Rejoignez-nous

Actualité

La sécheresse contraint des cantons à interdire les feux d'artifice

Publié

,

le

Comme ici au Moléson (FR), l'utilisation d'engins pyrotechniques sera limitée en raison de la sécheresse persistante des derniers jours. (Archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les températures élevées des derniers jours et la sécheresse qu'elles entraînent ont poussé vendredi de nouveaux cantons à interdire les feux d'artifice sur leur territoire. En parallèle, certains ont également étendu l'interdiction de faire du feu en plein air.

En prévision des festivités du 1er Août, les cantons de Neuchâtel et de Fribourg ont annoncé vendredi l'interdiction de l'utilisation des engins pyrotechniques. Seuls des tirs de feux d'artifice officiels communaux exécutés par des professionnels sont autorisés les 31 juillet et 1er Août. A Fribourg, des dérogations pourront être accordées. Une surveillance par les sapeurs-pompiers sera toutefois nécessaire.

Vaud a également durci le ton vendredi en bannissant tous les engins pyrotechniques comme les fusées et feux d'artifice, les vésuves ou encore les pétards. En Suisse romande, le Valais avait déjà pris des mesures similaires mardi en révoquant les autorisations de vente et de tirs des engins pyrotechniques délivrés par la police cantonale. Le canton a également permis aux administrations communales de pouvoir désigner des zones reconnues et sécurisées placées sous la surveillance des sapeurs-pompiers.

Outre-Sarine, le canton de Thurgovie a également interdit d'allumer des feux d'artifice sur l'ensemble du territoire cantonal, tout comme certaines communes zurichoises. Une décision déjà prise par Schaffhouse, Soleure, Uri et Glaris. De son côté, le canton d'Argovie s'était limité à interdire les feux d'artifice en forêt et à proximité de la forêt.

Feu en plein air également restreint

La sécheresse persistante pousse aussi les gouvernements cantonaux à se préoccuper du danger d'incendie. En Suisse romande, Vaud a étendu l'interdiction de faire du feu désormais à toutes les activités en plein air sur son sol. Une décision prise également par les autorités fribourgeoises. Les deux cantons précisent toutefois que les barbecues et les grillades en jardin ou sur les terrasses notamment ne sont pas concernés par cette interdiction.

Ailleurs aussi, les autorités ont renforcé les mesures vendredi. Le canton des Grisons a décrété une interdiction absolue de faire du feu. La Basse et la Haute-Engadine ainsi que le Val Müstair et Samnaun sont exemptés de cette interdiction, du moins dans un premier temps. Auparavant, le Valais et le canton du Tessin avaient également décrété des interdictions absolues de faire du feu en plein air.

Des interdictions de faire du feu en forêt et à proximité de la forêt sont également en vigueur dans les cantons de Bâle-Campagne et de Bâle-Ville, de Berne, de Genève, du Jura, de Lucerne, de Nidwald, d'Obwald, de Schaffhouse, de Schwyz (à certaines conditions), de Soleure, d'Uri et de Zoug (à certaines conditions). Les cantons de Saint-Gall et des deux Appenzell s'en tiennent pour l'instant à des rappels.

Températures élevées

Côté températures, la journée de vendredi s'est à nouveau révélée très chaude, surtout au Sud des Alpes et aux Grisons. Le mercure a grimpé jusqu'à 36,4 degrés à Biasca (TI) et 36,5 à Stabio (TI) non loin de Chiasso, un record absolu pour cette localité. La dernière mesure la plus élevée, 36,3, remontait à 1983, selon SRF Meteo.

En Suisse romande, c'est à Genève qu'il a fait le plus chaud avec 37,2. En Valais, le thermomètre affichait 34 alors qu'ailleurs sur le Plateau, il a fait aux alentours des 32 degrés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Genève

Les Harlem Globetrotters de passage à Genève

Publié

le

Archives (AP Photo/Apichart Weerawong)
Les Harlem Globetrotters sont de passage Genève pour un show, forcément, à l’américaine, à l'Arena le 19 octobre. L'équipe, originaire de Chicago aux Etats-Unis, survole sa discipline, le basket, depuis 1926.

Du "alley-oop" au "slam dunk", les Harlem Globetrotters sont les précurseurs d’un basket-spectacle, loin du stress de la compétition et de la NBA, rappelle mercredi l'organisateur de la rencontre, Opus One. Depuis les années 1970 et 1980, l'équipe apparaît aussi dans des séries télévisées ou des dessins animés comme "Les Harlem Globetrotters", "Scooby-Doo" et plus récemment "Futurama".

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto samedi, 23,8 millions de francs seront en jeu (archives). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto mercredi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 12, 17, 19, 20, 27 et 30. Le numéro chance était le 2, le rePLAY le 1 et le Joker le 722921.

Lors du prochain tirage samedi, 23,8 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/swissloto/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Lausanne: manifestation de soutien aux femmes iraniennes

Publié

le

Beaucoup de manifestants brandissaient un portrait de la jeune femme décédée. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Plus de 200 personnes ont manifesté mercredi soir à Lausanne pour montrer leur solidarité avec les femmes iraniennes en lutte pour leur émancipation et avec toutes les personnes qui se mobilisent pour la liberté. Elles ont dit halte à la répression du régime iranien.

Le 16 septembre dernier, Mahsa Amini, Iranienne de 22 ans, est décédée à l'hôpital, trois jours après son arrestation à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en République islamique d'Iran, qui doivent se couvrir les cheveux en public. Sa mort a provoqué un vaste mouvement de colère en Iran, avec plus de 1200 manifestants arrêtés et quelque 60 personnes tuées.

A Lausanne, les manifestants ont bravé la pluie battante pour défiler au centre-ville et dire leur colère. Beaucoup portaient une photographie de la jeune femme. Ils ont cheminé en scandant "Jin Jîyan Azadî", le slogan féministe kurde qui signifie "femme, vie, liberté" et ont appelé à la "solidarité avec les femmes du monde entier". La manifestation était organisée par la communauté kurde, des partis de gauche lausannois et le syndicat SUD.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse et l'Autriche ensemble contre les migrants irréguliers

Publié

le

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et le minsitre autrichien de l'Intérieur Gerhard Karner veulent combattre ensemble les flux irréguliers de migrants. (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

La Suisse et l'Autriche adressent de vives critiques à la Serbie, qu'elles rendent responsable d'un afflux de migrants. Les deux pays alpins se sont mis d'accord mercredi pour renforcer leur coopération contre l'immigration irrégulière.

La Suisse et l'Autriche entendent réagir à la "forte hausse" des entrées illégales constatée ces derniers mois via la route des Balkans. Elles ont défini plan d'action lors d'une rencontre mercredi à Zurich entre la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et le ministre autrichien de l'Intérieur Gerhard Karner.

Devant les médias, Mme Keller-Sutter a critiqué la politique de la Serbie en matière de visas, responsable de l'afflux de migrants en situation irrégulière. Ainsi, des migrants tunisiens, cubains ou indiens arrivent sans problème par avion à Belgrade, d'où des passeurs - essentiellement serbes - les emmènent en Autriche via la Hongrie.

"Aucune chance"

Conséquence, les demandes d'asile déposés par des Indiens en Autriche ont explosé de "2000%", a dit la conseillère fédérale. Aux frontières suisses aussi, de plus en plus de migrants tunisiens et indiens sont interceptés.

Sur les huit premiers mois de cette année, l'Autriche a recensé au total 56'000 demandes d'asile, contre 40'000 sur l'ensemble de 2021. Cela alors même que les requérants n'ont "aucune chance" de voir leur demande acceptée, a souligné M. Karner. "La situation est déjà presque dramatique", a-t-il ajouté.

Interrogée sur le rôle de la Serbie, Karin Keller-Sutter a déclaré que "des intérêts divers" étaient en jeu actuellement en raison de la guerre en Ukraine.

Le plan d'action adopté par la Suisse et l'Autriche prévoit, outre une collaboration bilatérale plus étroite, des initiatives politiques communes au plan européen, ainsi que des mesures pour la police des frontières.

L'Autriche et la Suisse, de concert avec l'Allemagne, la Croatie et la Slovénie, entendent intervenir auprès de la Commission européenne pour que les Etats des Balkans occidentaux adaptent leur politique en matière de visas. L'objectif est d'empêcher qu'une "pratique libérale" dans la délivrance des visas alimente la migration irrégulière. Mais la Convention de Genève sur les réfugiés sera toujours respectée, a précisé Mme Keller-Sutter.

Lutte contre les passeurs

L'Autriche et la Suisse s'engagent par ailleurs pour une refonte du système européen de l'asile et des migrations et pour une réforme rapide du code frontières de Schengen afin notamment d'endiguer les migrations secondaires. Le plan d'action prévoit également un engagement commun pour des procédures de retour effectives.

Parmi les mesures de police des frontières adoptées figure un renforcement des recherches et des interventions transfrontalières pour lutter contre les passeurs et le trafic de migrants.

Des patrouilles communes seront déployées dans le trafic ferroviaire transfrontalier. Côté suisse, ces mesures seront du ressort des autorités cantonales et de l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF). La désignation d'officiers de liaison doit permettre de renforcer la communication.

La mise en ½uvre du plan d'action sera évaluée à la fin de l'année par la Suisse et l'Autriche. Le cas échéant, d'autres mesures seront proposées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Genève envisage d'économiser jusqu'à 20% d'énergie cet hiver

Publié

le

A l'instar d'autres cantons, Genève se dote d'un plan d'action pour réduire sa consommation d'énergie et ainsi éviter une pénurie de gaz et d'électricité cet hiver. Le potentiel d'économie s'élève à 20% (illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A l'instar d'autres cantons, Genève se dote d'un plan d'action pour réduire sa consommation d'énergie et ainsi éviter une pénurie de gaz et d'électricité cet hiver. Le potentiel d'économie s'élève à 20%.

"Nous ne sommes pas en situation de crise complète, mais il est nécessaire de faire des économies pour ne pas subir de rupture d'approvisionnement. Il faut agir à tous les niveaux de la société", a déclaré mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire, et membre de la task force énergie créée par le gouvernement au début du mois.

Le gaz naturel et l'électricité représentent 50% de l'énergie consommée à Genève, contre 40% en moyenne nationale. En outre, 86% des chaufferies au bout du lac fonctionnent au gaz, essentiellement celles des logements.

Baisse du chauffage

Les premières mesures portent sur le chauffage: optimisation des chaufferies, report du démarrage de la saison de chauffe au 15 octobre, baisse de la température à 20 degrés dans l'administration et les écoles secondaires, 17 degrés dans les salles de sport et 23 degrés dans les hôpitaux et EMS, interdiction d'utiliser des chauffages mobiles ou encore suppression de l'eau chaude là où c'est possible.

Concernant l'électricité, l'exécutif a adopté mercredi le règlement d'application de la loi sur l'énergie qui oblige d'éteindre les enseignes lumineuses et les bâtiments non résidentiels entre 01h00 et 06h00. La task force va plus loin en préconisant l'extinction de l'éclairage intérieur et extérieur des bâtiments publics ou non résidentiels toute la nuit et appelle à réduire les décorations lumineuses de Noël.

Etat et communes

Ces mesures seront immédiatement appliquées à l'Etat, tandis que les établissements publics autonomes sont invités à participer à l'effort commun, a précisé les conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge du Département des infrastructures. Le plan d'action prévoit aussi l'extinction de l'éclairage public sur sept routes cantonales et une baisse du chauffage dans les transports publics.

Dans un esprit de cohérence, les communes adoptent les mêmes mesures, notamment dans les écoles primaires, a fait savoir le président de l'Association des communes genevoises Gilbert Vontlanthen. Des commissions de l'ACG doivent encore se prononcer sur une réduction des infrastructures sportives, en particulier des patinoires provisoire, et de l'éclairage des voies publiques.

Logements à 20 degrés

Les entreprises suivent, elles aussi. "Le but est de ne pas limiter l'activité économique", a souligné la conseillère d'Etat Fabienne Fischer, en charge de l'Economie et de l'Emploi. Un avis partagé par l'Union des associations patronales genevoises. Pour son président Pierre-Alain L'Hôte, "ces recommandations sont supportables. Une pénurie serait grave aux niveaux social et économique."

Le chauffage des logements représente un potentiel important d'économies. La section genevoise de l'Union suisse des professionnels de l'immobilier va recommander à ses membres de le baisser à 20 degrés. "Des mesures de bon sens seront rappelées aux habitants", a indiqué son président Thierry de Haan: porter des vêtements chauds, préférer les douches aux bains, dégager les radiateurs.

"Certains logements mal isolés peuvent être impactés négativement", a-t-il reconnu. L'Asloca demande aux régies d'agir avec proportionnalité. "La communication aux locataires est très importante. Il faudra leur expliquer que cette baisse du chauffage aura aussi un effet sur leurs charges, face à la hausse des prix de l'énergie", a estimé son président Alberto Velasco.

"Mesures raisonnables"

Ces premières mesures recèlent un potentiel d'économie de 20% au maximum, alors que le Conseil fédéral estime que 15% d'économie devrait permettre de passer l'hiver, a rappelé Mme Fischer. L'Université de Genève fera un pointage après un mois avec les Services industriels de Genève.

Antonio Hodgers juge ces mesures "tout à fait raisonnables". "La suite dépendra de la situation géopolitique, de la production d'électricité en Europ et de la rigueur de l'hiver", a-t-il ajouté, rappelant que l'approvisionnement est du ressort de Berne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture