Rejoignez-nous

International

Mars 2024, dixième mois d'affilée de chaleurs historiques

Publié

,

le

Mars 2024 constitue un nouveau signal après une année où le réchauffement climatique anthropique a multiplié les catastrophes naturelles. (© KEYSTONE/AP/Fernando Vergara)

Avec un nouveau record de température en mars, les douze derniers mois ont été les plus chauds jamais enregistrés dans le monde. La température a été 1,58°C plus élevée que dans le climat de la planète au XIXe siècle.

Poursuivant une série ininterrompue de dix records mensuels, mars 2024 constitue un nouveau signal après une année où le réchauffement climatique anthropique, accentué par le phénomène El Niño, a multiplié les catastrophes naturelles, alors que l'humanité n'a pas encore diminué ses émissions des gaz à effet de serre.

Limite de 1,5°C

Si juillet 2023 est devenu le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde, tous les mois depuis juin ont aussi battu leur propre record.

Mars 2024 poursuit la série, avec une température moyenne 1,68°C plus élevée qu'un mois de mars normal dans le climat de l'ère pré-industrielle (1850-1900), a annoncé mardi le service changement climatique (C3S) de l'observatoire européen Copernicus.

Sur les douze derniers mois, la température du globe a été 1,58°C plus élevée qu'à l'ère pré-industrielle, dépassant la limite de 1,5°C fixée par l'accord de Paris. Cette anomalie devrait toutefois être relevée en moyenne sur "au moins 20 ans" pour considérer que le climat, et non la météo annuelle, a atteint ce seuil, rappelle l'observatoire.

Mais "nous sommes extraordinairement proches de cette limite et nous sommes déjà en sursis", déclare à l'AFP Samantha Burgess, cheffe adjointe du C3S.

Record absolu pour les océans

Cela fait désormais plus d'un an que la température des océans, régulateurs majeurs du climat qui recouvrent 70% de la Terre, est plus chaude que toutes les annales. Mars 2024 établit même un nouveau record absolu, tous mois confondus, avec 21,07°C de moyenne mesurés à leur surface (hors zones proches des pôles) par Copernicus.

"C'est incroyablement inhabituel", relève Samantha Burgess. Cette surchauffe menace la vie marine et entraîne plus d'humidité dans l'atmosphère, synonyme de conditions météorologiques plus instables, comme des vents violents et des pluies torrentielles. Elle réduit aussi l'absorption de nos émissions de gaz à effet de serre dans les mers, puits de carbone qui emmagasinent 90% de l'excès d'énergie provoquée par l'activité humaine.

Sécheresses et inondations

"Plus l'atmosphère mondiale se réchauffe, plus les évènements extrêmes seront nombreux, sévères, intenses", rappelle la scientifique, citant la menace "des vagues de chaleur, sécheresses, inondations et incendies de forêt".

Parmi les illustrations récentes, de graves pénuries d'eau frappent le Vietnam, la Catalogne ou encore l'Afrique australe: après le Malawi et la Zambie, 2,7 millions de personnes sont menacées par la famine au Zimbabwe, qui a déclaré l'état de catastrophe nationale. Bogota vient de rationner l'eau potable et la crainte des pénuries planent sur la campagne électorale au Mexique.

A l'inverse, la Russie, le Brésil ou la France ont connu des inondations remarquables. L'influence du changement climatique sur chaque évènement reste à établir par des études scientifiques. Mais il est établi que le réchauffement climatique, en accentuant l'évapotranspiration et en augmentant l'humidité potentielle dans l'air accentue l'intensité de certains épisodes de précipitations.

Fin d'El Niño mais pas des records

Depuis juin, la météo mondiale subit l'effet du phénomène climatique naturel El Niño, synonyme de températures plus élevées. Celui-ci a atteint son pic en décembre mais doit encore se traduire par des températures continentales au-dessus de la normale jusqu'en mai, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Selon elle, il y a des chances que le phénomène inverse - La Niña - se développe "plus tard cette année" après des conditions neutres (ni l'un ni l'autre) entre avril et juin. D'autres records seront-ils alors battus ces prochains mois? "Si nous continuons à voir autant de chaleur à la surface de l'océan (...) c'est très probable", avertit Mme Burgess.

Accélération?

Ces records dépassent-ils les prévisions? La question est débattue par les climatologues après une année 2023 hors norme, la plus chaude jamais mesurée. Cette chaleur supplémentaire, "nous pouvons l'expliquer en grande partie, mais pas entièrement", résume Mme Burgess.

"2023 se situe dans la fourchette des prévisions des modèles climatiques, mais vraiment à la limite extérieure", loin de la moyenne, ajoute-t-elle, inquiète.

Emissions croissantes

Les concentrations dans l'air de dioxyde de carbone (CO2), de méthane et du monoxyde d'azote - les trois principaux gaz à effet de serre d'origine humaine - ont encore augmenté en 2023, selon les estimations de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), publiées vendredi. La concentration de CO2 s'établit en moyenne à 419,3 parties par million (ppm) sur l'année 2023, soit une augmentation de 2,8 ppm depuis 2022.

Selon le projet Carbon Monitor, toutefois, les émissions mondiales de CO2 en 2023 n'ont augmenté que de 0,1 % par rapport à 2022, atteignant 35,8 Gigatonnes. Si ces estimations laissent présager un plateau des émissions humaines, elles représentent toutefois de "10% à 66,7% du budget carbone restant pour limiter le réchauffement à 1,5 °C", notent les auteurs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Selon un responsable israélien, Netanyahu a dissous le cabinet de guerre

Publié

le

Le dirigeant centriste Benny Gantz avait quitté en juin la coalition gouvernementale de Benjamin Netanyahu (archives). (© KEYSTONE/EPA/ABIR SULTAN)

Un responsable israélien a annoncé lundi la dissolution du cabinet de guerre, créé après les attaques du 7 octobre menée par le Hamas en Israël. Cette décision fait suite à la démission la semaine dernière du centriste Benny Gantz.

Les médias israéliens avaient rapporté plus tôt lundi que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé la dissolution de ce groupe restreint lors d'une réunion du cabinet de sécurité dimanche.

Un responsable israélien, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a confirmé la dissolution du cabinet de guerre, précisant que le cabinet de sécurité prendrait "les décisions sur les questions relatives à la guerre".

Le cabinet de sécurité, qui comprend le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer et le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi, est le principal organe à prendre les décisions relatives à la guerre avec le Hamas.

"Plus nécessaire"

M. Gantz, chef du parti de l'Union nationale (centre) avait quitté la coalition gouvernementale plus tôt en juin, entraînant avec lui Gadi Eisenkot. "Lorsque (Gadi) Eisenkot et (Benny) Gantz ont rejoint le gouvernement, c'était à la condition qu'ils formeraient le cabinet de guerre", ont souligné des sources proches du dossier.

"Maintenant qu'ils sont partis, cela n'est plus nécessaire. Cela signifie que le cabinet de sécurité, qui est de toute façon l'organe chargé de prendre des décisions, se réunira plus souvent", ont souligné ces sources.

Mais selon des commentateurs, cette dissolution est également destinée à couper l'herbe sous le pied des ministres d'extrême droite Ben Gvir et Bezalel Smotrich qui voulaient participer au cabinet de guerre depuis le début du conflit.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Adidas mène une enquête sur des allégations de corruption en Chine

Publié

le

Adidas compte 14 usines en Chine et y a réalisé 15% de ses ventes mondiales en 2023, soit 3,2 milliards d'euros, en croissance de 8% sur un an. (archive) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL KARMANN)

L'équipementier sportif allemand Adidas a indiqué lundi mener une "enquête approfondie" sur une vaste affaire de corruption présumée en Chine évaluée à plusieurs millions d'euros impliquant des employés locaux du groupe.

Le groupe d'Herzogenaurach, à peine remis des turbulences après sa séparation brutale avec le rappeur américain Ye pour ses propos antisémites, voit désormais éclater une affaire compromettante en Chine, où ses ventes ont redécollé l'an dernier après le creux lié à la pandémie du Covid.

En date du 7 juin, Adidas dit avoir reçu "une lettre anonyme indiquant des violations potentielles de la conformité en Chine", a indiqué une porte-parole à l'AFP.

Adidas enquête depuis "de manière approfondie sur cette affaire en collaboration avec un conseiller juridique externe", sans donner plus de détails.

De façon générale, la marque aux trois bandes prend "très au sérieux les allégations de violations possibles de la conformité", et se veut irréprochable "sur tous les marchés sur lesquels nous opérons", selon sa porte-parole.

A la Bourse de Francfort, Adidas cédait plus d'1,5% lundi en matinée, dans un Dax reprenant des couleurs (+0,40%).

La dite lettre est attribuée à "des employés d'Adidas (en) Chine" accusant nommément plusieurs salariés chinois, dont un cadre du service budget marketing de l'entreprise, d'avoir reçu d'importants pots-de-vin, selon le quotidien britannique Financial Times qui a révélé en premier l'affaire.

Un responsable d'Adidas Chine est notamment accusé d'avoir reçu des "millions en espèces de la part de fournisseurs, ainsi que des biens notamment immobiliers."

Adidas, qui a fait ses débuts en Chine en 1997, y compte aujourd'hui 14 usines et y a réalisé 15% de ses ventes mondiales en 2023, soit 3,2 milliards d'euros, en croissance de 8% sur un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Environnement

Feu vert final des pays de l'UE à un texte-clé du Pacte vert

Publié

le

La législation a été prise pour cible par le Parti populaire européen, sous pression des milieux agricoles (archives). (© KEYSTONE/EPA/Olivier Matthys)

Le Conseil de l'Union européenne a adopté définitivement, lundi à Luxembourg, le projet de règlement européen sur la restauration des écosystèmes dégradés.

Ce vote a été soutenu par 20 États membres représentant 66,07% de la population de l'UE, soit une majorité qualifiée. Seuls six pays ont voté contre.

Le vote met fin à deux années de dure controverse politique au sein de l'Union européenne. Projet phare du Pacte vert européen dans son volet biodiversité, cette législation fixe aux États membres l'objectif de restaurer au moins 20% des écosystèmes dégradés de l'UE d'ici 2030 et l'ensemble des écosystèmes ayant besoin d'être restaurés d'ici 2050.

Elle a été prise pour cible par le Parti populaire européen sous pression agricole, ainsi que par des dirigeants qui ont réclamé une "pause" dans les législations climatiques de l'UE. Le règlement va maintenant être publié au Journal officiel de l'UE, pour une entrée en vigueur 20 jours plus tard.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / blg / afp

Continuer la lecture

Culture

Paul McCartney donnera des concerts en Europe en décembre

Publié

le

Paul McCartney lors de son concert au Hallenstadion de Zurich en 1989. (© Keystone/CHRISTOPH RUCKSTUHL)

Paul McCartney donnera des concerts en Europe en décembre. Il s'arrêtera à Paris, mais pas en Suisse.

"Salut la belle France !": c'est en français que Paul McCartney a annoncé lundi dans un message vidéo deux concerts les 4 et 5 décembre à Paris La Défense Arena. Après cette introduction, l'ex-Beatles, barbe de trois jours, poursuit son intervention malicieuse en anglais, envoyée en amont à la presse.

"C'est Paul ici, Paul McCartney, on vient jouer en France. On a passé un super moment la dernière fois qu'on est venus, c'est toujours génial en France. Alors venez, on va faire la fête". Les billets seront en vente le 21 juin.

Pas de concert en Suisse

Avec son "'Got back' tour", il se produira ensuite, toujours en décembre 2024, et chaque fois pour des doubles concerts, à Madrid, Manchester et Londres. Aucune date n'est annoncée en Suisse pour l'instant. Il a joué pour la dernière fois à Zurich en 2012.

Il aura auparavant joué en Amérique du Sud, en octobre prochain. Il s'arrêtera en Uruguay, Argentine, Chili et Pérou.

En novembre 2018, le bassiste gaucher et son groupe s'étaient produits devant 40'000 personnes à Paris La Défense Arena, plus grande salle fermée d'Europe, où est passée récemment Taylor Swift. Le natif de Liverpool avait promis de revenir.

"Macca", 81 ans, se produit dans le cadre de sa tournée mondiale "Got back". Un clin d'oeil à "Get back", nom originel du projet pour lequel les Beatles sont entrés en studio à Londres en janvier 1969.

Mais les bandes de cet album sont remisées au placard. Ces sessions fourniront ensuite des munitions pour "Abbey Road" (1969). Et, surtout, les pistes remaniées par le producteur Phil Spector, connu pour son fameux effet appelé mur du son, donneront "Let it be", ultime album paru (1970), avec un morceau intitulé "Get back".

Tournée lancée en 2022

La tournée "Got back" a été lancée aux États-Unis en 2022 puis est passée en 2023 par l'Australie, le Mexique et le Brésil. Pour ce tour de chant, "Sir Paul" et ses musiciens puisent dans le répertoire des Beatles, des Wings, autre projet de McCartney, et dans les albums solo de l'ex-Beatles.

Il y a toujours une actualité autour de Paul McCartney. Vendredi, "One hand clapping", album des Wings enregistré dans les conditions du live en 1974 et jamais exhumé, a enfin été publié.

Les ultra-fans de Paul McCartney connaissent déjà cet album, dont des versions pirates ont circulé. Un DVD était paru en 2010, en bonus de la réédition de l'album des Wings "Band on the run", mais pas avec la totalité des morceaux captés.

"One hand clapping" en contient 26, 27 même en comptant le medley en solo au piano de "Macca" fusionnant "The long and winding road" et "Lady Madonna".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Chine: les ventes au détail augmentent en mai

Publié

le

La croissance de la production industrielle chinois a ralenti en mai en Chine, signe d'une reprise inégale de la deuxième économie mondiale. (archive) (© KEYSTONE/EPA/FREDDY CHAN)

Les ventes au détail ont augmenté en mai en Chine. En revanche, la croissance de la production industrielle a ralenti, selon des chiffres officiels publiés lundi, signe d'une reprise inégale de la deuxième économie mondiale.

En mai, les ventes au détail - un indicateur clé des dépenses de consommation - ont progressé de 3,7% en glissement annuel, après une hausse de 2,3% en avril, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Une augmentation supérieure aux prévisions des analystes de Bloomberg, qui l'avaient évalué à 3%.

La production industrielle a néanmoins ralenti, avec certes une hausse de 5,6% en mai, mais au-deçà de l'augmentation de 6,7% en avril et de la prévision de Bloomberg à 6,2%. Le BNS a qualifié les chiffres du mois de mai de "généralement stables", ajoutant que "l'économie nationale a continué à se redresser et à s'améliorer".

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé fin mai sa prévision de croissance pour la Chine à 5% pour 2024, en ligne avec l'objectif fixé par Pékin, mais il s'inquiète des défis qui demeurent sur le plan industriel et budgétaire. L'économie chinoise doit notamment surmonter la crise du secteur du logement et de la construction, qui souffre depuis 2020 d'un durcissement par Pékin des conditions d'accès au crédit pour les promoteurs immobiliers, afin de réduire leur endettement.

Selon Zhang Zhiwei, président de Pinpoint Asset Management, une société de gestion d'actifs basée à Hong Kong, la série de mesures introduites en mai par le gouvernement pour relancer l'immobilier "n'a pas encore stimulé la demande des acheteurs".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture