Rejoignez-nous

Actualité

Léman Express: moteur de mutation urbaine à Genève

Publié

,

le

A Genève, l'arrivée du Léman Express a permis de construire de nouveaux quartier, dont celui de Lancy-Pont Rouge. Ils accueilleront au total près de 4500 habitants. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, l’arrivée du Léman Express agit comme un moteur de développement urbain dans un canton qui peine à construire assez de logements. Les nouveaux quartiers qui poussent autour de quatre gares accueilleront près de 4’500 habitants.

La révolution attendue en matière de mobilité avec la mise en service le 15 décembre du RER transfrontalier s’accompagne ainsi d’une véritable mutation urbaine. De nombreux chantiers sont en cours, mais les futurs quartiers dévoilent déjà en partie leur visage.

Une chance

Chêne-Bourg, petite commune de 8’790 habitants, verra un nouveau centre émerger autour de la halte du Léman Express. Une friche industrielle de quatre hectares proche de l’ancienne gare a pu être aménagée. La tour Opale, un bâtiment vitré de 19 étages, est la figure de proue de ce nouveau quartier.

Au total, 240 logements – soit près de 500 habitants – sont prévus à cet endroit. La commune a consenti des investissements de près de 26 millions de francs en lien avec l’arrivée du RER transfrontalier, dont 10,6 millions pour des équipements publics et 15,8 millions pour le réaménagement des rues, des parcs et des places publiques.

« C’est supportable pour une petite commune, notamment avec les rentrées fiscales potentielles », relève Pierre Debarge, conseiller administratif de Chêne-Bourg. En fonction depuis 1999, ce PDC a toujours considéré l’arrivée du Léman Express comme une chance plutôt que comme une contrainte.

Pression foncière

Des entreprises du secteur tertiaire sont attendues dans les quelque 10’500 m2 de surfaces commerciales et de bureaux. L’urbaniste de la commune, Olivier Walser, constate une transformation du tissu économique avec le départ des industries. Cette mutation s’explique par la valeur prise par le terrain que ne peut plus rentabiliser le secteur secondaire, relève M.Walser.

Le dynamisme induit par l’arrivée du Léman Express à Chêne-Bourg va se diffuser à d’autres périmètres. « On sent que la pression foncière va faire son effet. Les promoteurs se réveillent pour activer des plans localisés de quartier modifiant le centre de Chêne-Bourg constitué d’îlots vieillissant », selon M.Walser.

La ville dans la ville

Un nouveau quartier de 400 logements pousse aussi autour de la nouvelle gare des Eaux-Vives conçue comme les autres haltes comme un lieu de vie plutôt que comme un pôle de transit. La Ville de Genève, qui voulait créer un morceau de ville dans la ville, a notamment misé sur des activités ouvertes au public au rez-de-chaussée des nouveaux bâtiments qui donnent sur une grande esplanade.

On pourra consommer, se restaurer et travailler mais aussi se cultiver à la Nouvelle Comédie, dont le bâtiment sera prêt en septembre 2020. Une piscine, une salle de grimpe, des terrains multiport, une crèche et un dépôt pour la voirie complètent le projet. La Ville de Genève a investi près de 198 millions de francs.

Occasion unique

« Une telle opportunité de développement au centre-ville sur une surface de cette taille est exceptionnelle », relève Isabelle Charollais, co-directrice du département des constructions et de l’aménagement de la Ville de Genève. « D’habitude, on travaille sur des périmètres qui ressemblent plus à des timbres-poste », ajoute-t-elle.

Le canton, qui coordonne l’aménagement des esplanades entre les gares et les bâtiments, insiste aussi sur « cette occasion à ne pas rater ». Il s’agit de rapprocher la mobilité et l’habitat, relève Sylvain Ferretti, directeur général de l’Office de l’urbanisme. Les coûts d’investissement pour des aménagements autour des gares de Chêne-Bourg, Lancy-Bachet et Lancy-Pont-Rouge, portés par le canton et les communes, s’élèvent à près de 80 millions.

En France aussi

Si le verre domine aux Eaux-Vives, l’aspect minéral caractérise le nouveau quartier déjà partiellement construit autour de la gare de Lancy-Pont Rouge. Ces édifices aux lignes très graphiques offrent 640 logements et près de 122’000 m2 d’activité et de commerces. A Lancy-Bachet, 640 logements sont prévus dans le quartier tout proche de Chapelle-Gui.

Le RER transfrontalier dynamise également le quartier de la gare d’Annemasse (F). D’ici 2031, l’écoquartier Etoile qui s’étendra sur 17 hectares offrira 1200 logements. Les premiers bâtiments seront livrés à la fin de l’année.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un meilleur accès à la justice en cas de litige de consommation

Publié

le

Vendredi dernier, le Grand Conseil genevois a révisé la loi qui régit les litiges de consommation. L’accès à la justice en cas de différend est facilité. 

La Loi genevoise d’application du Code Civil suisse (LaCC) qui permettait l’accès gratuit aux consommateurs pour ce type de litige servait jusqu’alors essentiellement les intérêts des compagnies de recouvrement de créance. Ce sont elles qui portaient en justice jusqu’à 83% des cas, ce qui n’était d’évidence pas l’objectif. C’est donc une bonne nouvelle pour les consommateurs.

Les explications de Rolin Wavre, président de la FRC Genève et député:

Rolin Wavre  Président de la FRC Genève et député

Pour Rolin Wavre, les consommateurs ne risqueront plus de subir les effets pervers de la loi: 

Rolin Wavre  Président de la FRC Genève et député

Les consommateurs pourront ainsi continuer à bénéficier d’une protection dans les litiges. 

Plus d’informations sur le site de la FRC.

Continuer la lecture

Actualité

Credit Suisse moins optimiste pour la Suisse

Publié

le

Le secteur de la construction devrait continuer à soutenir la croissance helvétique (archives). (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les économistes de Credit Suisse ont passé un coup de rabot sur leurs prévisions de croissance, qui devrait nettement décélérer cette année et la suivante.

La Suisse ne devrait néanmoins pas tomber en récession, soutenue par la consommation privée et les faibles taux d’intérêt qui soutiennent le secteur de la construction.

Pour 2019, la banque aux deux voiles anticipe désormais un produit intérieur brut (PIB) en hausse de seulement 1,1%, contre 1,5% dans ses précédentes estimations. L’exercice prochain, la croissance devrait atteindre 1,4%, nettement moins que les 1,8% jusqu’à présent attendus, a détaillé mardi Credit Suisse.

A titre de comparaison, la Confédération avait enregistré en 2018 une solide croissance de 2,5%.

« L’économie suisse ne peut pas se soustraire au ralentissement mondial de l’industrie », ont souligné les spécialistes dans un communiqué.

Le renchérissement du franc par rapport à l’euro va certes peser sur les exportations, mais sans que ce secteur ne subisse un effondrement, a nuancé Credit Suisse. Les ventes à l’étranger devraient ainsi progresser de 2,0% cette année et de 2,5% en 2020.

Le ralentissement conjoncturel devrait seulement avoir un impact modéré sur l’emploi. Credit Suisse table ainsi sur un taux de chômage de 2,3% en 2019 et de 2,4% l’année suivante, après 2,6% en 2018. La solidité du marché de l’emploi devrait à son tour soutenir la consommation des ménages, attendue en hausse de 1,0% et de 1,3%.

L’inflation devrait quant à elle rester très modérée à 0,5% pendant les deux années sous revue, nettement sous l’objectif d’environ 2% visé par la Banque nationale suisse (BNS). La faible accélération des prix suggère que les tarifs des produits et services, ainsi que les salaires ne vont pas connaître de hausse notable.

Source: ATS

Continuer la lecture

A la une

École inclusive à Genève: un environnement scolaire adapté à chaque enfant

Publié

le

Entourer davantage les élèves pour favoriser leur apprentissage, c’est le but des équipes pluridisciplinaires mises en place par le Département de l’instruction publique à Genève. Elles sont présentes dans 21 établissements primaires et elles font partie du dispositif de l’école inclusive.

Le but du dispositif inclusif est d’offrir à chaque enfant l’environnement scolaire le plus adapté à ses particularités individuelles, quel que soit son handicap, son talent, son origine ou ses conditions de vie.

L’équipe pluridisciplinaire basée dans les écoles primaires du Mail et de Carl Vogt dans le quartier Plainpalais fait partie de ce dispositif. Elle se compose d’une infirmière, d’une psychologue, d’une logopédiste, d’un enseignant spécialisé. Mais aussi d’une éducatrice sociale en milieu scolaire. Valérie Wohlhauser.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Il s’agit d’aider les enseignants et les parents. Si un enfant ne se sent pas bien à l’école, il va moins bien travailler. Tout est lié pour la travailleuse sociale en milieu scolaire.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Pour aider les parents et les enseignants, Valérie Wohlhauser s’appuie sur le réseau.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Collaboration avec les enseignants

Le travail de l’éducatrice se fait en concertation avec le corps enseignant:

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Plusieurs moyens sont imaginés pour intervenir auprès des enfants. Valérie Wholhauser intervient notamment lors de conflits, par le biais du jeu coopératif.

Valérie Wohlhauser éducatrice sociale en milieu scolaire

Une société en mutation

Les équipes disciplinaires constituent une aide précieuse pour les enseignants. La Conseillère d’État chargée de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta le rappelait à la rentrée: de plus en plus d’enfants ont des problèmes de comportement et cela dès le plus jeune âge.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

Les parents sont plus isolés qu’auparavant, selon la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-Torracinta Conseillère d'Etat chargée du Département de l'instruction publique

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Avant-première : Radio Lac explore la Laver Cup

Publié

le

Les meilleurs tennismen de la planète sont à Genève pour la troisième édition de la Laver Cup ! Et la Cité de Calvin a beaucoup d’atouts pour accueillir. ce tournoi créé à l’initiative de Roger Federer pour honorer la carrière de Rod Laver, joueur australien des années 1960-70, quatre fois vainqueurs du tournoi de Wimbledon notamment.

Les joueurs les mieux classé du monde s’affronteront sur les courts de Palexpo. La troisième édition va commencer vendredi à Palexpo. Mais la Laver Cup, au fond c’est quoi ?

Laver Cup Définition et formule

 

Des supporters enthousiastes

Après Prague et Chicago, Genève accueille la Laver Cup cette semaine. Mais quels sont les atouts de la Cité de Calvin ?

Mike Hoffmann Membre du comité exécutif de la Laver Cup

 

Un court noir unique

Le tournoi va se dérouler avec la participation de Roger Federer, évidemment, de Rafael Nadal, également, mais en l’absence de Novak Djokovic; Stan Wawrinka n’est pas présent non plus. Cependant, la surface de jeu noire retenue pour la Laver Cup suscite bien des interrogations chez les « mordus » de la petite balle jaune. Pour les organisateurs ont-ils choisi cette couleur?

Mike Hoffmann Membre du comité exécutif de la Laver Cup

 

Outre les 17’500 spectateurs qui pourront prendre place dans les gradins lors de chaque session, celles et ceux qui n’ont pas de billet pourront suivre les matches depuis la Fan Zone !

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Une peinture géante investit le gazon de deux parcs à Genève

Publié

le

« Beyond walls », comprenez Au-delà des murs, c’est le nom du projet que l’artiste Saype a installé à Genève. Deux peintures sur herbe géante au parc des Bastions et au parc La Grange. La ville de Genève a mis à disposition deux de ses parcs pour l’artiste français, installé à Bulle, qui était, il y a deux ans, à la perle du lac. Deux mains qui s’entrelacent comme un appel à ne pas se replier sur soi.

Saype artiste français vivant à Bulle

Après Paris et Andorre c’est au tour de Genève d’accueillir l’œuvre éphémère 100 % biodégradable de l’artiste Saype. Le dessin se compose de matériau complètement naturel. Pour Saype, seule l’entraide permettra au monde de faire face aux défis qui l’attendent.

Saype

Cette fois-ci, ce sont des fonds privés qui ont financé les peintures. Genève a mis à disposition ses parcs. En tant que ville de Paix, « Beyond Walls » a toute sa place selon le Conseiller administratif chargé de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone.

Guillaume Barazzone Conseiller municipal chargé de l'environnement en Ville de Genève

L’oeuvre éphémère de Saype dure environ deux semaines. Elle sera ensuite reproduite à Berlin puis continuera son périple à travers le monde.

 

 

 

 

Continuer la lecture