Rejoignez-nous

Actualité

Les magistrats de la Ville de Genève en désaccord sur la transparence

Publié

,

le

L'Exécutif de la Ville de Genève n'est visiblement pas d'accord sur la notion de transparence. Réunis lundi matin pour parler des suites à donner aux révélations de l’audit de la Cour des comptes, les magistrats ont refusé de donner suite à notre demande. Celle d'obtenir les données concernant les notes de frais, et plus spécifiquement les factures de téléphone, des conseillers administratifs sur les dix dernières années.

Cela s'est joué à trois voix contre deux.  Seuls les deux magistrats socialistes, Sami Kanaan et Sandrine Salerno, se sont prononcés pour la publication de ces chiffres. Pour les trois autres conseillers administratifs, Guillaume Barazzone, Esther Alder et Rémy Pagani, c'est donc un refus. "Pour le moment", nous précise-t-on. Contacté, Guillaume Barazzone indique qu'il "attend que ces demandes soient formulées par le Conseil municipal pour y répondre". Une démarche que soutient le président du PDC Genève, Vincent Maître:

Vincent MaîtrePrésident du PDC Genève

Ce que révèle cet épisode et ce vote, ce sont surtout les divergences au sein du Conseil administratif sur la stratégie à adopter dans les suites de cette affaire. L’idée de la séance de ce lundi matin, qui s'est clos à midi, était de définir la position à adopter pour faire face au tsunami qu’ont entraîné les révélations de l’audit. Et visiblement, Pour rappel, c’est le rapport de la Cour des comptes qui a mis le feu aux poudres. L’audit a révélé une gestion calamiteuse des notes de frais de l'Exécutif de la Ville de Genève. Depuis, les pressions viennent de toutes parts.

Pressions multiples

Du Conseil d’Etat notamment. Dans une interview à la RTS, le conseiller d'Etat, Mauro Poggia a annoncé qu' "en tant qu'autorité de surveillance des communes", le gouvernement genevois allait examiner l'affaire. "Le Conseil d'Etat va en parler", a-t-il déclaré. D'après nos informations, l’Exécutif de la Ville de Genève avait pris les devants. Le maire, Sami Kanaan a écrit à l’actuel président du Conseil d'Etat, Antonio Hodgers, assurant qu'il se tenait à disposition pour faire la lumière sur cette affaire. Avec copie à Pierre Maudet, ce dernier ayant conservé la surveillance des communes. Toutefois, Pierre Maudet devrait probablement se dessaisir du dossier tout simplement parce qu’ayant été conseiller administratif, il pourrait être concerné.

Autre pression, celle du Conseil municipal. La commission des finances exige, elle aussi, plus de clarté. L'Exécutif s'est, là encore, montré pro actif. Il a proposé à la commission des finances de consacrer la séance de mardi soir, prévue au départ pour le budget, aux notes de frais. La commission des finances devrait, elle aussi, demander qu’on creuse la question sur les années précédentes. “On risque d’avoir des surprises, nous disait le conseiller municipal MCG, Daniel Sormanni. On verra par exemple combien a dépensé Pierre Maudet quand il était à la Ville.”

Un audit élargi?

Enfin, samedi, c’est le Bureau du Conseil municipal de la Ville de Genève qui a annoncé qu'il voulait que la Cour des comptes étende son audit sur les dix dernières années. Selon nos informations, le courrier du Bureau devait arriver en fin de matinée à la Cour. Les juges décideront s’ils se saisissent de cette demande. A noter: la Cour des comptes pourrait faire le même exercice pour les notes de frais des exécutifs des autres communes du canton mais aussi du Conseil d’Etat. Car, selon les juges, il est question de “gestion administrative et pas de choix politiques”.

@marie_prieur

Suisse

Rejet d'une demande de révision d'Erwin Sperisen

Publié

le

Erwin Sperisen (à gauche) lors de sa sortie du pénitencier de Witzwil (BE) le 20 octobre 2023, après la décision de la Cour européenne des droits de l'homme (archives) (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Tribunal fédéral rejette une demande de révision d'Erwin Sperisen. L'ancien chef de la Police nationale du Guatemala réclamait l'annulation des ordonnances classant les plaintes qu'il a déposées contre deux personnes qui l'ont accusé devant la justice genevoise.

Le recourant estime que ces deux hommes, un Français détenu au Guatemala et un enquêteur espagnol, l'ont accusé faussement lors de son procès qui a abouti en 2018 à sa condamnation pour complicité d'assassinat. Verdict qui a été annulé en 2023 à la suite de la décision de la Cour européenne des droits de l'homme (CourEDH).

Erwin Sperisen a donc déposé plainte contre ces deux témoins, pour faux témoignage et dénonciation calomnieuse. Ces dénonciations ont été classées en 2021 par la justice genevoise.

Pour le Tribunal fédéral, l'arrêt de la CourEDH qui constatait l'apparence de partialité de la présidente de la Chambre pénale d'appel genevoise ne concerne pas les deux ordonnances litigieuses. En effet, cette magistrate n'est pas intervenue dans ces procédures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Tempête "exceptionnelle" à Dubaï, cause artificielle évoquée

Publié

le

Dubaï sous les eaux, les pluies torrentielles ont peut-être été provoquées par des ensemencements de nuages. (© KEYSTONE/AP/Jon Gambrell)

Les autoroutes géantes de Dubaï étaient encore inondées mercredi, les écoles fermées et le trafic aérien perturbé au lendemain de pluies records aux Emirats arabes unis. L'hypothèse de pluies déclenchées artificiellement est évoquée.

D'énormes files se sont formées sur des autoroutes à six voies dont certains tronçons ont été submergés mardi, les Emirats ayant enregistré 254 millimètres de pluie en une journée, l'équivalent de près de deux ans de précipitations dans ce pays désertique.

Au moins une personne a péri, un homme de 70 ans dont la voiture a glissé dans l'émirat de Ras el-Khaïmah, a annoncé la police.

Les voyageurs ont été invités à ne pas se rendre à l'aéroport de Dubaï, le plus fréquenté au monde en termes de trafic international, "sauf en cas d'absolue nécessité".

Chaos

"Les vols continuent d'être retardés et détournés (...). Nous travaillons d'arrache-pied pour rétablir les opérations le plus rapidement possible dans des conditions très difficiles", a déclaré un porte-parole de Dubai Airports.

La compagnie aérienne Emirates, fleuron de Dubaï, a suspendu les enregistrements mercredi, en raison des difficultés d'accès à l'aéroport pour le personnel et les passagers, les routes étant bloquées et certains services de métro suspendus.

De longues files d'attente se sont formées devant les stations de taxis de l'aéroport, tandis que de nombreux passagers attendaient à l'intérieur des nouvelles de leur vol. Mardi, des dizaines de vols avaient été retardés, annulés ou détournés.

Les écoles sont également restées fermées pour le deuxième jour consécutif.

Plus fortes que jamais

La tempête a touché les Emirats arabes unis et Bahreïn, dans la nuit de lundi à mardi, après avoir frappé Oman, un autre pays du Golfe, où 18 personnes, dont plusieurs enfants, ont été tuées.

Les précipitations aux Emirats arabes unis sont les plus importantes jamais enregistrées dans le pays, depuis le début des relevés en 1949, selon les autorités.

Pour Friederike Otto, maître de conférences en sciences du climat au Grantham Institute de l'Imperial College de Londres, "les pluies meurtrières et destructrices à Oman et Dubaï" ont probablement été accentuées par le "changement climatique provoqué par l'homme".

Ensemencement de nuages

Selon d'autres hypothèses relayées par les agences Bloomberg et au Benelux, Les conditions météorologiques extrêmes aux Emirats pourraient être le résultat de pluies générées artificiellement. Le Centre national de météorologie (NCM) a confirmé que des avions avaient décollé lundi et mardi pour influencer la météo.

Au moins sept avions ont décollé de l'aéroport international d'Al-Aïn entre lundi soir et mardi après-midi pour ensemencer les nuages, c'est-à-dire libérer des produits chimiques dans l'atmosphère afin de favoriser les précipitations. Les avions ont profité des cumulus qui passaient à ce moment-là.

En 2002, les Émirats arabes unis ont commencé à ensemencer les nuages ​ ​pour lutter contre la chaleur et la sécheresse, mais le manque de drainage dans de nombreuses régions peut provoquer des inondations. Selon le météorologue du NCM, Ahmed Habib, qui s'est entretenu avec l'agence de presse Bloomberg, la pluie est en partie due à la technologie.

Malgré les maisons et routes inondées et les vols annulés, l'agence de presse locale a parlé mardi de "pluies de bonté". Le gouvernement de Dubaï a conseillé mercredi aux habitants de travailler à domicile en raison des conditions météorologiques. Les écoles sont également fermées.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Suisse

Les tensions géopolitiques portent l'or à des sommets

Publié

le

L'or renchérit en période d'incertitudes, mais d'autres éléments ont également une influence (archives). (© KEYSTONE/DPA/ULI DECK)

Les tensions au Moyen-Orient donnent des ailes au métal jaune. Actuellement, il faut débourser environ 2370 dollars pour une once troy d'or, ce qui correspond à environ 31,1 grammes. Les spécialistes anticipent désormais une stabilisation.

La semaine dernière, un pic à 2400 dollars avait même été atteint, un record historique. Il y a trois mois, 2000 dollars étaient suffisants pour s'offrir cette quantité du métal, fortement recherché en période de crise.

Les raisons de la progression sont nombreuses, explique un connaisseur de la branche. Et il ne faut pas s'attendre à une correction à court terme, alors qu'aucune donnée conjoncturelle d'envergure ne figure à l'agenda aux Etats-Unis au cours des prochaines semaines, écrivent Thu Lan Nguyen et Carsten Fritsch, tous deux analystes chez Commerzbank.

Pour Luca Carrozzo, directeur de l'investissement à la Banque CIC (Suisse), le sentiment d'incertitude est une des raisons possibles pour expliquer le renchérissement de l'or. Au cours d'un entretien avec AWP, il parle d'une "fuite vers l'or". "De nombreux grands investisseurs ont perdu confiance dans les monnaies mondiales et se couvrent avec l'or", explique-t-il.

La peur d'une guerre entre l'Iran et Israël ainsi que le conflit armé en Ukraine renforcent les incertitudes, mais ne sont pas pour autant "les principaux moteurs" à la hausse des prix de l'or, selon lui.

A la Banque cantonale de Zurich (ZKB), Simon Lustenberger est d'un autre avis: "Les tensions au Proche-Orient devraient continuer à soutenir le prix de l'or, qui est souvent gagnant lorsque les risques géopolitiques augmentent, dans la mesure où les investisseurs cherchent des valeurs sûres".

Influence des banques centrales

La politique monétaire joue un rôle déterminant, en particulier celle de la Fed. Les espoirs d'un abaissement des taux par la Fed renforcent généralement l'attrait du métal jaune. "Habituellement, les taux directeurs plus élevés et le rendement des emprunts pèsent sur le prix de l'or, car ce dernier ne verse pas d'intérêt et ne rémunère donc pas son détenteur", explique M. Lustenberger.

Le cours du dollar américain a également un impact. Si le dollar s'apprécie, le prix de l'or régresse. Cette corrélation longtemps négative pour l'or s'est désormais retournée. La faiblesse actuelle du dollar et des autres monnaies renforce ainsi le métal jaune.

En plus de leur politique monétaire, certaines banques centrales influencent également le prix de l'or par leurs achats, à l'image de la Banque populaire de Chine. Selon des courtiers, cette dernière a acheté depuis novembre 2022 en moyenne 19,3 tonnes d'or par mois.

Pour les spécialistes interrogés, le pic du prix de l'or devrait néanmoins déjà être derrière nous. A plus long terme, l'or continuera d'être recherché et des cours allant jusqu'à 2800 dollars l'once sont attendus. Mais pour cette année, M. Carrozzo table sur 2350 dollars, ce qui implique une tendance latérale jusqu'à la fin de l'année.

L'avis de M. Lustenberger converge: "En cas d'apaisement des risques géopolitiques, la hausse du prix de l'or sera fragilisée". Et le renforcement du dollar et les attentes en matière de hausse des taux d'intérêt renforceront encore ces éléments.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Digitec Galaxus épinglé pour son traitement des données de clients

Publié

le

L'obligation de créer un compte sur la plateforme de Digitec Galaxus pour pouvoir effectuer un achat a notamment été pointée du doigt par le Préposé fédéral à la protection des données (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Digitec Galaxus a violé les principes de transparence et de proportionnalité dans son traitement des données de clients, estime le Préposé fédéral à la protection des données (PFPDT). L'obligation d'ouvrir un compte pour effectuer un achat est notamment dénoncée.

Pour le préposé, l'offre alternative d'une possibilité d’achat en tant qu'invité, c'est-à-dire un achat qui peut être effectué sur la plateforme en ligne sans enregistrement préalable, constitue un moyen d'aménagement proportionné du traitement des données, écrit-il mercredi dans un communiqué. Et de préciser que Digitec Galaxus accepte cette recommandation et lui soumettra une proposition en ce sens.

Le préposé exige également de la boutique en ligne qu'elle adapte sa déclaration de protection des données de manière à ce que les informations sur les traitements de données soient claires et que l'on sache quelles données sont traitées, à quelles fins et à qui elles sont communiquées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Vaud: la police traque les véhicules trop bruyants

Publié

le

Dans le canton de Vaud, les polices cantonale et communales effectueront une quarantaine de contrôles en 2024 pour lutter contre les véhicules bruyants et non conformes (photo d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Service des automobiles et de la navigation (SAN), en collaboration avec la police cantonale vaudoise et ses homologues communales, poursuit sa lutte contre les véhicules bruyants, non conformes et modifiés. Environ 40 contrôles de circulation seront effectués en 2024.

En 2023, 22 contrôles de circulation visant à lutter contre cette problématique ont été menés. Ils ont eu pour conséquence 91 retraits immédiats des plaques et 81 séquestres de véhicules. En 2024, la quarantaine de contrôles sera effectuée dans l'ensemble du canton, notamment dans les zones identifiées comme problématiques, annonce le canton mercredi dans un communiqué.

Ces opérations menées depuis le printemps 2021 visent à réduire les nuisances sonores du trafic et à accroître la sécurité routière. Elles répriment plus fortement les infractions et les comportements inadéquats tels que le fait d’effectuer des circuits inutiles ou de faire vrombir le moteur en petite vitesse. Les sanctions peuvent aller jusqu’au retrait du droit de circuler ou à la saisie du véhicule, rappelle le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture