Rejoignez-nous

Actualité

Liberté de la presse: la Suisse jugée bonne élève

Publié

,

le

La Suisse figure toujours parmi les pays où la liberté de la presse est la mieux protégée. Tout comme dans le reste du monde, le journalisme y entre toutefois dans une décennie décisive.

La Suisse perd deux places, passant du 6e au 8e rang sur 180 pays, selon l’édition 2020 du classement mondial de la liberté de la presse publié mardi par Reporters sans frontières (RSF). Ce recul n’est toutefois pas significatif, puisqu’il est dû avant tout aux progrès réalisés par la Jamaïque et le Costa Rica qui gagnent deux, respectivement trois places.

La Suisse maintient en effet son score et reste dans la « zone blanche » des pays où la liberté de la presse est pleinement assurée. Elle y côtoie la Norvège, la Finlande et le Danemark, qui forment le trio de tête, et devance l’Allemagne de quelques places. Ses autres voisins sont à la traîne et dans la catégorie inférieure: l’Autriche arrive au 18e rang, la France au 34e et l’Italie au 41e.

Situation économique inquiétante

Une inquiétude plane cependant sur les médias suisses: la dégradation de leur situation économique. Dénonçant l’accélération de la concentration des titres, RSF s’inquiète de la réduction de la diversité et de l’offre régionale si nécessaires à la formation de l’opinion publique, notamment dans une démocratie directe.

Une situation économique « que la pandémie du coronavirus a fait tourner au désastre ». Dans ce contexte, RSF condamne le refus du Conseil fédéral de débloquer une aide d’urgence aux médias pour les aider à faire face à l’effondrement des recettes publicitaires consécutif à la crise. Le gouvernement doit adresser des propositions au Parlement, et ce dernier les voter.

Autres sujets de préocupation: l’agression d’un journaliste de la RTS à Genève par l’entourage du président camerounais Paul Biya, les actions judiciaires lancées contre des médias par des membres d’exécutifs cantonaux dans les cantons de Vaud et Genève, ou encore la condamnation d’une journaliste pour violation de domicile. Elle s’était rendue dans une villa illégalement occupée par des activistes pour y réaliser un reportage.

Propagande et journalisme

Outre la crise économique, RSF a identifié quatre autres crises qui menacent le droit à une information libre, indépendante, pluraliste et fiable dans le monde. A commencer par la crise géopolitique. Dictateurs et dirigeants autoritaires ou populistes déploient leurs efforts pour réprimer l’information.

Et RSF de donner en exemple la Chine et son modèle d’hyper-contrôle de l’information. L’Arabie saoudite et l’Egypte sont elles les plus grandes prisons pour les journalistes. En Egypte, la diffusion de « fausses nouvelles » justifie le blocage de sites internet et le retrait d’accréditation.

L’absence de régulations appropriées à l’ère de la numérisation crée quant à elle une crise technologique. Propagande, publicité, rumeurs et journalisme se trouvent en concurrence directe. L’hostilité envers les journalistes s’amplifie, esquissant une crise démocratique. Elle est désormais encouragée par des dirigeants démocratiquement élus, comme Donald Trump et Jair Bolsonaro.

Une défiance envers les médias, accusés de diffuser de fausses informations, s’installent également. Affaiblis par cette crise de confiance, les journalistes sont la cible de citoyens en colère lors des manifestations. En France, ils sont victimes de violences policières.

Appel à la mobilisation

Toutes ces crises, auxquelles s’ajoute la crise sanitaire, font que les dix prochaines années seront décisives, affirme Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. « Que seront la liberté, le pluralisme et la fiabilité de l’information d’ici l’année 2030? La réponse à cette question se joue aujourd’hui. »

A ses yeux, la pandémie de coronavirus – survenue après la récolte de données pour l’établissement du classement – est l’occasion pour les gouvernements autoritaires de profiter de la situation pour imposer des mesures impossibles à adopter en temps normal. « Pour que cette décennie décisive ne soit pas funeste, les humains doivent se mobiliser » afin que les journalistes puissent exercer leur travail.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Joël Dicker quitte les éditions de Fallois

Publié

le

joel-dicker-lenigme-de-la-chambre-622

Joël Dicker quitte son éditeur historique, les éditions de Fallois, à la fin de l’année. Une décision que l’écrivain genevois annonce sur les réseaux sociaux. Joël Dicker va créer sa propre structure éditoriale qui doit voir le jour le 1er janvier 2022. La diffusion / distribution de cette nouvelle structure sera confiée à Interforum, filiale du groupe Editis. Joël Dicker était publié par les éditions de Fallois depuis dix ans.

Continuer la lecture

Actualité

Il veut devenir LA référence du cake aux carottes à Genève!

Publié

le

Photo "Tronche de cake"

Un changement professionnel et de grandes ambitions culinaires pour un jeune entrepreneur genevois

A 27 ans, Michaël Balli a quitté son emploi dans la finance pour lancer « Tronche de cake« . D’ici fin avril, il espère pouvoir lancer à Genève sa boutique de pâtisseries à emporter avec 2 produits vedettes: le cake aux carottes et les cookies. Son portrait concocté par Benoît Rouchaleau. 

Michaël Balli
Fondateur et Gérant de Tronche de Cake
Michaël BalliFondateur et Gérant de Tronche de Cake

Pour soutenir sa campagne de financement participatif.

Continuer la lecture

Actualité

A Genève, Mars contre-attaque propose de « faire l’école autrement »

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

En mars, le DIP contre-attaque. Un an après le début de la pandémie, il organise 150 activités culturelles et sportives pour permettre aux enseignants et aux élèves, tous degrés confondus, de relâcher la pression. 

Prendre le temps de faire l’école autrement. C’est l’ambition  de « Mars contre-attaque », un programme culturel et sportif proposé aux enseignants du 15 au 31 mars par le Département de l’instruction publique à Genève. Un an après la fermeture complète des écoles, la pandémie a mis une énorme pression sur les élèves comme sur les enseignants. Confinement, masques et gestes barrières ont pesé sur le moral des acteurs de l’école. «Mars contre-attaque » offre 150 activités qui vont leur permettre de souffler un peu. Le détail avec Paola Marchesini, secrétaire générale du DIP.

Paola Marchesini
Secrétaire générale du DIP
Paola MarchesiniSecrétaire générale du DIP

Ces activités sont proposées du primaire au secondaire II (Cycle d'orientation, collèges, école de culture générale, école de commerce). Une bouffée d'oxygène pour les professeurs et les élèves, comme l'appelle de ses voeux la Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique, Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-Torracinta
Conseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève
Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève

Opération montée en quelques semaines

Mars contre-attaque a été montée en quelques semaines par les directions générales du département et le service des écoles et sport, art, citoyenneté (SESAC) en collaboration avec les acteurs culturels et sportifs du canton. Ils étaient tous très enthousiastes. Les propositions sont à disposition des enseignants sous la forme d'un menu.

La cheffe du DIP, Anne Emery-Torracinta souhaite qu'ils fassent une pause bienvenue avant les examens de fin d’année. Les enseignants sont d'ailleurs priés de songer à les alléger.

Anne Emery-Torracinta
Conseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève
Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève

La Magistrate invite les enseignants à «se donner le droit de prendre cette pause». La situation est particulièrement difficile pour les adolescents et les jeunes adultes, qu’ils soient au Cycle d’orientation ou au Secondaire II. La Conseillère d’Etat chargée du DIP, Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-Torracinta
Conseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève
Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique à Genève

Anne Emery-Torracinta a écrit une lettre à chaque groupe d’élèves, enfants, adolescents et jeunes adultes pour leur expliquer que ce moment culturel et sportif leur est offert. Elle en a fait de même avec le corps enseignant.

Continuer la lecture

Actualité

Le Musée d’Art et d’Histoire rouvre ses portes à Genève

Publié

le

Depuis le 24 décembre dernier, les musées affichaient porte close à Genève pour respecter les restrictions mises en place pour stopper l’épidémie de coronavirus. Cette semaine, le canton a décidé de relâcher la pression. Depuis hier, les commerces, salles d’expositions et musées ont obtenu l’autorisation de rouvrir. Ce mardi, le Musée d’Art et d’Histoire de Genève (MAH) accueillait de nouveau du public.

 

L'ouverture était prévue pour 11 heures ce matin. Chose promise, chose due. Dix minutes plus tôt, une petite dizaine de personnes attendait sur les marches qui mènent à l'entrée principale du Musée d'Art et d'Histoire. Comme si ces deux mois sans musée avaient été les "deux mois de trop". Une fois à l'intérieur de la bâtisse, et le personnel et les visiteurs ont dû retrouver leurs marques mais l'euphorie de refouler un parterre culturel est palpable. Mais au final, cette réouverture est-t-elle vécue comme une satisfaction ou avec la crainte qu'elle ne soit pas pérenne ? Ecoutez la réponse de Marc-Olivier Wahler, le directeur du musée :

 

Marc Olivier Wahler
Directeur du Musée d'Art et d'Histoire
Marc Olivier WahlerDirecteur du Musée d'Art et d'Histoire

 

Se réinventer

Il y a un peu plus d'une année, la direction du MAH a changée, dans une période qui s'annonçait déjà comme compliquée, eu égard à la situation sanitaire. C'est désormais Marc-Olivier Wahler, commissaire d'exposition et critique d'art qui est le directeur de l'institution culturelle genevoise. Pourtant, après une année seulement à la tête du musée, la pandémie a contraint le directoire à repenser la façon de gérer un musée et a accéléré les projets du MAH :

 

Marc-Olivier Wahler
Directeur du Musée d'Art et d'Histoire de Genève
Marc-Olivier WahlerDirecteur du Musée d'Art et d'Histoire de Genève

 

"Walk on the water"

Pour cette réouverture, la direction du musée à misé sur une reprise en grande pompe avec une exposition-évènement intitulée « Walk on the water » de l'artiste polonaise Jakob Lena Knebel. Une œuvre qui fait référence au retable de de Konrad Witz, dans lequel on voit le Christ marcher sur le lac Léman, dans la rade de Genève, et la chanson "Smoke on the Water", écrite par Deep Purple à Montreux.

 

Marc-Olivier Wahler
Directeur du Musée d'Art et d'Histoire de Genève
Marc-Olivier WahlerDirecteur du Musée d'Art et d'Histoire de Genève

 

À noter que le musée propose encore et toujours son exposition permanente, en plus de son exposition-évènement. Les deux expositions sont gratuites.

Continuer la lecture

Actualité

Semaine du goût: une édition 2021 aux saveurs genevoises

Publié

le

La Semaine du goût aura bel et bien lieu du 16 au 26 septembre prochain.

Son parrain sera le chef genevois étoilé Philippe Chevrier et Genève sera la Ville suisse du Goût 2021. L'ambition de Philippe Chevrier (19 points au GaultMillau et 2 étoiles au Michelin) en tant qu’ambassadeur de cette 21e édition est de partager la richesse du terroir genevois au-delà des frontières de la République du bout du lac, relèvent les organisateurs mardi dans un communiqué.

Le choix de la Ville de Genève comme Ville suisse du goût vient récompenser un engagement de longue date en matière de promotion d’une alimentation durable, de proximité et de qualité. Un agenda complet regroupera tous les événements et activités qui auront lieu autour du "bien manger" en ville et dans le canton.

La Municipalité et ses partenaires souhaitent particulièrement mettre en lumière les filières de proximité. Le slogan "Territoire du Goût, Goût du Terroir" servira de fil rouge thématique tout au long de l'année.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture