Rejoignez-nous

Actualité

La start-up vaudoise ClearSpace va nettoyer l'espace en 2025

Publié

,

le

En près de 60 ans d'activité spatiale, environ 42'000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets. Ici une vue d'artiste générée par ordinateur et fournie par l'Agence spatiale européenne (archives). (©KEYSTONE/AP European Space Agency)

L'agence spatiale européenne (ESA) a signé mardi un contrat avec la start-up suisse ClearSpace pour la première mission au monde d'"enlèvement" d'un débris spatial. Elle ouvre ainsi la voie vers un nouveau marché de dépollution de l'orbite terrestre.

Il s'agira de la première mission au monde de nettoyage en orbite, a précisé l'ESA. Pour l'agence spatiale, qui compte 22 Etats membres, c'est aussi une première, car "jamais nous n'avions confié un contrat d'une telle ampleur à une petite start-up", a précisé à l'AFP Eric Morel de Westgayer, en charge de l'industrie et des achats à l'ESA.

Plus de 40'000 objets

En près de 60 ans d'activité spatiale et plus de 5500 lancements, environ 42'000 objets de plus de 10 centimètres gravitent autour de la Terre, formant un nuage de déchets composé de fusées anciennes, de morceaux de satellites restés en orbite après explosion ou de satellites entiers qui ne sont plus opérationnels, entre autres. Un chiffre édifiant expliqué par Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc PiguetCEO et Co-fondateur de ClearSpace

Entreprise dérivée de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), ClearSpace a recueilli des contributions d'une vingtaine de sociétés venant de huit pays membres de l'ESA (Suisse, République tchèque, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Suède, Portugal et Roumanie).

La start-up construira un satellite nettoyeur de 500 kilos, qui évaluera dans un premier temps la vitesse de Vespa. Il devra ensuite capturer sa cible, en l'encerclant de ses quatre "tentacules", pour la désorbiter. Vespa se désintègrera ensuite dans l'atmosphère, avec son satellite nettoyeur. Les explications de Luc Piguet, CEO et Co-fondateur de ClearSpace:

Luc PiguetCEO et Co-fondateur de ClearSpace

Ce contrat de services, d'un montant total de 100 millions d'euros, dont 86 millions (93 millions de francs) investis par l'ESA, partira en 2025 et aura pour cible un morceau d'une ancienne fusée européenne Vega. Le débris appelé Vespa (Vega Secondary Payload Adapter), qui pèse 112 kilos, a été laissé en 2013 en orbite basse, à 800 km de la Terre. Mais pourquoi avoir choisi ce débris en particulier ? La réponse de Luc Piguet:

Luc PiguetCEO et Co-fondateur de ClearSpace

Marché encore vierge

Confier à ClearSpace cette première mission dans un marché encore vierge était "une manière de lui mettre le pied à l'étrier, et nous espérons qu'en faisant la démonstration de la faisabilité technique, nous permettrons à ce marché de se développer", a poursuivi le responsable de l'ESA, qui veut également "montrer l'exemple" en matière de dépollution spatiale.

Créée en 2018 par des experts de l’étude des débris spatiaux – ClearSpace a été sélectionnée parmi douze candidats. "Nous sommes très fiers que notre spin-off Clearspace ait été choisie par l'ESA pour sa première action de nettoyage", a indiqué le président de l'EPFL Martin Vetterli, cité dans un communiqué de l'agence spatiale.

La première sortie opérationnelle est prévue en 2025 après un lancement depuis la base de lancement de Kourou en Guyane française. La mission ClearSpace-1 fait partie du programme ADRIOS de l’ESA, visant à développer des services en orbite pour les satellites tel que le ravitaillement, la réparation ou les manœuvres orbitales. Des partenaires industriels et hautes écoles suisses seront également de la partie.

ATS/Tom Monaci

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Alex Frei respire, Zeki Amdouni régale

Publié

le

Zeki Amdouni inscrit le 5-3. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Alex Frei respire ! La qualification pour les quarts de finale de la Coupe de Suisse obtenue à Zurich face aux Grasshoppers offre un sursis à l'entraîneur du FC Bâle.

Porté par un Zeki Amdouni très tranchant avec un doublé qui traduit son excellent degré de forme en ce début d'année, les Rhénans se sont imposés 5-3. Quatre jours après la défaite à domicile devant Lucerne, ils ont redressé la tête pour bien signifier qu'ils n'ont pas lâché leur entraîneur.

Buteur de la tête pour le 3-1 et sur une magnifique rupture pour le 5-3, Zeki Amdouni est en passe de s'affirmer comme l'atout no 1 du FC Bâle. Alex Frei aura bien besoin d'un buteur inspiré pour la suite de la saison dans la mesure où son équipe est toujours aussi vulnérable sur le plan défensif.

Sans Marwin Hitz annoncé blessé, Mirko Salvi a, ainsi, vécu une soirée compliquée dans la cage rhénane. Fébrile comme ses défenseurs, il a encaissé deux buts sur des corners en raison d'un marquage déficient pour le moins surprenant à ce niveau.

En quart de finale, le FC Bâle sera confronté à une tâche bien ardue avec un déplacement à St. Gall. Alex Frei n'a pas fini de souffrir...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Massagno enchaîne après son sacre en SBL Cup

Publié

le

Marko Mladjan et Massagno ont écrasé Union Neuchâtel 99-51 mercredi (© KEYSTONE/TI-PRESS/Samuel Golay)

Massagno a parfaitement digéré les festivités ayant suivi son sacre en Coupe de la Ligue dimanche.

Les Tessinois ont malmené Union Neuchâtel 99-51 mercredi lors de la 17e journée de SBL pour conforter leur position de leaders.

La formation du coach Robbi Gubitosa a "assommé" les Unionistes au retour des vestiaires. Massagno a en effet réalisé un partiel de... 22-0 (!) pour entamer le troisième quart-temps et prendre ainsi 33 longueurs d'avance (69-36). Shannon Bogues (19 points), Marko Mladjan (16) et Jonathan Galloway (15) se sont régalés mercredi.

Battu par les banlieusards luganais en finale de la SBL Cup, Vevey Riviera reste dans leur sillage au 2e rang du classement. Privé de Thabo Sefolosha, le VRB est allé s'imposer 88-70 à Lugano, forçant la décision dans un troisième quart remporté 29-10. Les 25 points et 14 assists de Malik Johnson ont fait particulièrement mal aux Tigers.

Fribourg Olympic, qui restait également sur une défaite face à Massagno mais en championnat (69-81 le 21 janvier), a pour sa part maîtrisé son sujet en terre jurassienne. Les hommes de Petar Aleksic ont écrasé Boncourt 100-57 grâce notamment aux 16 points - inscrits en moins de 16' passées sur le terrain - par Boris Mbala.

Genève battu à Monthey

Dominés pour leur part par Massagno samedi en demi-finale de la Coupe de la Ligue, les Lions de Genève ont bien mal négocié leur déplacement en Valais. Les joueurs d'Alain Attallah se sont inclinés 77-71 sur le parquet de Monthey-Chablais, qui a ainsi gagné trois de ses quatre derniers matches.

Bryan Colon (16 points) et ses équipiers pensaient peut-être avoir fait le plus dur en prenant l'avantage 67-66 à 5'25'' du "buzzer" après avoir infligé un 11-2 aux Valaisans. Mais ils ont flanché dans le "money time" et accusent ainsi désormais six longueurs de retard sur Vevey Riviera et Olympic, certes avec un match en moins.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage samedi, 21 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 2, 13, 14, 17, 32 et 39. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 6 et le Joker le 780525.

Lors du prochain tirage samedi, 21 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Menacée, l'ambassade suisse à Ankara ferme temporairement

Publié

le

Le Département fédéral des affaires étrangères a confirmé mercredi soir les fermetures de l'ambassade à Ankara et du consultat à Istanbul (archives). (© KEYSTONE/EPA/SEDAT SUNA)

L'ambassade de Suisse à Ankara et le consulat général à Istanbul sont temporairement fermée au public en raison d'une menace terroriste. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et les représentations sur place suivent attentivement la situation.

Le DFAE a confirmé mercredi soir à Keystone-ATS les fermetures de l'ambassade et du consultat, comme l'avait annoncé auparavant Blick. Un porte-parole a invoqué des "informations tangibles d’une menace d’attentat terroriste" pour expliquer ces fermetures.

Le DFAE ainsi que les représentations sur place sont en contact avec les autorités turques et les pays partenaires pour évaluer la situation, a précisé le porte-parole.

L'Allemagne aussi

Le consulat général d'Allemagne à Istanbul est aussi resté fermé mercredi en raison d'un risque accru d'attentats. Dans un communiqué adressé aux citoyens allemands en Turquie, le ministère des Affaires étrangères a en outre déclaré que le risque d'attentats terroristes avait augmenté après des incidents tels que l'incendie d'un Coran à Stockholm, en particulier dans le quartier de Beyoglu et autour de la place centrale de Taksim.

Le consulat général britannique n'ouvre pas non plus ses portes au public pour le moment. La Suède a elle a fermé son ambassade à Ankara et son consulat général à Istanbul. Il y aurait des "informations tangibles sur une attaque terroriste imminente".

Plusieurs pays européens et les Etats-Unis avaient déjà mis en garde leurs ressortissants la semaine dernière contre un risque accru d'attentat en Turquie. Lundi, les Etats-Unis avaient encore renforcé leur mise en garde en la spécifiant pour Istanbul. De son côté, la Turquie avait mis en garde ses citoyens contre des attentats en Europe et aux Etats-Unis et avait renforcé les mesures de sécurité dans son propre pays.

Le contexte est celui de plusieurs actions islamophobes en Europe. En Suède, un extrémiste de droite avait brûlé un exemplaire du Coran - l'Écriture sainte de l'islam - devant l'ambassade de Turquie à Stockholm.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / dpa

Continuer la lecture

Genève

Une task force pour prévenir alzheimer pilotée depuis Genève

Publié

le

(© KEYSTONE/DPA dpa-Zentralbild/Z5466/_BRITTA PEDERSEN)

Prévenir la maladie d’alzheimer et non plus seulement agir. C’est le but d’une task force internationale, pilotée par les Hôpitaux Universitaires de Genève et l’UNIGE. Le plan d’action pose les bases d’un protocole préventif qui pourrait être déployé à large échelle.

Le concept repose sur 4 piliers : évaluer les risques de développer la maladie au travers d’une grille d’évaluation qui regroupe les facteurs associés aux gènes ou ceux liés aux modes de vie comme l’hypertension, la consommation d'alcool, l’isolement social, expliquer quel est le risque encouru aux personnes, intervenir sur le style de vie pour réduire ces risques et enfin renforcer sa mémoire.  Ces 4 piliers permettraient d’intégrer les personnes dont la mémoire fonctionne encore bien mais qui souhaite l'améliorer ou la préserver. Le Professeur Giovanni Frisoni est le directeur du Centre de la mémoire des HUG.

Le Professeur Giovanni Frisoni Directeur du Centre de la mémoire aux HUG

Le même modèle en médecine existe déjà pour prévenir les maladies cardiovasculaires. 

Le Professeur Giovanni Frisoni Directeur du Centre de la mémoire aux HUG

Les objectifs sont nombreux. Il pourrait notamment être possible de mettre en place, à terme, un dépistage de la maladie au sein de la population.

Le Professeur Giovanni Frisoni Directeur du Centre de la mémoire aux HUG

Cette task force internationale va permettre de profiter de l’expérience de chacun explique le Professeur Giovanni Frisoni, directeur du Centre de la mémoire des HUG. 

Le Professeur Giovanni Frisoni Directeur du Centre de la mémoire aux HUG

La maladie d’Alzheimer est la maladie neurodégénérative la plus répandue au sein de la population, 10 millions de personnes sont touchées en Europe. Ce chiffre doublera d’ici à 2050. Les répercussions sociales et économiques sont considérables, elles se chiffrent à près de 12 milliards de francs par an, au niveau suisse. 

 

Continuer la lecture