Rejoignez-nous

Actualité

Motifs de l'attaque de Villeurbanne flous

Publié

,

le

Les enquêteurs tentent de faire la lumière sur les raisons qui ont poussé un Afghan de 33 ans à semer la terreur à l'arme blanche près d'une station de métro dans l'agglomération lyonnaise (archives). (©KEYSTONE/EPA/OLIVIER CHASSIGNOL)

Les enquêteurs français tentaient dimanche de cerner la personnalité et les motifs de l'homme qui a tué la veille un jeune homme et a blessé huit personnes près de Lyon, frappant au hasard des passants à l'arme blanche. Il présentait en tout cas "un état psychotique".

"Il s'agirait d'un homme de nationalité afghane, connu sous deux identités différentes" donnant "trois dates de naissance différentes", venu une première fois en 2009 en France où il se trouve à nouveau depuis 2016, a indiqué dimanche, lors d'une conférence de presse, le procureur de la république de Lyon, Nicolas Jacquet. Entretemps, il avait été "localisé" en Italie, en Allemagne puis en Norvège.

Cet Afghan présumé, bénéficiant d'une carte de séjour temporaire, a semé la terreur à Villeurbanne, commune limitrophe de Lyon, faisant un mort, un jeune de 19 ans, et huit blessés. Le pronostic vital des deux personnes les plus grièvement touchées n'était plus engagé dimanche. Les six autres ont pu rentrer chez elles.

Hypothèse terroriste écartée

M. Jacquet a confirmé que l'hypothèse terroriste semblait écartée: "En raison de la personnalité du mis en cause et en l'absence d'éléments permettant de rattacher directement son passage à l'acte à une entreprise terroriste", le parquet national antiterroriste n'est pas saisi "à ce stade".

Très vite interpellé, grâce à des témoins dont le procureur a salué "l'action courageuse", l'homme qui avait consommé une importante quantité de cannabis, a dit "ne pas avoir de souvenir précis" des faits, mais les a reconnus "partiellement". Il a aussi affirmé "avoir entendu des voix insulter Dieu, lui donnant l'ordre de tuer", parlant également de vengeance et d'un homme qu'il aurait reconnu, qui lui aurait porté tort en Angleterrre, a relaté le procureur en évoquant des propos "incohérents et confus".

Sans antécédents psychiatriques connus, il a été examiné dimanche. Les psychiatres ont diagnostiqué "un état psychotique envahissant avec délires paranoïdes" liés notamment à des thèmes comme la religion.

Armé d'un couteau et d'une fourche de barbecue, il s'est attaqué à l'aveugle à des passants sur une esplanade très fréquentée à la sortie d'un métro, où plusieurs taches de sang, en partie nettoyées, et un ruban jaune de police abandonné par terre témoignaient dimanche du drame de la veille. Des fleurs, déposées par des voisins, étaient visibles çà et là.

Il a été acculé par plusieurs témoins, qui l'ont sommé de lâcher ses armes. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et par de nombreuses chaînes de télévision, on voit un homme à la peau mate, barbe noire courte, bien taillée, sweet capuche noir et baskets rouges avec une lame et une petite fourche dans une main discutant avec des hommes, avant de jeter ses armes puis s'accroupir.

Vives réactions politiques

Les élus locaux n'ont cessé d'appeler à la prudence depuis lors face à des motivations encore inconnues. Mais à droite comme à l'extrême droite de l'échiquier politique, la nationalité de l'auteur présumé n'a pas manqué de faire réagir.

"La naïveté et le laxisme de notre politique migratoire menacent gravement la sécurité des Français!", a dit la présidente du Rassemblement national (extrême droite) Marine Le Pen sur Twitter.

"Il y en a assez de faire preuve de mansuétude avec des 'fous' qui ressemblent quand même beaucoup à des terroristes. Que la France demande à la justice afghane de régler elle-même le cas de son ressortissant !", estimait pour sa part Julien Aubert, candidat à la présidence du parti Les Républicains (droite).

"Les commentaires politiques que j'ai entendus d'un certain nombre de leaders de l'opposition m'écoeurent", a réagi Gilles Le Gendre, chef de file des députés de la majorité présidentielle. "Pourquoi faudrait-il qu'un demandeur d'asile ait une prédisposition particulière à commettre des crimes?", a-t-il interrogé.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Environnement

Près de 16'000 bouchers amateurs de l'Aïd se blessent en Turquie

Publié

le

Les musulmans abattent un animal sacrifié, comme ce taureau à Istanbul, et partagent la viande en trois parties: une pour la famille, une pour les amis et les parents, et une pour les pauvres et les nécessiteux. (© KEYSTONE/EPA/ERDEM SAHIN)

Près de seize mille bouchers amateurs se sont blessés dimanche en Turquie, au premier jour de la fête du sacrifice, l'Aïd el-Kebir, a indiqué le ministre de la Santé.

"Au premier jour de l'Aïd, environ 16'000 personnes se sont présentées dans les centres de santé à travers le pays en raison de blessures subies lors du sacrifice", a annoncé le ministre Fahretin Koca sur le réseau X.

En 2023, près de 30'000 personnes avaient été blessées au cours des quatre jours de célébrations en Turquie, selon le bilan officiel.

"Le fait que les sacrifices ne soient pas réalisés par des professionnels est responsable de ces situations", a estimé le ministre qui a appelé ceux qui n'ont pas encore sacrifié leurs animaux à faire attention".

Selon lui, 1274 personnes ont été blessées à Ankara, la capitale, 840 à Istanbul, la mégapole de l'Ouest et 416 à Izmir, sur la côté égéenne.

"Environ 16'000 personnes ne pourront pas profiter des fêtes autant qu'elles le souhaiteraient", a-t-il insisté.

Ce dimanche marquait le début de l'Aïd el-Kébir, la plus importante célébration du calendrier islamique également connue sous le nom d'Aïd al-Adha ou fête du sacrifice, qui commémore le sacrifice que Dieu réclama à Abraham, en lui réclamant la vie de son fils - finalement épargné.

A cette occasion, les Turcs sacrifient moutons et chèvres principalement et pour les plus riches, un boeuf.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Céline Dion se confie sur ses excès médicamenteux

Publié

le

Celine Dion s'est confiée dimanche soir à la télévision française sur ses "excès médicamenteux" (Archives). (© KEYSTONE/AP The Canadian Press/JACQUES BOISSINOT)

La chanteuse Céline Dion s'est confiée dimanche, lors d'un entretien avec TF1, sur ses excès avec "des médicaments très dangereux", avant la diffusion d'un documentaire évoquant la maladie qui l'éloigne de la scène.

La Canadienne de 56 ans se bat depuis des années contre le syndrome de la personne raide (SPR), une maladie auto-immune, sans remède connu, qui provoque douleurs aiguës, difficultés à se mouvoir et spasmes. Elle n'a pas pu donner de concert depuis 2020.

Amazon Prime Video diffusera à partir du 25 juin ce documentaire intitulé "Je suis: Céline Dion".

Quand la douleur est devenue trop forte, pour une raison qu'elle ignorait jusque fin 2022, a raconté la Québecoise à la chaîne de télévision française, "j'ai annulé beaucoup de spectacles, je me suis retrouvée à mentir, à prendre des médicaments... Peut-être je vais essayer un anti-inflammatoire, un antispasmodique ou quelque chose".

"J'ai commencé avec des petites choses, jusqu'à me rendre... avec des médicaments très dangereux, pour continuer", a-t-elle expliqué lors de cet entretien enregistré en mai à Las Vegas (Etats-Unis).

À la journaliste Anne-Claire Coudray qui lui demandait si elle avait pris "du Valium" (du diazépam, un benzodiazépine), Céline Dion a répondu: "Oui, entre autres".

"Ne souffrez pas seuls"

"Sans avoir de diagnostic. Donc, au début, ça aidait un peu. Mais très rapidement, il fallait que les doses montent", a-t-elle poursuivi. "Et quand on est rendu dans un niveau de médication dangereux et que ça ne fonctionne plus, on a deux choix: on continue ou on arrête de respirer et c'est terminé".

"Ne vivez pas des douleurs seul. (...) Acceptez d'en parler mais aussi de consulter. Ne souffrez pas seul", a exhorté la chanteuse.

Céline Dion, dont le nom a été avancé début juin par Le Canard enchaîné pour faire partie des artistes devant se produire à l'occasion de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris le 26 juillet, a redit sa certitude de redonner des concerts un jour. "Je ne sais pas quand. Mais je vais revenir sur scène", a-t-elle affirmé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Sport

Adam Yates remporte le Tour, le chrono final pour Joao Almeida

Publié

le

Adam Yates est le vainqueur du Tour de Suisse 2024. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Adam Yates a remporté dimanche la 87e édition du Tour de Suisse. Il a gardé son maillot jaune à l'issue du contre-la-montre final à Villars-sur-Ollon, gagné par son coéquipier Joao Almeida.

Le Britannique, qui comptait 31 secondes d'avance sur le Portugais avant cette huitième et dernière étape de la boucle helvétique, n'en a concédé que neuf à son coéquipier. Vainqueur sortant, Mattias Skjelmose (Lidl) a terminé troisième de ce chrono, suffisant pour déloger Egan Bernal (Ineos) à la troisième place du classement général.

Les deux coureurs de l'équipe UAE ont ainsi signé un quatrième doublé consécutif sur ce Tour de Suisse. Yates a remporté les 5e et 7e étapes devant Almeida, qui a terminé devant lui lors des 6e et 8e étapes.

Meilleur Suisse, Matteo Badilatti (Q36.5) a bouclé cet ultime contre-la-montre à la 21e place, à 2'20'' du vainqueur portugais. Le coureur grison a conservé sa 15e place au classement général final.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

A Kiev, première Marche des fiertés depuis l'invasion russe

Publié

le

Des centaines de personnes, dont de nombreux militaires, ont participé à la Marche des fiertés à Kiev, la première depuis l'agression russe. (© KEYSTONE/AP/Efrem Lukatsky)

Sous une pluie battante, quelques centaines de personnes se sont rassemblées dimanche à Kiev pour la première Marche des fiertés homosexuelles depuis l'invasion russe, sous haute protection policière en raison de la guerre et des groupes nationalistes.

Peu après la dispersion de la marche, des militants nationalistes ont protesté en défilant dans la capitale ukrainienne, en proférant des insultes homophobes.

Par sécurité, le lieu et l'heure du départ de la manifestation n'ont été révélés que dimanche matin.

Au final, environ 500 personnes ont été recensées dans cette marche essentiellement statique dans un périmètre fermé, scandant "Armez l'Ukraine maintenant !" ou "Unis vers la victoire !"

Parmi les participants figuraient plusieurs militaires ouvertement homosexuels, dont le soldat Petro Zherukha, 28 ans, autorisé par son unité à participer à la Gay Pride.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Festi'neuch: bon bilan sécuritaire et musical

Publié

le

Le chanteur Etienne Daho a dédié son concert de vendredi soir à Françoise Hardy, décédée quelques jours auparavant (archives). (© KEYSTONE/EPA/HUGO MARIE)

Festi'neuch, qui a commencé jeudi et se termine dimanche soir, a vécu une 23e édition réussie. Le Neuchâtel Open Air Festival n'a pas connu de problèmes sécuritaires majeurs, malgré une affluence record de 57'000 personnes.

La nouvelle scène du Cargo a permis d'augmenter de 2000 le nombre de festivaliers le jeudi soir, a déclaré dimanche Antonin Rousseau, directeur de Festi'neuch. "L'espace était plus grand et plus aéré et la qualité du son était bien meilleure. Les artistes ont aussi apprécié et relevé que les conditions techniques étaient à la hauteur", a-t-il ajouté.

Malgré les travaux de réaménagement des Jeunes-Rives, le site est resté fluide et agréable, a précisé le directeur. Festi'neuch a conservé la même superficie. Il a gagné de l'espace au bord du lac mais en a perdu un peu ailleurs.

Les moments forts musicaux ont été les concerts de la nouvelle révélation de la chanson française Zaho de Sagazan et d'Etienne Daho. Le concert de Bigflo et Oli de dimanche soir est très attendu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture