Rejoignez-nous

Actualité

Luc Barthassat mélangeait aussi ses cartes de crédit

Publié

,

le

Après le scandale des notes de frais de l’Exécutif de la Ville de Genève, le Conseil d’Etat genevois avait promis la transparence, indiquant qu’il allait publier les dépenses professionnelles de ses magistrats. Risque-t-il d’y avoir de mauvaises surprises? A priori, oui. Alors que les données sont en pleine récolte dans les services, des fuites font état d’irrégularités. Et elles touchent principalement l’ex-conseiller d’Etat, le PDC Luc Barthassat. Ces fuites interviennent alors que la trésorerie générale du Canton a demandé, jeudi passé, d’établir quel élu dépense le plus avec sa carte de crédit.

Un pot d’échappement Harley Davidson à 2 900 francs

Selon nos informations, Luc Barthassat avait tendance à mélanger ses cartes de crédit privée et professionnelle. Quelques exemples saillants? Avec la Visa Gold de l’Etat, l’ancien conseiller d’Etat démocrate-chrétien a notamment réglé une facture pour un pot d’échappement chez Harley Davidson à Genève pour 2 900 francs. Sur ses relevés, on peut également voir des frais dans une boutique Diesel à Milan en Italie. L’ex-conseiller d’Etat a eu parfois de la peine à justifier ses dépenses. La comptabilité a dû insister à plusieurs reprises pour en savoir d’avantage – par exemple – sur un weekend pour deux personnes à Berlin. Séjour pour lequel il dit avoir été reçu par le Maire de la capitale allemande. Ajoutez à cela des dizaines de notes de restaurants dont une de 237 francs un dimanche à la brasserie «La Bourse» à Carouge.

Tout a été remboursé

«J’ai tout remboursé en temps et en heure, je n’ai rien à me reprocher», rétorque l’ancienne édile. Selon nos informations, ce serait effectivement le cas. Luc Barthassat admet qu’il a «manqué de rigueur» dans l’utilisation de la carte de crédit de l’Etat. Mais selon lui, les conséquences sont nulles puisque l’argent du contribuable n’a pas été utilisé à des fins personnelles. Mais, après le rapport explosif de la Cour des comptes qui a pointé du doigt certaines dépenses excessives des magistrats en Ville, la donne n’a-t-elle pas changé? «Oui», répond Luc Barthassat lui-même. Le Conseil d’Etat fait une enquête sur deux ans, mais il faut remonter à cinq ans, «depuis 2016, nous avons senti le vent tourner», estime-t-il.

Luc Barthassat a également dévoilé une partie de son quotidien au gouvernement. Il tenait des réunions de travail tous les midis. Des frais de bouches intégralement remboursés. Il avait ses habitudes au restaurant mais par souci pratique, les repas étaient livrés dans ses bureaux de temps à autre.
Côté transports, il empruntait la voiture de fonction avec son chauffeur pour le tiers de ses déplacements. Le reste de ses rendez-vous, il faisait appel à des taxis ou, pour de courts trajets, privilégiait la marche.

Retour en politique?

Luc Barthassat n’a plus de mandat politique depuis sa non-réélection ce printemps. Cela fait donc six mois que son rôle lui manque. Comme ses prédécesseurs, la Verte Michèle Künzler ou la PLR Isabel Rochat, il a perçu une année de salaire. Lors de l’entretien qu’il a accordé à la rédaction, il se déclare plus motivé que jamais à revenir sur le devant de la scène. Il se met à disposition de son parti pour les élections fédérales de 2019 à Berne. Luc Barthassat envisage d’ailleurs une prise de contact avec le PLR Hugues Hiltpold pour figurer sur le ticket PDC-PLR aux Etats. Mais ce scénario, idéal pour lui, doit faire l’objet de discussions au sein du parti.

Contacté, le président du parti démocrate-chrétien Vincent Maître nous précise que, pour l’heure, il n’y a pas de date fixée pour la désignation des candidats. La présidence est en train de travailler sur les listes, le sens et le message que le PDC cantonal veut leur donner et leur faire porter. La route s’annonce encore longue et sinueuse pour un éventuel retour en politique de Luc Barthassat.

@GhufranBron

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Orage: « On bichonne le raisin pendant un an. Là, c’est un coup au moral »

Publié

le

La tempête de samedi a laissé des traces, notamment dans les vignes. C’est le cas au domaine familial de la cave des Oulaines. Les explications de la vigneronne encaveuse, Sarah Tremblet:

Sarah Tremblet Vigneronne - encaveuse

Les fortes pluies, les vents violents et la grêle ont aussi impacté les grandes cultures, surtout la moutarde et les tournesols, selon Sarah Tremblet:

Sarah Tremblet Vigneronne - encaveuse

L’orage a fait un mort. Une femme s’est noyée dans le lac, suite au naufrage de son embarcation.

Les dégâts matériels sont aussi très importants. Les pompiers sont intervenus plus de 800 fois ce week-end.

Du jamais vu, selon le commandant du Service d’incendie et de secours, Nicolas Schumacher:

Nicolas Schumacher Commandant du SIS

Certains secteurs ont été tout particulièrement touchés:
Lancy, Carouge, le quartier des Eaux-Vives en Ville de Genève et Collonge-Bellerive. Cette commune a connu plus de 60 inondations.

@marie_prieur

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Tempête à Genève: les arbres ont souffert

Publié

le

Les arbres de la Ville de Genève ont payé un lourd tribut à la tempête. Deux parcs sont encore fermés au public.

Le coup de vent violent de samedi a laissé de nombreuses cicatrices dans les parcs et les espaces verts du canton. En Ville de Genève, la rive gauche a souffert davantage de la pluie, de la grêle et du vent que la rive droite. Aujourd’hui encore, le parc des Eaux-Vives et le cimetière des Rois sont fermés. Il peut être dangereux pour le public de s’y promener. Les explications du service des espaces verts, Daniel Oertli.

Daniel Oertli Chef du Service des espaces verts - Ville de Genève

Le déracinement d’un arbre est dû à plusieurs facteurs, comme l’explique le chef du service des espaces verts, Daniel Oertli.

Daniel Oertli Chef du Service des espaces verts - Ville de Genève

Les parcs devraient rester fermés un ou deux jours encore, le temps que le SEVE ait procédé à tous les contrôles. Le service des espaces verts indique qu’il travaille d’arrache-pied pour que tout soit nettoyé ce week-end, pour la fête de la musique.

 

Continuer la lecture

Actualité

Management en Suisse : au top de l’internationalisation

Publié

le

Les études se succèdent et se ressemblent sur le profil des managers en Suisse. Elles font toutes ressortir la proportion très élevée de dirigeants étrangers.

Oui, le profil des managers dans le monde est régulièrement scruté de près par toutes sortes d’agences, avec des comparaisons pays par pays. Et il y a un critère important sur lequel la Suisse revient toujours en tête : c’est la proportion de dirigeants d’entreprises venus de l’étranger. Ils sont même devenus majoritaires l’an dernier dans les entreprises exportatrices ou multinationales.

Ils l’étaient déjà depuis longtemps dans les grandes sociétés cotées.

Oui, là ce sont les trois quarts des présidents exécutifs qui ont grandi et se sont formés en dehors de Suisse. Alors qu’il n’y a à ma connaissance aucun dirigeant non français dans les quarante plus grandes entreprises cotées à Paris par exemple.

En Suisse, il y a même quelques personnalités hautement symboliques.

Oui, Tidjane Thiam au hasard. Basé à Zurich et numéro un de Credit Suisse. Un franco-ivoirien venu de Londres il y a quatre ans pour relancer le groupe bancaire dans le monde. Il y a aussi Vasant Narasimhan à la tête de Novartis à Bâle, leader mondial de l’industrie pharmaceutique. Un New Yorkais dont les parents avaient immigré d’Inde dans les années 1970.

Et comment explique-t-on cette place accordée aux dirigeants étrangers dans les entreprises suisses ?

Eh bien c’est assez simple. La Suisse a une industrie très sur-proportionnée par rapport à son bassin de population. Et très active à l’échelle mondiale. La Suisse est la septième économie exportatrice du monde. L’économie ne trouverait pas sur place les compétences de management nécessaires. Elle est en quelque sorte obligée de les importer.

Et ces dirigeants contribuent ensuite à accentuer l’internationalisation des entreprises.

Exactement. Il y a par exemple une bonne vingtaine d’entreprises suisses qui sont leaders mondiales dans leur domaine. Comme Givaudan à Genève, dans les arômes et parfums. Dirigée par un Français. Ou SGS dans la certification, dirigée par un Britannique d’origine chinoise et naturalisé suisse. Sans parler des innombrables petites entreprises en tête dans des niches. Technologiques le plus souvent. Les nationalités les plus représentées à la tête des directions d’entreprise sont sans surprise les Allemands et les Français. Par effet de proximité.

Cette internationalisation des dirigeants remonte à quelle période au juste ?

La tendance s’observe depuis plusieurs décennies. L’événement déclencheur a été la nomination en 1981 d’un allemand à la tête du puissant groupe Nestlé à Vevey. Une décision assez controversée à l’époque. Par la suite, Nestlé est devenu le confortable numéro un mondial de l’alimentaire. Les dirigeants qui s’y sont succédé ont été autrichien, belge néerlandophone et de nouveau allemand.

L’internationalisation des dirigeants d’entreprise en Suisse n’a cessé de s’accentuer depuis les années 1990. Et ils sont aussi devenus depuis les années 2000 les mieux payés du monde.

 

Continuer la lecture

Actualité

Plage des Eaux-Vives: le patron de Genève Plage met en garde

Publié

le

Christian Marchi, directeur de Genève Plage, ne craint pas la concurrence de la nouvelle place des Eaux-Vives qui sera inaugurée samedi. Et il précise bien que ce n’est pas lui qui gérera ce très bel aménagement au bord de l’eau.

Mais il met aussi en garde contre les incivilités qui devront être gérées alors qu’aucun gardien de plage n’ est prévu et que les interdits sont nombreux. Christian Marquis ne cache pas une certaine inquiétude sur la base de son expérience dans son propre établissement qui utilise près dune quinzaine de surveillants. Musique, chaleur, eau et alcool peuvent constituer un redoutable cocktail comme l’explique Christian Marchi.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries: dégâts dans le vignoble genevois

Publié

le

Les agriculteurs constatent, à leurs tours, les dégâts de l’orage de samedi soir. Des grêlons de plus de 3 cm ont sévèrement frappé les parcelles. Les pieds des vignes, en pleine croissance, ont par endroit été bombardés par cette glace tombée du ciel sans compter les rafales de vent à plus de 80 km/h.

S’il est encore trop tôt pour faire un bilan complet, des pertes semblent inévitables selon Rudi Berli, Co-directeur d’Uniterre et maraîcher à Genève :

Rudi Berli Co-directeur d'Uniterre et maraîcher à Genève

Continuer la lecture