Rejoignez-nous

Actualité

Le déconfinement suisse est plus rapide que prévu

Publié

,

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le Conseil fédéral met le turbo pour le déconfinement. Les rassemblements allant jusqu’à 30 personnes seront autorisés dès samedi et la réouverture de cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles postobligatoires suivra le 6 juin.

Le Conseil fédéral avait déjà assoupli les mesures prises pour protéger la population contre le coronavirus les 27 avril et 11 mai Or, ces deux étapes n’ont pas entraîné de reprise de l’épidémie, d’où le large assouplissement décidé pour le 6 juin.

Tous les établissements et manifestations concernés devront toutefois appliquer des plans de protection. Les règles d’hygiène et de distance restent impératives. Si l’espacement ne peut être respecté, il faut garantir la possibilité de retracer les contacts personnels rapprochés en cas d’infection, par exemple en établissant des listes de présence.

300 personnes le 8 juin

L’interdiction de rassemblement dans l’espace public, notamment sur les places publiques, les chemins ou dans les parcs entame la marche samedi. La nouvelle limite de 30 personnes sera remplacée dès le 8 juin par un plafond de 300 personnes.

Cela concerne les réunions familiales, les salons, les concerts, les représentations théâtrales ou encore les séances de cinéma, mais aussi les rassemblements politiques et de la société civile.

Le 24 juin, le Conseil fédéral tranchera sur les manifestations réunissant entre 300 et 1000 personnes et d’autres assouplissements possibles. Les manifestations de plus de 1000 personnes restent interdites jusqu’à fin août.

Assouplissements pour le sport

Les compétitions de sport impliquant un contact physique étroit et constant, comme la lutte, le judo, la boxe ou la danse de salon devraient rester interdites jusqu’au 6 juillet. Mais les entraînements sont de nouveau autorisés à partir du 6 juin, sans restriction relative à la taille des groupes, y compris pour les sports qui supposent un contact rapproché.

Toutefois, pour ces sports-là, les entraînements doivent avoir lieu dans des équipes fixes et la liste des personnes présentes doit être dressée. Les camps de vacances pour la jeunesse sont possibles dès le 6 juin.

Attractions touristiques

Le 6 juin, les remontées mécaniques, les campings et les attractions touristiques telles que pistes de luges d’été ou parcs d’accrobranche pourront rouvrir. Tous les établissements de divertissement et de loisirs tels que casinos, parcs de loisirs, zoos et jardins botaniques peuvent à nouveau accueillir du monde, tout comme les piscines et les centres de bien-être.

À partir du 6 juin, les salons érotiques pourront également reprendre leurs activités et les services de prostitution être proposés.

Restauration

À partir de la même date, la limitation des groupes à quatre personnes dans les restaurants sera levée et les activités telles que billard et autres animations musicales seront de nouveau possibles. Les établissements devront garantir la possibilité de retracer les contacts en collectant les données d’un client par table pour chaque groupe de plus de quatre personnes.

Les consommations et les repas continueront à être exclusivement pris à table. Les restaurants doivent fermer à minuit, tout comme les discothèques ou les boîtes de nuit, qui doivent en outre tenir des listes de présence et ne pas admettre plus de 300 personnes par soirée.

Ecoles postobligatoires

L’enseignement présentiel dans les écoles postobligatoire est autorisé dès le 6 juin mais ce sont les cantons qui fixeront les modalité. Ils peuvent organiser l’enseignement de manière flexible et continuer à exploiter l’enseignement à distance.

La troisième étape d’assouplissements des mesures prises pour lutter contre la maladie était très attendue. Le Conseil fédéral avait déjà été plus rapide que prévu en incluant dès le 27 mai la réouverture des bars et restaurants ainsi que celle des musées et des bibliothèques. Le feu vert aux offices religieux a également été avancé la semaine dernière à ce vendredi.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Les courses en Suisse avec l’équipe nationale

Publié

le

Comme en 2019, Simon Pellaud prendra part au Tour de Romandie et au Tour de Suisse avec le maillot national (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Petit succès diplomatique pour Swiss Cycling. Comme en 2019, l’équipe nationale sera sur le pont lors des 2 étapes helvétiques: le Tour de Romandie la semaine prochaine et le Tour de Suisse en juin.

Le Conseil du Cyclisme Professionnel de l’UCI, qui est responsable des admissions, est revenu sur sa décision initiale et a approuvé la demande de réexamen de la fédération suisse.

Cette décision positive avait presque été anticipée par les organisateurs du Tour de Romandie (27 avril au 2 mai), puisqu’ils avaient laissé une wild card pour l’équipe de Suisse.

L’entraîneur national Michael Albasini doit maintenant rapidement composer une équipe de sept hommes pour la boucle romande. Il a déjà fretenu quatre hommes: le grimpeur Simon Pellaud, qui a brillé sur le TdR 2019 en terminant meilleur grimpeur avec le maillot à croix blanche, le coureur sur piste Claudio Imhof, le vététiste Mathias Flückiger et le talentueux Joab Schneiter.

Swiss Cycling avait proposé cette solution pour que les Suisses soient prêts pour les Mondiaux 2020 en Valais (annulés) et 2024 à Zurich. Les coureurs ne faisant pas partie des meilleures formations du World Tour auront ainsi l’occasion de se mesurer aux meilleurs professionnels du monde.

Ce qui s’est passé en 2019 a été un succès total. Les jeunes Suisses s’étaient présentés sous leur meilleur jour. Pellaud et Fabian Lienhard, entre autres, avaient ensuite reçu des contrats professionnels au sein d’équipes étrangères.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 2205 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Plus de 16'500 cas ont été attribués au variant britannique du coronavirus (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte vendredi 2205 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 85 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32’312 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 6,82%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 26’479, soit 306,3 nouvelles infections pour 100’000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 25,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 72,10%.

Au total 732’812 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1’966’485 une dose. La Suisse a reçu jusqu’à présent 2’548’275 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 42’169 cas ont été détectés en Suisse jusqu’à ce jour, dont 16’544 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 245 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25’367 cas, une mutation était présente, mais la lignée n’était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 632’399 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6’538’153 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 9869 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26’374.

Le pays dénombre par ailleurs 17’070 personnes en isolement et 29’784 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 6081 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La bonne dynamique se poursuit pour la création d’entreprises

Publié

le

Sur les trois premiers mois de 2021, 13'155 sociétés ont été fondées, ce qui représente un bond de 15,3%. Quelque 5047 firmes ont en outre fait leur entrée dans les registres de commerce cantonaux uniquement en mars (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Après une année 2020 exceptionnelle, la forte augmentation du nombre d’entreprises créées en Suisse s’est poursuivie au 1er trimestre, en particulier au mois de mars. Contrairement aux mois précédents, les faillites ont cependant également progressé en mars.

Sur les trois premiers mois de 2021, 13’155 sociétés ont été fondées, ce qui représente un bond de 15,3%. Quelque 5047 firmes ont en outre fait leur entrée dans les registres de commerce cantonaux uniquement en mars. « Il s’agit du deuxième meilleur mois jamais engrangé », indique vendredi l’union suisse des créanciers Creditreform.

Si cette tendance positive se poursuit, « une hausse de plus de 50’000 ne peut pas être exclue pour 2021 », estime l’établissement saint-gallois.

Parallèlement, le nombre d’entreprises rayé des registres de commerce, notamment en raison de faillites, a avancé de 2,1% sur un an à 7764.

La croissance nette des entreprises créées sur les trois premiers mois s’est ainsi inscrite à 41,5%, soit 5391 nouvelles firmes.

Revenant sur les faillites des sociétés, Creditreform fait remarquer qu’entre janvier et mars, le nombre de firmes ayant mis la clef sous le paillasson a reculé de 14% sur un an à 1216. Mais uniquement pour le mois de mars, cet indicateur s’est étoffé de 8,9% à 487.

L’évolution de ce chiffre dépendra des assouplissements des restrictions sanitaires en place mais également de l’impact des aides aux entreprises octroyées par la Confédération, rappelle le communiqué.

Creditreform estime qu’il est fort probable que les faillites progressent légèrement à partir des prochains mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Deux collaborateurs ont commis des actes de harcèlement

Publié

le

Des cas de harcèlement sexuel au sein de la RTS confirmés par des enquêtes externes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les résultats des enquêtes menées suite à un article du Temps sur des cas de harcèlement à la RTS confirment les faits commis par deux collaborateurs. En revanche, l’ex-présentateur Darius Rochebin, qui était épinglé pour des comportements inadéquats, est blanchi.

Un des collaborateurs a quitté l’entreprise et l’autre a reçu une sanction formelle, indique vendredi la RTS dans un communiqué. Aucun témoignage recueilli ne permet de conclure à des actes relevant de harcèlement sexuel ou psychologique, d’atteinte à la personnalité ou de quelconque infraction pénale, ajoute la RTS en évoquant le cas de Darius Rochebin.

Tout en haut de la hiérarchie, les responsables ne sont pas inquiétés. Le Conseil d’administration de la SSR affirme sa pleine confiance envers le directeur général de la SSR Gilles Marchand et le directeur de la RTS Pascal Crittin, indique-t-il vendredi dans un communiqué. Il présente ses excuses aux personnes touchées par les cas de harcèlement.

Bernard Rappaz, rédacteur en chef de l’actualité TV, qui avait décidé de se mettre en retrait des tâches opérationnelles pendant l’enquête, ne réintégrera pour sa part pas l’entreprise. Un retour à son poste s’avérait peu réaliste, relève la RTS dans son communiqué. Le directeur des RH quitte son poste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Légère hausse des prix à la production et à l’importation en mars

Publié

le

L'indice des prix à la production et à l'importation (PPI) a atteint 100,8 points pendant le mois sous revue, enregistrant une hausse de 0,6% comparé à février et une baisse de 0,2% par rapport à mars 2020, selon un communiqué des statisticiens basés à Neuchâtel (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les prix à la production et à l’importation ont progressé en mars sur un mois, mais ont affiché un recul comparé à la même période de l’année précédente, a annoncé vendredi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

L’indice des prix à la production et à l’importation (PPI) a atteint 100,8 points pendant le mois sous revue, enregistrant une hausse de 0,6% comparé à février et une baisse de 0,2% par rapport à mars 2020, selon un communiqué des statisticiens basés à Neuchâtel.

Sur un mois, les tarifs à la production ont enflé de 0,4%, essentiellement en raison des prix pétroliers, mais aussi des tarifs pour la feraille, les produits semi-finis en métaux et la viande.

Quant aux tarifs à l’importation, ils ont renchéri de 1% par rapport à février, également en raison d’une hausse des prix des hydrocarbures et des métaux, mais aussi des produits alimentaires, le cuir, les chaussures, les voitures et les composants de véhicules. Une baisse des prix des ordinateurs a par contre été constatée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture