Rejoignez-nous

International

Ukraine: au moins 17 morts dans des frappes de missiles russes

Publié

,

le

La Russie poursuit ses attaques (illustration avec des dégâts à Kiev) (© KEYSTONE/AP)

Au moins 17 personnes ont été tuées et 78 blessées dans une triple frappe russe mercredi à Tcherniguiv, grande ville du nord de l'Ukraine. Le président Volodymyr Zelensky a mis en cause une nouvelle fois le manque d'aide de l'Occident.

"Selon les dernières informations, 17 personnes sont mortes dont deux qui sont décédées à l'hôpital", a indiqué le service d'Etat ukrainien des Situations d'urgence, "et 78 ont été blessées, dont 40 hospitalisées, a déclaré sur Telegram son maire par intérim, Oleksandre Lomako.

Selon les autorités, "des infrastructures sociales, une institution d'éducation, un hôpital" et seize immeubles résidentiels ont été endommagés. Sur des images officielles, on pouvait voir des mares de sang sur les lieux du drame.

"Défense aérienne insuffisante"

Olga Samoïlenko, une habitante, a raconté à l'AFP comment elle s'était réfugiée avec ses enfants dans le couloir de leur immeuble pour se protéger, lorsque le premier missile a explosé.

"Nos voisins étaient déjà là. Nous avons commencé à crier pour que tout le monde se mette à terre. C'est ce qu'ils ont fait. Il y a eu deux autres explosions. Nous avons alors couru jusqu'au parking", a raconté cette femme de 33 ans.

Des journalistes de l'AFP sur place ont vu un corps en train d'être extrait des décombres ainsi que le bâtiment le plus touché, un hôtel de huit étages, dont des parties sont complètement détruites.

De nombreuses ambulances et des camions de pompiers étaient visibles sur les lieux, ainsi que des tentes montées par la police et les sauveteurs. Des voitures garées près de l'épicentre avaient le pare-brise détruit.

Le président Zelensky a souligné que l'Ukraine n'avait pas assez de défenses aériennes pour empêcher cette attaque, sans doute la plus meurtrière contre cette ville historique située à une soixantaine de kilomètres de la frontière avec le Bélarus, allié de la Russie, et à une centaine de kilomètres au nord du Kiev.

"Cela ne serait pas arrivé si l'Ukraine avait reçu suffisamment d'équipements de défense antiaérienne et si la détermination du monde à résister à la terreur russe avait été suffisante", a martelé le dirigeant ukrainien sur Telegram.

Car la Russie bombarde quotidiennement des villes ukrainiennes à l'aide de missiles et drones explosifs, notamment ses infrastructures énergétiques.

Frustration ukrainienne

Face à une aide occidentale, en particulier américaine, qui s'essouffle, l'Ukraine est confrontée à un manque croissant de moyens pour intercepter ces engins.

Elle exhorte désespérément ses partenaires à lui livrer davantage d'armements et de systèmes de défense antiaérienne.

La réticence des alliés a particulièrement frustré Kiev après une attaque aérienne iranienne massive contre Israël ce week-end, repoussée avec succès notamment grâce au soutien militaire occidental, alors qu'une enveloppe cruciale d'aide américaine à l'Ukraine est bloquée depuis des mois au Congrès américain.

"Il y a trois jours, au Moyen-Orient, nous avons vu à quoi ressemble une protection fiable des vies humaines contre les missiles", a écrit amèrement sur Facebook le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba mercredi.

A Tcherniguiv, trois explosions se sont produites à 09h03 quasiment dans le centre-ville, selon les autorités locales.

Cette ville, une des plus anciennes d'Ukraine, fondée il y a plus de 1000 ans, comptait environ 300'000 habitants avant l'invasion russe en février 2024. Elle avait été lourdement bombardée par l'armée russe au début de cette offensive et une partie de la région avait été occupée pendant plusieurs semaines.

Base russe attaquée en Crimée

Côté russe, des blogueurs militaires et médias ont pour leur part fait état d'une frappe ukrainienne dans la nuit de mardi à mercredi sur la base militaire russe de Djankoï, dans la péninsule ukrainienne de Crimée annexée par Moscou en 2014.

Des vidéos présumées de l'attaque, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent d'impressionnantes explosions au milieu de la nuit.

Selon le compte Telegram Rybar, proche de l'armée russe et suivi par plus d'un million de personnes, 12 missiles tactiques ATACMS livrés à Kiev par les Etats-Unis pourraient avoir touché cette cible, endommageant des équipements et un bâtiment.

Kiev et Moscou n'ont pour l'heure pas commenté officiellement.

Enfin, fournissant une nouvelle estimation a minima des pertes russes, le site russe indépendant Mediazona et le service russe de la BBC ont dit avoir identifié nommément, à partir d'informations publiques, plus de 50'000 soldats russes tués depuis le début il y a deux ans de l'invasion de l'Ukraine.

La partie russe ne communique pas ses pertes. De son côté, le président ukrainien a admis en février la mort de 31'000 militaires.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Pandémies: échec pour un accord dans les délais à l'OMS

Publié

le

Les divisions n'ont pas pu être surmontées sur les questions principales pour un traité contre les pandémies à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Les pays de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'ont pas réussi à terminer en deux ans les négociations pour un traité anti-pandémies. Ils ont décidé vendredi à Genève de demander à l'Assemblée mondiale de la santé de valider la poursuite ou non des discussions.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Conseil de sécurité: texte suisse sur le personnel humanitaire voté

Publié

le

L'ambassadrice suisse à l'ONU Pascale Baeriswyl a été suivie par les autres membres du Conseil de sécurité à New York (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

La Suisse a été suivie au Conseil de sécurité de l'ONU sur une résolution pour la protection du personnel onusien et humanitaire dans les conflits. Le texte de vendredi demande aux Etats de ne pas cibler celui-ci et d'honorer le droit international humanitaire (DIH).

Il a été adopté par 14 voix, avec la seule abstention de la Russie. Il ne fait pas référence à une situation, alors que les violations des Conventions de Genève ont été nombreuses ces dernières années en Ukraine, au Soudan ou encore au Proche-Orient. Il "condamne les attaques et toutes les violences", y compris sexuelles, contre le personnel humanitaire national et international.

La résolution appelle toutes les parties à des conflits à ne plus recourir à des armes explosives de manière indiscriminée. Celles-ci doivent aussi garantir un accès sans entraves à l'assistance humanitaire pour les civils, ajoute le texte.

Il demande aussi aux Etats de mener des investigations indépendantes rapides sur les violations des droits humains et du DIH dans leur juridiction. Et le Conseil de sécurité promet encore de prendre des dispositifs adaptés pour garantir la sécurité du personnel de l'ONU et du personnel humanitaire. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres devra présenter au Conseil de sécurité dans les six prochains mois des recommandations concrètes sur la manière de mieux empêcher ces attaques et de lutter contre l'impunité.

L'année dernière, plus de 500 travailleurs humanitaires, dont la moitié ont été tués, ont été victimes de violences, a précisé le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Dans les dix dernières années, le nombre a augmenté de plus de 50 %. Et dans 90 % des cas, ces victimes sont des employés nationaux ou locaux.

La résolution, coparrainée par 97 Etats, a aussi été saluée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) comme un rappel de l'obligation pour tous les Etats d'honorer le DIH. Les attaques contre les travailleurs humanitaires doivent s'arrêter, a également ajouté à Genève l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le cinéaste iranien Rasoulof ovationné debout

Publié

le

Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof a brandi à Cannes les photos de deux de ses acteurs principaux, Missagh Zareh et Soheila Golestani. (© KEYSTONE/EPA/ANDRE PAIN)

Le cinéaste Mohammad Rasoulof, qui vient de fuir l'Iran, a reçu vendredi une ovation debout à son arrivée dans la salle de gala du Festival de Cannes, où est projeté son film, "Les graines du figuier sauvage", en lice pour la Palme d'or.

La présence à Cannes du cinéaste, poursuivi par le régime iranien qui l'a privé de son passeport et condamné à de la prison, est un symbole pour la liberté d'expression.

Seule une partie de l'équipe du film a pu quitter l'Iran. Sur le tapis rouge puis dans la salle, Mohammad Rasoulof a brandi les photos de deux de ses acteurs principaux, Missagh Zareh et Soheila Golestani.

Il a monté les marches aux côtés de l'actrice iranienne Golshifteh Farahani, qui vit en exil en France depuis une quinzaine d'années.

Il était aussi accompagné de sa fille Baran, un passage de témoin symbolique puisque c'est cette dernière qui avait reçu l'Ours d'or à Berlin au nom de son père, interdit de quitter son pays, il y a quatre ans.

Rasoulof présente à Cannes "Les graines du figuier sauvage", un film tourné clandestinement, qui raconte l'histoire d'un magistrat, de son épouse et de ses deux filles, dans un Iran en proie aux manifestations.

Le film fait un écho direct au mouvement "Femme, vie, liberté" qui secoue la République islamique depuis la mort de Mahsa Amini, en septembre 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

La CIJ ordonne à Israël de stopper "immédiatement" son offensive

Publié

le

Les juges de La Haye ont donné suite à une demande de l'Afrique du Sud. Israël doit cesser immédiatement son offensive à Gaza. (© KEYSTONE/AP/Peter Dejong)

La plus haute juridiction de l'ONU a ordonné vendredi à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah, une décision susceptible d'ajouter à la pression internationale en faveur d'une trêve après plus de sept mois de guerre.

Israël doit "arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d'infliger au groupe des Palestiniens de Gaza des conditions d'existence capables d'entraîner sa destruction physique ou partielle", a déclaré la Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye.

La cour a également déclaré qu'Israël doit maintenir le passage de Rafah ouvert pour une aide "sans restriction".

A la suite de la décision à La Haye, le premier ministre israélien a convoqué pour "consultation" plusieurs membres de son gouvernement lors d'une conférence téléphonique à 16h00 (suisses) .

Au Hamas, la CIJ demande la "libération immédiate et inconditionnelle" des otages retenus à Gaza.

A l'origine de la procédure devant la cour de justice, l'Afrique du Sud a rapidement réagi, saluant la "décision plus ferme" de la CIJ vis-à-vis d'Israël.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

International

L'espérance de vie dans le monde a chuté de deux ans de 2019 à 2021

Publié

le

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alarme sur le recul de l'espérance de vie qui a été observé pendant la pandémie (archives). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

La pandémie liée au coronavirus a eu un impact énorme sur l'espérance de vie dans le monde. Entre 2019 et 2021, celle-ci a reculé de deux ans, à 71,4 ans, affirme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ses statistiques de la santé publiées vendredi à Genève.

Le chiffre est similaire à celui de 2012. "Nous avons anéanti une décennie d'avancées" sur cette question, a dit à la presse la sous-directrice générale Samira Asma. "Il est difficile" de les regagner rapidement, affirme-t-elle. L'espérance de vie en bonne santé a aussi chuté de deux ans, passant à 61,9 ans, au niveau de celle en 2012.

L'OMS ne peut pas encore établir un lien entre accès aux vaccins et recul de celle-ci dans les différents pays. Mais elle peut affirmer que le continent américain est celui qui a vu l'impact le plus important de la pandémie sur l'espérance de vie en 2020 et 2021.

Alors que le Pacifique occidental a été le moins affecté sur cette question. L'OMS alerte sur le besoin "de meilleures données". Neuf décès sur dix en Afrique ne sont pas enregistrés, dit-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture