Rejoignez-nous

Actualité

National League: GSHC et LHC battus

Publié

,

le

Lausanne à terre et Langnau qui revient à 3-2 dans la série de quarts de finale (©KEYSTONE/GABRIEL LADO)

Lausanne pouvait se qualifier pour la première fois de son histoire pour les demi-finales. Mais à côté de leurs patins, les Vaudois ont été battus 5-1 par Langnau qui revient à 3-2 dans la série.

Est-ce la possibilité de franchir pour la première fois de son histoire les quarts de finale des play-off qui a tétanisé les Lausannois? Ou peut-être une certaine suffisance après un 1-0 tombé trop vite et trop facilement? Toujours est-il que Lausanne a une fois de plus livré un match indigne de son talent. Comme un copié-collé du premier acte à Malley où Jeffrey avait ouvert le score en début de partie avant que Langnau ne prenne la mesure de Vaudois incapables de créer du jeu. Et en parlant de ctrl C/ctrl V, le 1-1 et le 1-3 de l’ancien junior lausannois Nolan Diem auront de quoi mettre en ébullition le staff des Lions

Avec un système qui laisse l’initiative à l’adversaire, il convient de faire preuve d’une certaine agressivité sous peine de se faire piéger. Les joueurs de Ville Peltonen l’ont une nouvelle fois constaté. Alors que les Lions avaient su contenir les Tigres au cours des trois derniers duels, ils ont été repris par une équipe le dos au mur. Rien n’a marché pour ce LHC frustré et surpris le pantalon baissé.

Les Lausannois auront une nouvelle balle de demi-finale jeudi dans l’Emmental, là où ils ont su s’imposer deux fois. Mais les Bernois se retrouveront dans la même situation que ce mardi avec l’obligation de gagner pour ne pas partir en vacances. Il s’agira de mettre en avant d’autres valeurs sous peine de devoir accueillir Langnau samedi dans un septième acte à haute teneur émotionnelle.

Bienne dans le dernier carré

Se qualifier pour les demi-finales, une chose que Bienne réussit pour la deuxième saison consécutive. Contrairement aux Vaudois, les Seelandais n’ont pas gâché leur premier puck de match à domicile en écartant Ambri 2-1 pour remporter la série 4-1.

Comme Langnau, Bienne a encaissé le premier but sans que cela ne dérègle la machine. Damien Brunner a pu rapidement niveler la marque et c’est finalement Earl qui a pu inscrire le but de la victoire pour les hommes de Törmänen à la 28e. Les Seelandais ont su une fois encore museler la triplette de Dominik Kubalik. Ils ont également bloqué 25 tirs adverses pour compléter un très bel effort défensif.

Après Zoug, Bienne peut désormais se reposer et attendre son prochain adversaire dans la sérénité.

La bravoure genevoise

A Berne, Genève-Servette a livré un nouveau morceau de bravoure. Mais pas de miracle cette fois-ci avec le succès de Berne 4-3 ap dans une partie qui s’est une fois de plus décidée dans le temps réglementaire. Une statistique en dit plus que les autres, celle des tirs au but. Les Ours ont mitraillé Mayer à 56 reprises contre 23 shoots seulement pour les Genevois.

Mais les Aigles ont bien failli une fois de plus créé la surprise malgré une infirmerie XXL et la perte de leur leader défensif Henrik Tömmernes. Seulement la magie de Chris McSorley a ses limites et la fatigue dans les jambes servettiennes a finalement eu raison de leur immense volonté. Les Grenat ont une fois de plus forcé l’admiration de tous avec ce doublé de Jacquemet et cet avantage d’un but avant d’aborder le dernier tiers. Les joueurs de Kari Jalonen ont dû s’employer pour aller chercher ce succès no 3, ils devront faire pareil jeudi aux Vernets car ce GSHC-là ne se rendra pas sans combattre.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Orage: « On bichonne le raisin pendant un an. Là, c’est un coup au moral »

Publié

le

La tempête de samedi a laissé des traces, notamment dans les vignes. C’est le cas au domaine familial de la cave des Oulaines. Les explications de la vigneronne encaveuse, Sarah Tremblet:

Sarah Tremblet Vigneronne - encaveuse

Les fortes pluies, les vents violents et la grêle ont aussi impacté les grandes cultures, surtout la moutarde et les tournesols, selon Sarah Tremblet:

Sarah Tremblet Vigneronne - encaveuse

L’orage a fait un mort. Une femme s’est noyée dans le lac, suite au naufrage de son embarcation.

Les dégâts matériels sont aussi très importants. Les pompiers sont intervenus plus de 800 fois ce week-end.

Du jamais vu, selon le commandant du Service d’incendie et de secours, Nicolas Schumacher:

Nicolas Schumacher Commandant du SIS

Certains secteurs ont été tout particulièrement touchés:
Lancy, Carouge, le quartier des Eaux-Vives en Ville de Genève et Collonge-Bellerive. Cette commune a connu plus de 60 inondations.

@marie_prieur

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Tempête à Genève: les arbres ont souffert

Publié

le

Les arbres de la Ville de Genève ont payé un lourd tribut à la tempête. Deux parcs sont encore fermés au public.

Le coup de vent violent de samedi a laissé de nombreuses cicatrices dans les parcs et les espaces verts du canton. En Ville de Genève, la rive gauche a souffert davantage de la pluie, de la grêle et du vent que la rive droite. Aujourd’hui encore, le parc des Eaux-Vives et le cimetière des Rois sont fermés. Il peut être dangereux pour le public de s’y promener. Les explications du service des espaces verts, Daniel Oertli.

Daniel Oertli Chef du Service des espaces verts - Ville de Genève

Le déracinement d’un arbre est dû à plusieurs facteurs, comme l’explique le chef du service des espaces verts, Daniel Oertli.

Daniel Oertli Chef du Service des espaces verts - Ville de Genève

Les parcs devraient rester fermés un ou deux jours encore, le temps que le SEVE ait procédé à tous les contrôles. Le service des espaces verts indique qu’il travaille d’arrache-pied pour que tout soit nettoyé ce week-end, pour la fête de la musique.

 

Continuer la lecture

Actualité

Management en Suisse : au top de l’internationalisation

Publié

le

Les études se succèdent et se ressemblent sur le profil des managers en Suisse. Elles font toutes ressortir la proportion très élevée de dirigeants étrangers.

Oui, le profil des managers dans le monde est régulièrement scruté de près par toutes sortes d’agences, avec des comparaisons pays par pays. Et il y a un critère important sur lequel la Suisse revient toujours en tête : c’est la proportion de dirigeants d’entreprises venus de l’étranger. Ils sont même devenus majoritaires l’an dernier dans les entreprises exportatrices ou multinationales.

Ils l’étaient déjà depuis longtemps dans les grandes sociétés cotées.

Oui, là ce sont les trois quarts des présidents exécutifs qui ont grandi et se sont formés en dehors de Suisse. Alors qu’il n’y a à ma connaissance aucun dirigeant non français dans les quarante plus grandes entreprises cotées à Paris par exemple.

En Suisse, il y a même quelques personnalités hautement symboliques.

Oui, Tidjane Thiam au hasard. Basé à Zurich et numéro un de Credit Suisse. Un franco-ivoirien venu de Londres il y a quatre ans pour relancer le groupe bancaire dans le monde. Il y a aussi Vasant Narasimhan à la tête de Novartis à Bâle, leader mondial de l’industrie pharmaceutique. Un New Yorkais dont les parents avaient immigré d’Inde dans les années 1970.

Et comment explique-t-on cette place accordée aux dirigeants étrangers dans les entreprises suisses ?

Eh bien c’est assez simple. La Suisse a une industrie très sur-proportionnée par rapport à son bassin de population. Et très active à l’échelle mondiale. La Suisse est la septième économie exportatrice du monde. L’économie ne trouverait pas sur place les compétences de management nécessaires. Elle est en quelque sorte obligée de les importer.

Et ces dirigeants contribuent ensuite à accentuer l’internationalisation des entreprises.

Exactement. Il y a par exemple une bonne vingtaine d’entreprises suisses qui sont leaders mondiales dans leur domaine. Comme Givaudan à Genève, dans les arômes et parfums. Dirigée par un Français. Ou SGS dans la certification, dirigée par un Britannique d’origine chinoise et naturalisé suisse. Sans parler des innombrables petites entreprises en tête dans des niches. Technologiques le plus souvent. Les nationalités les plus représentées à la tête des directions d’entreprise sont sans surprise les Allemands et les Français. Par effet de proximité.

Cette internationalisation des dirigeants remonte à quelle période au juste ?

La tendance s’observe depuis plusieurs décennies. L’événement déclencheur a été la nomination en 1981 d’un allemand à la tête du puissant groupe Nestlé à Vevey. Une décision assez controversée à l’époque. Par la suite, Nestlé est devenu le confortable numéro un mondial de l’alimentaire. Les dirigeants qui s’y sont succédé ont été autrichien, belge néerlandophone et de nouveau allemand.

L’internationalisation des dirigeants d’entreprise en Suisse n’a cessé de s’accentuer depuis les années 1990. Et ils sont aussi devenus depuis les années 2000 les mieux payés du monde.

 

Continuer la lecture

Actualité

Plage des Eaux-Vives: le patron de Genève Plage met en garde

Publié

le

Christian Marchi, directeur de Genève Plage, ne craint pas la concurrence de la nouvelle place des Eaux-Vives qui sera inaugurée samedi. Et il précise bien que ce n’est pas lui qui gérera ce très bel aménagement au bord de l’eau.

Mais il met aussi en garde contre les incivilités qui devront être gérées alors qu’aucun gardien de plage n’ est prévu et que les interdits sont nombreux. Christian Marquis ne cache pas une certaine inquiétude sur la base de son expérience dans son propre établissement qui utilise près dune quinzaine de surveillants. Musique, chaleur, eau et alcool peuvent constituer un redoutable cocktail comme l’explique Christian Marchi.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries: dégâts dans le vignoble genevois

Publié

le

Les agriculteurs constatent, à leurs tours, les dégâts de l’orage de samedi soir. Des grêlons de plus de 3 cm ont sévèrement frappé les parcelles. Les pieds des vignes, en pleine croissance, ont par endroit été bombardés par cette glace tombée du ciel sans compter les rafales de vent à plus de 80 km/h.

S’il est encore trop tôt pour faire un bilan complet, des pertes semblent inévitables selon Rudi Berli, Co-directeur d’Uniterre et maraîcher à Genève :

Rudi Berli Co-directeur d'Uniterre et maraîcher à Genève

Continuer la lecture