Rejoignez-nous

Actualité

Le traditionnel Grand feu d’artifice va illuminer la rade de Genève

Publié

,

le

Près de 10’000 effets pyrotechniques vont embraser la rade ce samedi durant 45 minutes.

Depuis le début de la semaine, c’est le branle-bas de combat sur le quai des Eaux-Vives pour préparer le spectacle imaginé par l’entreprise pyrotechnique d’Yverdon Sugyp SA. Près de 50 personnes s’agitent au bord du lac comme l’explique Nicolas Guinand, le directeur artistique.

Nicolas Guinand Direteur artistique de Sugyp SA

Pas moins de 7 pontons seront placés dans la rade, chargés de feux d’artifice. Quatre actes pour ces feux, avec différents choix musicaux, de la musique de films, au classique, en passant par le rock et la musique actuelle. Les engins pyrotechniques viennent d’Asie et d’Espagne, choisis pour leurs couleurs exceptionnelles.

Cette année encore des émoticônes et des smiley comme des clins d’œil dans le ciel. Mais la grande vedette reste le jet d’eau.

Nicolas Guinand Direteur artistique de Sugyp SA

Près d’une heure de spectacle qui se prépare à plusieurs mains.

Le tout par ordinateur. Nicolas Guinand, directeur artistique de la société Sugyp SA.

Nicolas Guinand Direteur artistique de Sugyp SA

Depuis le début de la semaine, les engins sont livrés par paquets sur le quai pour des raisons de sécurité. Afin d’éviter une trop forte concentration d’explosifs au même endroit. Ils sont ensuite placés avec minutie sur des bois par les 25 artificiers.

Nicolas Guinand Direteur artistique de Sugyp SA

Ces derniers jours, les feux d’artifice ont donné lieu à une polémique à Genève. Un élu vert a même proposé de les interdire. Pourtant les artificiers font des efforts pour moins polluer.

Nicolas Guinand Directeur artistique Sugyp SA

500’000 personnes sont attendues samedi soir dans la rade de Genève. Coût de ces feux: 1 million de francs, entièrement financé par des fonds privés, dont la Loterie Romande. Samedi dès 8 heures, le pont du Mont-Blanc sera fermé à la circulation. Le public pourra l’occuper dès 19 heures, mais le nombre de places est limité, pour des raisons de sécurité.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le Léman Express est opérationnel mais freiné par la grève

Publié

le

Le Léman Express va rassembler chaque jour des dizaines de milliers d'utilisateurs dans près de 250 trains. Six trajets par heure et par sens sont prévus en semaine pour le segment Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Léman Express est désormais opérationnel pour les usagers. Ce « moment historique » dimanche, attendu depuis plus de 100 ans, a été un peu gâché par la grève en France, limitant les trains entre les deux pays à un quart. Les perturbations vont se poursuivre lundi.

« Tous les trains étaient remplis à plus de 80%. Nous avons eu une grosse affluence », a indiqué dimanche en début de soirée à Keystone-ATS un porte-parole des CFF. A 05h03, plusieurs dizaines de personnes, surtout des officiels et des journalistes, étaient parties de Coppet (VD) dans le premier de ces véhicules.

Avant de retrouver à Cornavin celles du premier train venu d’Annemasse, premier à « gommer l’effet frontière » entre les deux pays, dans lequel avait pris place le conseiller d’Etat Serge Dal Busco. « C’est un moment historique », ont expliqué aussi bien des usagers que le patron des CFF Andreas Meyer. Un homme était accompagné de son fils de deux ans qui restera comme le plus jeune passager du tout premier train.

Pour autant, symboliquement, le lien facilité pour les transports entre les deux pays aura été un peu égratigné dès ce premier véhicule du plus grand réseau régional ferroviaire transfrontalier d’Europe. Annoncé jusqu’à Annemasse, celui-ci sera contraint de s’arrêter à la dernière gare suisse. Malgré tout, le premier mécanicien qui a conduit le train faisait alors part de sa « fierté ».

Soutien de Pagani

La grève nationale en France, à laquelle s’ajoute un mouvement social local des cheminots, n’aura permis que de garantir une liaison sur trois entre Genève et Annemasse, en ajoutant l’effet sur deux RegioExpress par heure. Pas de quoi entamer la satisfaction de responsables politiques comme Rémy Pagani.

Le conseiller administratif de Genève soutient les revendications des employés côté français qui demandent une adaptation de leurs conditions aux coûts élevés par rapport au reste de leur pays. Et il souhaite déjà une extension du réseau.

Dimanche en début de soirée, Lémanis, la société qui exploite le réseau, annonçait le même dispositif réduit pour la journée de lundi où le Léman Express sera pour la première fois utilisé largement par les frontaliers. Dans le détail, tous les trains circulent normalement jusqu’à la dernière gare suisse.

En revanche, seule une liaison toutes les demi-heures rejoint Annemasse entre 06h00 et 22h00. En déors de cette période, des bus de remplacement sont prévus pour garantir les trajets. Autre effet, les trains RegioExpress, prévus deux fois par heure et par sens pour une halte seulement dans les gares principales du réseau, s’arrêteront à Cornavin.

Dizaines de milliers d’utilisateurs

Malgré tout, enthousiasme et soulagement étaient largement partagés. Arrivé début janvier, le directeur général de Lémanis Mario Werren admettait que la grève altérait un peu cette situation tout en ajoutant que le Léman Express ne serait pas toujours confronté à une telle période de perturbations.

Le Léman Express va rassembler chaque jour des dizaines de milliers d’utilisateurs dans près de 250 trains. Six trajets par heure et par sens sont prévus en semaine pour le segment du CEVA (Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse). Sur cette partie, la durée du trajet doit être divisée de plus de moitié, insiste Lémanis. En revanche, samedi, la nouvelle ligne du tram 17 entre Genève et Annemasse a elle été lancée samedi sans perturbation.

Tout au long du week-end, les Genevois ou les Français seront venus à la rencontre de la nouvelle infrastructure du Léman Express, assistant à de nombreux concerts et animations ou à l’inauguration de certaines gares. Au total, environ 20’000 personnes se sont rendues sur ces différents sites le long de la ligne, selon Lémanis.

Le Léman Express avait été officiellement inauguré jeudi par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Constitué de 230 km et de 45 gares au total, le projet a pu être établi grâce à une nouvelle ligne ferroviaire entre elles. Le segment du CEVA a demandé huit ans de travaux, avec un coût proche des deux milliards de francs.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Mondial dames de Unihockey: Les Suissesses en argent

Publié

le

La Suède a décroché à Neuchâtel son 7e titre mondial consécutif (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Vainqueur miraculeuse des Tchèques en demi-finale, l’équipe de Suisse dames n’est pas allée au bout de son rêve dans « son » championnat du monde à Neuchâtel.

Les protégées du coach Rolf Kern ont été battues 3-2 après prolongation par la Suède en finale.

Les 4250 spectateurs massés dans la Patinoire du Littoral ont pourtant pu croire en un nouvel exploit lorsque Corin Rüttimann a inscrit le 2-2 à… 8 secondes de la fin du temps réglementaire. Mais la Suède n’a pas doutant longtemps, Johanna Hultgren marquant le but du sacre après 61 » de jeu supplémentaire.

L’issue peut sembler cruelle pour les Suissesses, qui avaient ouvert la marque après seulement 72 » de jeu grâce à Margrit Scheidegger. Meilleure gardienne du tournoi, Lena Haini (24 arrêts dimanche) a longtemps retardé l’échéance. Mais elle n’a rien à se reprocher sur les trois buts suédois.

La Suède décroche ainsi son neuvième titre mondial, le septième consécutif. Pour la Suisse, sacrée une seule fois (en 2005), il s’agit de la neuvième médaille en douze éditions, la quatrième d’affilée. Les Suissesses s’étaient parées de bronze lors des trois derniers Mondiaux.

Cette présence en finale tenait déjà du miracle. Menées 6-2 par la République tchèque à moins de trois minutes de la fin de leur demi-finale samedi, les Suissesses avaient arraché la prolongation en marquant quatre buts en l’espace de… 79 secondes! Michelle Wicki a offert la victoire à son équipe après 4’34 » en « overtime ».

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

CHI de Genève: Fuchs gagne le GP

Publié

le

Martin Fuchs a remporté dimanche le GP du CHI de Genève (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Martin Fuchs a foncé à toute vitesse vers la victoire dans le Grand Prix de Genève.

Le champion d’Europe s’est imposé d’un souffle – 5 centièmes seulement – devant le Britannique Scott Brash. Steve Guerdat a pour sa part pris la cinquième place.

Rarement un barrage n’aura été aussi dense, avec cinq cavaliers dans (presque) la même seconde, Guerdat et Bianca ayant terminé à 1 »06 exactement de Fuchs et Clooney. Le Zurichois, no 2 mondial, a réalisé une manche de folie et il le fallait bien, pour s’imposer à pareil niveau.

Il n’a peut-être pas gagné mais, à 22 ans, Bryan Balsiger (6e, juste derrière Guerdat) a clairement marqué les esprits en signant un époustouflant double sans faute. Sur Clouzot, le cheval qui lui a permis de remporter le 20 octobre sa première victoire en Coupe du monde (à Oslo), le Neuchâtelois s’est inscrit dans les coeurs du public genevois.

Et, probablement, dans la tête du chef d’équipe Andy Kistler. Même s’il peut encore se passer bien des choses, le champion d’Europe des jeunes cavaliers 2017 a peut-être bien pris une option sur la troisième place aux JO l’été prochain, derrière Guerdat et Fuchs.

Avec déjà trois barragistes, on aurait été bien gourmand d’attendre plus de l’imposante délégation helvétique (sept partants sur les quarante au total). Ainsi, les quatre autres cavaliers à croix blanche sont restés à quai, regardant partir sans eux le train à destination du showdown.

Pius Schwizer a fait deux fautes, dont la première, comme tant d’autres concurrents, à la sortie de l’impressionnant triple, une palanque fragile dans le coin de la piste. Le même obstacle qui a mis Werner Muff en mauvaise posture (13 points).

« Elle est délicate… », avait glissé, sourire malicieux en coin, le constructeur de la piste Gérard Lachat juste avant le début du GP. Le Jurassien ne pensait peut-être pas qu’elle l’était à ce point, délicate. Elian Baumann en a lui aussi fait l’amère expérience (sa seule barre!).

La palme de la frustration revient néanmoins sans l’ombre d’un doute à Beat Mändli: il a signé sur Dsarie un sans faute, mais a pris un point de dépassement de temps, franchissant la ligne 81 centièmes trop tard!

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Trump s’intéresse aux avions de chasse suisses

Publié

le

La livraison des F-5 Tiger de l'armée suisse, vieux de 35 ans ou plus, est prévue dès janvier 2021. (©Keystone/MARTIN RUETSCHI)

Le président américain Donald Trump s’intéresse aux anciens avions de combat de l’armée suisse. L’US Navy souhaite en effet racheter à la Confédération 22 F-5 Tiger qui ne sont plus en service. Un accord est sur le point d’être conclu entre Berne et Washington.

Des discussions sur cette vente ont eu lieu au mois de juillet dernier entre l’US Navy et des représentants de l’Office fédéral de l’armement (armasuisse), a indiqué dimanche à Keystone-ATS un porte-parole de d’armasuisse, confirmant une information de la SonntagsZeitung.

Le contrat n’est toutefois par encore signé. Il pourra être finalisé une fois que le Congrès et le Sénat américains auront approuvé le budget de la défense. Quelque 40 millions de dollars sont prévus à cet effet dans le « Budget du Président » 2020 de Donald Trump. Cela équivaut à environ 1,8 million par avion.

La livraison des F-5 Tiger, vieux de 35 ans ou plus, est prévue dès janvier 2021, selon le journal dominical alémanique. Le contrat comprend les 22 avions, y compris des pièces de rechange et du matériel au sol. Ils seront transportés en pièces détachées aux Etats-Unis où ils seront ensuite remontés.

Ce n’est pas la première fois que le Pentagone américain rachète des avions de combat « second hand » à la Suisse, souvent d’ailleurs à l’US Navy et à des fins d’instructions. Ils sont notamment utilisés pour des simulations de combat. Une quarantaine de Tiger ont déjà été vendus à Washington depuis le début des années 2000.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le Léman Express est désormais opérationnel

Publié

le

Le Léman Express avait été inauguré officiellement jeudi mais il est opérationnel depuis dimanche matin dans la région genevoise (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

« Un moment historique » pour les usagers comme pour les officiels. Quelques secondes avant l’horaire prévu, le premier train du Léman Express a quitté Coppet (VD) dimanche à 05h03. Mais en raison de la grève en France, celui-là n’arrivera pas jusqu’à Annemasse.

Dans les rames, les vrais usagers ne sont qu’une poignée au milieu des dizaines de responsables ferroviaires, de politiques et de journalistes. « C’est un moment historique », dit à Keystone-ATS l’un d’entre eux, venu expressément avec son fils de deux ans, plus jeune passager du train. « Il est motivé », assure-t-il.

Une famille avec deux enfants en bas âge n’est pas très loin. En écho aux manifestations pour le climat, les autres clients sont souvent jeunes. « On l’attendait depuis longtemps. Je voulais le voir », glisse David qui relève l’importance du plus grand réseau régional ferroviaire transfrontalier d’Europe pour toute la région.

Un avis partagé par quelques jeunes socialistes qui ont prolongé leur retour de fête pour utiliser la nouvelle infrastructure. « C’est une première étape vers le transfert modal », avance l’un d’eux.

De leur côté, les responsables ferroviaires tanguent entre enthousiasme et soulagement après l’opérationnalisation d’un réseau attendu depuis plus de cent ans. Depuis son arrivée en janvier, le patron de Lémanis, société qui exploite le réseau, entame chaque jour « en se demandant quel sera le problème ».

Rame taguée

« Aujourd’hui, c’est la grève », admet Mario Werren en reconnaissant qu’il aurait souhaité que tous les trains puissent atteindre Annemasse. Dimanche, seul un quart d’entre eux rejoindront la ville française.

Malgré tout, la journée est « historique », insiste le patron des CFF Andreas Meyer. « C’est la mise en service la plus complexe que j’aie eu à faire », dit-il, tout en se félicitant d’avoir pu mener le projet de bout en bout, assez rare pour un directeur sur un dispositif de cette taille. Régulations, composantes techniques ou chantiers, il a fallu de nombreux interlocuteurs suisses et français et huit ans de travaux sur le segment du CEVA (Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse) pour le Léman Express.

Pour ces dirigeants, les réglages auront été calés jusqu’à la dernière minute. L’une des rames est taguée, oeuvre qui a provoqué une polémique entre politiques genevois sur les réseaux sociaux.

Dizaines de milliers d’utilisateurs

Avec six trajets par heure et par sens en semaine, le Léman Express va s’accompagner aussi de défis pour la sécurité avec des dizaines de milliers d’usagers, relève le chef adjoint de la police ferroviaire qui a fait le déplacement.

Avant le départ, le chef des mécaniciens a donné les dernières consignes. « Tu entreras dans Genève à vitesse réduite », glisse-t-il à distance au conducteur. Parce qu’à Cornavin, des centaines de personnes attendent sur le quai, dont le conseiller d’Etat Serge Dal Busco. Beaucoup sont arrivées depuis Annemasse avec le train parti une minute après celui de Coppet, mais le premier à avoir « gommé l’effet frontière » entre les deux pays.

Les passagers sont accueillis par les grenadiers de la Compagnie de 1602. « Je n’ai pas demandé d’autorisation. Vous ne m’enverrez pas d’amende », lance M. Werren au conseiller administratif Rémy Pagani. Qui acquiesce avec un sourire. Il ne s’en formalise pas et, en homme de gauche habitué des manifestations, soutient aussi les revendications des cheminots français qui perturbent cette première journée.

Arrêt à une gare suisse

Il insiste plutôt sur les améliorations pour Genève et veut déjà voir plus loin, l’extension du réseau. En attendant, une fois le train arrivé à Cornavin, les officiels descendent. Certains, qui ont travaillé depuis plus de dix ans pour le Léman Express, se donnent l’accolade. M. Meyer, qui quitte ses fonctions dans quelques mois, est attendu au Tessin pour une inauguration liée à l’ouverture du tunnel de base du Ceneri dans un an.

Seules quelques personnes poursuivent le trajet dans ce premier train qui est attendu jusqu’à Annemasse. Mais à la dernière gare suisse, l’annonce tombe. Le premier train du Léman Express ne franchira pas la frontière.

Le conducteur fait part « de sa fierté », même s’il aurait préféré pouvoir emmener les passagers jusqu’à la ville française. La grève n’aura pas entamé l’enthousiasme des Genevois. « Beaucoup d’émotion », dit de son côté M. Dal Busco plus tard à Genève avant de rejoindre un train.

Source: ATS

Continuer la lecture