Rejoignez-nous

Actualité

Le Covid-19 est désormais une pandémie

Publié

,

le

Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a annoncé que le Covid-19 est une pandémie (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Covid-19 est désormais une pandémie, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Son directeur général Tedros Adhananom Ghebreyesus a annoncé mercredi à Genève ce nouveau statut plus d'un mois après la déclaration d'urgence de santé de portée internationale.

Cette situation "ne change pas" la réponse que l'organisation apporte, a-t-il déclaré devant la presse, déplorant "une telle attention sur un mot" depuis des semaines. Et d'appeler au calme. Certains pays utilisaient déjà cette appellation et M. Tedros avait affirmé ces derniers jours que la menace devenait importante. Ce coronavirus est le premier à être considéré comme une pandémie.

Près de 120'000 cas ont été observés au total dans plus de 110 pays et plus de 4300 personnes sont décédées. Pour être considérée comme une pandémie, une épidémie doit notamment être largement répandue dans le monde, provoquer une large mortalité et la propagation au sein des différentes populations doit être étendue.

Avant de prendre cette décision, le directeur général a mené d'intenses consultations auprès de spécialistes et des directeurs régionaux de l'organisation. "Nous comprenons l'impact" du recours à ce terme, a fait remarquer le chef du programme d'urgence au sein de l'organisation Michael Ryan. Cette étape doit constituer "un appel à l'action et non à abandonner" la lutte.

Davantage de cas encore

M. Tedros a ajouté qu'il faut toujours tenter de contrôler l'épidémie. Il a détaillé la séquence que les autorités sanitaires devraient suivre avec chaque cas. Il faut les trouver, les identifier, les isoler, les soigner et également chercher les contacts de cette personne.

"Chaque branche et chaque citoyen doivent être actifs", a affirmé le directeur général. Il s'est dit alarmé par l'augmentation du nombre de cas et du nombre de pays affectés. Mais aussi par celui de l'"inaction". Depuis deux semaines, le nombre de cas en dehors de la Chine a été multiplié par treize et celui de pays affectés par trois.

L'OMS s'attend que ces chiffres augmentent encore dans les prochaines semaines. Pour autant, elle ne recommande pas la fermeture d'écoles ou d'autres infrastructures dans tous les pays, ni des isolements larges systématiques de toute une population. Il vaut mieux tenter d'identifier les personnes affectées que de prendre des décisions également coûteuses, insiste M. Ryan.

Inquiétude pour l'Iran et l'Italie

Chaque pays doit évaluer ses propres besoins en fonction de l'étendue du nombre de cas et de l'acceptation sociale de mesures de confinement généralisées. Mais si la propagation n'est plus contrôlée, celles-ci sont peut-être "les plus efficaces", a relevé M. Ryan. Le gouvernement italien a décrété lundi cette situation pour ses citoyens pour au moins trois semaines.

Parmi les Etats les plus affectés en dehors de Chine, comme l'Iran et l'Italie qui a observé plus de 10'000 cas, l'OMS s'inquiète de la situation et de la fatique du personnel de santé avec l'augmentation du nombre de cas. Il faut lutter contre la pénurie de matériel de protection pour ces collaborateurs. La Chine a accepté d'approvisionner surtout ces deux Etats.

En Iran, une équipe de l'OMS est toujours sur place. Face aux accusations contre le gouvernement de ne pas donner les chiffres authentiques de l'épidémie, l'organisation affirme que les autorités ont fait "du mieux qu'elles ont pu". Mais la situation est "très sérieuse", ajoute M. Ryan. Dans ce pays, le nombre de cas dépasse les 9000, affirment les autorités.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Lukas Hartmann se remet de son attaque et publie un nouveau livre

Publié

le

Simonetta Sommaruga a démissionné en 2022 suite à l'attaque cérébrale de son mari, Hans-Rudolf Lehmann, un écrivain de 15 ans son aîné connu en Suisse alémanique sous le nom de Lukas Hartmann (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'écrivain Lukas Hartmann s'est "plutôt bien remis" de son attaque cérébrale, selon son épouse, l'ancienne conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Il publiera un nouveau livre en avril, déclare-t-elle samedi dans la presse.

"Aujourd'hui, il écrit à nouveau, ce qui est évidemment important pour un écrivain", indique la Bernoise dans les titres du groupe Tamedia.

"Martha et les siens" parle d'une femme qui est parvenue à une modeste prospérité en partant d'un milieu très pauvre, est-il indiqué sur le site Internet de la maison d'édition Diogenes. Le passé de Martha, marquée par ses souvenirs d'enfant placée, influence sa famille jusqu'à ses petits-enfants.

Lukas Hartmann a commencé à écrire ce livre avant son attaque cérébrale survenue durant l'automne 2022. Simonetta Sommaruga, alors à l'époque ministre de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication, avait démissionné peu de temps après. "Je ne savais pas à l'époque ce qu'il adviendrait de mon mari", explique-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

L'interprofession augmente le prix du lait de 3 centimes

Publié

le

Dans le canton de Zurich, des agriculteurs et agricultrices ont demandé vendredi soir des prix justes pour leur travail. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'IP Lait augmentera le prix indicatif du lait de 3 centimes par litre à partir de juillet. Une proposition des producteurs pour une augmentation immédiate de 4 centimes n'a pas trouvé de majorité au sein du comité, a annoncé vendredi l'organisation de la branche.

L'Interprofession du Lait (IP Lait) a justifié sa décision en expliquant qu'une augmentation de prix au printemps déjà, alors que le volume de lait est élevé, aurait été un mauvais signal pour le marché. Le comité est conscient de la situation actuelle très difficile sur le marché, écrit-il dans son communiqué.

L'IP Lait regroupe aussi bien des producteurs et des transformateurs de lait que des entreprises du secteur industriel et du commerce de détail.

La situation étant particulièrement tendue dans le secteur du fromage, l'IP Lait demande une augmentation du supplément pour le lait transformé en fromage de 3 centimes par kilo de lait. Cela afin d'améliorer "substantiellement" la situation économique tendue des producteurs de lait.

"Pas entièrement satisfaits"

Les paysans zurichois ne se sont pas montrés "entièrement satisfaits" de cette augmentation annoncée. Selon un communiqué de l'Union des paysans zurichois (ZBV), il s'agit d'un "pas tardif dans la bonne direction". Les paysans ont donc maintenu leurs actions de protestation annoncées pour vendredi soir.

Plusieurs centaines de paysans se sont rassemblés lors de trois manifestations dans le canton de Zurich. Selon le ZBV, environ 1000 personnes ont participé aux manifestations à Affoltern am Albis, Bülach et Hinwil. Les paysans ont fait sonner des cloches et allumé des torches ainsi qu'un feu de protestation. Les quelque 200 manifestants réunis à Affoltern am Albis se sont comportés de manière pacifique, selon une journaliste de Keystone-ATS sur place.

Hausse de prix pour d'autres produits

Les paysans continuent de réclamer des hausses de prix pour d'autres produits agricoles, afin de compenser la forte augmentation récente des coûts de production.

Ils ne veulent toutefois pas que ce soit les consommateurs qui trinquent pour cette augmentation des prix. Ils aimeraient bien au contraire que les grands distributeurs, qui engrangent des "résultats record", passent à la caisse.

Avec les actions de vendredi soir, les protestations entamées en France, en Allemagne et dans d'autres pays européens ont également gagné le plus grand canton de Suisse. Les jours précédents, des manifestations avaient également eu lieu en Suisse romande et dans certains cantons alémaniques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 4, 7, 19, 20 et 34 et les étoiles 2 et 4.

Lors du prochain tirage mardi, 47 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Gunvor condamnée en lien avec des actes de corruption en Equateur

Publié

le

Gunvor est reconnue pénalement responsable de corruption active d’agents publics étrangers (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Ministère public de la Confédération (MPC) condamne Gunvor pour sa responsabilité pénale en lien avec des actes de corruption en Equateur. L'entreprise genevoise devra payer un montant de près de 86,7 millions de francs, dont 4,3 millions d'amende.

L’instruction conduite par le MPC a permis d’établir que la société de négoce de matières premières "n’a pas pris toutes les mesures d’organisation raisonnables et nécessaires afin d’empêcher la commission en son sein, à tout le moins entre février 2013 et février 2017, d’infractions de corruption active d'agents publics étrangers en lien avec ses activités dans le secteur pétrolier en Équateur", indique l'autorité vendredi soir dans un communiqué.

Cette condamnation intervient dans le cadre d'une issue coordonnée avec les autorités américaines, précise le MPC. Ce dernier avait ouvert en juin 2021 une instruction pénale contre inconnu pour soupçons de corruption d’agents publics étrangers. L'instruction a été étendue à Gunvor en janvier 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Fermeture des ESRECS les dimanches: les députés n'en veulent pas

Publié

le

Le Grand Conseil genevois veut maintenir les espaces de récupération ouverts les dimanches et les jours fériés (image d'illustration). (© KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO)

La fermeture les dimanches et les jours fériés des trois espaces de récupération cantonaux (ESREC) fâche la majorité des députés genevois. Ils ont voté vendredi une motion pour que le gouvernement trouve des solutions afin de maintenir ces plages d'ouverture prisées par la population.

Cette mesure, qui entre en vigueur précisément vendredi, a été annoncée mi-février par le Conseil d'Etat. Elle a été prise faute de moyens suffisants. La motion, qui émane de plusieurs partis, propose notamment de privilégier un autre jour de fermeture. L'affluence est en effet moindre pendant les jours en semaine.

La population profite souvent des fériés et des week-ends pour faire du tri, de l'aménagement ou du jardinage, soit des activités qui génèrent des déchets dont il faut se débarrasser rapidement, ont rappelé plusieurs députés. Le Grand Conseil a insisté sur le bon sens pour maintenir les horaires d'ouverture qui prévalaient jusqu'à présent.

Situés à la Praille (Carouge), à Châtillon (Bernex) et aux Chânats (Bellevue), les trois ESREC du canton disposent de containers pour jeter des encombrants, de la ferraille, des déchets électriques, électroniques et électroménagers ainsi que des déchets de jardin. Il est aussi possible d'y déposer des déchets spéciaux, comme les peintures, solvants et autres produits dangereux, du papier, du verre, du PET et des textiles.

La motion, acceptée par 76 voix et 13 abstentions, propose aussi de mettre à disposition dans ces ESREC, des espaces permettant le dépôt d'objets en bon état, en vue d'une remise en vente ou d'une revalorisation par des associations à but non lucratif. Le Conseil d'Etat a désormais six mois pour répondre aux différentes demandes de la motion. "Il s'agissait d'une mesure d'économie", a souligné le chef du Département du territoire Antonio Hodgers qui va travailler à trouver des solutions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture