Rejoignez-nous

Actualité

La grève du climat prend de l’ampleur en Suisse

Publié

,

le

La mobilisation a été massive samedi à Lausanne pour réclamer des mesures urgentes afin de lutter contre le réchauffement climatique. (©KEYSTONE/EPA KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le mouvement pour le climat prend de l’ampleur. Des adultes de tout âge se sont joints samedi aux jeunes pour manifester en masse en faveur du climat. Ils ont été des dizaines de milliers à se mobiliser dans quatorze villes à travers toute la Suisse.

Initiative de la jeunesse, la manifestation a attiré plus de 38’000 personnes, selon un décompte de Keystone-ATS basé sur les chiffres de la police et les observations de ses journalistes sur place. Les organisateurs estiment eux la participation à plus de 65’000.

En Suisse romande, ce ne sont pas moins de 18’000 manifestants qui ont battu le pavé, dont 10’000 rien que dans la capitale vaudoise. Le cortège est parti peu après 15h00 de la gare de Lausanne pour rallier la place de la Riponne.

Les manifestants réclamaient notamment des mesures urgentes pour contrer le réchauffement climatique. « On est plus chauds, plus chauds que le climat », « Et un et deux et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité », ou encore « Les petits pas ça suffit pas », ont notamment scandé les manifestants. Quant à la banderole de tête, elle arborait le slogan « Reconquérons notre futur ».

Engagé en faveur du climat, le prix Nobel de chimie 2017 Jacques Dubochet a tenu un discours très applaudi sur la place de la Riponne. « C’est un événement historique pour l’humanité », a souligné le Vaudois âgé de 76 ans. »L’avenir de notre civilisation est en jeu », a-t-il affirmé. « Nos autorités n’ont pas encore compris que tout est à changer. »

Ruth Dreifuss incognito

Dans la ville de Calvin, ce sont 4000 personnes jeunes et moins jeunes qui se sont réunies. Les banderoles et les slogans évoquaient souvent une certaine angoisse du futur. « J’ai 4 ans, pensez à mon avenir sur la Terre » était écrit sur une chasuble blanche que portait un petit garçon. Sa mère, qui le tenait par la main, avertissait: « Nous n’avons pas de planète B, pensez-y ! ».

Des personnalités politiques étaient également présentes. L’ancienne présidente de la Confédération Ruth Dreifuss s’était ainsi glissée en toute discrétion dans le cortège genevois.

A Fribourg, ils étaient entre 1500 et 2000. L’un des objectifs consistait à montrer aux politiques que la grève du 18 janvier n’était pas un évènement unique ou « un prétexte pour sécher les cours », a expliqué Léo Tinguely, étudiant à l’Université de Fribourg et un des organisateurs des mobilisations. « Nous sommes toujours là. »

La vieille ville de Bienne a elle accueilli un rassemblement plus modeste, constitué de 1000 à 1100 manifestants. Les Jurassiens et les Neuchâtelois sont aussi descendus dans la rue pour faire entendre leurs revendications. Ils étaient environ 500 à Delémont.

Même au Tessin

Outre Sarine, le mouvement a été tout aussi suivi. Plus de 10’000 personnes se sont réunies à Zurich. Ecoliers, jeunes, mais aussi parents accompagnés de leurs enfants ou encore retraités ont aussi répondu présents à Bâle, où ils étaient 4000 à s’être rassemblés.

Les trams ont dû être interrompus dans le centre-ville vers 15h00 pendant une heure à cause du cortège. La circulation a également été perturbée dans plusieurs autres villes, comme à Genève où les automobilistes n’ont pas hésité à faire part de leur mécontentement en klaxonnant.

Dans les autres villes alémaniques, les mobilisations ont été de moindre importance. A Berne et Lucerne, environ 2000 personnes se sont réunies. Quelque 800 manifestants ont arpenté les rues de St-Gall et 500 celles de Soleure.

Même le Tessin a été touché par cette nouvelle mobilisation pour la protection du climat. Un millier de personnes se sont rassemblées à Bellinzone.

Au gouvernement d’agir

Les manifestants veulent que le réchauffement climatique soit reconnu comme une crise et que le gouvernement agisse en conséquence. Ils demandent notamment que la Suisse n’émette plus de gaz à effet de serre d’ici 2030, et cela sans introduire de mesures de compensation.

Les étudiants, écoliers et apprentis n’avaient cette fois-ci plus besoin de sécher leurs cours, l’action se déroulant le samedi. La précédente manifestation avait mobilisé le vendredi 18 janvier 22’000 personnes dans toute la Suisse.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Météo à Genève: attention aux fortes rafales demain

Publié

le

PV

Après une matinée densément nuageuse, le soleil fera progressivement son apparition. Ce soir, la pluie sera mêlée à quelques flocons alors soyez prudents à l’approche des giboulées ! Les maximales atteindront les 6°.

Demain: soyez vigilants car des vents violents pouvant atteindre les 70 km/h sont attendus. La pluie sera au programme tout le reste de la journée. Les maximales seront de 7°. 

Samedi: la pluie sera d’actualité du matin jusqu’au soir. Il fera 8°.

Dimanche: le ciel sera couvert et le temps sera sec. Les maximales seront de 10°.

Lundi: des nuages et 9°.

Mardi: encore des nuages tout au long de la journée et 10° au thermomètre.

La différence entre giboulée et averse hivernale

Il existe effectivment une différence entre ces deux termes et elle est plutôt complexe.

Mais pour ne plus vous tromper, voici des explications ! Pour débuter, les giboulées ne se produisent pas qu’en mars, histoire de déconstruire les idées reçues. Une giboulée est en fait une grosse averse de pluie parfois accompagnée de grêle ou encore de neige.

Une averse hivernale, quant à elle, est une averse composée de particules de glace mais qui n’a pas vraiment d’origine bien définie. On parle souvent de l’averse hivernale sous le titre d’averse de grésil, d’averse de neige ou encore d’averse de neige roulée.

Continuer la lecture

Actualité

Un RER qui doit transformer une région

Publié

le

Le Léman Express est inauguré jeudi lors de trois cérémonies à Coppet (VD), la Roche-sur-Foron (F) et Genève-Eaux-Vives. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

C’est le grand jour pour le Léman Express. Le plus vaste réseau transfrontalier d’Europe est officiellement inauguré jeudi, trois jours avant son ouverture au public.

Trois cérémonies sont programmées jeudi, les premières dès 11h00 sur sol vaudois à Coppet et français à La Roche-Sur-Foron. Les invités et autorités se retrouveront ensuite à 14h00 à la gare de Genève-Eaux-Vives. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, la conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite et son homologue genevois Serge Dal Busco participeront notamment aux festivités.

Côté français, plusieurs personnalités politiques sont également attendues, mais pas la ministre des transports Elisabeth Borne. Celle-ci a annulé son déplacement alors que la France se trouve en plein conflit social.

Ces grèves pourraient d’ailleurs occasionner des accrocs pour le lancement du réseau sur la partie française, mais pas du côté suisse. « Les grèves ne menacent pas la mise en service du Léman Express », avait assuré en début de semaine son directeur Mario Werren, dans une interview à la RTS.

Chantier du siècle

Attendu de longue date, le Léman Express devra maintenant tenir les immenses promesses placées en lui, à savoir de révolutionner la mobilité de la région.

La mise en place du réseau franco-valdo-genevois n’a été rendue possible que grâce à la construction du CEVA, un tronçon ferroviaire d’une longueur de 16 kilomètres, qui permet de relier les deux rives du canton de Genève en connectant la gare d’Annemasse (F) à celle de Cornavin. Cette ligne est la colonne vertébrale du RER ouest lémanique.

Considéré par les autorités genevoises comme le chantier du siècle, le CEVA aura coûté environ 1,6 milliard de francs à la Suisse et plus de 230 millions d’euros à la France. Le premier coup de pioche a été donné en novembre 2011. Côté genevois, cinq stations nouvelles ou entièrement réhabilitées jalonnent la ligne.

Le chaînon manquant

Grâce au CEVA, chaînon ferroviaire manquant entre la Suisse et la France, un impressionnant réseau, composé de 230 kilomètres de lignes et 45 gares, peut être mis en service. Il permettra d’aller en train de Coppet (VD) à Annemasse, de Genève à Thonon-les-Bains (F), de Cluses (F) à Meyrin (GE).

Le RER couvre une région où habitent plus d’un million d’habitants. Ce mode de transport devrait notamment être utilisé par les nombreux pendulaires qui, côté français, sont souvent condamnés à prendre leur voiture, faute de solution alternative pour se rendre à leur travail. Les autorités espèrent ainsi un désengorgement des routes.

Une réduction de 12% du trafic automobile est attendue à l’heure du pointe du matin. Cinq des six lignes du Léman Express desserviront 30% des actifs qui résident hors du canton de Genève et qui y travaillent. L’offre de places P+R va s’étoffer pour atteindre 9’200 places, en 2023.

Transformations urbaines

Le Léman Express agit aussi comme un formidable moteur en matière d’urbanisation. Des quartiers sortent de terre autour des stations, des immenses périmètres sont réaménagés, des logements et des commerces voient le jour. La mutation est aussi en cours en France. A Annemasse, le périmètre de la gare se métamorphose.

Le matériel roulant du Léman Express est composé de rames Régiolis du constructeur français Alstom et de rames FLIRT du fabricant suisse Stadler. Au centre du réseau, entre Genève et Annemasse, six trains par heure et par sens circuleront. Le trajet entre Genève et Annemasse sera de 22 minutes.

 

Source / ATS

Continuer la lecture

Actualité

Cointrin accueillera 2300 logements à l’horizon 2050

Publié

le

2300 nouveaux logements devraient voir le jour à Cointrin d’ici 2050. Le Conseil d’Etat a présenté ce mercredi son projet de déclassement de la zone villa à Cointrin-Est et Ouest. Le projet de loi, adopté en 2017, a fait l’objet d’un référendum et les Genevois sont amenés à se prononcer le 9 février prochain sur ce déclassement en zone de développement.

Il se fera de manière très progressive et en accord avec les propriétaires fonciers, selon le  Conseiller d’Etat chargé de l’aménagement du territoire Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Les logements se répartiront entre logements d’utilité publique, logements coopératifs, locatifs et PPE.  Les propriétaires de villas seraient nombreux à vouloir ce changement d’affectation, malgré le référendum, selon Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Le secteur devrait également permettre la création de 800 emplois. Il devra respecter les normes de bruit fixées par la loi, ce qui devrait être possible selon le Conseiller D’État.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Dans le canton, seuls 11% des zones villas sont destinées à devenir de la ville, selon le Conseil d’Etat.

 

Continuer la lecture

Actualité

Des cameras pour détecter les automobilistes qui téléphonent

Publié

le

Photo by Acharaporn Kamornboonyarush from Pexels

Le monde de demain : En Australie, l’intelligence artificielle au service de la sécurité routière… 

On ne va pas se mentir, cela nous est tous arrivé de passer un appel alors que l’on est au volant.

Et bien en Nouvelle-Galles du Sud, on a trouvé une solution technologique pour verbaliser les contrevenants, C’est d’ailleurs une 1ère mondiale : des caméras dopées à l’intelligence artificielle qui peuvent repérer  si le conducteur d’une voiture tient un téléphone en main.

Il s’agit de caméras fixes ou mobiles qui fonctionnent de jour comme de nuit et quelques soient les conditions météo. Les images sont d’abord analysées par une intelligence artificielle, avant de passer entre les mains d’un agent de l’administration qui devra vérifier et confirmer ou non l’infraction des automobilistes.

Et c’est pour bientôt ?

C’est le monde de demain dès aujourd’hui… Après une phase de tests de 6 mois et quelques 100 000 flagrants délits relevés, le dispositif est en service depuis début décembre. 45 caméras ont déjà été installées dans Sydney et ses environs, sans être signalées par des panneaux.

Et en cas d’infraction, ils encourent une amende de 344 dollars australiens, l’équivalent de 230 francs. La buche est portée à 300 francs dans un périmètre scolaire et au retrait de 5 à 10 points sur le permis selon le lieu de l’infraction.

A terme, l’ambition est de parvenir à réduire de 30 % le nombre de tués sur les routes. Le gouvernement local espère ainsi contrôler 135 millions de véhicules sur les 5 prochaines années.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Leman Express: le plateau de Champel termine sa mue

Publié

le

J-4 avant la mise en service du Léman Express à Genève. Pourtant à Champel, les travaux se poursuivent aux abords de la nouvelle gare. Les commerçants attendent avec impatience.  

C’est la principale attraction du quartier. Les passants s’attardent pour observer cette nouvelle gare de Champel sortie de terre, essentiellement faite de « briques de verre », de sorte à laisser entrer la lumière dans l’édifice. L’endroit, sur lequel trônait une fontaine et quelques arbres, a cédé sa place à cette grande station, qui verra transiter environ 20’000 personnes selon les estimations. Autour de la gare, les ouvriers continuent de travailler et les camions de chantier se succèdent toujours. Il y a aussi des jardiniers, puisque 135 chênes ont été plantés. Le plateau de Champel, proche de l’hôpital, aura également un autre aménagement: un tunnel souterrain piéton, qui permettra de relier en quelque minutes cette gare aux HUG.

Commerçants impatients  

En attendant la fin des travaux, les barrières de chantier sont toujours déployées autour de la gare, à quelques mètres des commerçants. Ils sont aux premières loges et reconnaissent en avoir mare du bruit et de la poussière. C’est le cas de la boulangerie-pâtisserie Billaudel, où les engins de chantier passent directement devant la terrasse. C’est ce qu’explique Lorène, qui y travaille.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

D’autant que le chantier a entraîné une baisse de fréquentation importante: près de 50% de clients en moins affirme Lorène.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

Pourtant, elle constate tout de même l’avancée des travaux. Lorène reste positive pour la suite.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

Curiosité 

Nombreux sont ceux qui s’attardent aux abords de la nouvelle gare, pour discuter, commenter et critiquer. Parmi eux Michel, la soixantaine. Il est venu spécialement pour voir le bâtiment et ses environs. S’il constate que le lieu est encore encombré par les travaux, il se réjouit de la prochaine inauguration de la gare.

Michel  Ancien habitant du quartier

Michel, sera d’ailleurs présent dimanche pour la mise en service du Léman Express. A cette occasion, il souhaite parcourir l’ensemble des nouvelles gares. Pour lui, il s’agit du premier grand bouleversement à Genève depuis la construction de l’autoroute de contournement.

Michel  Ancien habitant du quartier

Si le soixantenaire n’utilisera à priori par le Ceva au quotidien, il espère que la fréquentation de ce nouveau train sera au rendez-vous. Michel espère également que cela participera à dégorger la ville.

Michel  Ancien habitant du quartier

 

Plus d’informations sur le site internet du Léman Express 

 

 

Continuer la lecture