Rejoignez-nous

Actualité

La Suisse se prépare à un confinement plus long

Publié

,

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Un retour à la normale après le 19 avril, date butoir des mesures actuelles prises en Suisse contre le coronavirus, est "illusoire". Le conseiller fédéral Alain Berset appelle la population à se montrer "endurante dans sa solidarité", malgré l'arrivée des beaux jours.

"Ce mois d'avril sera inhabituel cette année", a déclaré le ministre de la santé mardi aux médias après avoir visité un "drive-in" de tests à Lucerne. Conscient que la venue de températures clémentes donne envie de sortir de chez soi pour profiter ensemble du beau temps, il a appelé la population à résister à la tentation: "Nous devons nous montrer endurants dans la solidarité."

Rappelant que le nombre de cas de coronavirus continue d'augmenter en Suisse, Alain Berset a souligné que la situation demandait de la flexibilité. Dire quelles mesures pourraient être prises après Pâques n'est ainsi pas encore possible. "Les mesures peuvent être adaptées à tout moment. Nous devons rester flexibles", a-t-il déclaré. Il en va de même pour les écoles.

Vivre au ralenti

Seule certitude, il n'y aura pas de retour à la normale en Suisse dès le 20 avril, au lendemain de la période de fermeture des établissements publics et privés décrétée à la mi-mars par Conseil fédéral. C'est "illusoire", a souligné le chef du département de l'intérieur.

"La Suisse continue de vivre, mais elle vit au ralenti, aussi dans le domaine de la vie sociale", a commenté Alain Berset. "Nous verrons quelles mesures feront sens à l'avenir. Chaque pays décide des mesures qui lui semblent les plus adaptées", a-t-il répondu à une journaliste évoquant le cas de la Suède, dont les mesures sont moins contraignantes tout en restant efficaces.

Pour le Conseil fédéral, il est primordial que les mesures qu'il décide soient susceptibles d'être acceptées par la population, a répété une nouvelle fois le Fribourgeois.

Vague passée au début de l'été

La Confédération concède tout de même un point de repère à l'horizon: la vague de cas de coronavirus devrait appartenir au passé au début de l'été, estime Daniel Koch, responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), présent lui aussi à Lucerne. Les mesures contraignantes seront assouplies "dès que la situation le permettra".

Le coronavirus n'aura alors pas disparu du radar pour autant. Certaines mesures de protection devront être maintenues à plus long terme.

Le "drive-in", exemple de fédéralisme

Concernant sa visite, Alain Berset s'est montré impressionné par l'installation lucernoise permettant de se faire tester au coronavirus sans descendre de sa voiture. Situé en marge de la ville, sur les plaines de l'Allmend, elle accueille toute personne envoyée par son médecin. De cette manière, "on soulage les hôpitaux et on économise du matériel", s'est réjoui le conseiller fédéral.

A l'image de ce "drive-in", la multiplicité des solutions trouvées par les cantons pour faire face à la crise du coronavirus est "une qualité de la Suisse", a salué le ministre socialiste. "Une situation exceptionnelle ne signifie pas le centralisme, mais avec des décisions rapides de la Confédération et une collaboration étroite avec les cantons." Et Alain Berset d'ajouter: "Le fédéralisme et la solidarité fonctionnent en Suisse."

2 Commentaires

2 Comments

  1. Bianchi samira

    1 avril 2020 à 16 h 49 min

    C’est vraiment triste que la Suisse fonctionne au ralenti parmi les desisions , car le cas du coronavirus et mortel !!!

  2. Inconnu

    2 avril 2020 à 1 h 27 min

    Si je comprends bien il y a aucun progrès car la suisse ne sait pas le gérer correctement.

    Il serait fortement conseillé de suivre les mesures prise par les Coréens qui ont fait des milliers de test dès les premiers jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Veillée à Zurich après l'attaque contre un juif orthodoxe

Publié

le

Des centaines de personnes ont pris part dimanche à Zurich à une veillée contre l'antisémitisme avec des parapluies jaunes, suite à l'agression d'un membre de la communauté juive orthodoxe. (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Après l'agression d'un juif orthodoxe samedi à Zurich, des centaines de personnes, selon les premières estimations, se sont rassemblées dimanche soir pour une veillée. Beaucoup portaient des parapluies jaunes, symbole contre l'antisémitisme.

Les manifestants se sont déplacés depuis le lieu de l'agression, dans le Kreis 2 de Zurich, jusqu'à l'Helvetiaplatz. Une journaliste de Keystone-ATS sur place a constaté la présence de la police et d'agents de sécurité.

La veillée intervient suite à l'agression à l'arme blanche d'un juif orthodoxe par un adolescent suisse de 15 ans samedi soir en ville de Zurich. Le pronostic vital de la victime, un homme de 50 ans, est engagé. Le suspect de l'attaque a été arrêté sur les lieux mêmes.

Dimanche soir, le contexte et le déroulement des faits n'étaient toujours pas clairs. La centrale d'intervention a été informée à 21h35 d'une dispute entre plusieurs personnes.

La police cantonale, le Parquet des mineurs compétent enquêtent dans toutes les directions. Les investigations en cours incluent la possibilité d'un crime à motivation antisémite, a indiqué la police cantonale zurichoise.

Agression condamnée

La Fondation contre le racisme et l'antisémitisme (GRA) a condamné cet acte dans un communiqué dimanche. Pour elle, il ne s'agit pas d'un cas isolé, mais d'une conséquence "de l'escalade des incidents racistes et antisémites".

Dans un communiqué dimanche, le PLR de la ville de Zurich s'est dit "horrifié et profondément consterné par l'attaque au couteau perpétrée hier soir par un jeune sur un juif orthodoxe". Il a condamné "avec la plus grande fermeté cette terrible attaque contre nos concitoyens juifs."

Pour la Fédération suisse des communautés israélites FSCI, "d'après les témoignages recueillis auprès des médias, il ne fait guère de doute que l'attaque avait un motif antisémite", écrit l'organisation dimanche. La montée massive de l'antisémitisme des derniers mois a atteint selon elle "un nouveau niveau d'escalade effrayant".

Incidents en hausse

Les incidents antisémites se sont multipliés en Suisse depuis l'attaque du Hamas en Israël en octobre 2023 et la guerre au Proche-Orient, dernier épisode du long conflit israélo-palestinien. Le Centre romand de lutte contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) a récemment affirmé que leur nombre avait augmenté de 68% en Suisse romande en 2023, dont près de la moitié se seraient produits après le 7 octobre.

Le Conseil fédéral a annoncé début février qu'il allait élaborer, en collaboration avec les cantons, une stratégie et un plan d'action contre le racisme et l'antisémitisme. Il s'agira également d'examiner la possibilité d'instituer un nouveau délégué à la lutte contre ces phénomènes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Le marronnier de la Treille annonce le printemps à Genève

Publié

le

Le marronnier officiel de la Treille a annoncé dimanche la fin de l'hiver à Genève (image symbolique). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L’hiver est terminé à Genève, à en croire le marronnier officiel de la Treille. L’arbre a fait éclore dimanche sa première feuille, marquant symboliquement l’arrivée du printemps dans la cité de Calvin.

"Cette date du 3 mars est un peu plus précoce que la moyenne des observations de ces dernières années (...) où l'apparition de la première feuille a été observée entre le 5 et le 24 mars", a annoncé le sautier de la République, Laurent Koelliker, dans un communiqué. L’hiver 2023-2024 "doux et éphémère", pourrait expliquer cette date avancée.

Le 3 mars 2024 a été inscrit sur le parchemin qui recense toutes les dates d’éclosion de la première feuille, dont la surveillance est confiée au sautier. La tradition du marronnier de la Treille a débuté le 16 mars 1818 et fête cette année son 207e anniversaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

MCBA: "Immersion" a fermé ses portes sur un record historique

Publié

le

L'exposition du MCBA sur l'art immersif a battu des records de fréquentation (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

L'exposition "Immersion. Les origines: 1949-1969" a pris fin dimanche au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne (MCBA). Avec près de 125'000 visiteurs en un peu plus de quatre mois, l'institution a enregistré un record de fréquentation.

"L'exposition s'est particulièrement distinguée par sa capacité à séduire des publics nouveaux (jeunesse, famille et grand public)", s'est réjoui le MCBA dans un communiqué. De nombreux visiteurs sont venus de Suisse alémanique et de l'étranger. Le musée se félicite d'avoir ainsi "poursuivi ses missions d'accessibilité et d'inclusion".

Conçue par le MCBA, l'exposition est la première à avoir retracé l'émergence de l'art immersif entre 1949 et 1969. Quatorze installations immersives avaient été présentées, permettant par exemple aux visiteurs de déambuler dans une pièce remplie de plumes, de marcher dans un "espace lunaire" recouvert de billes de polystyrène ou de se dédoubler à l'infini dans une pièce couverte de miroirs.

Démocratiser l'accès au musée

L'initiative a plu loin à la ronde, puisque la manifestation a connu une "couverture médiatique sans précédent, tant au niveau national qu'international", poursuit le MCBA. L'engouement du jeune public s'est quant à lui traduit en une "multitude de partages d'expériences et d'impressions sur les réseaux sociaux notamment".

A l'heure du bilan, les organisateurs se félicitent que l'exposition ait contribué à "démocratiser l'accès au musée" et au rayonnement du nouveau pôle muséal lausannois. Ils espèrent que les visiteurs auront envie de "pousser à nouveau les portes du MCBA et celles des autres musées de Plateforme 10".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

La semaine de rêve pour le FC Lugano

Publié

le

Mattia Croci-Torti peut lever le bras: "son" FC Lugano aura traversé une semaine de rêve. (© KEYSTONE/PHILIPP SCHMIDLI)

Semaine de rêve pour le FC Lugano ! Victorieux du FC Zurich dimanche dernier et du FC Bâle jeudi en Coupe de Suisse, il s’est imposé 1-0 à Lucerne pour se hisser à la troisième place du classement.

Les Tessinois ont forcé la décision à la 40e minute sur un but de Shkelgim Vladi. Le transfuge d’Aarau a armé une frappe imparable après un centre en retrait parfait de Mattia Bottani. Après cette ouverture du score, les Luganais sont parvenus à tenir le résultat contrairement au match de Genève il y a 15 jours contre le Servette FC.

En seconde période, le FC Lucerne a connu un très bon moment. Jakub Kadak et Pius Dorn ont, ainsi, bénéficié de deux chances en or. Mais Amir Saipi a réussi les arrêts qu’il fallait pour préserver le score.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Un septième succès de rang pour le FC Sion en championnat

Publié

le

Joël Schmied (au premier rang) jubile: il vient de faire sauter le verrou tessinois. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les feux sont toujours au vert pour le FC Sion. Trois jours après son exploit contre les Young Boys en Coupe de Suisse, il a cueilli un septième succès de rang en championnat.

A Tourbillon, les Valaisans se sont imposés 3-0 devant Bellinzone pour conserver leurs 7 points d’avance sur le FC Thoune, victorieux 3-1 de Baden samedi. Devant 4900 spectateurs, Joël Schmied a ouvert le score de la tête à la 53e avant que Liam Chipperfield, sorti du banc, ne signe un doublé en fin de match face à des Tessinois réduits à dix après l’expulsion de Dragan Mihajlovic à la 65e.

Vendredi lors du derby à la Maladière face à Neuchâtel Xamax, le FC Sion tentera de poursuivre son irrésistible marche en avant qui va très vite lui permettre de retrouver la Super League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture