Rejoignez-nous

Actualité

Loi sur la mobilité: Genève passe à la vitesse supérieure

Publié

,

le

Genève donne un coup d'accélérateur pour mettre en oeuvre la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE). Le département des infrastructures (DI) a présenté jeudi une feuille de route qui vise à la concrétiser à plus de 83% d'ici 2023.

Adoptée par les Genevois en 2016, la LMCE impose la priorisation des transports publics et des mobilités douces dans les centres urbains du canton, ainsi que la réalisation d'une ceinture urbaine fluide pour le trafic automobile. Sur les 192 mesures prévues, 80 ont été réalisées à fin 2020 et 87 étaient en cours de réalisation, détaille le DI jeudi dans un communiqué.

Pour le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, l'accélération de cette mise en œuvre constitue une priorité. Si des avancées significatives ont été réalisées (Léman Express, pistes cyclables, mise en place progressive du U-lacustre), le résultat de la votation de septembre 2020 sur l'assouplissement de la compensation des places de stationnement offre désormais un cadre plus favorable.

Trente à l'heure

Présentée cette semaine aux milieux concernés, l'"ambitieuse" feuille de route prévoit le déploiement par étapes de la ceinture urbaine d'ici 2023. Dans l'hyper-centre, l'objectif est de limiter la vitesse à 30 km/h, y compris sur les axes routiers principaux et de mettre en place des zones piétonnes et à trafic limité.

Dans les centres urbains, des zones 30 seront massivement développées. De nouveaux périmètres prioriseront les transports collectifs et la mobilité douce. Les principales traversées de localité passeront à 30 km/h.

Vélos et piétons

En matière de mobilité douce, un quart seulement des mesures prévues de la LMCE ont pu être réalisées. Une accélération est prévue grâce à des itinéraires cyclables pérennes, directs et sécurisés. Ils permettront de faire le lien avec les gares du Léman Express et les pénétrantes cyclables cantonales.

Pour les piétons, la feuille de route prévoit un maillage sécurisé pour relier les gares du Léman Express et les interfaces tpg. Quant à l'amélioration de la vitesse commerciale des transports collectifs, plus de 60% des mesures sont réalisées. L'effort à venir portera sur la ceinture urbaine.

Les grands axes pénétrants et la ceinture urbaine bénéficieront d'une régulation des feux visant à fluidifier le trafic. Dans le centre, elle privilégiera les déplacements des cyclistes et des piétons.

Transfert modal

S'agissant des transports publics, l'objectif est que 80% des véhicules tpg puissent franchir les carrefours sans arrêt ou ralentissement. Les voitures individuelles devront être orientées vers des itinéraires évitant les centres urbains, au profit de la fluidité des véhicules professionnels.

Le transfert modal sera favorisé pour l'accès au centre, notamment grâce au développement du réseau tpg. L'effort sera poursuivi pour préserver les zones proches des petites douanes des nuisances du trafic de transit.

La nouvelle politique de stationnement vise à réduire le trafic pendulaire et faciliter les déplacements des transporteurs professionnels et des personnes qui n'ont pas d'alternative à la voiture. Les visiteurs dans le centre ainsi que les deux-roues motorisés seront fortement invités à stationner dans les parkings souterrains. Le système de tarification des macarons et des horodateurs fera par ailleurs l’objet d’une révision.

Bruit et vitesse

La promotion de la multimodalité se poursuivra à l'échelle du Grand Genève avec des projets de voie de covoiturage à Bardonnex et d'un P+R sur le site d'Archamps, relié à des lignes de transports collectifs prolongées. Parallèlement le DI s'apprête à lancer prochainement une consultation sur la règlementation de la vitesse de circulation pour lutter contre le bruit routier.

Dans un communiqué, l'Association Transports et environnement (ATE) estime que ce plan est perfectible. La part laissée aux transports motorisés reste encore massive, avec notamment la réalisation de la ceinture urbaine. Les piétons sont les laissés-pour-compte de cette réflexion. De nombreuses mesures doivent encore être affinées, pour permettre une véritable prise en compte des modes doux et des transports publics.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Duel PS vs PLR pour la mairie d’Onex

Publié

le

COMBO de gauche a droite: Le socialiste Romain Gauthier, candidat Parti socialiste et Les Verts au second tour de l'élection complémentaire du Conseil administratif de la commune d'Onex, et le PLR Jean-Pierre Pasquier, candidat Alliance de droite au second tour de l'élection complémentaire du Conseil administratif de la commune d'Onex, sont photographies, ce mercredi 22 novembre 2023 a Onex près de Genève. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le successeur de Carole-Anne Kast au Conseil administratif d’Onex sera bientôt connu. Le duel opposera le socialiste Romain Gauthier au PLR Jean-Pierre Pasquier. Le deuxième tour des élections complémentaires aura lieu le 3 décembre.

Qui du socialiste Romain Gautier ou du PLR Jean-Pierre Pasquier succédera à Carole-Anne Kast au conseil administratif d’Onex? Le deuxième tour des élections complémentaires se déroulera le dimanche 3 décembre prochain. Arrivé en tête du premier tour des élections complémentaire Romain Gauthier a recueilli 1717 voix, soit près de 1000 de plus que Jean-Pierre Pasquier qui, lui, a récolté 739 suffrages.

Candidat du ticket rose-vert et âgé de 30 ans, Romain Gauthier occupe le poste de secrétaire général du Rassemblement pour une politique sociale du logement et siège au Conseil municipal depuis 2021. En face, Jean-Pierre Pasquier, 59 ans, conseiller municipal depuis 2017, est également député depuis 2022. Il est soutenu par l’UDC, le MCG, le groupe ECHO-Vert’libéraux et le Groupement onésien. Les deux candidats ont chacun leur programme. Du côté de Romain Gauthier, on veut mettre en avant une politique sociale.

Romain GautierCandidat socialiste à la mairie d'Onex

Tout autre chose du côté du PLR Jean-Pierre Pasquier. Lui souhaite améliorer le pouvoir d’achat de la population via une baisse d'impôt.

Jean-Pierre PasquierCandidat PLR à la mairie d'Onex

Basculement à droite?

Cela fait 45 ans que le Parti Socialiste possède au moins un siège à Onex, la victoire de Jean-Pierre Pasquier serait donc un sacré bouleversement. Il rejoindrait ainsi la Verte Maryam Yunus Ebener et la Centriste Anne Kleiner au sein de l'Exécutif onésien. Pour le principal intéressé, un basculement à droite du conseil administratif permettrait une meilleure gestion de la commune.

Jean-Pierre PasquierCandidat PLR à la mairie d'Onex

Pour Romain Gauthier, à l'inverse, un basculement vers la droite du conseil administratif serait catastrophique pour la commune et les prestations aux plus fragiles.

Romain GautierCandidat socialiste à la mairie d'Onex

Fin du suspens le 3 décembre.

Continuer la lecture

Santé

Novartis relève ses ambitions d'ici 2027

Publié

le

En tout, 103 projets sont actuellement menés, avec jusqu'à 15 dépôts de demandes d'homologations majeures attendus entre 2024 et 2027. (KEYSTONE/Urs Flueeler) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Novartis se montre plus gourmand en matière de croissance du chiffre d'affaires à moyen terme. Après s'être séparé de sa filiale Sandoz, le groupe pharmaceutique se concentre sur ses produits existants et sa pépinière de recherche et développement (R&D).

Novartis ambitionne désormais une croissance annualisée (CAGR) des ventes de 5% sur la période courant jusqu'en 2027, contre 4% jusqu'à présent, a-t-il indiqué mardi, en amont de sa journée des investisseurs à Londres. Il vise aussi une marge opérationnelle de base supérieure à 40%. La progression des recettes doit se maintenir autour de 5% sur le long terme également.

La multinationale explique continuer à faire des "progrès significatifs dans l'amélioration de la performance de la recherche et développement (R&D)", en concentrant le portefeuille en développement "sur les actifs à forte valeur", après avoir introduit sa filiale génériques et biosimilaires Sandoz à la Bourse suisse début octobre.

Selon Vas Narasimhan, directeur général de la firme des bords du Rhin, "Novartis a désormais achevé sa transformation en une société pharmaceutique innovante et 'pure-player', avec de fortes augmentations de marge de base et de flux de trésorerie disponible, tout en continuant à réaliser une solide performance opérationnelle".

Le groupe souligne dans le communiqué se concentrer sur quatre domaines thérapeutiques (cardiovasculaire, rénal et métabolique; immunologie; neuroscience; oncologie) ainsi que les plateformes technologiques (chimie, biothérapeutique, xRNA, radioligand, thérapie génique et cellulaire) dans quatre zones prioritaires que sont les Etats-Unis, la Chine, l'Allemagne et le Japon.

Plus de 100 projets en cours

En tout, 103 projets sont actuellement menés, avec jusqu'à 15 dépôts de demandes d'homologations majeures attendus entre 2024 et 2027.

En 2022, les recettes ont reculé de 2% à 50,55 milliards de dollars (à peine moins en francs). A taux de changes constants (tcc), le géant pharmaceutique revendiquait une croissance de 3%.

JPMorgan s'attend à une certaine prudence de la part des investisseurs. Si les nouvelles perspectives sont encourageantes, des obstacles se trouvent sur le chemin du groupe. Car Novartis va perdre d'ici 2027 et au-delà des droits de brevets exclusifs pour certains de ses produits les plus générateurs de revenus.

Laurent Flamme de la Banque cantonale de Zurich (ZKB) juge qu'il aurait été plus opportun de repousser la période de prévision, car à partir de 2028 et en particulier 2029, il faut s'attendre à des signes de freinage. L'expert attend des détails sur des dépôts des demandes d'homologation pour Kisqali et Pluvicto, escomptés respectivement en 2023 et 2024, car le marché n'apprécierait pas s'ils devaient être retardés.

L'action Novartis faisait partie des rares gagnantes de l'indice phare de la Bourse suisse vers 11h25, grappillant 0,15% à 86,10 francs, dans un SMI en recul de 0,7%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

Les Services industriels de Genève réduisent le prix du gaz de 2%

Publié

le

Le prix du gaz naturel distribué par les Services industriels de Genève (SIG) va diminuer de 2% dès janvier. La régie publique autonome a décidé de répercuter la baisse sur les marchés européens (illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le prix du gaz naturel distribué par les Services industriels de Genève (SIG) va diminuer de 2% dès janvier, soit de 0,3 centime le kilowattheure. La régie publique autonome a décidé de répercuter la baisse sur les marchés européens. Elle avait déjà abaissé ses tarifs de 7% en juillet.

Avec cette nouvelle baisse, la facture pour un appartement de 80 mètres carrés diminuera de 35 francs en moyenne et de 59 francs en moyenne pour une villa de 130 mètres carrés, ont indiqué mardi les SIG. Les tarifs genevois sont inférieurs de 11% à la moyenne des villes suisses, précisent-ils.

Les cours du gaz ont atteint des sommets en 2022, en raison de la guerre en Ukraine. Ils sont redescendus après l'hiver 2023, qui a été doux. Mais le conflit au Proche-Orient au début du mois d'octobre a provoqué une brusque augmentation des prix, et le niveau actuel reste globalement plus élevé par rapport aux niveaux historiques antérieurs à 2020, expliquent les SIG.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Festivals

Une affiche kaléidoscope pour le Paléo 2024

Publié

le

CREDIT: Paleo Festival Nyon
Kaléidoscopes, rotations et répétitions d'images constituent l'affiche 2024 du Paléo Festival. Ce visuel coloré évoque tous les moments de la vie du festival nyonnais, du lever au camping jusqu'aux concerts du soir.

Les organisateurs ont dévoilé mardi l'affiche du prochain festival. L'oeuvre est signée Princess de La Cruz et Tae-Yun Aum, qui ont remporté un workshop de la HEAD-Genève. Elle retranscrit l'énergie, l'humour, la diversité et la vie du festival, explique un communiqué.

Les artistes ont utilisé des visuels dans lesquels chaque festivalier peut se reconnaître, à travers des objets ou des routines qui font Paléo. Instruments de musique, nourriture, chapeaux, sacs de couchage, micros, enceintes et tentes de camping se retrouvent seuls ou assemblés avec d'autres éléments pour créer des effets kaléidoscopiques ou de répétitions.

Le prochain festival se tiendra du 23 au 28 juillet 2024. La billetterie ouvre le 5 décembre pour la vente de Noël d'abonnements, de packs et de bons Flex.

 

Continuer la lecture

Santé

Morosité écomomique et inflation ont plombé les ventes de bière

Publié

le

Au cours de l'année brassicole écoulée - du 1er octobre 2022 au 30 septembre 2023 - le marché de la bière suisse a enregistré une contraction de 2,5% à 4,57 millions d'hectolitres (hl) (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Après une reprise post-pandémique vigoureuse, les ventes de bière sont reparties à la baisse en 2022/23. Un repli que l'Association suisse des brasseries (ASB) met sur le compte de la hausse des prix et des incertitudes géopolitiques.

Au cours de l'année brassicole écoulée - du 1er octobre 2022 au 30 septembre 2023 - le marché de la bière suisse a enregistré une contraction de 2,5% à 4,57 millions d'hectolitres (hl). Dans un communiqué diffusé mardi, la faîtière des brasseurs relativise toutefois ce recul, l'exercice 2021/22 ayant bénéficié d'un fort effet de rattrapage après la pandémie de Covid-19.

L'évolution est également sensiblement différente s'agissant de la production nationale (-1,2%) ou des importations (-7,0%), dont la part frôle désormais le cinquième (21,3%) alors qu'elle représentait plus d'un quart (26,1%) il y a une dizaine d'années. L'engouement du public helvétique pour la bière sans alcool s'est une nouvelle fois confirmé: avec une hausse de 5,3% à près de 280'000 hl, ce segment constitue désormais 6,1% du marché, contre 5,8% en 2021/22.

"La peur de l'inflation, la hausse des primes d'assurance maladie, les coûts élevés de l'énergie et la situation géopolitique incertaine pèsent sur le moral des consommateurs", avance le président de l'ASB Nicolò Paganini. A cela s'ajoute un euro plus bas que jamais, qui stimule le tourisme d'achat, ainsi qu'une météo capricieuse, qui a limité les occasions de consommer en extérieur au printemps, et que l'été indien n'a pas suffi à compenser.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture