Rejoignez-nous

Actualité

Le Conseil fédéral veut améliorer les conditions de travail

Publié

,

le

Les conditions de travail du personnel infirmier doivent être améliorées. Le Conseil fédéral pose les jalons de la 2e étape de l'initiative sur les soins infirmiers (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les conditions de travail du personnel soignant doivent être améliorées. Le Conseil fédéral s'attaque à la deuxième étape de l'initiative sur les soins infirmiers, acceptée en novembre 2021. Ce volet vise à réduire le nombre de sorties précoces de la profession.

Avec le vieillissement de la population, les soins infirmiers vont au-devant de grands défis. Actuellement déjà, quelque 15'000 postes sont vacants dans le secteur des soins, dont plus de 7000 infirmiers. Selon une étude du cabinet de conseil PwC d'octobre dernier, la Suisse pourrait manquer de 40'000 infirmières et de 5500 médecins d'ici 2040.

"La Suisse a un besoin urgent de personnel soignant bien formé, car il en va de la qualité du système de santé suisse", a indiqué mercredi devant la presse le chef du Département fédéral de l'Intérieur (DFI) Alain Berset. Pour faire face, le Conseil fédéral a tracé les grandes lignes visant à améliorer les conditions de travail du personnel.

Plans de travail

Le Département fédéral de l’intérieur (DFI) devra présenter d'ici au printemps 2024 une nouvelle loi en ce sens. Objectif: faire baisser de 40% le taux de départ de la profession.

La future loi devra fixer de manière uniforme notamment des directives plus strictes concernant l’établissement des plans de service. Ceux-ci devront à l'avenir être préparés au moins quatre semaines à l'avance au lieu de deux. Les changements à court terme resteront possibles, mais l'employeur sera tenu de verser des suppléments de salaire en fonction du délai dans lequel le travail non planifié est annoncé.

Les associations d’hôpitaux, de homes et de services d'aide et de soins à domicile seront tenues d'élaborer des recommandations concernant les équipes en fonction des compétences, de l’expérience et des diplômes ("skill and grade mixes").

Négocier des CCT

La loi ne touchera en rien à la répartition des compétences entre cantons et employeurs dans le domaine de soins. Le Conseil fédéral veut toutefois pouvoir obliger les partenaires sociaux à négocier des conventions collectives de travail (CCT).

Ces conventions devraient couvrir notamment les salaires minimaux, la réduction du temps de travail hebdomadaire pour les professions particulièrement éprouvantes, le renforcement des droits de participation dans l'organisation de la planification des services ou le (co)financement par l'employeur d'une offre de crèche 24 heures sur 24.

Un certain nombre de prescriptions de droit public existent déjà et ont un caractère obligatoire, a-t-il été précisé. La loi visera si besoin à les renforcer mais surtout à améliorer l'exécution des bases légales existantes. En outre, le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) est chargé d'analyser comment optimiser l’exécution de la loi sur le travail.

Le Conseil fédéral examinera par ailleurs s'il est envisageable d'obliger les organisations de soins et d’aide à domicile de même que les hôpitaux et les EMS à créer un vivier de personnel interne ou à prévoir une solution externe de location de services.

Développement professionnel

Les possibilités de développement professionnel devraient en outre être améliorées. Le Conseil fédéral va déterminer s'il est nécessaire de réglementer le cycle de master et le rôle des infirmiers spécialisés.

Un monitorage est prévu pour évaluer l'efficacité des différentes mesures prises par la Confédération et les cantons. Interrogé sur la date de mise en oeuvre de la future loi, le ministre de la santé a répondu: "Ça prendra du temps". Pas avant 2027.

Le Conseil fédéral et le Parlement ont déjà adopté l'an dernier un premier volet remplissant les demandes de l'initiative populaire. Confédération et cantons devront financer une offensive en matière de formation en soins infirmiers pendant huit ans à hauteur de près d'un milliard de francs. D'ici à l'été, le Conseil fédéral formulera les critères régissant les contributions fédérales destinées aux aides à la formation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

Près de 500 personnes à Berne solidaires avec les Palestiniens

Publié

le

Des manifestants se sont allongés sous un drap blanc sur la Place fédérale à Berne samedi lors d'une manifestation de solidarité avec Gaza. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Environ 500 personnes ont manifesté leur solidarité avec les Gazaouis samedi sur la Place fédérale à Berne. Des personnes recouvertes d'un linceul étaient couchées sur le sol pour représenter les victimes du conflit israélo-palestinien.

L'objectif était de commémorer la perte de 30'000 vies humaines à Gaza, de souligner l'urgence de mettre fin à la violence et d'apporter de l'aide humanitaire, avait indiqué le Groupe Palestine Berne en amont de l'action.

Pendant la manifestation, des personnes ont symboliquement représenté des victimes à Gaza, a constaté un journaliste de Keystone-ATS. Elles représentaient des civils, des journalistes et des médecins qui ont perdu la vie dans le territoire palestinien assiégé.

Les organisateurs ont appelé à ne plus rester inactifs et à prendre des mesures concrètes pour mettre fin aux souffrances à Gaza et promouvoir la paix.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Autoroute A1 fermée entre les cantons de Fribourg et Berne

Publié

le

La A1 est fermée à la frontière entre les cantons de Fribourg et Berne après un accident. (© KEYSTONE/LUKAS LEHMANN)

L'autoroute A1 a été fermée samedi après-midi à la frontière entre les cantons de Fribourg et de Berne en raison d'un grave accident de la circulation. Le tronçon entre les jonctions de Chiètres FR et Mühleberg BE est bouclé, a indiqué la police fribourgeoise.

Sur le réseau X, la police fribourgeoise n'a pas donné davantage de détails sur l'accident dans l'immédiat. Elle précise seulement qu'il faut obligatoirement sortir à Chiètres pour continuer par la route cantonale. Aucune information n'était disponible dans l'immédiat sur d'éventuels blessés.

L'accident est toutefois du ressort de la police bernoise. Selon les informations d'un porte-parole de celle-ci, les forces d'intervention ont été alertées peu après 13 heures "d'un grave accident" sur l'A1.

Le lieu de l'accident se trouvait donc dans la zone de la bande d'accélération de la bretelle d'accès à l'autoroute de Mühleberg près de Frauenkappelen, en direction de Berne.

Contactée par Keystone-ATS, la police bernoise n'a pas donné de détails sur les véhicules impliqués ou les éventuels blessés, mais il faut s'attendre à ce que "les travaux durent longtemps", selon le porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Avalanches dans les Alpes et crues attendues au Tessin

Publié

le

Pour désamorcer le risque d'avalanche, on a souvent recours à des explosions (archives). (© KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

L'Institut des avalanches a mis en garde samedi contre un danger d'avalanche parfois fort. Il s'agit du deuxième niveau de danger le plus élevé, qui n'est prévu que pour quelques jours en hiver. Au sud des Alpes, le niveau des cours d'eau risque d'être élevé.

Un fort danger d'avalanche est signalé dans la région du Simplon, au sud de la vallée de Conches, dans la vallée de Bedretto et dans les vallées supérieures de la Maggia, a indiqué l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches SLF à Davos (GR). Il est recommandé aux personnes inexpérimentées de rester sur les descentes et les itinéraires ouverts.

Neige et hausse du niveau des lacs

Entre samedi soir et lundi matin, des chutes de neige sont attendues dans les régions montagneuses du sud des Alpes, au sud des Alpes valaisannes et jusqu'au massif du Gothard en passant par la vallée de Conches. Dans ces régions, 50 à 90 centimètres de neige fraîche vont s'accumuler sur une grande partie du territoire.

Plus d'un mètre de neige fraîche pourrait tomber sur l'ouest du Tessin ainsi que dans la région du Simplon.

Avec les précipitations, le lac de Lugano devrait atteindre le niveau 2 de danger de crue, ce qui signifie que des inondations pourraient se produire localement dans des cas exceptionnels. Le lac Majeur continuera également à monter. De nombreux cours d'eau du sud des Alpes enregistreront également des hausses de débit.

Tempête de foehn attendue

Un fort foehn devrait se lever au nord des Alpes à partir de samedi soir. Dans les régions à f½hn au nord des Alpes, des rafales de 80 à 110 km/h sont attendues, avec des pointes plus élevées dans les endroits exposés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Le président de l'USP inquiet face à la grogne paysanne

Publié

le

Le président de l'Union des paysans Markus Ritter s'est dit surpris par l'ampleur des manifestations des paysans (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le président de l'Union suisse des paysans (USP), Markus Ritter, s'inquiète pour l'image des agriculteurs après leurs manifestations. Il espère que les paysans trouveront d'autres moyens pour gagner la population à leur cause.

"Les paysans sont très bien ancrés dans le milieu politique", a déclaré le conseiller national saint-gallois du Centre dans l'émission "Samstagsrundschau" de la radio SRF. La population pourrait ne pas comprendre que les paysans manifestent et se montrent agressifs comme en Belgique ou en France.

Jusqu'à présent, les agriculteurs ont compris qu'ils devaient gagner la population par la manière douce. Markus Ritter a évoqué les tactiques des militants en faveur du climat qui choisissent de se coller sur la chaussée pour empêcher les véhicules de passer. Ils suscitent l'incompréhension avec leurs méthodes de plus en plus agressives et nuisent à leur objectif à long terme, a-t-il avancé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Viola Amherd: le secteur de la santé cherche des solutions

Publié

le

La présidente de la Confédération Viola Amherd s'engage pour la Journée des malades. (© Organisateurs de la journée des malades)

La présidente de la Confédération Viola Amherd s'est montrée confiante dans le fait que le secteur de la santé cherche des pistes pour mieux aider les malades. La Haut-Valaisanne a visité le centre du diabète à Berne à l'occasion de la journée des malades.

On parle beaucoup de ce qui ne fonctionne pas bien dans le système de santé et de ce qui manque, a déclaré Viola Amherd samedi, selon la version écrite de son discours. Cela soulève des questions chez les personnes qui ont besoin de soins médicaux, chez leurs proches et chez les professionnels de la santé.

Le slogan de la Journée des malades, qui a lieu dimanche, est "Renforcer la confiance". Et cela est nécessaire, selon la présidente de la Confédération. Car les problèmes peuvent toujours déboucher sur des solutions. Il s'agit notamment de nouvelles formes de collaboration ou de technologies innovantes.

Volonté de travailler ensemble

Des rencontres comme celles du Centre du diabète lui montrent que le secteur de la santé a une grande volonté de travailler ensemble. On sent que l'on travaille à trouver des approches innovantes et à emprunter de nouvelles voies - au profit des patients mais aussi des professionnels de la santé, a-t-elle relevé.

En cette journée des malades, ses pensées vont aussi tout particulièrement aux personnes qui ont du mal à se sentir confiantes. C'est pourquoi elle remercie tous ceux qui transmettent cette confiance, a déclaré la présidente de la Confédération.

Depuis 85 ans, la "Journée des malades" est bien ancrée dans le calendrier annuel en Suisse. Des milliers de personnes y participent le premier dimanche de mars par des concerts, des visites et la remise de cadeaux dans les hôpitaux et les EMS, ainsi que par des services religieux et des manifestations de solidarité

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture