Rejoignez-nous

Actualité

Les 5 conseils pour être bien dans son assiette

Publié

,

le

La conseillère en nutrition, Géraldine Asselin dans son bureau rue de la Servette à Genève

Vous ne savez plus quoi cuisiner? Vous remarquez l'apparition de quelques rondeurs? C'est normal, après plus de deux semaines à la maison, nous bougeons moins et nous mangeons autant ou davantage qu'avant. Radio Lac a demandé un coaching express à Géraldine Asselin, thérapeute à Genève et conseillère en nutrition. Etape par étape, il est possible de conserver son poids de forme et préparer à sa silhouette aux sorties estivales. Naturellement optimiste, notre coach nous délivre ses 5 grands clés.

Géraldine AsselinConseillère en nutrition

L'équilibre alimentaire

L’alimentation apporte à notre corps tout ce qui lui est nécessaire pour vivre. 

Le principe général est simple. Ce que nous mangeons est utilisé par les organes de notre corps pour vivre. Si l’on mange plus que  la quantité nécessaire l’excédent est stocké dans notre organisme et forme des réserves. Si au contraire nous consommons moins que ce qui est utilisé, l’organisme va puiser dans ces réserves les calories nécessaires.

Pour rester en bonne santé et pour conserver un poids de forme stable, il est important de manger de tout avec plaisir et en petite quantité.
 De tout  pour couvrir nos besoins en calories, en protéines, en vitamines, en oligo-éléments etc. et en petite quantité pour éviter de faire des réserves trop « visibles »

Notre activité physique quotidienne a diminué depuis quelques jours. Il est bon de réduire aussi notre alimentation tout en mangeant varié.
C’est cela un bon équilibre alimentaire, adapter notre alimentation à nos besoins réels. 

Mais nos besoins varient avec l’âge. Les jeunes, qui sont en période de formation et de développement ont nécessairement des besoins supérieurs à ceux d’une personne âgée dont l’activité physique est bien moindre. Alors attention aux enfants et aux jeunes qui ont des besoins plus importants mais pensons aux  personnes âgées qui ont tendance à diminuer leur alimentation par perte de l’appétit.

Pensez bien à boire dans la journée même si vous n’en avez pas forcément envie.


Géraldine AsselinConseillère en nutrition

Le rythme de nos journées.

Il est important de conserver les 3 repas essentiels de la journée c’est-à-dire le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner. Les enfants, en phase de croissance, doivent prendre un 4ème repas qui est le goûter.
A chaque repas vous devez manger de tout. Il est important de varier son alimentation en prenant beaucoup de plaisir à manger ce que vous aimez. Tout est bon pour vous du moment que vous en mangez en petite quantité.
Soyez rassuré, si vous mangez un peu de tout, vous resterez à votre poids et en bonne santé.


Attention l’inactivité entraine le grignotage. A la place, boire eau, thé, infusion mais sans sucre

Variez vos repas car manger de tout, évite bien des carences. Trouver cet équilibre est essentiel à votre bien-être.
Chaque aliment 
nous apporte des nutriments essentiels : par exemple l’ail est un aliment riche en vitamines A,B,C,E en calcium, en magnésium, en phosphore, le miel de thym, sera riche en cuivre, le saumon et les sardines nous amèneront de la vitamine D. 

Géraldine AsselinConseillère en nutrition

Le déjeuner

Redécouvrez le plaisir de prendre son petit déjeuner en famille, discuter de vos nuits, de vos rêves ou de vos cauchemars.  Ne pas forcer notre sympathique ado aux paupières presque closes, à la langue lourde et pâteuse, n’arrivant pas à s’extraire de sa nuit trop brève. C’est le premier repas de la journée. Il est très important car il va nous apporter toute l’énergie nécessaire pour bien démarrer. 

Vous pouvez manger des céréales dans du lait, yaourt, fromage blanc, ou des biscuits, des gâteaux, des cakes réalisés la veille avec vos enfants ou bien des crêpes ou des pancakes (pâtes réalisée la veille), du pain beurré avec de la confiture accompagné d’un jus de fruits pressé. Dans nos cantons cosmopolites tenir compte des habitudes alimentaires familiales.Ne pas oublier de prendre une boisson chaude en abondance : thé, café léger, chocolat. Surtout prendre son temps et manger avec lenteur. En ce moment cela est possible.

Géraldine AsselinConseillère en nutrition

Le lunch

La pause repas de la mi-journée est nécessaire car elle permet une coupure du temps de travail.Lors du repas, privilégiez des protéines animales en petite quantité accompagnées de légumes et de quelques féculents ou légumineuses. Pour le dessert, je peux vous proposer de savourer un mousse au chocolat, une ile flottante, un flan, des oeufs au lait, une boule de glace, un morceau de fromage... La quantité maximale est le volume d’un pot de yaourt.
Il est mieux de manger régulièrement de bonne chose en petite quantité que trop d’un coup et rarement.


Varier les aliments quotidiennement par exemple ; un jour vous mangez du poulet au curry avec du riz et des courgettes, le lendemain du saumon avec des épinard et du blé,  le surlendemain des œufs dans une salade composée de tomate, concombre et croutons. Le repas est important car il nous apporte les calories nécessaires à travailler, s’occuper de nos enfants, de la maison pour la moitié de la journée. Là également les habitudes alimentaires familiales sont importantes. Il faut néanmoins conserver le principe général : Manger des aliments différents. La variété alimentaire permet d’éviter des carences en étant sûr d’un apport nécessaire.

Géraldine AsselinConseillère en nutrition

La collation du soir

Mangez léger car notre corps commence à se mettre au ralenti voire au repos. Une partie de la digestion se passe durant notre sommeil. Plus la digestion sera facile et meilleur sera notre sommeil.
Mangez des légumes, des fruits, des céréales, des féculents et essayez d’éviter les protéines animales. 

Léger comme des légumes en soupe avec des croûtons ou des vermicelles, un wok de légume avec des pâtes ou du boulgour, de la ratatouille avec du riz ou des pommes de terre, une salade composée...
Terminer par des fruits ou une compote maison.

Chaque repas doit être composé de tous les aliments mais en proportions différents. Eviter les épices et les aliments acides qui provoquent des désagréments en phase d’endormissement. Au dîner on va plutôt éviter les protéines animales afin de soulager la digestion. Ne vous couchez pas de suite après le repas. Laissez au moins une heurs à l’estomac pour démarrer son travail de broyage et décomposition chimique.

 

Retrouvez davantage de recettes sur le site de Géraldine Asselin.

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Mes conseils pour être bien dans son assiette sur Radio Lac - Centre de Luxopuncture Genève et Annecy - Géraldine Asselin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Hans-Ulrich Bigler quittera la direction de l'usam en 2023

Publié

le

Lorsqu'il quittera ses fonctions à la mi-2023, Hans-Ulrich Bigler aura été le directeur de l'usam pendant quinze ans (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Hans-Ulrich Bigler quittera la direction de l'Union suisse des arts et métiers (usam) à la mi-2023 après quinze ans à la tête de l'organisation. L'ancien conseiller national (PLR/ZH) atteindra l'âge de la retraite en avril 2023.

"Cela fera un beau chiffre rond, puis j'aurai été directeur de l'Union suisse des arts et métiers pendant 15 ans, du 1er juillet 2008 au 30 juin 2023", indique mercredi M. Bigler dans le Tages-Anzeiger.

Auparavant, le président de l'usam, le conseiller national Fabio Regazzi (Centre/TI), avait annoncé le départ de M. Bigler dans le "Journal des arts et métiers". L'usam représente plus de 230 associations et près de 500'000 petites et moyennes entreprises.

M. Bigler indique vouloir conserver certains mandats. Il souhaite ainsi rester président du Forum nucléaire et membre du comité de l'association européenne de l'énergie nucléaire Foratom, et continuer à présider la fondation de prévoyance professionnelle des arts et métiers, Proparis. La question de savoir s'il assumera d'autres mandats pour l'usam est encore ouverte.

Sous la direction de M. Bigler, l'association économique, autrefois plutôt timide, est redevenue une voix de poids. Le Zurichois a veillé à ce que son profil soit clair et a parfois provoqué, notamment pendant la pandémie de Covid-19, lorsqu'il a critiqué parfois sévèrement le Conseil fédéral pour sa gestion de la crise.

Né à Berne, Hans-Ulrich Bigler est au service de différentes associations depuis 1985. Sa carrière politique a été moins longue et n'aura duré qu'une législature. En 2015, il entre au Conseil national en tant qu'élu PLR du canton de Zurich. Il échoue à se faire réélire en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un joueur décroche le jackpot de l'Euro Millions

Publié

le

La timbale est tombée mardi (Archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Un joueur a trouvé la combinaison gagnante du tirage de l'Euro Millions de mardi et a empoché 52,39 millions de francs. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 10, 13, 27, 36 et 37, ainsi que les étoiles 2 et 10.

Lors du prochain tirage vendredi, 18 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Glencore, accusé de corruption, plaidera coupable au Royaume-Uni

Publié

le

Le bureau a démontré que des employés du géant des matières premières ont payé des pots de vin de plus de 25 millions de dollars. (Archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le géant des matières premières Glencore doit répondre, au Royaume-Uni, de sept chefs d'accusation de corruption liés à ses activités de pétrole dans différents pays africains.

Le groupe zougois a indiqué qu'il plaidera coupable, annonce mardi le bureau en charge des questions de fraude au Royaume-Uni, le SFO, qui a dirigé l'enquête.

Le SFO a ouvert une enquête à l'encontre de Glencore en juin 2019. Le bureau a démontré que des employés du géant des matières premières ont payé des pots de vin de plus de 25 millions de dollars pour accéder au pétrole au Cameroun, en Guinée Equatoriale, en Côte d'Ivoire, au Nigéria et au Soudan, indique un communiqué du SFO.

Le SFO a travaillé en collaboration avec les autorités judiciaires suisse, des Etats-Unis et des Pays-Bas.

Lors d'une audience tenue ce mardi à Westminster Magistrates'Court, Glencore a déclaré que la société plaidera coupable.

La prochaine audience et la plaidoirie du SFO se tiendront le 21 juin au Southwark Crown Court.

Mi-février, Glencore avait annoncé faire l'objet d'enquêtes aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Brésil, des procédures qui devraient être achevées cette année encore. Fin 2021, le groupe avait procédé à une provision de 1,5 milliard de dollars pour ces affaires, sans préciser de quoi il ressortait.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le groupe Mutuel accuse une perte de 78 millions en 2021

Publié

le

Comme les coûts de la santé ont fortement augmenté en 2021, une hausse des primes apparaît comme inévitable, selon l'entreprise. (Archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le groupe Mutuel a clôturé l'année 2021 sur une perte de 78 millions de francs après remboursement des réserves d'un montant de 111 millions de francs.

Sans ce remboursement, l'assureur de Martigny aurait enregistré un gain de 33 millions de francs, précise mardi un communiqué. En 2020, la société avait généré un bénéfice consolidé de 36,7 millions.

Les placements financiers ont dégagé le deuxième meilleur résultat de l'histoire du groupe, indique ce dernier sans détailler davantage. En revanche, la hausse des coûts de la santé de 7% s'est relevée plus importante que prévu.

"C'est un peu comme si une hausse sur deux ans s'était reportée sur une seule année. Il y a forcément un très important effet de rattrapage mais cela n'explique pas tout", fait remarquer l'assureur.

Le nombre de clients au niveau de l'assurance de base (AOS) est resté quasi-stable à 946'500 personnes et le nombre total de clients est également inchangé à 1,3 million.

"Les perspectives 2022 restent floues. (...) Comme les coûts de la santé ont très - trop- fortement augmenté en 2021, une hausse des primes, qui doivent couvrir les coûts, apparaît comme malheureusement inévitable", souligne le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les autorités veulent relancer le dossier électronique du patient

Publié

le

Selon les chiffres actuels, seules 9000 personnes ont ouvert un dossier électronique du patient (DEP), la plupart en Suisse romande (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Seul un Suisse sur mille possède actuellement un dossier électronique du patient (DEP), introduit depuis 2021 progressivement par le législateur. La Confédération et les cantons n'y voient pas un échec - et se fixent des objectifs ambitieux.

"Le DEP est en marche et apporte un bénéfice". "Il fonctionne, parfois depuis plus d'un an". "Le DEP est sûr". Mardi, des représentants de la Confédération et des cantons ont affirmé devant les médias que le projet de numérisation tant critiqué n'a certes pas encore percé, mais est néanmoins "en bonne voie".

Selon les chiffres actuels, seules 9000 personnes ont ouvert un dossier virtuel, la plupart en Suisse romande. Même parmi les fournisseurs de prestations, cet outil ne s'est pas encore imposé: 13% des médecins de cabinet travaillent toujours avec des dossiers papier, a indiqué Nassima Mehira, de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Actuellement, quelque 80 logiciels différents sont utilisés dans les cabinets médicaux pour saisir les données des patients. En conséquence, les mêmes données doivent souvent être recueillies et saisies plusieurs fois. La représentante de l'OFSP espère que les leçons tirées de la pandémie permettront d'accélérer sur ce front aussi la transformation numérique.

Instrument de l'assurance de base

En Suisse romande, environ mille institutions sont aujourd'hui raccordées au DEP. "Les cantons sont confiants dans le fait que le dossier du patient existant peut être développé et devenir un élément important des soins de santé", estime Magdalena Wicki Martin de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Le Conseil fédéral a annoncé fin avril vouloir reprendre les choses en main. Le DEP sera désormais considéré comme un instrument de l'assurance obligatoire des soins. La Confédération élargira ainsi ses compétences.

Pour les cantons, le financement reste la pierre d'achoppement de la révision en cours. La CDS estime que la question du financement n'est pas encore suffisamment réglée. La Confédération, elle, veut une "répartition claire des tâches et des compétences": les coûts des communautés de référence de données sont à la charge du canton, ceux du développement reviennent à la Confédération.

20'000 dossiers d'ici fin 2022

En ce qui concerne la participation facultative des patients, le Conseil fédéral veut mettre en consultation deux variantes. L'une consiste à maintenir la base volontaire, la seconde à permettre aux patients qui le souhaitent d'être exclus du DEP. Le Conseil fédéral privilégie la deuxième option.

Malgré de nombreuses questions en suspens, Patrice Hof, secrétaire général de la communauté de référence CARA regroupant institutions et professionnels de santé des cantons romands, est optimiste. D'ici la fin de l'année, CARA prévoit l'ouverture de 20'000 DEP. Fin 2030, ce chiffre devrait atteindre un million, soit une personne sur deux en Suisse romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture