Rejoignez-nous

Actualité

Libre-circulation: une « arnaque » selon l’ASIN

Publié

,

le

La libre circulation des personnes avec l’UE est une arnaque, « on étouffe » en Suisse à cause d’elle. L’Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) a lancé jeudi sa campagne en faveur de son initiative populaire pour y mettre un terme.

Le résultat du scrutin du 17 mai sur l’initiative « pour une immigration modérée » sera décisif pour l’avenir des jeunes en Suisse, a estimé devant la presse le conseiller aux Etats Marco Chiesa (UDC/TI), vice-président de l’ASIN. L’accord sur la libre circulation « fait très mal », il a entraîné l’arrivée de plus d’un million de personnes et les infrastructures n’ont pas suivi.

Le Tessinois a surtout dénoncé une situation intenable au Tessin sur le marché du travail. En 2017, il y avait plus de travailleurs étrangers que de Suisses, la population tessinoise avait un risque de pauvreté deux fois plus élevé (30%) que la moyenne helvétique et 38% des jeunes n’ont pas trouvé de travail juste après leur diplôme.

Pour M. Chiesa, il faut cesser de dire que le Tessin est un cas à part. Le canton fait partie de la Suisse et comme les autres, il doit pouvoir offrir une perspective à sa jeunesse.

Comme du dopage

La libre circulation est à la Suisse ce que le dopage est au cyclisme, a illustré Kevin Granger, coordinateur de l’ASIN en Suisse romande. Soit « une arnaque » visant à augmenter les performances au prix d’effets secondaires catastrophiques.

Comme les cyclistes, la Suisse a eu l’impression que ses performances augmentaient continuellement avec la libre circulation. Mais 20 ans plus tard, bétonnage intensif, artères bouchées, retraites menacées, dumping salarial, marginalisation des seniors sur le marché de l’emploi et explosion des coûts de la santé « amènent gentiment à l’étouffement du patient », selon M.Grangier.

UE sous pression

La Suisse doit reprendre son immigration en main. Contrairement à ce que disent les milieux économiques et le Conseil fédéral, si le peuple dit « oui » le 17 mai, la pression sera sur les épaules de la Commission européenne. Consommateurs et entreprises européennes voudront continuer à travailler avec les Suisses, a assuré le Vaudois.

Avec la libre circulation, la croissance a continué à l’échelle nationale, mais la richesse par habitant n’augmente plus, a relevé la lycéenne Stephanie Gartenmann. La Suisse n’est pas seule à vouloir reprendre le contrôle de l’immigration. Même la France a commencé à le faire et le Royaume-Uni a quitté l’UE notamment à cause de la libre circulation des personnes, a-t-elle illustré.

La pression sur les salaires a augmenté et les mesures d’accompagnement sont inopérantes. Seul un cinquième des étrangers sont venus combler une pénurie de main d’oeuvre, un quart sont arrivés dans le cadre du regroupement familial et le nombre d’étrangers bénéficiaires de l’aide sociale a augmenté.

Le Conseil fédéral a beau dire que tout va bien, les citoyens vivent les problèmes au quotidien. Il a d’ailleurs reconnu que l’immigration risquait d’évincer les seniors du marché du travail puisqu’il propose une rente-pont pour les chômeurs en fin de droit de plus de 60 ans, a fait valoir M.Chiesa.

600’000 francs

Les migrants ne doivent plus pouvoir s’installer en Suisse selon leur bon plaisir, mais en fonction des besoins du pays, a résumé Camille Lothe de la Jeune ASIN.

Si l’initiative est acceptée par le peuple, les autorités auront un an pour négocier la fin de l’accord sur la libre circulation avec Bruxelles. Faute de solution dans ce délai, le Conseil fédéral devra dénoncer le texte dans le mois qui suit. Avec le risque de faire tomber l’ensemble des accords bilatéraux I en raison de la clause guillotine.

Sous le slogan « on étouffe », l’ASIN fera campagne avec un budget d’environ 600’000 francs. Elle développe ses arguments sur le site www.deborde.ch. Les détails de la campagne de son alliée l’UDC n’ont pas encore été dévoilés. Le Conseil fédéral et les autres partis s’opposent à l’initiative.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Faisons la route ensemble

« On a perdu de vue le rôle que chacun doit jouer face à la pandémie »

Publié

le

MARTIAL TREZZINI

Cela fait 8 mois maintenant que nous vivons avec cette pandémie de covid-19, avec deux semi-confinements mais aussi des mesures qui ont varié, notamment, ces dernières semaines et qui sont différentes d’un canton à l’autre. Des mesures que beaucoup ont de plus en plus de mal à respecter, comme l’ont prouvé les différentes manifestations et prises de position sur les réseaux sociaux ces dernières semaines.  Francesco Panese, professeur de sociologie de la médecine et de la santé à l’Université de Lausanne, a expliqué à Benjamin Smadja et Laurie Selli comment et pourquoi est-ce qu’il faut tenir face à cette pandémie.

Francesco Panese Professeur de sociologie des sciences et de la médecine à l'UNIL

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève en bonne voie sur la transition énergétique

Publié

le

La transition énergétique dans le canton de Genève est en bonne voie. En 20 ans, depuis l’année 2000, la consommation par habitant a baissé de près de 29,6 % en matière d’énergie thermique fossile et de 11% en consommation d’électricité. Le bâti reste encore trop gourmand. Il est responsable de 50% des émissions de CO2.

Genève a atteint ses objectifs en matière d’économie d’énergie. Le canton est en bonne voie pour attendre la société à 2000 watts. Ces économies ont été réalisées grâce au programme Eco 21 des SIG mais aussi grâce à la mise en place par l’Etat de Genève d’une police de l’énergie. Du côté de l’énergie thermique fossile, l’Etat et les services industriels annoncent une baisse de près de 30% entre 2000 et 2020. Et Genève fait encore mieux en matière d’électricité. Les explications du Conseiller d’Etat chargé du territoire, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé du département du territoire

La police de l’énergie a effectué un certain nombre de contrôles entre 2016 et 2019. Sur plus de 330 contrôles, seuls 60 étaient conformes. Les explications du Conseiller d’Etat chargé de l’environnement, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé du département du territoire

Le bâti est encore trop gourmand puisqu’il est responsable du 50% de l’énergie fossile consommée à Genève. Le canton doit s’améliorer selon le Conseiller d’Etat chargé de l’environnement, Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé du département du territoire

Le Conseiller d’Etat se réjouit de la bonne collaboration de ses services avec les Services industriels genevois.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé du département du territoire

L’objectif du canton est de réduire de deux tiers ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport à l’année 1990. La neutralité carbone devrait être atteinte en 2050.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Le dessinateur HERJI publie une bande dessinée sur Carouge

Publié

le

©HERJI

Le bédéiste genevois HERJI publie une bande dessinée intitulée « Carouge dans tous les sens – Portrait sensible d’une ville ». Une plongée poétique et onirique au coeur de la ville telle que ressentie par l’auteur. La BD invite à poser un regard différent et à mieux valoriser notre environnement quotidien.

Une BD pour regarder la ville différemment. C’est le projet du dessinateur genevois HERJI qui publie une bande dessinée intitulée Carouge dans tous les sens – Portrait sensible d’une ville. Cette BD de 38 pages est un projet exploratoire et poétique dont l’objectif est de produire le portrait « sensible » d’une ville. Le défi principal de ce projet était de dessiner Carouge comme l’auteur l’a ressentie, imaginée et rêvée. Une idée qui a germé pendants ses études comme l’explique HERJI alias Robin Junod.

HERJI / Robin Junod Dessinateur genevois

Se dessiner et être le personnage principal de sa bande dessinée est une expérience assez curieuse comme le confesse l’auteur.

HERJI / Robin Junod Dessinateur genevois

 

Valoriser son environnement

Ainsi, cette BD est une invitation à découvrir et à valoriser notre environnement quotidien d’une manière nouvelle et de poser un regard différent sur ce qui nous entoure immédiatement. L’explication d’HERJI alias Robin Junod.

HERJI / Robin Junod Dessinateur genevois

Un besoin de nature et d’extérieur qui est d’autant plus présent ces derniers mois en raison du semi-confinement vécu à cause du Coronavirus. En ce sens, la Covid-19 a-t-elle joué un rôle lors de l’élaboration de la bande dessinée? La réponse d’HERJI alias Robin Junod.

HERJI / Robin Junod Dessinateur genevois

Un crowdfunding lancé au début du mois pour permettre l’impression de la BD a atteint son objectif en seulement 24h. Il sera ouvert jusqu’au 1er décembre 2020. La bande dessinée sera ensuite imprimée et reliée à Carouge par une entreprise familiale au format A4 et en couleurs. Elle sera disponible en ligne sur www.herji.shop une fois imprimée et le crowdfunding bouclé.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: la salle communale de Plainpalais s’ouvre aux grands précaires

Publié

le

La Ville de Genève a ouvert la salle communale de Plainpalais pour servir des repas chauds gratuits aux sans-abris. Le Club social rive gauche, avec ses 25 places disponibles, ne répondait plus aux exigences sanitaires et de confort. 

Les sans-abris peuvent désormais prendre leur repas gratuit au chaud à Genève en toute sécurité. Depuis ce lundi matin, la Ville a ouvert la salle communale de Plainpalais aux grands-précaires. Elle prévoit de servir 120 petits déjeuners et 230 déjeuners chaque jour, en respectant les normes de distanciation sociale. Jusqu’à présent, les bénéficiaires prenaient leur repas au Club social rive gauche, rue Hugo de Senger mais les locaux trop exigus ne pouvaient accueillir que 25 personnes à l’intérieur, les autres se retrouvaient sur des bancs et dans les parcs. La Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale en Ville de Genève, Christina Kitsos.

Christina Kitsos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Respect des normes sanitaires

Une tente a été installée dans la cour intérieure de la salle communale de Plainpalais. Pour que les personnes puissent faire la queue au chaud.

Le déroulement de la matinée, avec Philippe Schroft, chef du service social de la Ville de Genève.

Philippe Schroft Chef du service social de la Ville de Genève

A midi, l’espace s’ouvre jusqu’à 14 heures. Philippe Schroft.

Philippe Schroft Chef du service social de la Ville de Genève

Fil du rasoir

La situation des plus précaires préoccupe la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale. Il y a aussi celles qui sont sur le fil de rasoir. Christina Kitsos.

Christina Kitsos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

Sur place, Isabelle, une bénéficiaire s’approche de la Magistrate. Pour la remercier.

Isabelle

Roxane est travailleuse sociale, elle est à l’accueil ce lundi.

Roxane Travailleuse sociale

La salle communale de Plainpalais restera ouverte jusqu’au 31 mars.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: la SPA compte moins d’animaux abandonnés en 2020

Publié

le

La Société protectrice des animaux genevoise a connu moins d’abandon de chiens, de chats et de rongeurs en 2020. Ce qui la réjouit, mais elle met en garde contre l’achat de compagnons sur internet.

On abandonne moins les animaux à Genève depuis le confinement. C’est ce que constate le refuge de la SPA à Bernex. On abandonne moins mais on adopte moins aussi, puisqu’il y a moins d’animaux à placer. En 2019, la SPA comptait 253 abandons de chiens et elle en a placé 242. Les abandons de chats étaient de 522 et les placements de 430. Cette baisse des abandons en 2020 serait due à différents facteurs, selon Henri Balladur. Il est membre du comité de la SPA Genève.

Henri Balladur Membre du comité de la SPA Genève

Le comité de la SPA met en garde contre les achats sur internet de chien dit « à la mode » comme par exemple les Spitz nains ou Loulous de Poméranie. Aucune possibilité de tracer l’animal, ni de vérifier son pédigrée et de s’assurer qu’il a été bien traité.

Henri Balladur Membre du comité de la SPA-Genève

Les achats d’animaux sur internet sont incertains et l’appât du gain favorise l’entrée en jeu de personnes malintentionnées. Henri Balladur

Henri Balladur Membre du comité de la SPA-Genève

Il pourrait s’agir de croisements au sein de la même famille tout à fait préjudiciable à la santé de l’animal.

Henri Balladur Membre du comité de la SPA-Genève

La Spa offre à l’adoption des animaux dont la traçabilité des animaux est assurée, ils sont pucés et en très bonne santé. Elle assure un suivi de l’accueil fait à ces animaux. Elle veille également à ce que le candidat à l’adoption soit en mesure d’assumer ses responsabilités.

La baisse des abandons s’est également fait sentir au niveau des rongeurs, les lapins et autres cobayes. Le refuge du Valais observe la même baisse.

La Spa a reçu de nombreux appels pour s’assurer que l’animal ne pouvait pas donner la Covid. Cette rumeur apparue sur le net a été rapidement démentie.

Actuellement 21 chats et 24 chiens sont à l’adoption.

Continuer la lecture