Rejoignez-nous

Actualité

L’Exécutif de la Ville va se prononcer sur l'affaire Barazzone

Publié

,

le

A Genève, il est à nouveau question d’Abu Dhabi. L'exécutif de la Ville de Genève se réunit cet après-midi en séance extraordinaire. Au cœur de leur discussion: le voyage de Guillaume Barazzone, conseiller administratif et conseiller national PDC. Que faut-il attendre de cette séance?

Marie Prieur

Ce qu’il faut en attendre c’est d’abord un communiqué. En fin d’après-midi, le Conseil administratif de la Ville de Genève prendra position sur l’affaire du voyage à Abu Dhabi de l’un des siens. Soit le PDC Guillaume Barazzone. Rappelez vous, mardi 16 octobre devant le conseil municipal réuni en plénière, Guillaume Barazzone ouvrait son agenda. Répondant à la question d’une conseillère municipale, il déclarait publiquement avoir, tout comme le conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet, fait un voyage à Abu Dhabi fin novembre 2017. Un voyage privé, assure-t-il. Payé par un ami d’enfance, l’avocat Hugo Linares. Il soulignait, je cite qu’ "aucun dignitaire du régime n’a évidemment financé ce voyage privé".

Il indiquait avoir rencontré un certain nombre de personnalités sur place à l’occasion du Grand Prix de Formule un. Mais la semaine dernière, en pleine période de vacances, les choses se précipitent. Mardi, la RTS dévoile des photos et vidéos officielle. Sur ces images prises dans la zone exclusive du circuit automobile d'Abu Dhabi,Guillaume Barazzone donne la main au vice-président des Emirats Arabes Unis: l’émir Mohammed Ben Rachid Al Maktoum. On le voit aussi aux côtés du patron de MSC, le géant du transport maritime. Dès le lendemain, mercredi 24 octobre, le procureur général Olivier Jornot ouvre une procédure du chef d’"acceptation d’un avantage" pour éclaircir les circonstances de ce voyage.

Autant de nouveaux éléments qui ont logiquement titillé voire agacé les autres membres de l'exécutif de la Ville de Genève.
D'où la séance extraordinaire de cet après midi. L’idée, on l’imagine, c’est de demander plus d’explications à Guillaume Barazzone. Mais aussi de savoir si les liens qu’il a pu avoir sur place sont liés à son mandat de conseiller administratif ou plutôt à son mandat de conseiller national. Le Conseil administratif entend ainsi déterminer s’il risque d’être éclaboussé par cette affaire. A l’image du Conseil d’Etat dans l’affaire Maudet. Second objectif: fixer des règles plus précises. Afin d’éviter des situations avec de potentielles conflits d'intérêts.

Le maire de la Ville de Genève, Sami Kanaan, sera notre invité demain matin pour en parler.

Suisse

La Suisse est passée à l'heure d'été

Publié

le

Les horloges ont été avancées d'une heure à 02h00 (archives). (© KEYSTONE/APA/APA/HELMUT FOHRINGER)

La Suisse est passée à l'heure d'été dans la nuit de samedi à dimanche. La nuit a été plus courte d'une heure, mais les soirées bénéficieront ensuite de la lumière du jour plus longtemps. L'heure d'été prendra fin le 29 octobre.

Dimanche à 02h00, les montres ont été avancées à 03h00. Le changement d'heure pour la saison estivale commence le dernier dimanche de mars et se termine le dernier dimanche d'octobre, selon l'Institut fédéral de métrologie (Metas).

La suppression éventuelle du changement d'heure saisonnier est devenue ces dernières années un sujet de discussion politique, surtout dans les pays voisins. Mais aucune décision n'a jusqu'ici été prise, ni au niveau de l'Union européenne ni dans les Etats.

Selon Metas, la Suisse suit l'évolution dans les pays voisins et examinera soigneusement si une éventuelle adaptation de la réglementation horaire est pertinente et dans l'intérêt de la Suisse. Jusqu'à nouvel ordre, la réglementation actuelle reste en vigueur.

Depuis 1996, tous les pays de l'UE et la Suisse sont à l'unisson pour avancer leur horloge d'une heure le dernier dimanche de mars et la reculer d'une heure le dernier dimanche d'octobre. Cette concordance est surtout motivée par des raisons économiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 3 millions de francs seront en jeu. (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 11, 13, 33, 37 et 40. Le numéro chance était le 6, le rePLAY le 13 et le Joker le 840696.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 3 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les Femmes socialistes appellent à la grève et à voter féministe

Publié

le

"Nous avons besoin d’une redistribution radicale du temps", explique Tamara Funiciello, coprésidente des Femmes socialistes suisses. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les Femmes socialistes ont lancé l’année politique lors de leur assemblée samedi à Berne. Au centre, la mobilisation pour la grève du 14 juin et les élections fédérales. La formation a aussi décidé de soutenir le référendum contre la réforme des caisses de pension.

Les Femmes socialistes ont arrêté leurs revendications pour la grève féministe. La réduction du temps de travail est au centre. "Nous avons besoin d’une redistribution radicale du temps", explique Tamara Funiciello, coprésidente des Femmes socialistes suisses.

Celles-ci demandent en outre que l’accueil extrafamilial des enfants soit financé par l’ensemble de la société et que l’âge de la retraite soit abaissé pour les personnes exerçant des métiers physiquement exigeants.

La législature passée l’a montré: dès qu’il s’agit de la protection des femmes sur le plan financier, les rapports de majorité échouent, malgré une forte proportion de femmes au Parlement, pointe la formation.

Apéros féministes

"Pour faire avancer les choses lors de la prochaine législature concernant les rentes et les salaires des femmes, il faut que davantage de forces de gauche et féministes soient élues au Parlement le 22 octobre. Les blazers roses ne suffisent pas !", relève Martine Docourt, également coprésidente, citée dans le communiqué.

Dans toute la Suisse, des femmes socialistes "fortes" se présenteront en octobre pour le Conseil national et le Conseil des États. Des apéros politiques féministes seront l’élément central de la campagne.

Réforme des caisses de pension

Le projet de réforme des caisses de pension adopté lors de la session de printemps a aussi largement mobilisé les femmes présentes. Celles-ci ont décidé à l’unanimité de soutenir le référendum contre ce texte.

"En automne 2022, on nous promettait encore en grande pompe d’améliorer les rentes des femmes", rappelle Martine Docourt. "Avec cette réforme, on n’a pas avancé d’un iota. Au contraire."

Dans le cadre de la discussion sur la réforme des caisses de pension, le Comité directeur a été chargé par la base de suspendre l’affiliation des Femmes socialistes à Alliance F.

Contre les tentatives de division

Les quelque 200 membres présentes se sont en outre penchées sur la diversité du mouvement féministe et ont adopté un papier s'opposant à toute tentative de division de la droite.

Des élections ont également eu lieu. Julia Baumgartner remplace Gina La Mantia au poste de secrétaire centrale de la formation. La Fribourgeoise Marion Sugnaux, la Bernoise Moana Mika et Tanja Blume (représentante de la JS Suisse) font désormais partie de la direction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les Vert-e-s lancent leur campagne avec une "envie d'avenir"

Publié

le

Le président des Vert-e-s Balthasar Glättli (ZH) a demandé que la place financière helvétique soit compatible avec le climat. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Lors de leur assemblée des délégués samedi à Olten (SO), les Vert-e-s ont lancé leur campagne en vue des élections fédérales d'octobre. Ils ont aussi défini leurs mots d'ordre en vue des votations du 18 juin.

"Nous voulons apporter le changement au Conseil fédéral", a lancé la conseillère aux Etats genevoise et responsable de campagne Lisa Mazzone. C'est avec une "envie d'avenir" et espoir que le parti entame la campagne. Les Verts entendent perpétuer le succès obtenu lors des dernières élections en 2019: "Nous sommes venus pour rester".

Concernant les votations du 18 juin, le parti écologiste a accepté la loi climat, qui définit des mesures concrètes en matière de protection du climat. Il a en revanche décidé de laisser la liberté de vote concernant l'imposition minimale de l'OCDE. Avec ce projet, les bénéfices des grandes entreprises actives au niveau international seront imposés en Suisse à au moins 15% dès 2024.

Les Vert-e-s ont aussi décidé de soutenir l'initiative populaire "pour une citoyenneté moderne (initiative pour la démocratie)". Lancée par l'Action des quatre quarts, elle vise à faciliter la naturalisation de toute personne vivant en Suisse depuis cinq ans et remplissant des critères objectifs.

Ils ont également adopté un "Appel en faveur de la nature", qui contient une série de revendications relatives à la protection de la nature et à la biodiversité en Suisse. "Un tiers des espèces en Suisse est menacé. Une nature intacte est fondamentale pour la santé et le bien-être de toute la société", a souligné le parti dans un communiqué.

Place financière respectueuse du climat

La reprise de Credit Suisse par UBS a bien sûr aussi été abordée. Le président du parti Balthasar Glättli (ZH) a demandé que la place financière helvétique soit compatible avec le climat. "L'économie signifie aussi responsabilité", a-t-il déclaré lors d'une interview accordée à Keystone-ATS.

Le Conseil fédéral devrait "poser des conditions climatiques au nouveau monstre UBS" et veiller à ce que les risques soient réduits à l'avenir en introduisant un système bancaire séparé, a poursuivi le Zurichois.

"Si l'Etat débloque 209 milliards de fonds publics, le respect des objectifs climatiques doit être une condition. C'est ce que nous demandons", a déclaré M. Glättli dans son discours devant les délégués. "Si le climat était une grande banque, le Conseil fédéral l'aurait déjà sauvée."

Les Vert-e-s ont adopté une résolution sur le Credit Suisse, exigeant des règles efficaces pour une place financière sûre et durable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Le PVL lance sa campagne en vue des élections fédérales

Publié

le

Le président du PVL Jürg Grossen (BE) a appelé à construire activement l'avenir de la Suisse au-delà des clivages politiques. (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Lors de son assemblée des délégués samedi à Rheinfelden (AG), le PVL a lancé sa campagne en vue des élections fédérales d'octobre, sous le slogan "Le courage d'agir". Son président Jürg Grossen a exigé une politique orientée solution pour la Suisse.

Le Vert'libéral s'est également prononcé en faveur d'une politique tournée vers le long terme, qui se construit au-delà des camps partisans. Face aux nombreuses crises telles que le changement climatique, la guerre en Ukraine, la crise énergétique et la chute de Credit Suisse, il faut faire bouger les choses et innover, a-t-il plaidé au cours de son discours devant les délégués.

Le Bernois a appelé à construire activement l'avenir de la Suisse au-delà des clivages politiques. Et de déplorer ces derniers temps trop peu de compromis susceptibles de réunir une majorité.

"La Suisse est confrontée à des défis majeurs en matière de politique économique. La pénurie de main-d'oeuvre qualifiée augmente, notre productivité stagne et nous risquons de perdre notre plein accès à des marchés importants - en particulier au marché intérieur de l'UE", a-t-il encore déclaré. Et d'estimer que cette évolution met en péril la prospérité helvétique.

Dans ce contexte, les Vert'libéraux ont adopté un document stratégique concernant la politique économique. Les éléments les plus importants pour maintenir la prospérité sont une concurrence accrue, un marché du travail libéral et qui tient compte des besoins de la société actuelle, un accès total au marché intérieur européen, ainsi qu'un libre-échange durable avec le monde entier.

Commission d'enquête parlementaire

Par ailleurs, le PVL a décidé ses mots d'ordre pour les votations du 18 juin. Les délégués ont dit oui à l'unanimité à la loi climat. Ils ont aussi accepté sans opposition l'imposition minimale de l'OCDE et la loi Covid-19, à nouveau soumise au vote.

Le parti demande également une économie responsable et une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur la reprise de Credit Suisse par UBS. Le PS et les Vert-e-s exigent aussi une CEP. L'UDC s'est elle montrée ouverte.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture