernement américain.

Donald Trump a minimisé à plusieurs reprises ces tirs de missiles, estimant qu'ils étaient très "communs" et sans lien avec le programme nucléaire. Son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a assuré qu'ils n'entravaient pas une reprise des négociations.

Les pourparlers sont dans l'impasse depuis l'échec du sommet de Hanoï en février. En visite en Thaïlande il y a quelque temps, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et son émissaire pour la Corée du Nord Stephen Biegun espéraient rencontrer des représentants nord-coréens, mais ces derniers ont fait la politique de la chaise vide. Aucune date n'a été fixée pour de prochaines discussions.

Le dirigeant nord-coréen s'était engagé à la fin juin, lors d'une rencontre avec Donald Trump dans la zone démilitarisée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, à ce que ces discussions reprennent dans les "deux à trois semaines" suivantes.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La réouverture des Voiles à Genève

Publié

le

DR les Voiles

Le bar restaurant au bord du lac annonce sur les réseaux sociaux sa réouverture pour jeudi soir.

L’établissement avait été fermé administrativement, le jour-même de son ouverture par la police du commerce la semaine dernière, faute d’autorisation d’exploitation.

L’avocat des Voiles précise que la cour de justice a octroyé un effet suspensif suite au recours déposé contre sa fermeture et a accordé la réouverture immédiate de l’établissement festif. Selon Vincent Maitre, "la décision de fermeture immédiate prononcée par la police du commerce ne se justifiait par aucune urgence et n'était pas conforme au droit."

Continuer la lecture

Economie

Airbus chute en Bourse après une baisse de ses prévisions

Publié

le

Airbus présentera ses résultats semestriels le 30 juillet. (EPA/GUILLAUME HORCAJUELO) (© KEYSTONE/EPA/GUILLAUME HORCAJUELO)

L'avionneur européen Airbus chutait de près de 9% dans les premiers échanges mardi à la Bourse de Paris, après avoir fait état de difficultés pour ses livraisons d'avions et sa division spatiale qui l'ont contraint à abaisser ses perspectives financières pour 2024.

Airbus, sixième plus grosse entreprise du CAC 40 où elle valait lundi plus de 115 milliards d'euros (à peine moins en francs au cours du jour), perdait vers 7h30 GMT 8,98% à 135,42 euros, dans un marché en baisse de 0,52%.

A l'ouverture, le titre a plongé de plus de 9%, sa pire chute depuis mars 2022, ce qui a effacé tous ses gains depuis le début de l'année.

Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%.

L'avionneur européen a indiqué lundi soir qu'il ne serait pas en mesure de respecter la feuille de route fixée en début d'année: il prévoit de ne livrer que 770 avions, contre 800 annoncés auparavant, en raison de difficultés persistantes de sa chaîne de fournisseurs.

Il a également annoncé une nouvelle provision de 900 millions d'euros au premier semestre, liée à "certains programmes spatiaux de télécommunications, de navigation et d'observation".

Le tout amputera son bénéfice: Airbus, qui prévoyait un bénéfice opérationnel ajusté pour 2024 compris "entre 6,5 et 7,0 milliards d'euros", ne table plus que sur 5,5 milliards d'euros.

"Cet avertissement" est stupéfiant, soulignent les analystes de Deutsche Bank, qui ne recommandent plus d'acheter l'action. "La poussière doit retomber avant que nous puissions redevenir positifs."

Airbus "fait face à plus de défis qu'attendu", résume Chloe Lemarie, analyste de Jefferies.

L'annonce est un "vent contraire" à "la crédibilité de la direction sur le marché de l'espace", expliquent les analystes de RBC dans une note.

Dans le secteur spatial, l'industriel avait déjà dû passer une charge de 600 millions d'euros l'an passé en raison de l'estimation du coût de développement et des perspectives commerciales de certains programmes, notamment les nouveaux satellites géostationnaires de télécommunications Onesat.

L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe.

Airbus présentera ses résultats semestriels le 30 juillet.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Le secteur de la gestion d'actifs redécolle en 2023

Publié

le

La rentabilité du secteur, qui emploie quelque 58'700 personnes, a par contre reculé à un total de 4,1 milliards, après 4,9 milliards en 2022. (KEYSTONE/Gaetan Bally) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le domaine de la gestion d'actifs en Suisse a affiché l'année dernière une solide croissance, faisant fi de la fusion entre les deux géants bancaires UBS et Credit Suisse, selon une étude de la faîtière Asset Management Association.

Après avoir chuté de 12,7% en 2022, les avoirs sous gestion du secteur en Suisse ont rebondi de 8,3% à 3177 milliards de francs l'année dernière, a détaillé la fédération dans son étude annuelle menée avec la Haute-Ecole de Lucerne (HSLU).

La rentabilité du secteur, qui emploie quelque 58'700 personnes, a par contre reculé à un total de 4,1 milliards, après 4,9 milliards en 2022.

"Le rachat de Credit Suisse par UBS a marqué un tournant important pour le secteur suisse de la gestion d'actifs en 2023 et a modifié la structure du marché", a souligné l'association. En 2023, UBS était en effet le plus grand gestionnaire d'actifs helvétique avec une part de marché de 9,3%, contre 8,3% pour Credit Suisse et 7,9% pour la Banque cantonale de Zurich.

"Grâce à cette acquisition, UBS détiendra potentiellement une part de marché de 18%, mais le paysage concurrentiel, fortement déterminé par la présence de gestionnaires d'actifs étrangers et de grandes banques cantonales, l'empêche d'occuper une position dominante sur le marché", a poursuivi la faîtière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Un nouveau modèle pour de meilleures prévisions météorologiques

Publié

le

Le nouveau modèle prévisionnel de MétéoSuisse ICON utilise une grille triangulaire permettant une résolution spatiale plus uniforme et plus élevée. Il reproduit de manière plus exacte la topographie complexe de la Suisse (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les prévisions météorologiques suisses sont établies à l'aide d'un nouveau modèle. Cela les rend plus précises, en particulier dans l'espace alpin, a annoncé mardi l'Office fédéral de météorologie et de climatologie (MétéoSuisse).

Selon MétéoSuisse, le modèle baptisé "ICON" reproduit la topographie complexe de la Suisse avec plus de précision que celui utilisé jusqu'à présent. C'est particulièrement important pour l'espace alpin, où se produisent souvent des événements locaux tels que des orages et des vents de montagne ou de vallée.

Le modèle divise la surface de la Suisse et des pays limitrophes en triangles et l'atmosphère au-dessus en plusieurs couches. Pour chacun de ces segments, des données de stations de mesure par radar et au sol sont introduites.

Sur cette base, ICON calcule les modifications de l'atmosphère pour les heures et les jours à venir au moyen d'une simulation informatique. Le nouveau modèle utilise le superordinateur "Alps" du Centre national de calcul scientifique (CSCS) à Lugano et Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Rösti présente les mesures prises après la fermeture de l'A13

Publié

le

La rivière Moesa a emporté partiellement l'autoroute A13 vendredi soir près de Lostallo (GR), dans le val Mesolcina. Depuis, la route du San Bernardino est fermée. Les travaux de réparation ont débuté lundi. (© KEYSTONE/TI-PRESS/Samuel Golay)

Après la fermeture de l'A13, le ministre des transports Albert Rösti veut gérer au mieux le trafic des voyageurs cet été. Les habituelles fermetures nocturnes du tunnel du Gothard sont supprimées et les CFF proposent des liaisons nord-sud supplémentaires le week-end.

M. Rösti et le chef de l'Office fédéral des routes (OFROU) Jürg Röthlisberger ont donné des informations sur la suite des opérations lors d'une conférence de presse mardi à Berne. Chacun peut apporter sa contribution en optant pour les transports publics, a souligné le ministre. Il y aura également plus de capacités dans le trafic marchandises.

Le Bernois a rejeté une levée de l'interdiction de circuler le dimanche et la nuit pour les camions: "Sinon, nous attirerions littéralement le trafic". L'OFROU examine toutefois une levée de cette interdiction à certaines heures.

La rivière Moesa a emporté partiellement l'autoroute A13 vendredi soir près de Lostallo (GR), dans le val Mesolcina. Depuis, la route du San Bernardino est fermée. Les travaux de réparation ont débuté lundi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture