Rejoignez-nous

Actualité

Jérémy Desplanches: « C’est prometteur »

Publié

,

le

Desplanches a signé des chronos prometteurs aux championnats de France (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Jérémy Desplanches a battu trois records de Suisse lors des récents championnats de France. « C’est prometteur », lâche le Genevois dans un entretien accordé à Keystone-ATS.

Les Mondiaux auront lieu au mois de juillet en Corée du Sud. N’est-ce pas un peu tôt pour être en forme?

– « Il n’y a pas d’heure pour être en forme (rires). C’est plutôt bon signe. Mon affûtage n’était pas vraiment développé. Je me suis simplement reposé une semaine avant ces championnats de France, en dormant un peu plus et en abaissant le kilométrage de nage. C’est vraiment bon signe d’avoir nagé aussi vite en ayant eu aussi peu de repos. »

Que vous inspirent les chronos réalisés à Rennes, où vous avez nagé 52 »28 sur 100 m papillon, 1’57 »58 sur 200 m papillon et 4’12 »86 sur 400 m 4 nages?

– « Que du bon. C’est prometteur. Je délaisse toujours le 4 nages en début d’année. Traditionnellement, je ne fais ainsi quasiment pas de brasse avant les championnats de France, et me concentre sur le papillon, le dos et le crawl. A Rennes, j’ai été plus rapide sur 200 m 4 nages que lors des championnats d’Europe 2018 (réd: où il avait cueilli l’or en 1’57 »04) tout en étant plus lent d’une seconde en brasse. Et comme la brasse est la première nage que j’ai pratiquée quand j’étais petit, ça revient vite. Je suis donc confiant. »

– Vous avez battu trois records de Suisse, mais n’avez pas amélioré celui du 200 m 4 nages (réd: il a nagé 1’56 »89 à Rennes, à trois centièmes de sa meilleure marque). N’est-ce pas tout de même paradoxal?

« Il me manque un quart de la course, la partie de brasse qui n’était vraiment pas bonne à Rennes. Cela me surprend d’ailleurs d’autant plus de m’être montré aussi rapide sur 400 m 4 nages, une discipline que je n’apprécie pas trop. Même si le contexte était différent: d’habitude le 400 m 4 nages se dispute en fin de championnat, alors que là c’était ma première course. Cette fois-ci, j’avais donc plus d’énergie. L’an dernier, mon niveau en brasse était encore plus catastrophique à pareille époque. Ma première compétition de brasse m’avait alors vraiment fait peur l’an dernier. Alors réussir moins de 4’13 », c’est très positif. »

Quel chrono pensez-vous pouvoir réaliser sur 200 m 4 nages dans les semaines ou mois à venir?

« Je pense pouvoir gagner environ une demi-seconde par rapport au temps réalisé à Rennes, exclusivement dans la partie de brasse. Ca peut venir très vite avec plus d’entraînement sur cette nage et quelques ajustements techniques. A Rennes, j’ai fait beaucoup d’efforts pour réussir 34 »4 en brasse, alors que suis capable de nager cette partie en 33 secondes. »

Les temps réalisés à Rennes vous font-ils revoir vos objectifs à la hausse pour les Mondiaux?

« Pour moi, le chrono n’est important que lorsque je suis seul devant, comme dans des championnats de Suisse. Le but pour les Mondiaux, ce sera de figurer dans le top 5 et d’être en bonne position dans la hiérarchie en vue de l’an prochain et des JO de Tokyo. Le but est d’être un possible médaillé. Cela signifierait que je pourrais viser le podium dans un grand jour, et que l’objectif serait une place de finaliste en cas de petite forme. »

Quel est votre programme jusqu’aux championnats du monde (12-28 juillet à Gwangju)?

« Là, j’ai cinq jours de vacances pour me remettre des séquelles physiques habituelles du début de saison, les tendinites et les contractures. Je vais reprendre en étant aussi frais qu’en début de préparation. Ma prochaine compétition, ce sera les « Champions Swim Series » à Budapest les 11 et 12 mai. C’est un nouveau circuit organisé par la Fédération internationale, et j’ai la chance d’avoir été sélectionné. Je n’affronterai que trois nageurs (réd: le médaillé de bronze du 200 m 4 nages des Mondiaux 2017 Wang Shun, le vice-champion olympique 2016 du 400 m 4 nages Chase Kalisz et le vice-champion d’Europe du 200 m 4 nages Philip Heintz) sur 200 m 4 nages. A l’entraînement, je vais mettre l’accent sur la brasse, qui représentait à peine 5% de ce que je nageais jusqu’ici. Le but, c’est d’équilibrer désormais le temps accordé aux quatre nages. »

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La bonne dynamique se poursuit pour la création d’entreprises

Publié

le

Sur les trois premiers mois de 2021, 13'155 sociétés ont été fondées, ce qui représente un bond de 15,3%. Quelque 5047 firmes ont en outre fait leur entrée dans les registres de commerce cantonaux uniquement en mars (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Après une année 2020 exceptionnelle, la forte augmentation du nombre d’entreprises créées en Suisse s’est poursuivie au 1er trimestre, en particulier au mois de mars. Contrairement aux mois précédents, les faillites ont cependant également progressé en mars.

Sur les trois premiers mois de 2021, 13’155 sociétés ont été fondées, ce qui représente un bond de 15,3%. Quelque 5047 firmes ont en outre fait leur entrée dans les registres de commerce cantonaux uniquement en mars. « Il s’agit du deuxième meilleur mois jamais engrangé », indique vendredi l’union suisse des créanciers Creditreform.

Si cette tendance positive se poursuit, « une hausse de plus de 50’000 ne peut pas être exclue pour 2021 », estime l’établissement saint-gallois.

Parallèlement, le nombre d’entreprises rayé des registres de commerce, notamment en raison de faillites, a avancé de 2,1% sur un an à 7764.

La croissance nette des entreprises créées sur les trois premiers mois s’est ainsi inscrite à 41,5%, soit 5391 nouvelles firmes.

Revenant sur les faillites des sociétés, Creditreform fait remarquer qu’entre janvier et mars, le nombre de firmes ayant mis la clef sous le paillasson a reculé de 14% sur un an à 1216. Mais uniquement pour le mois de mars, cet indicateur s’est étoffé de 8,9% à 487.

L’évolution de ce chiffre dépendra des assouplissements des restrictions sanitaires en place mais également de l’impact des aides aux entreprises octroyées par la Confédération, rappelle le communiqué.

Creditreform estime qu’il est fort probable que les faillites progressent légèrement à partir des prochains mois.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Deux collaborateurs ont commis des actes de harcèlement

Publié

le

Des cas de harcèlement sexuel au sein de la RTS confirmés par des enquêtes externes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les résultats des enquêtes menées suite à un article du Temps sur des cas de harcèlement à la RTS confirment les faits commis par deux collaborateurs. En revanche, l’ex-présentateur Darius Rochebin, qui était épinglé pour des comportements inadéquats, est blanchi.

Un des collaborateurs a quitté l’entreprise et l’autre a reçu une sanction formelle, indique vendredi la RTS dans un communiqué. Aucun témoignage recueilli ne permet de conclure à des actes relevant de harcèlement sexuel ou psychologique, d’atteinte à la personnalité ou de quelconque infraction pénale, ajoute la RTS en évoquant le cas de Darius Rochebin.

Tout en haut de la hiérarchie, les responsables ne sont pas inquiétés. Le Conseil d’administration de la SSR affirme sa pleine confiance envers le directeur général de la SSR Gilles Marchand et le directeur de la RTS Pascal Crittin, indique-t-il vendredi dans un communiqué. Il présente ses excuses aux personnes touchées par les cas de harcèlement.

Bernard Rappaz, rédacteur en chef de l’actualité TV, qui avait décidé de se mettre en retrait des tâches opérationnelles pendant l’enquête, ne réintégrera pour sa part pas l’entreprise. Un retour à son poste s’avérait peu réaliste, relève la RTS dans son communiqué. Le directeur des RH quitte son poste.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Deux collaborateurs ont commis des actes de harcèlement

Publié

le

Des cas de harcèlement sexuel au sein de la RTS confirmés par des enquêtes externes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les résultats des enquêtes menées suite à un article du Temps sur des cas de harcèlement à la RTS confirment les faits commis par deux collaborateurs. En revanche, l’ex-présentateur Darius Rochebin, qui était épinglé pour des comportements inadéquats, est blanchi.

Un des collaborateurs a quitté l’entreprise et l’autre a reçu une sanction formelle, indique vendredi la RTS dans un communiqué. Aucun témoignage recueilli ne permet de conclure à des actes relevant de harcèlement sexuel ou psychologique, d’atteinte à la personnalité ou de quelconque infraction pénale, ajoute la RTS en évoquant le cas de Darius Rochebin.

Tout en haut de la hiérarchie, les responsables ne sont pas inquiétés. Le Conseil d’administration de la SSR affirme sa pleine confiance envers le directeur général de la SSR Gilles Marchand et le directeur de la RTS Pascal Crittin, indique-t-il vendredi dans un communiqué. Il présente ses excuses aux personnes touchées par les cas de harcèlement.

Bernard Rappaz, rédacteur en chef de l’actualité TV, qui avait décidé de se mettre en retrait des tâches opérationnelles pendant l’enquête, ne réintégrera pour sa part pas l’entreprise. Un retour à son poste s’avérait peu réaliste, relève la RTS dans son communiqué. Le directeur des RH quitte aussi la RTS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Légère hausse des prix à la production et à l’importation en mars

Publié

le

L'indice des prix à la production et à l'importation (PPI) a atteint 100,8 points pendant le mois sous revue, enregistrant une hausse de 0,6% comparé à février et une baisse de 0,2% par rapport à mars 2020, selon un communiqué des statisticiens basés à Neuchâtel (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les prix à la production et à l’importation ont progressé en mars sur un mois, mais ont affiché un recul comparé à la même période de l’année précédente, a annoncé vendredi l’Office fédéral de la statistique (OFS).

L’indice des prix à la production et à l’importation (PPI) a atteint 100,8 points pendant le mois sous revue, enregistrant une hausse de 0,6% comparé à février et une baisse de 0,2% par rapport à mars 2020, selon un communiqué des statisticiens basés à Neuchâtel.

Sur un mois, les tarifs à la production ont enflé de 0,4%, essentiellement en raison des prix pétroliers, mais aussi des tarifs pour la feraille, les produits semi-finis en métaux et la viande.

Quant aux tarifs à l’importation, ils ont renchéri de 1% par rapport à février, également en raison d’une hausse des prix des hydrocarbures et des métaux, mais aussi des produits alimentaires, le cuir, les chaussures, les voitures et les composants de véhicules. Une baisse des prix des ordinateurs a par contre été constatée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

ABB décroche un contrat de Stadler Rail en Allemagne du nord

Publié

le

Les rames, construites par Stadler, seront livrées aux sociétés de transports publics de Berlin et du Land de Schleswig-Holstein (archives). (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Le géant de l’électronique ABB a obtenu un contrat dans le domaine ferroviaire pour des technologies de propulsion. La commande émane de la filiale allemande du constructeur de matériel roulant Stadler Rail.

Les rames, construites par Stadler, seront livrées aux sociétés de transports publics de Berlin et du Land de Schleswig-Holstein.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture