Rejoignez-nous

International

UE: 4 jours et 4 nuits pour un accord

Publié

,

le

Les 27 dirigeants européens ont trouvé un accord, mardi matin, pour un plan de relance économique post Covid. Un plan historique, basé, pour la première fois sur une dette commune.

"Deal!", a annoncé mardi en anglais le Belge francophone Charles Michel, président du conseil européen, sur son compte Twitter. "Jour historique pour l'Europe!", a assuré dans la foulée le président Emmanuel Macron sur le même canal.

"Nous avons un accord. Et un bon accord ! Avec un budget 2021-2027 de 1074 milliards et un plan de relance de 750 milliards, jamais l'Union européenne n'avait décidé d'investir de manière aussi ambitieuse dans l'avenir", a expliqué la Première ministre belge Sophie Wilmes.

Dette commune

Au terme d'une bataille acharnée entre les pays dits "frugaux" et le couple franco-allemand, un compromis a finalement été conclu lors d'un sommet extraordinaire commencé débuté vendredi.

Pour soutenir l'économie européenne qui affronte une récession historique, le plan prévoit un fonds de 750 milliards d'euros, qui pourront être empruntés par la Commission sur les marchés. Il se décompose en 390 milliards de subventions, qui seront allouées aux Etats les plus frappés par la pandémie. Ce sera la dette commune à rembourser par les 27.

Cette émission de dette commune, une première, repose sur une proposition franco-allemande, qui suscitait une farouche opposition de la part des pays dits "frugaux" (Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède) rejoints par la Finlande.

Outre ces subventions, 360 milliards d'euros seront disponibles pour des prêts, remboursables par le pays demandeur. Le plan est adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027), qui prévoit une dotation de 1074 milliards d'euros, soit 154 milliards d'euros par an.

Gages

A plusieurs reprises, les pays "frugaux", taxés par certains de "radins", ont menacé de faire capoter ce plan massif de soutien à l'économie, qui profiterait avant tout aux pays du Sud comme l'Italie et l'Espagne. Ces pays les plus touchés par l'épidémie sont aussi jugés trop laxistes en matière budgétaire par leurs partenaires du Nord.

Pour vaincre leurs réticences, le président du Conseil européen, Charles Michel, a dû revoir sa proposition initiale et leur fournir des gages. Notamment en révisant à la baisse les 500 milliards de subventions prévues au départ et défendues par Berlin et Paris.

Mais aussi en augmentant de façon substantielle les rabais accordés à ces pays, qui jugent leurs contributions nettes au budget de l'UE disproportionnées. La correction accordée à l'Allemagne reste stable. Par rapport à la proposition initiale de Charles Michel, ces hausses des rabais vont de 22% pour les Pays-Bas à 138% pour l'Autriche.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le plus difficile à convaincre, avait reconnu que des progrès avaient été faits en sa direction.

Etat de droit

"Pour la première fois dans l'histoire européenne, le budget est lié aux objectifs climatiques, pour la première fois, le respect de l'Etat de droit devient une condition pour l'octroi des fonds", a annoncé Charles Michel.

Cette conditionnalité rencontrait une forte opposition de la Pologne et la Hongrie, deux pays dans le collimateur de la Commission et du Parlement européen qui ont enclenché une procédure à leur encontre pour des violations de l'Etat de droit.

Viktor Orban, qui avait fait planer des menaces de veto au sommet, a réclamé la fin de cette procédure dite de "l'article 7" à l'encontre de son pays, qui peut en théorie déboucher sur des sanctions. La presse hongroise pro-Orban a salué une "grande victoire".

Les sources de tension n'ont pas manqué au cours de ce sommet marathon. Emmanuel Macron a notamment haussé le ton pour dénoncer la mauvaise volonté et les "incohérences" des frugaux.

Mais le sommet a aussi été l'occasion d'une relance spectaculaire du couple franco-allemand, après des mois d'impatience et de frustrations réciproques, et du même coup du projet européen, ébranlé par la crise du Covid-19.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Début du sommet entre Vladimir Poutine et Kim Jong Un à Pyongyang

Publié

le

Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se sont rencontrés à l'aéroport de Pyongyang. (© KEYSTONE/AP/Gavriil Grigorov)

Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont entamé mercredi leurs entretiens dans le cadre d'un sommet bilatéral après une grande cérémonie sur la place principale de la capitale Pyongyang, ont rapporté des agences de presse russes.

"Le cortège du président russe, mené par la limousine Aurus dans laquelle se trouvait M. Poutine, s'est rendu sur la place Kim Il Sung", a rapporté Interfax.

Le chef de l'Etat russe et le numéro un nord-coréen ont ensuite "entamé des négociations dans le cadre de leurs délégations", à la résidence officielle Kumsusan, a précisé RIA Novosti.

Le président russe est arrivé à Pyongyang tôt mercredi. Il s'agit de sa première visite en Corée du Nord depuis 24 ans. MM. Poutine et Kim devraient aborder le renforcement des relations militaires entre les deux pays lors de leurs entretiens de mercredi, dans le contexte de l'opération militaire russe en Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le président de Taïwan dit qu'il "ne cédera pas" face à la Chine

Publié

le

Le président de Taïwan Lai Ching-te. (© KEYSTONE/AP/Chiang Ying-ying)

Taïwan "ne cédera pas" face à la pression de la Chine, a déclaré mercredi le président de l'île gouvernée de façon autonome, Lai Ching-te.

"L'annexion de Taïwan est une politique nationale de la République populaire de Chine", a observé M. Lai lors d'une conférence de presse organisée à l'issue de son premier mois de mandat.

"En plus de la force militaire, (le gouvernement chinois) a de plus en plus recours à des méthodes de coercition non traditionnelles pour tenter de forcer Taïwan à se soumettre. Mais Taïwan ne cédera pas à la pression", a assuré M. Lai.

"Le peuple de Taïwan défendra fermement la souveraineté nationale et conservera son mode de vie constitutionnel démocratique et libre", a-t-il ajouté.

La Chine a souligné que les manoeuvres militaires lancées quelques jours après l'investiture du président Lai le 20 mai, constituaient une "punition" pour son discours d'investiture, que Pékin avait qualifié d'"aveu d'indépendance de Taïwan". Pendant 48 heures, la Chine avait mobilisé des navires de guerre, des avions, des soldats et des lance-missiles pour encercler l'île.

Pékin appelle à une réunification "pacifique" avec ce territoire démocratique de 23 millions d'habitants, mais n'exclut pas d'employer la force pour le placer sous son contrôle.

Après ces exercices, Pékin a promis que les pressions militaires sur l'île se poursuivraient "tant que les provocations liées à l'indépendance de Taïwan continueront".

Séparé de la Chine par un étroit canal, Taïwan dispose de son propre gouvernement, de sa propre armée et de sa propre monnaie.

M. Lai, considéré comme un "dangereux séparatiste" par la Chine, a estimé qu'il n'était pas nécessaire que Taïwan déclare officiellement son indépendance, car elle était "déjà indépendante".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Los Angeles compte interdire l'usage des smartphones à l'école

Publié

le

Les smartphones seront bannis des écoles à Los Angeles. (© KEYSTONE/AP/KIICHIRO SATO)

Le district scolaire de Los Angeles s'est prononcé mardi en faveur d'une interdiction totale de l'usage des smartphones dans les écoles publiques de la ville.

Une décision annoncée au moment où le gouverneur de Californie, Etat le plus peuplé des Etats-Unis, veut lui bannir l'usage de ces appareils à l'école, pour limiter leur impact sur la santé mentale des élèves.

A Los Angeles, qui gère le deuxième plus grand district scolaire du pays, l'administration va devoir élaborer un plan pour empêcher l'usage des téléphones portables et des réseaux sociaux tout au long de la journée.

"Les écoles qui ont déjà mis en place une journée sans téléphone font état de résultats incroyables: les enfants sont plus heureux, ils se parlent, leurs résultats scolaires sont meilleurs", a expliqué Nick Melvoin, membre du conseil d'administration du district, qui a proposé l'interdiction. "Je pense donc qu'il s'agit d'une idée dont le temps est venu", a-t-il ajouté.

Sa résolution mentionnait des recherches selon lesquelles l'utilisation excessive du téléphone portable est associée à une augmentation du stress, de l'anxiété, de la dépression, des problèmes de sommeil, des sentiments d'agression et des pensées suicidaires chez les adolescents.

Les études ont également démontré une amélioration des résultats scolaires pour ceux qui n'utilisent pas de smartphone. Berceaux des réseaux sociaux, les Etats-Unis sont de plus en plus inquiets quant à leur impact sur la vie des jeunes Américains.

Lundi, le médecin-chef du pays, Vivek Murthy, a signé une tribune dans le New York Times pour réclamer des messages de prévention, comme sur les paquets de cigarette.

Il réclame que les plateformes publient des avertissements clairs "pour alerter des dangers importants qu'ils représentent pour la santé mentale des adolescents".

Passer plus de trois heures par jour sur les réseaux sociaux double le risque de provoquer des symptômes liés à la dépression et à l'anxiété chez les adolescents, rappelle le docteur. A l'été 2023, écrit ce responsable, les jeunes passaient environ 5 heures par jour sur ces applications.

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a invoqué cette tribune mardi pour annoncer vouloir interdire l'utilisation des smartphones à l'école dans l'ensemble du "Golden State". Un projet qui devra d'abord être approuvé par les parlementaires locaux de cet Etat démocrate.

Dans une Amérique de plus en plus polarisée, il s'agit d'un des rares consensus transpartisans. La Floride, dirigée par la bête noire de M. Newsom, le républicain Ron DeSantis, a par exemple interdit l'usage du smartphone à l'école l'an dernier. Des projets similaires sont en cours en Oklahoma, au Kansas, au Vermont, en Ohio, en Louisiane et en Pennsylvanie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Protection des mineurs: TikTok visé par la Justice américain

Publié

le

Le réseau social est visé par un signalement de la justice américaine. (© KEYSTONE/AP/Matt Slocum)

L'Agence américaine de protection des consommateurs, la FTC, a indiqué mardi avoir effectué un signalement au ministère de la Justice concernant TikTok pour possible violation de la loi protégeant les mineurs sur internet.

La FTC explique avoir initié une enquête de suivi pour s'assurer que la plateforme respectait bien les conditions d'un accord amiable passé en 2019, selon un communiqué mis en ligne sur son site.

A l'époque, l'Agence reprochait à l'ancêtre de TikTok, Musical.ly, d'avoir collecté indûment les données personnelles d'utilisateurs mineurs.

TikTok avait accepté de verser 5,7 millions de dollars d'indemnités et s'était engagé à se conformer aux dispositions de la loi dite COPPA (Children's Online Privacy Protection Act), adoptée en 1998.

Les vérifications entamées par la FTX "lui ont donné des raisons de croire que" TikTok et sa maison mère, le groupe chinois ByteDance, "ont enfreint ou sont en passe d'enfreindre la loi".

La FTC précise qu'elle ne fait généralement pas état publiquement d'un signalement au ministère de la Justice. Elle dit avoir estimé qu'il était "dans l'intérêt général" de le faire en l'espèce.

La communication de l'Agence intervient au lendemain de la publication, dans le New York Times, d'une tribune du médecin-chef des Etats-Unis, le docteur Vivek Murthy, réclamant aux réseaux sociaux d'afficher clairement "un message de prévention" sur leurs plateformes "pour alerter des dangers importants qu'ils représentent pour la santé mentale des adolescents".

Lors d'une audition à la Chambre des représentants, en mars 2023, le patron de TikTok, Shou Chew, avait essuyé un feu roulant de questions sur la responsabilité de TikTok concernant la santé mentale et physique des plus jeunes.

"Votre entreprise a détruit leurs vies", avait déclaré l'élu républicain de Floride Gus Bilirakis, en désignant les parents d'un adolescent s'étant suicidé, venus assister à l'audition.

Ils ont porté plainte contre le réseau social, qu'ils accusent d'avoir montré des milliers de vidéos non sollicitées sur le suicide à leur fils. TikTok fait face à plusieurs procédures au civil intentées pour avoir insuffisamment protégé les mineurs qui utilisent sa plateforme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Chaleur: plus de 300 pèlerins égyptiens morts pendant le hajj

Publié

le

Les quelque 300 morts égyptiens s'ajoutent aux plus de 240 décès déjà relevés cette année à cause de la chaleur. (© KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE)

Au moins 323 pèlerins égyptiens sont morts durant le hajj, le grand pèlerinage musulman à La Mecque, en Arabie saoudite, dont la grande majorité a succombé à des maladies liées à la chaleur, ont annoncé mardi à l'AFP deux diplomates arabes.

"Tous sont morts à cause de la chaleur", à l'exception d'un pèlerin qui a succombé après avoir été blessé lors d'un mouvement de foule, a déclaré l'un des diplomates, ajoutant que le chiffre total provenait de la morgue d'un hôpital dans le quartier Al-Muaisem de La Mecque.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture