Rejoignez-nous

Actualité

Le président de l’UDC Albert Rösti tire sa révérence

Publié

,

le

Le président de l'UDC Albert Rösti passera la main au printemps après avoir passé quatre ans à la tête du parti (archives). (©KEYSTONE/WB BJH k_tk)

Après le PS, c’est un autre parti gouvernemental qui va changer de président en 2020. Président de l’UDC depuis quatre ans, Albert Rösti a annoncé dimanche qu’il passera la main au printemps. Il tire les conséquences de la perte de 12 sièges aux élections fédérales.

« La décision à ce stade est obligatoire », déclare le Bernois de 52 ans dans un entretien au SonntagsBlick. « La présidence est élue tous les deux ans, mais un parti fonctionne selon un cycle de quatre ans. La tâche consiste maintenant à former un président pour les élections de 2023 », affirme-t-il.

Election en mars

Son successeur sera élu le 28 mars prochain lors de l’assemblée ordinaire des délégués, a indiqué dimanche l’UDC, qui regrette le départ de son président. Le bureau de la direction fixera les modalités début 2020.

Albert Rösti concède également qu’il n’a pas l’âme d’un restructurateur mais celui d’un façonneur. « Je suis moins enclin à mener les partis cantonaux d’une main de fer ». Or selon lui, le nouveau président de l’UDC devra y consacrer plus de temps, car « il y a beaucoup de travail à y mener ».

A la question de savoir si son attitude conciliante correspondait vraiment au style du parti de droite, M. Rösti répond au SonntagsBlick que justement, « un parti qui s’est développé si rapidement avait besoin d’une figure pondérée ces dernières années. Etre gentil n’est pas une mauvaise chose », dit-il.

Ironie du sort

Ironie du sort, ces législatives de 2019 ont en revanche été un succès personnel pour lui. Avec 128’252 voix, ce fidèle parmi les fidèles de l’UDC a été le candidat le mieux élu au Conseil national de tout le pays.

Le Bernois compte désormais se concentrer sur son mandat au Conseil national ainsi que sur celui à temps partiel de président d’Uetendorf, commune de 6000 âmes située près de Thoune. Le quinquagénaire, père de deux enfants, souligne aussi que contrairement aux autres partis, la présidence de l’UDC n’est pas rémunérée. La question de son avenir professionnel à long terme a donc aussi pesé dans la balance.

Cet ingénieur agronome, docteur à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ayant grandi dans une famille paysanne à Kandersteg dans l’Oberland bernois, dirige sa propre société , »Büro Dr. Rösti ». Il conseille politiciens et représentants de l’économie principalement dans les domaines de l’énergie, de l’aménagement du territoire, de l’environnement et de l’agriculture.

Echec aux Etats et obstacles au Conseil fédéral

Elu sous la Coupole depuis 2011 après avoir été candidat malheureux au gouvernement bernois en 2010, Albert Rösti est élu pour la première fois président de l’UDC en 2016. Il succède alors à Toni Brunner. Il est réélu à la tête du parti en 2018. Chef de campagne alémanique de l’UDC lors des Fédérales de 2015, M. Rösti avait contribué au triomphe de son parti au Conseil national.

Lors de ces législatives, il échoue en revanche dans sa tentative d’entrer au Conseil des Etats. Arrivé troisième derrière les deux sortants Werner Luginbühl (PBD) et Hans Stöckli (PS), le candidat de l’UDC renonce à se présenter au second tour, estimant très faibles ses chances de succès.

Un autre chemin a, lui aussi, dès le début été semé d’embûches: l’accession au Conseil fédéral. A l’époque, l’un des obstacles était de taille: deux Bernois, Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann, siégeaient déjà au Conseil fédéral. La section bernoise l’avait donc retiré de la course.

Un modéré qui s’est durci

Au Parlement, Albert Rösti s’est concentré sur la lutte contre l’adhésion à l’UE, la politique d’asile, une politique économique libérale et la sécurité. Il a souvent été considéré comme un UDC modéré dans le ton mais ferme sur le fond, adhérant progressivement à l’aile dure du parti. Lui-même a constamment répété qu’il défendait la ligne et le programme UDC à 100%.

Une fidélité et loyauté que l’on retrouve lors de la scission de l’UDC: il préfère ne pas suivre certains de ses collègues partis pour créer le Parti bourgeois-démocratique (PBD).

Dans l’ensemble, le Bernois aura donc été au front depuis huit ans pour l’UDC. Il a par exemple été au premier plan lors de la défense de l’initiative contre l’immigration de masse, acceptée en 2014. Il s’est toujours pleinement engagé pour freiner l’immigration, renvoyer les étrangers criminels et combattre un accord institutionnel entre la Suisse et l’Union européenne.

Les socialistes aussi

Au printemps, un autre grand parti suisse vivra un changement de présidence. Après douze ans à la tête du PS, Christian Levrat a également annoncé son départ. Le poste sera repourvu le 4 avril prochain à Bâle. Les socialistes ont perdu quatre sièges au Conseil national et trois mandats au Conseil des Etats lors des récentes élections fédérales.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le monde de demain: relier les instruments sans câble

Publié

le

Faire de la musique, sans se soucier des branchements pour les instruments, c’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Voilà une innovation qui devrait faire gagner du temps aux musiciens en herbe ou plus confirmés… Fini le casse-tête des câbles qui courent et s’entrelacent pour brancher les instruments, la start up vaudoise Tyxit a développé un dispositif sans fil, “tout en un”. Leur concept tient dans la main, ce sont des petits connecteurs qui communiquent entre eux: d’un côté, un émetteur que vous branchez à votre micro, votre guitare, votre batterie ou votre basse, et de l’autre un récepteur branché à votre enceinte et à une oreillette pour le retour… Et vous n’avez plus qu’à paramétrer le tout via une application sur smartphone qui permet à la fois de contrôler, de mixer et d’enregistrer le son en haute-fidélité. Pas besoin de Wifi, ni de bluetooth pour assurer la connexion, là il s’agit une bande sans fil de fréquences radio ISM qui autorise jusqu’à 30 mètres de distance, pour une latence garantie de 2 millisecondes seulement. 

Il en est où ce système audio? 

Il est en cours de finalisation. Une campagne de collecte de fonds a été lancée en ligne. Elle se prolonge jusqu’à mi-juillet. Une petite centaine de contributeurs du monde entier a déjà misé dessus. Et près de 33 000 francs ont ainsi été collectés sur les 51 000 attendus. Côté financier, il faut compter 230 francs pour le prix de lancement d’une paire de  connecteurs.  La commercialisation, elle, est espérée pour la fin d’année. En attendant moi… 

 

 

Continuer la lecture

Coronavirus

USA et Amérique Latine: épicentre du coronavirus

Publié

le

Le continent américain est désormais le plus touché par la pandémie. La présidente bolivienne et le numéro deux vénézuélien ont annoncé jeudi l’avoir contracté. Les Etats-Unis et le Mexique ont connu un nouveau record quotidien d’infections.

« Je suis positive au Covid-19, je vais bien, je travaillerai à l’isolement. Ensemble, nous allons aller de l’avant », a tweeté la Bolivienne Janine Añez, qui est aussi candidate à l’élection présidentielle du 6 septembre.

« Je serai en quarantaine pendant quatorze jours et ferai un autre test. Je me sens bien », a ajouté la dirigeante de droite de 53 ans dans une vidéo postée sur son compte Twitter. Trois membres de son gouvernement avaient fait savoir ces derniers jours qu’ils avaient été contaminés.

La Bolivie -onze millions d’habitants- a comptabilisé 42’984 cas de contamination et déplore 1577 décès liés au Covid-19.

Numéro deux du Venezuela

Quasiment au même moment, au Venezuela, le président de l’Assemblée nationale constituante et numéro deux du parti présidentiel (PSUV) Diosdado Cabello révélait avoir été contaminé. Il avait interrompu mercredi son émission hebdomadaire, précisant être « en train de lutter contre une forte allergie ».

« Toute ma solidarité (…). Il est en train de se reposer, il va bien », a réagi le président Nicolas Maduro, annonçant à cette occasion que le gouverneur de l’Etat de Zulia (ouest) qui se trouve à la frontière avec la Colombie et où est localisé le plus important foyer de Covid-19 au Venezuela, était également atteint par la maladie.

Selon les chiffres officiels -qui sont sous-estimés d’après l’opposition et des ONG comme Human Rights Watch-, 8372 cas et 80 décès ont été confirmés dans le pays.

Bolsonaro préconise l’hydroxychloroquine

C’est bien moins qu’au Brésil, pays d’Amérique latine le plus affecté et deuxième au monde, où le dernier bilan faisait état jeudi de 69’184 morts (+1220 en 24 heures) et 1,75 million de cas (+42’619).

Son président d’extrême droite Jair Bolsonaro, ouvertement sceptique sur la pandémie et opposé aux mesures de protection contre le virus, a annoncé mardi avoir été contaminé. Il claironnait deux jours plus tard qu’il allait « très bien ».

Depuis le début de la pandémie, le dirigeant de 65 ans a multiplié les bains de foule, la plupart du temps sans masque et serrant des mains. Jeudi, il a de nouveau préconisé l’usage de l’hydroxychloroquine, un médicament controversé.

La situation continue de s’aggraver en Amérique latine, avec le Pérou qui a franchi mercredi la barre des 11’000 morts ou le Salvador dont la capitale est en « phase critique » selon l’ONG Médecins sans frontières.

Et le Mexique a enregistré jeudi un nouveau record de cas quotidiens (+7280) pour un total de 282’283, et 33’526 morts.

Plus de 65’000 cas en un jour

Le virus se propage aussi à grande vitesse aux Etats-Unis. Ils ont battu également un nouveau record du nombre d’infections en une journée, avec plus de 65’500 cas supplémentaires recensés, selon le comptage à 20H30 locales de l’université Johns Hopkins.

Le nombre total de cas enregistrés s’établit désormais à plus de 3,11 millions. Le précédent record quotidien datait de mardi (plus de 60’200 nouveaux cas). Et un millier de personnes ont succombé au Covid-19 lors des dernières 24 heures, pour un total de 133’195 décès aux Etats-Unis.

Le président Donald Trump a minimisé jeudi ces records quotidiens: « Pour la centième fois, la raison pour laquelle nous avons tant de cas, comparé à d’autres pays qui ne font pas mieux que nous et de loin, est que nous testons beaucoup plus et mieux », a-t-il tweeté.

Mais « nous sommes dans une situation très difficile », a déclaré jeudi l’expert en maladies infectieuses Anthony Fauci, qui conseille la Maison Blanche sur la crise du Covid-19.

La réouverture du pays a eu lieu en « sautant toutes les étapes recommandées », a-t-il critiqué lors d’une téléconférence organisée par le média The Hill. « Ce n’est pas la bonne façon de procéder. Nous avons besoin de repenser cela et de faire différemment ».

Appel à l’unité

L’Organisation mondiale de la santé a appelé jeudi à l’unité contre le virus, alors que le cap des 12 millions de cas déclarés venait d’être franchi dans le monde. Plus de 550’900 décès ont été recensés.

Tandis que le continent américain tarde à atteindre le pic de l’épidémie, le virus a reflué ailleurs dans le monde, non sans résurgences.

En Australie (environ 9000 cas pour 106 morts), les cinq millions d’habitants de Melbourne ont été replacés en confinement pour six semaines et les frontières de l’Etat de Victoria fermées.

La situation en Europe paraît sous contrôle malgré de nouveaux foyers. Le continent reste le plus durement touché avec plus de 200’000 morts.

Continuer la lecture

Actualité

La Confédération rappelle des millions de masques moisis

Publié

le

Ce sont des masques achetés en 2007 que les institutions et les cantons ont récupéré. Sauf que ces masques sont bons pour la poubelle.  Des analyses ont montré des traces de champignons (Aspergillus fumigatus). Ces masques sont donc rappelés et ils seront remplacés gratuitement, indique l’armée.

Les masques d’hygiène contaminés proviennent d’un ancien stock de 13,5 millions de pièces que la Confédération avait acquis dans le cadre de sa préparation à la pandémie. Comme il est impossible de tester l’ensemble des masques, tout le lot est rappelé, précise l’armée jeudi dans un communiqué.

La présence d’une contamination microbiologique a été détectée par le laboratoire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur un échantillon. Aucune contamination de ce type n’a été détectée lors des tests précédents, précise l’armée.

Aussi des FFP2

Les masques étaient stockés à la pharmacie de l’armée. Au début de la crise du Covid-19, ils ont été remis gratuitement à diverses institutions et aux cantons, principalement dans le domaine de la santé. Des traces de contamination fongique ont été repérées sur certains et pas sur d’autres.

Des traces de contamination ont également été trouvées dans un autre lot de 305’000 masques FFP2. Ils seront également retirés et vérifiés à titre de précaution. L’origine de ces traces fongiques reste mystérieuse: cela pourrait provenir soit du transport soit du lieu de stockage. Une analyse est en cours.

Commerces pas concernés

La pharmacie de l’armée a aussitôt réagi et rappelé le matériel défectueux. Tous les groupes concernés ont été avertis. Les masques seront remplacés à partir de la semaine prochaine.

Les lots qui ont été fournis aux commerces ne sont pas concernés. Au total 18 millions d’unités ont été vendus en avril au prix coûtant comme stock de lancement.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Contribution fédérale de 27,5 millions pour un projet des SIG

Publié

le

Les Services industriels de Genève (SIG) percevront une contribution de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) pour leur projet de prospection géothermique à hauteur de 27,5 millions de francs.

Cette prospection prévoit des forages de moyenne profondeur sur une période s’étalant jusqu’en 2023, précise l’administration fédérale dans un communiqué jeudi.

L’opération a pour but d’étudier plus précisément la composition du sous-sol genevois et de localiser les sites de la région les plus propices à l’exploitation de la chaleur de la terre. Elle s’inscrit dans le cadre du programme « GEothermie 2020 », rebaptisé il y a peu « GEothermies », lancé en 2014 par le canton et mis en oeuvre par ses services industriels.

L’Etat de Genève escompte à l’horizon 2035 produire 20% de son énergie de chauffage à partir de la géothermie. « A l’horizon 2050, la géothermie pourrait couvrir 30% des besoins de chaleur du canton tout en respectant l’environnement », souligne le conseiller d’Etat écologiste en charge du département du territoire Antonio Hodgers, cité dans la publication des SIG.

Une partie de la subvention a été attribuée au forage exploratoire de Lully, situé sur la commune de Bernex et qui avec 1456 mètres présente l’une des profondeurs les plus importantes atteintes à Genève. La température de l’eau qui remonte à sa surface s’élève à 53 degrés Celsius. La pression semble prometteuse, mais le débit limité.

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: une gourde genevoise intelligente

Publié

le

Photo: Rebo

Dans le monde de demain, même les gourdes deviennent intelligentes… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Avec l’été et les grosses chaleurs, c’est le moment de ressortir vos gourdes et autres thermos réutilisables, plutôt que les bouteilles en plastique aussitôt achetées, aussitôt jetées. En la matière une startup genevoise innove: elle s’appelle Rebo et elle a développé une gourde intelligente… C’est une bouteille en acier inoxydable, qui ressemble aux autres à première vue, sauf que c’est la 1ère bouteille qui vous permet de nettoyer la planète en buvant… Pour expliquer le processus, le bouchon de la gourde intègre un capteur qui mesure la quantité d’eau bue par son propriétaire mais surtout, à chaque gourde bue, cela génère des crédits verts sur la blockchain pour sponsoriser, en partenariat avec l’association Plastik Bank, la récupération d’une bouteille en plastique échouée sur des plages d’Haïti, du Brésil, des Philippines et d’Indonésie. Ainsi, la gourde enregistre non seulement votre consommation d’eau mais à chaque remplissage, vous financez directement le ramassage des bouteilles usagées. Le tout synchronisé via une application dédiée. Bref, de petites gorgées qui font de grandes rivières… 

Où en est la fabrication et la commercialisation de cette gourde intelligente? 

Une campagne de crowdfunding a été lancée avec succès… C‘est rien de le dire: sur les 15 000 francs d’objectif initial, plus de 215 000 francs ont déjà été collectés auprès de 2200 contributeurs à travers le monde, pour financer la gourde genevoise, dont le prix de lancement s’affiche à 63 francs. La livraison, elle, est finalement prévue pour septembre, après quelques ajustements techniques et autres retards d’approvisionnements liés au Covid-19. 

 

Continuer la lecture