Rejoignez-nous

Actualité

La police genevoise se défend de tout racisme

Publié

,

le

Keystone - ATS

Les manifestations contre le racisme fleurissent partout dans le monde. Elles dénoncent les bavures policières qui sont courantes aux Etats-Unis. En Europe et en Suisse, les choses sont différentes et les policiers tiennent à le rappeler. Entretien avec un Inspecteur genevois.

La police genevoise a le blues. Elle se défend d'être raciste. La semaine dernière, après la manifestation qui a réuni 10'000 personnes à Genève pour protester contre la mort de George Floyd, asphyxié par un policier blanc aux Etats-Unis, des représentants genevois des forces de l’ordre ont pris la parole pour dire haut et fort qu’ils ne cautionnent pas ces méthodes.

C’est le cas de Michaël Berker, il est Inspecteur de police depuis 1992 à la police cantonale genevoise. Il est Chef de groupe à la brigade de répression du banditisme, un service qui traite de braquage à main armée, de vols avec violences, d’extorsion de fonds avec demande de rançon. Il a rédigé un post sur Facebook. Pour lui, les policiers sont un échantillon de la société. Et il y a forcément de tout. Mike Berker.

Mike BerkerInspecteur de police à la brigade de répression du banditisme - Vice-Président SPJ

La police est très contrôlée en Suisse, rappelle l’inspecteur qui est aussi le vice-président du syndicat de la police judiciaire. Et l’usage de la force est très réglementé, même s’il est nécessaire parfois. Il n’est utilisé qu’en dernier recours, selon Mike Berker.

Mike BerkerInspecteur de police à la brigade de répression du banditisme - Vice-Président SPJ

Pas de délit de faciès

Les policiers se défendent de pratiquer le délit de faciès, comprenez de soupçonner toute personne de couleur ou ayant l’air étrangère. Ce sont des professionnels qui traquent des auteurs de crimes et d’infraction.

Il rappelle la dureté du métier parfois. Les policiers sont confrontés à des violences sociétales : physiques et morales.

Mike BerkerInspecteur de police à la brigade de répression du banditisme - Vice-Président SPJ

Forces de police agressées

Être policier c'est une vocation. C’est aussi avoir des valeurs. Et les récents événements l’attristent, lui et ses collègues. Et l’inquiètent aussi.

Mike BerkerInspecteur de police à la brigade de répression du banditisme-vice président SPJ

La police judiciaire comporte plusieurs centaines de membres  à Genève. Et différentes brigades, des mineurs des stupéfiants, et celles qui traitent des atteintes aux personnes, de la criminalité informatique, etc.

Réactions également ailleurs en Suisse

Les contrôles de police en Suisse sont "toujours strictement réglementés", affirme le président de la Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS), Stefan Blättler. Selon lui, "il faut une raison pour le contrôle et un signalement".

La couleur foncée de la peau ne suffit pas comme signalement, assure dans un entretien diffusé mardi par le Blick M. Blättler, en écho aux manifestations se déroulant à travers le monde, suite à la mort d'un Noir, George Floyd, lors de son interpellation par un policier blanc à Minneapolis, aux Etats-Unis. "Il faut plus de détail".

"Je dirais même que nous restons prudents lorsqu'il s'agit de personnes à la peau foncée et que nous réfléchissons si nous devons effectuer le contrôle ou pas", ajoute-t-il, soulignant que les policiers sont souvent filmés pendant leurs interventions.

Comportement testé

Des cas concrets sont étudiés pendant la formation pour prévenir le profilage racial, explique M. Blättler. Les aspirants policiers doivent en outre franchir un système de sélection par étapes, permettant de tester leur comportement et leur maîtrise de soi, poursuit-il. "Mais, naturellement, nous ne cessons jamais d'apprendre".

Le président de la CCPCS rejette les critiques sur les récentes manifestations contre le racisme qui ont eu lieu en Suisse, malgré les restrictions dues au nouveau coronavirus. "Les règles s'appliquent toujours", dit-il. "Mais si nous avions dispersé les manifestants, les gens auraient été encore plus nombreux à descendre dans la rue. Cela aurait abouti à l'inverse du but recherché par ces règles".

(ATS)

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Viola Amherd: "Bien sûr, je tiens au chef de l'armée Süssli"

Publié

le

Viola Amherd estime qu'elle et Thoma Süssli sont tous les deux d'accord pour combler le plus rapidement possible les lacunes de capacités qui se dessinent dans l'armée (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La ministre de la défense Viola Amherd continue à apporter son soutien au chef de l'armée suisse Thomas Süssli, malgré la polémique qui a suivi ses déclarations sur un manque de liquidités de l'armée. "Bien sûr, je tiens au chef de l'armée Süssli", déclare-t-elle.

"Nous sommes tous deux d'accord pour combler le plus rapidement possible les lacunes de capacités qui se dessinent dans l'armée", ajoute Mme Amherd dans un entretien diffusé samedi par la Neue Zürcher Zeitung. "Nous avons cependant un autre objectif. Son rôle est de s'occuper de l'armée et de la sécurité. Je dois avoir une vision globale".

Des lacunes dans les systèmes coordonnés de l'armée ne peuvent pas être totalement évitées, estime la conseillère fédérale. "Cela signifie qu'il y aura inévitablement des lacunes temporaires lorsque les anciens systèmes arriveront à leur fin et que nous n'aurons pas pu acquérir les nouveaux par manque de moyens financiers".

"Il sera important que nous puissions à chaque fois acquérir une certaine partie des systèmes afin de pouvoir au moins poursuivre les formations et ainsi maintenir le savoir-faire dans les troupes", relève la centriste valaisanne.

Convoqués par une commission

A la fin janvier, la radio-télévision publique suisse alémanique SRF a présenté un document interne à l'administration faisant état d'un manque de 1,4 milliard de francs d'ici à la fin 2025 pour payer les achats d'armements déjà effectués par l'armée. Le lendemain, Thomas Süssli a relativisé la situation, parlant d'un manque de liquidités. Viola Amherd l'a ensuite contredit, affirmant que l'armée pouvait payer ses factures.

Tous deux ont été convoqués la semaine dernière pour une audition devant la commission des finances du Conseil national. Cette dernière est arrivée à la conclusion que l'armée n'avait pas de problème de financement, mais un problème de communication.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Yverdon vise la passe de cinq

Publié

le

Anthony Sauthier: buteur il y a deux semaines contre Servette, le latéral aura-t-il autant de réussite face au FC Bâle ? (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Yverdon tentera ce samedi de remporter un cinquième match de rang à domicile. Le néo-promu reçoit le FC Bâle pour un coup d’envoi à 18.00.

Après le Stade Lausanne-Ouchy, Lucerne, Zurich et Servette, les joueurs du Nord-Vaudois entendent battre le FC Bâle de Fabio Celestini. Un succès les relancerait pleinement dans la course à la sixième place une semaine après leur défaite 3-1 devant le Lausanne-Sport.

Battu 2-1 par les Grasshoppers à Zurich le week-end dernier, le FC Bâle tentera d’éviter une treizième défaite dans cette saison bien "compliquée". Depuis son intronisation le 30 octobre, Fabio Celestini n’a encore jamais perdu deux matches de suite à la tête du FCB.

Dernier du classement avec 10 points de retard sur le Lausanne-Sport, le Stade Lausanne-Ouchy se déplace à St. Gall pour une rencontre qui débutera également à 18.00. Face à une équipe qui n’a cueilli qu’un point lors de ses cinq derniers matches, le SLO peut, pourquoi pas, créer la surprise s’il évolue dans le même registre que dimanche dernier à Berne face aux Young Boys contre lesquels il ne méritait pas vraiment de perdre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Rassemblement à Chiètres (FR) pour exiger "un réveil"

Publié

le

La police fribourgeoise a fait état de plus de 400 véhicules, provenant du canton de Fribourg et des cantons limitrophes. (© Police cantonale FR)

Un millier de personnes proches ou issues du monde agricole se sont rassemblées pacifiquement vendredi soir à Chiètres (FR). Elles ont lancé "un appel de réveil à l'administration, à la politique et aux acteurs du marché".

Les participants ont fait le déplacement principalement en tracteur pour ce rendre sur ce terrain privé, a indiqué la police cantonale fribourgeoise. Celle-ci a dénombré environ 420 environ 420 véhicules, provenant du canton de Fribourg et des cantons limitrophes.

Aucune perturbation et aucun incident ne sont à relever, a ajouté la police. Au terme des prises de parole, les participants ont quitté les lieux dans le calme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne devine la bonne combinaison de l’Euro Millions

Publié

le

La loterie transnationale Euro Millions est proposée dans douze pays européens, dont la Suisse. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Euro Millions vendredi soir. Pour gagner, il fallait jouer les numéros 24, 27, 28, 30 et 49 et les étoiles 1 et 12.

Lors du prochain tirage mardi, 25 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

https://jeux.loro.ch/games/euromillions

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

César de la révélation pour l'actrice franco-suisse Ella Rumpf

Publié

le

Ella Rumpf (ici lors du dernier festival de Locarno) a été récompensée par les César vendredi soir (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

L'actrice franco-suisse Ella Rumpf a été récompensées vendredi soir lors de la cérémonie des César. Elle a reçu le César de la "révélation féminine" de l'année pour son rôle dans le "Théorème de Marguerite", une coproduction suisse réalisée par Anna Novion.

C'était la deuxième fois qu'Ella Rumpf était sélectionnée comme révélation féminine. En recevant son prix, elle a remercié Anna Novion, qui lui a "fait confiance" et "donné confiance" pour ce rôle qu'elle "n'aurait jamais pensé jouer".

L'actrice de 29 ans a aussi rendu hommage aux autres acteurs du film - Jean-Pierre Daroussin, Clotilde Courau et Julien Frison. "C'était un délice de travailler" avec eux, a-t-elle dit, émue aux larmes.

Dans "Le théorème de Marguerite", la comédienne zurichoise et parisienne incarne Marguerite, une étudiante confrontée à l'échec lors de la présentation de sa thèse. De dépit, elle plaque tout et devient vendeuse de chaussures avant de se découvrir un don pour le Mah-jong. L'actrice a aussi été choisie dans la section "Meilleure interprétation féminine" du prochain Prix du cinéma suisse.

Parmi les cinq actrices nommées dans cette catégorie figurait aussi Suzanne Jouannet, à l'affiche de "La voie royale" du Valaisan Frédéric Mermoud. Julien Frison avait lui aussi été retenu dans la catégorie "Révélation masculine", toujours dans "Le théorème de Marguerite". Le prix est revenu à Raphaël Quenard pour son rôle dans "Chien de la casse".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture