Rejoignez-nous

Actualité

Léman Express: moteur de mutation urbaine à Genève

Publié

,

le

A Genève, l'arrivée du Léman Express a permis de construire de nouveaux quartier, dont celui de Lancy-Pont Rouge. Ils accueilleront au total près de 4500 habitants. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, l'arrivée du Léman Express agit comme un moteur de développement urbain dans un canton qui peine à construire assez de logements. Les nouveaux quartiers qui poussent autour de quatre gares accueilleront près de 4'500 habitants.

La révolution attendue en matière de mobilité avec la mise en service le 15 décembre du RER transfrontalier s'accompagne ainsi d'une véritable mutation urbaine. De nombreux chantiers sont en cours, mais les futurs quartiers dévoilent déjà en partie leur visage.

Une chance

Chêne-Bourg, petite commune de 8'790 habitants, verra un nouveau centre émerger autour de la halte du Léman Express. Une friche industrielle de quatre hectares proche de l'ancienne gare a pu être aménagée. La tour Opale, un bâtiment vitré de 19 étages, est la figure de proue de ce nouveau quartier.

Au total, 240 logements - soit près de 500 habitants - sont prévus à cet endroit. La commune a consenti des investissements de près de 26 millions de francs en lien avec l'arrivée du RER transfrontalier, dont 10,6 millions pour des équipements publics et 15,8 millions pour le réaménagement des rues, des parcs et des places publiques.

"C'est supportable pour une petite commune, notamment avec les rentrées fiscales potentielles", relève Pierre Debarge, conseiller administratif de Chêne-Bourg. En fonction depuis 1999, ce PDC a toujours considéré l'arrivée du Léman Express comme une chance plutôt que comme une contrainte.

Pression foncière

Des entreprises du secteur tertiaire sont attendues dans les quelque 10'500 m2 de surfaces commerciales et de bureaux. L'urbaniste de la commune, Olivier Walser, constate une transformation du tissu économique avec le départ des industries. Cette mutation s'explique par la valeur prise par le terrain que ne peut plus rentabiliser le secteur secondaire, relève M.Walser.

Le dynamisme induit par l'arrivée du Léman Express à Chêne-Bourg va se diffuser à d'autres périmètres. "On sent que la pression foncière va faire son effet. Les promoteurs se réveillent pour activer des plans localisés de quartier modifiant le centre de Chêne-Bourg constitué d'îlots vieillissant", selon M.Walser.

La ville dans la ville

Un nouveau quartier de 400 logements pousse aussi autour de la nouvelle gare des Eaux-Vives conçue comme les autres haltes comme un lieu de vie plutôt que comme un pôle de transit. La Ville de Genève, qui voulait créer un morceau de ville dans la ville, a notamment misé sur des activités ouvertes au public au rez-de-chaussée des nouveaux bâtiments qui donnent sur une grande esplanade.

On pourra consommer, se restaurer et travailler mais aussi se cultiver à la Nouvelle Comédie, dont le bâtiment sera prêt en septembre 2020. Une piscine, une salle de grimpe, des terrains multiport, une crèche et un dépôt pour la voirie complètent le projet. La Ville de Genève a investi près de 198 millions de francs.

Occasion unique

"Une telle opportunité de développement au centre-ville sur une surface de cette taille est exceptionnelle", relève Isabelle Charollais, co-directrice du département des constructions et de l'aménagement de la Ville de Genève. "D'habitude, on travaille sur des périmètres qui ressemblent plus à des timbres-poste", ajoute-t-elle.

Le canton, qui coordonne l'aménagement des esplanades entre les gares et les bâtiments, insiste aussi sur "cette occasion à ne pas rater". Il s'agit de rapprocher la mobilité et l'habitat, relève Sylvain Ferretti, directeur général de l'Office de l'urbanisme. Les coûts d'investissement pour des aménagements autour des gares de Chêne-Bourg, Lancy-Bachet et Lancy-Pont-Rouge, portés par le canton et les communes, s'élèvent à près de 80 millions.

En France aussi

Si le verre domine aux Eaux-Vives, l'aspect minéral caractérise le nouveau quartier déjà partiellement construit autour de la gare de Lancy-Pont Rouge. Ces édifices aux lignes très graphiques offrent 640 logements et près de 122'000 m2 d'activité et de commerces. A Lancy-Bachet, 640 logements sont prévus dans le quartier tout proche de Chapelle-Gui.

Le RER transfrontalier dynamise également le quartier de la gare d'Annemasse (F). D'ici 2031, l'écoquartier Etoile qui s'étendra sur 17 hectares offrira 1200 logements. Les premiers bâtiments seront livrés à la fin de l'année.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Journée des proches aidants à Genève ou l'importance d'avoir du relais

Publié

le

ATS/Keystone

Samedi 30 octobre, c’est la journée des proches aidants. Une après-midi leur est dédiée à la Maison de quartier de Plainpalais à Genève. L'occasion de se renseigner sur les aides dont peuvent bénéficier les personnes qui s'occupent d'un parent, d'un ami ou d'un voisin. 

Ce samedi, c’est la journée intercantonale des proches aidants. Le canton de Genève propose un moment d’échange et de partage avec des professionnels de la santé et du social durant tout l’après-midi à la Maison de quartier de Plainpalais, à l'espace Minoteries. Chacun peut être confronté, un jour où l’autre, à la perte d’autonomie d’un de ses proches. Que vous soyez un conjoint, une mère ou un père, un ami ou un voisin, vous avez parfois aussi besoin d’aide alors même que vous aidez. La journée de samedi se veut informative comme l’explique Véronique Petoud, déléguée cantonale genevoise aux personnes proches aidantes.

Véronique PetoudDéléguée cantonale aux personnes proches aidantes

Seront présents à la Maison de quartier de Plainpalais, Pro senectute, Pro infirmis, la Croix rouge genevoise, le relais ou encore l’IMAD.

Une tâche parfois épuisante

S’occuper des autres, être proche-aidant, peut-être épuisant. Il est important d’avoir du relais dès le début, comme l’explique  Véronique Petoud.

Véronique PetoudDéléguée cantonale aux personnes proches aidantes

Souvent l’aide apportée est lourde à porter seul, surtout lorsque l’on travaille.

Véronique PetoudDéléguée cantonale aux personnes proches aidantes

Associations relais

Seront présentes plusieurs associations comme Pro senectute, pro infirmis ou encore la croix rouge-genevoise. Les aides ne manquent pas à Genève. Des exemples avec Véronique Petoud.

Véronique PetoudDéléguée cantonale aux personnes proches aidantes

Utilité des groupes de parole 

Des groupes de paroles existent dans 5 communes à Genève. Partager son expérience peut s’avérer très utile.

Véronique PetoudDéléguée cantonale aux personnes proches aidantes

L’office cantonal des assurances sociales sera également présent pour renseigner le public sur les aides financières à disposition. Parmi elles, la bonification dans l’AVS et l’allocation pour impotents.

Tout les renseignements sur le site internet GE suis proche aidant

Notez que Genève organise sa 8ème journée des proches aidants cette année.

 

Continuer la lecture

Economie

Aldi rappelle un porte-bébé/enfant en raison d'un risque d'accident

Publié

le

Ce porte-bébé/enfant dorsal est rappelé par Aldi en raison d'un risque d'accident et de blessure. (© BPA)

Aldi Suisse rappelle le porte-bébé/enfant dorsal "Hiking Carrier" en raison d'un risque d'accident et de blessure. En cause: une rondelle en plastique de la structure porteuse qui peut se casser de sorte que la fixation de la bretelle se détache.

Le numéro de produit est le 804707. Le produit était disponible dans toutes les filiales d'Aldi Suisse à partir du 29 avril 2021, indique le Bureau de prévention des accidents jeudi dans un communiqué.

Les consommateurs ayant acheté ce produit sont priés de ne plus l'utiliser et de le retourner dans une filiale. Le prix d'achat leur sera remboursé, même sans quittance.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Projet Liber: crowdfunding pour les auteurs et éditeurs suisses

Publié

le

La filière du livre en Suisse se mobilise. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'industrie suisse du livre se mobilise au-delà de la frontière des langues pour soutenir les auteurs et les éditeurs touchés par la pandémie. Les lecteurs peuvent acheter des bons d'achat de livres jusqu'au 28 novembre.

Le projet Liber est soutenu par cinq associations de la chaîne du livre dans les trois régions linguistiques: une unité suffisamment rare pour être soulignée, a dit jeudi à Keystone-ATS Olivier Babel, secrétaire général de Livresuisse.

L'idée a germé en Suisse romande au printemps 2020 quand les maisons d'édition et les librairies ont été exclues des aides étatiques liées au Covid. Le livre est pourtant un produit qui est sorti gagnant de la pandémie. Pourquoi alors lancer une telle action?

"Oui le goût des Suisses pour les livres, alors que tout le secteur culturel était bouclé, a permis aux librairies de redresser la tête. Mais cette action vise toute la chaîne du livre", a précisé M. Babel.

Pendant la pandémie, a dit à Keystone-ATS, Nicole Pfister Fetz, directrice de l'Association des auteurs suisses (A*dS), les lecteurs ont acheté et lu des livres, mais ont à peine remarqué les nouvelles parutions de la littérature suisse.

Dans le cadre du projet Liber, des bons sont disponibles sur la plateforme www.heroslocaux.ch jusqu'au 28 novembre. Chaque donatrice ou donateur qui verse 30 ou 60 francs reçoit un bon Liber d’une valeur de 50 ou 100 francs, qu'ils pourront échanger dans plus de 400 librairies dans toute la Suisse, dont près d'une centaine en Suisse romande, c'est-à-dire la majorité d'entre elles.

La différence entre le prix d'achat et la valeur des bons provient d'un fonds dans lequel les cantons, les villes et les fondations ont versé 400'000 francs sous forme d'aide d'urgence Covid-19 au profit de la branche du livre. Les premiers cantons ou villes à se mobiliser se trouvaient là aussi en Suisse romande.

Un million de francs pour les livres

Les associations professionnelles à l'origine de l'opération Liber ont fait imprimer un total de 16'500 bons par la coopérative Bon suisse du livre (buchbon.ch), 13'000 d'une valeur de 50 francs et 3500 d'une valeur de 100 francs. S'ils étaient tous vendus, ce crowdfunding permettrait de récolter 600'000 francs, ce qui, avec les fonds des cantons et de villes, pourrait faire circuler des bons Liber d'une valeur totale d'un million de francs.

"Avec cet argent, nous voulons avant tout remettre sur les rails ce qui a été stoppé avec la pandémie", explique Tanja Messerli, directrice générale de l'Association suisse des libraires et éditeurs (SBVV). Idéalement, si tous les bons sont vendus, chacune des cinq associations devrait recevoir environ 140'000 francs qu'elles attribueront ensuite à des projets d'écrivains et d'éditeurs.

Des événements dans les librairies, tels que des lectures, sont prévus pour accompagner la campagne, placée sous le slogan "Soyons livre!". Les bons Liber seront envoyés pendant la première quinzaine du mois de décembre.

Les cinq associations à l'origine de l'opération Liber sont, outre l'A*dS et la SBVV, les éditeurs indépendants Swips, les associations de libraires et d'éditeurs de Suisse italienne et de Suisse romande, Alesi et Livresuisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1792 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse comptait jeudi près de 1800 nouveaux cas de coronavirus (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte jeudi 1792 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore huit décès supplémentaires et 18 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 24'828 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 7,22%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 16'789, soit 192,77 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 12% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72%.

Au total 11'080'513 doses de vaccin ont été administrées et 63,33% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 72,06%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'297'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 7'031'023 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 870'834 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'619'402 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'852 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'625.

Le pays dénombre par ailleurs 9381 personnes en isolement et 6527 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Plus de 21% des apprentissages sont interrompus

Publié

le

Le taux de résiliation de contrat d'apprentissage dépasse les 30% dans le domaine des soins et de la coiffure (photo symbolique). (© Keystone/GAETAN BALLY)

Plus d'un contrat d'apprentissage sur cinq est rompu en cours de formation. C'est ce que révèle jeudi une enquête de l'Office fédéral de la statistique, qui a analysé le parcours de la cohorte qui a fait sa rentrée en 2016.

Quelque 53'600 apprentis ont commencé une formation professionnelle initiale duale - communément appelée "apprentissage" - en 2016. Et près de 14'000 résiliations de contrat d'apprentissage (RCA) ont été enregistrées. Un taux de rupture anticipée qui atteint les 26% en moyenne, et qui épargne légèrement les jeunes (21%).

Les domaines de la sylviculture, du commerce ou encore des sciences vétérinaires figurent parmi les moins touchés. À l'inverse, les domaines des soins de beauté et de coiffure, des sports ou de la restauration dépassent les 30% de RCA, précise l'OFS jeudi.

Entre l'été 2016 et fin 2020, près de quatre apprentis sur cinq ont terminé leur formation sans afficher une résiliation de contrat. Environ 17% ont vu leur contrat résilié et 4% ont en même vu plusieurs. Un cinquième des abandons d'apprentissage n'a pas été suivi d'une nouvelle tentative. Les jeunes femmes sont légèrement plus susceptibles de "persévérer" ou de se réinscrire plus souvent dans un nouvel apprentissage.

La probabilité de réentrer en formation après une RCA diffère largement selon le domaine de formation choisi initialement. Le taux est le plus élevé dans le domaine de la culture et de l'élevage (89%) et le plus bas (67%) dans la santé et la protection sociale.

Plusieurs facteurs d'influence

Autre facteur d'influence: le statut migratoire. Les apprentis suisses font face à un taux de résiliation de 20%, contre 25% pour les étrangers nés en Suisse et 29% pour ceux nés en dehors du pays. La réentrée en formation, quant à elle, a été choisie par 83% des Suisses, 78% des apprentis étrangers nés en Suisse et 68% des immigrants nés à l'étranger.

La région de résidence a également eu un impact sur le déroulement de l'apprentissage. Dans la région lémanique et au Tessin, 30 % d'abandons ont été enregistrés. Les apprentis de Suisse orientale, quant à eux, ont été 16% à résilier leur contrat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture