Rejoignez-nous

Actualité

Jérémy Desplanches: « C’est prometteur »

Publié

,

le

Desplanches a signé des chronos prometteurs aux championnats de France (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Jérémy Desplanches a battu trois records de Suisse lors des récents championnats de France. « C’est prometteur », lâche le Genevois dans un entretien accordé à Keystone-ATS.

Les Mondiaux auront lieu au mois de juillet en Corée du Sud. N’est-ce pas un peu tôt pour être en forme?

– « Il n’y a pas d’heure pour être en forme (rires). C’est plutôt bon signe. Mon affûtage n’était pas vraiment développé. Je me suis simplement reposé une semaine avant ces championnats de France, en dormant un peu plus et en abaissant le kilométrage de nage. C’est vraiment bon signe d’avoir nagé aussi vite en ayant eu aussi peu de repos. »

Que vous inspirent les chronos réalisés à Rennes, où vous avez nagé 52 »28 sur 100 m papillon, 1’57 »58 sur 200 m papillon et 4’12 »86 sur 400 m 4 nages?

– « Que du bon. C’est prometteur. Je délaisse toujours le 4 nages en début d’année. Traditionnellement, je ne fais ainsi quasiment pas de brasse avant les championnats de France, et me concentre sur le papillon, le dos et le crawl. A Rennes, j’ai été plus rapide sur 200 m 4 nages que lors des championnats d’Europe 2018 (réd: où il avait cueilli l’or en 1’57 »04) tout en étant plus lent d’une seconde en brasse. Et comme la brasse est la première nage que j’ai pratiquée quand j’étais petit, ça revient vite. Je suis donc confiant. »

– Vous avez battu trois records de Suisse, mais n’avez pas amélioré celui du 200 m 4 nages (réd: il a nagé 1’56 »89 à Rennes, à trois centièmes de sa meilleure marque). N’est-ce pas tout de même paradoxal?

« Il me manque un quart de la course, la partie de brasse qui n’était vraiment pas bonne à Rennes. Cela me surprend d’ailleurs d’autant plus de m’être montré aussi rapide sur 400 m 4 nages, une discipline que je n’apprécie pas trop. Même si le contexte était différent: d’habitude le 400 m 4 nages se dispute en fin de championnat, alors que là c’était ma première course. Cette fois-ci, j’avais donc plus d’énergie. L’an dernier, mon niveau en brasse était encore plus catastrophique à pareille époque. Ma première compétition de brasse m’avait alors vraiment fait peur l’an dernier. Alors réussir moins de 4’13 », c’est très positif. »

Quel chrono pensez-vous pouvoir réaliser sur 200 m 4 nages dans les semaines ou mois à venir?

« Je pense pouvoir gagner environ une demi-seconde par rapport au temps réalisé à Rennes, exclusivement dans la partie de brasse. Ca peut venir très vite avec plus d’entraînement sur cette nage et quelques ajustements techniques. A Rennes, j’ai fait beaucoup d’efforts pour réussir 34 »4 en brasse, alors que suis capable de nager cette partie en 33 secondes. »

Les temps réalisés à Rennes vous font-ils revoir vos objectifs à la hausse pour les Mondiaux?

« Pour moi, le chrono n’est important que lorsque je suis seul devant, comme dans des championnats de Suisse. Le but pour les Mondiaux, ce sera de figurer dans le top 5 et d’être en bonne position dans la hiérarchie en vue de l’an prochain et des JO de Tokyo. Le but est d’être un possible médaillé. Cela signifierait que je pourrais viser le podium dans un grand jour, et que l’objectif serait une place de finaliste en cas de petite forme. »

Quel est votre programme jusqu’aux championnats du monde (12-28 juillet à Gwangju)?

« Là, j’ai cinq jours de vacances pour me remettre des séquelles physiques habituelles du début de saison, les tendinites et les contractures. Je vais reprendre en étant aussi frais qu’en début de préparation. Ma prochaine compétition, ce sera les « Champions Swim Series » à Budapest les 11 et 12 mai. C’est un nouveau circuit organisé par la Fédération internationale, et j’ai la chance d’avoir été sélectionné. Je n’affronterai que trois nageurs (réd: le médaillé de bronze du 200 m 4 nages des Mondiaux 2017 Wang Shun, le vice-champion olympique 2016 du 400 m 4 nages Chase Kalisz et le vice-champion d’Europe du 200 m 4 nages Philip Heintz) sur 200 m 4 nages. A l’entraînement, je vais mettre l’accent sur la brasse, qui représentait à peine 5% de ce que je nageais jusqu’ici. Le but, c’est d’équilibrer désormais le temps accordé aux quatre nages. »

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un RER qui doit transformer une région

Publié

le

Le Léman Express est inauguré jeudi lors de trois cérémonies à Coppet (VD), la Roche-sur-Foron (F) et Genève-Eaux-Vives. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

C’est le grand jour pour le Léman Express. Le plus vaste réseau transfrontalier d’Europe est officiellement inauguré jeudi, trois jours avant son ouverture au public.

Trois cérémonies sont programmées jeudi, les premières dès 11h00 sur sol vaudois à Coppet et français à La Roche-Sur-Foron. Les invités et autorités se retrouveront ensuite à 14h00 à la gare de Genève-Eaux-Vives. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, la conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite et son homologue genevois Serge Dal Busco participeront notamment aux festivités.

Côté français, plusieurs personnalités politiques sont également attendues, mais pas la ministre des transports Elisabeth Borne. Celle-ci a annulé son déplacement alors que la France se trouve en plein conflit social.

Ces grèves pourraient d’ailleurs occasionner des accrocs pour le lancement du réseau sur la partie française, mais pas du côté suisse. « Les grèves ne menacent pas la mise en service du Léman Express », avait assuré en début de semaine son directeur Mario Werren, dans une interview à la RTS.

Chantier du siècle

Attendu de longue date, le Léman Express devra maintenant tenir les immenses promesses placées en lui, à savoir de révolutionner la mobilité de la région.

La mise en place du réseau franco-valdo-genevois n’a été rendue possible que grâce à la construction du CEVA, un tronçon ferroviaire d’une longueur de 16 kilomètres, qui permet de relier les deux rives du canton de Genève en connectant la gare d’Annemasse (F) à celle de Cornavin. Cette ligne est la colonne vertébrale du RER ouest lémanique.

Considéré par les autorités genevoises comme le chantier du siècle, le CEVA aura coûté environ 1,6 milliard de francs à la Suisse et plus de 230 millions d’euros à la France. Le premier coup de pioche a été donné en novembre 2011. Côté genevois, cinq stations nouvelles ou entièrement réhabilitées jalonnent la ligne.

Le chaînon manquant

Grâce au CEVA, chaînon ferroviaire manquant entre la Suisse et la France, un impressionnant réseau, composé de 230 kilomètres de lignes et 45 gares, peut être mis en service. Il permettra d’aller en train de Coppet (VD) à Annemasse, de Genève à Thonon-les-Bains (F), de Cluses (F) à Meyrin (GE).

Le RER couvre une région où habitent plus d’un million d’habitants. Ce mode de transport devrait notamment être utilisé par les nombreux pendulaires qui, côté français, sont souvent condamnés à prendre leur voiture, faute de solution alternative pour se rendre à leur travail. Les autorités espèrent ainsi un désengorgement des routes.

Une réduction de 12% du trafic automobile est attendue à l’heure du pointe du matin. Cinq des six lignes du Léman Express desserviront 30% des actifs qui résident hors du canton de Genève et qui y travaillent. L’offre de places P+R va s’étoffer pour atteindre 9’200 places, en 2023.

Transformations urbaines

Le Léman Express agit aussi comme un formidable moteur en matière d’urbanisation. Des quartiers sortent de terre autour des stations, des immenses périmètres sont réaménagés, des logements et des commerces voient le jour. La mutation est aussi en cours en France. A Annemasse, le périmètre de la gare se métamorphose.

Le matériel roulant du Léman Express est composé de rames Régiolis du constructeur français Alstom et de rames FLIRT du fabricant suisse Stadler. Au centre du réseau, entre Genève et Annemasse, six trains par heure et par sens circuleront. Le trajet entre Genève et Annemasse sera de 22 minutes.

 

Source / ATS

Continuer la lecture

Actualité

Cointrin accueillera 2300 logements à l’horizon 2050

Publié

le

2300 nouveaux logements devraient voir le jour à Cointrin d’ici 2050. Le Conseil d’Etat a présenté ce mercredi son projet de déclassement de la zone villa à Cointrin-Est et Ouest. Le projet de loi, adopté en 2017, a fait l’objet d’un référendum et les Genevois sont amenés à se prononcer le 9 février prochain sur ce déclassement en zone de développement.

Il se fera de manière très progressive et en accord avec les propriétaires fonciers, selon le  Conseiller d’Etat chargé de l’aménagement du territoire Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Les logements se répartiront entre logements d’utilité publique, logements coopératifs, locatifs et PPE.  Les propriétaires de villas seraient nombreux à vouloir ce changement d’affectation, malgré le référendum, selon Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Le secteur devrait également permettre la création de 800 emplois. Il devra respecter les normes de bruit fixées par la loi, ce qui devrait être possible selon le Conseiller D’État.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat chargé de l'aménagement du territoire

Dans le canton, seuls 11% des zones villas sont destinées à devenir de la ville, selon le Conseil d’Etat.

 

Continuer la lecture

Actualité

Des cameras pour détecter les automobilistes qui téléphonent

Publié

le

Photo by Acharaporn Kamornboonyarush from Pexels

Le monde de demain : En Australie, l’intelligence artificielle au service de la sécurité routière… 

On ne va pas se mentir, cela nous est tous arrivé de passer un appel alors que l’on est au volant.

Et bien en Nouvelle-Galles du Sud, on a trouvé une solution technologique pour verbaliser les contrevenants, C’est d’ailleurs une 1ère mondiale : des caméras dopées à l’intelligence artificielle qui peuvent repérer  si le conducteur d’une voiture tient un téléphone en main.

Il s’agit de caméras fixes ou mobiles qui fonctionnent de jour comme de nuit et quelques soient les conditions météo. Les images sont d’abord analysées par une intelligence artificielle, avant de passer entre les mains d’un agent de l’administration qui devra vérifier et confirmer ou non l’infraction des automobilistes.

Et c’est pour bientôt ?

C’est le monde de demain dès aujourd’hui… Après une phase de tests de 6 mois et quelques 100 000 flagrants délits relevés, le dispositif est en service depuis début décembre. 45 caméras ont déjà été installées dans Sydney et ses environs, sans être signalées par des panneaux.

Et en cas d’infraction, ils encourent une amende de 344 dollars australiens, l’équivalent de 230 francs. La buche est portée à 300 francs dans un périmètre scolaire et au retrait de 5 à 10 points sur le permis selon le lieu de l’infraction.

A terme, l’ambition est de parvenir à réduire de 30 % le nombre de tués sur les routes. Le gouvernement local espère ainsi contrôler 135 millions de véhicules sur les 5 prochaines années.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Leman Express: le plateau de Champel termine sa mue

Publié

le

J-4 avant la mise en service du Léman Express à Genève. Pourtant à Champel, les travaux se poursuivent aux abords de la nouvelle gare. Les commerçants attendent avec impatience.  

C’est la principale attraction du quartier. Les passants s’attardent pour observer cette nouvelle gare de Champel sortie de terre, essentiellement faite de « briques de verre », de sorte à laisser entrer la lumière dans l’édifice. L’endroit, sur lequel trônait une fontaine et quelques arbres, a cédé sa place à cette grande station, qui verra transiter environ 20’000 personnes selon les estimations. Autour de la gare, les ouvriers continuent de travailler et les camions de chantier se succèdent toujours. Il y a aussi des jardiniers, puisque 135 chênes ont été plantés. Le plateau de Champel, proche de l’hôpital, aura également un autre aménagement: un tunnel souterrain piéton, qui permettra de relier en quelque minutes cette gare aux HUG.

Commerçants impatients  

En attendant la fin des travaux, les barrières de chantier sont toujours déployées autour de la gare, à quelques mètres des commerçants. Ils sont aux premières loges et reconnaissent en avoir mare du bruit et de la poussière. C’est le cas de la boulangerie-pâtisserie Billaudel, où les engins de chantier passent directement devant la terrasse. C’est ce qu’explique Lorène, qui y travaille.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

D’autant que le chantier a entraîné une baisse de fréquentation importante: près de 50% de clients en moins affirme Lorène.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

Pourtant, elle constate tout de même l’avancée des travaux. Lorène reste positive pour la suite.

Lorène  Employée à la boulangerie-pâtisserie Billaudel

Curiosité 

Nombreux sont ceux qui s’attardent aux abords de la nouvelle gare, pour discuter, commenter et critiquer. Parmi eux Michel, la soixantaine. Il est venu spécialement pour voir le bâtiment et ses environs. S’il constate que le lieu est encore encombré par les travaux, il se réjouit de la prochaine inauguration de la gare.

Michel  Ancien habitant du quartier

Michel, sera d’ailleurs présent dimanche pour la mise en service du Léman Express. A cette occasion, il souhaite parcourir l’ensemble des nouvelles gares. Pour lui, il s’agit du premier grand bouleversement à Genève depuis la construction de l’autoroute de contournement.

Michel  Ancien habitant du quartier

Si le soixantenaire n’utilisera à priori par le Ceva au quotidien, il espère que la fréquentation de ce nouveau train sera au rendez-vous. Michel espère également que cela participera à dégorger la ville.

Michel  Ancien habitant du quartier

 

Plus d’informations sur le site internet du Léman Express 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Voleurs arrêtés après une course-poursuite dans la Broye vaudoise

Publié

le

Plusieurs patrouilles de la gendarmerie vaudoise sont intervenues (photo prétexte). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La police a arrêté vendredi dernier les auteurs d’un vol par effraction sur l’automate d’une station-service à Marnand (VD). Elle a intercepté les deux voleurs après une course-poursuite mouvementée.

Quelques minutes après l’alerte, la voiture des suspects a été repérée à Montpreveyres. Une course-poursuite s’est engagée sur une trentaine de kilomètres à travers les villages des Cullayes, Servion, Ferlens, Essertes, Châtillens et Carrouge, a indiqué mercredi la police vaudoise.

Batterie sur la chaussée

Dans sa fuite, le conducteur a commis de graves infractions à la Loi sur la circulation routière (LCR). Afin de ralentir les véhicules de police, le passager a balancé plusieurs objets sur la chaussée dont une roue de voiture et une batterie.

A Mézières, le chauffard a percuté à deux reprises une voiture de la gendarmerie qui tentait de le faire ralentir. Les deux occupants ont alors pris la fuite à pied mais ils ont pu être interpellés.

Le conducteur était recherché pour divers délits et il était sous le coup d’un retrait de permis. Le passager était également recherché depuis plusieurs mois pour des infractions contre le patrimoine. Les plaques de la voiture avaient été dérobées. Les deux hommes, âgés de 27 et 28 ans, ont été placés en détention.

Source: ATS

Continuer la lecture