Rejoignez-nous

International

Coronavirus: la Chine déploie de gros moyens

Publié

,

le

La température des passagers en provenance de Wuhan est contrôlée, comme ici à la gare de Hangzhou. (©KEYSTONE/AP/MAS)

La Chine a placé en quarantaine deux villes dont la métropole de Wuhan d'où est parti un nouveau virus. Alors que Pékin annonçait un 18e décès, le virus a commencé à se répandre dans le monde et mobilise les autorités sanitaires internationales.

A Berne, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) se dit "plutôt inquiet" des derniers développements du nouveau coronavirus en Chine. Les autorités préparent des mesures, même s'il n'y a pas de menace pour la population suisse dans l'immédiat, a déclaré Patrick Mathys, responsable à l'OFSP, jeudi à la radio SRF.

Si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) décrète que le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale", cela aurait surtout valeur de signal. Il s'agirait alors se coordonner pour maintenir l'épidémie sous contrôle, a ajouté M. Mathys, chef de la section gestion de crises et collaboration internationale.

Rien n'est prévu dans l'immédiat en Suisse. "Nous ignorons si l'OMS émettra des recommandations avec l'annonce de l'état d'urgence sanitaire", a poursuivi le responsable. L'OFSP serait prêt à mettre en oeuvre de telles recommandations. Il n'y a pas à ce stade de plan d'action spécial contre le nouveau coronavirus. Mais la Suisse pourrait se servir de divers concepts déjà existants, comme le plan "pandémie".

18 décès confirmés

Le nombre de cas de contamination avérés en Chine est entretemps monté à 571. Un 18e décès consécutif à des complications en lien avec la maladie a été confirmé jeudi.

C'est le premier décès depuis le début de l'épidémie en dehors du berceau de l'épidémie, la province de Hubei dans le centre de la Chine, où les premiers cas sont apparus. La commission sanitaire de la province de Hebei (nord), qui jouxte Pékin, a déclaré dans un communiqué qu'un homme de 80 ans contaminé par le virus était décédé mercredi.

Le coronavirus s'est répandu dans de larges régions de Chine et au-delà des frontières. Il a déjà été identifié au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan, en Thaïlande et aux Etats-Unis. Aucune occurrence de la maladie n'a encore été signalée en Europe.

Coeur de l'épidémie, la Chine et plus particulièrement Wuhan, une métropole des bords du Yangtsé de 11 millions d'habitants, voient en revanche leur quotidien chamboulé. Huit Suisses vivent dans cette province, selon le Département fédéral des affaires étrangères qui est en contact avec eux. Aucun n'a exprimé le souhait de rentrer.

Nouvel an

A Wuhan même, plus aucun train ni avion ne doit en principe être mis en circulation depuis 10h00 locales (03h00 suisse). Les péages aux sorties autoroutières de la ville sont fermés. "Les habitants ne doivent pas quitter Wuhan sans raison spécifique", a annoncé le Quartier général chargé de la lutte contre l'épidémie au niveau municipal.

Cette décision est prise afin "d'enrayer efficacement la propagation du virus", a-t-il expliqué, alors que la Chine s'apprête à entrer vendredi dans son long congé du Nouvel an qui occasionne chaque année des centaines de millions de voyages. La ville voisine de Huanggang à 70 km à l'est, qui compte 7,5 millions d'habitants, fait l'objet de mesures similaires. Tout près, Ezhou (1,1 million d'habitants), a déjà fermé sa gare.

Il était encore possible de gagner Wuhan en train ou en avion, même si de nombreux vols étaient supprimés. Mais trains comme avions étaient presque vides, spectacle étrange à la veille du congé du Nouvel An lorsqu'ils sont habituellement pris d'assaut.

Dans le centre-ville, les transports publics étaient à l'arrêt et les festivités du Nouvel An ont été annulées. La quasi-totalité des commerces, y compris cafés et restaurants, étaient fermés. Les livreurs à scooter, habituellement omniprésents dans les grandes villes chinoises, étaient aux abonnés absents.

La ville de Pékin a elle aussi décrété l'annulation des festivités du Nouvel an, qui drainent habituellement des centaines de milliers de badauds dans les parcs pour assister à la traditionnelle danse du lion et du dragon.

Mesures "très très fortes"

A Genève, le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué mercredi les mesures "très, très fortes" prises par la Chine, estimant qu'elles allaient "diminuer" les risques de propagation hors de ses frontières. Elles sont intervenues alors que l'OMS réunissait son comité d'urgence pour décider si le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale".

Les experts n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur la question, l'OMS devait poursuivre la réunion jeudi à partir de 11h00 GMT. L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

🔴 Live: Funérailles de la reine Elisabeth II

Publié

le

;

Continuer la lecture

Genève

Déjà plus de 1000 jours d’observation pour CHEOPS

Publié

le

Crédit photo: KEYSTONE Source SCIENCE PHOTO LIBRARY SPL Byline ATG MEDIALAB/EUROPEAN SPACE AGEN

Cela fait plus de 1000 jours que CHEOPS scrute le ciel, le télescope télescope spatial suisse a fait une cinquantaine de découvertes.

Le 18 décembre 2019, ce jour est marqué d’une pierre blanche pour les universités de Genève et Berne.

Elles voyaient décoller le télescope CHEOPS. Cela fait donc maintenant plus de mille jours qu’il se trouve en orbite autour de la Terre. Ce télescope a permis de faire plus de cinquante découvertes. Les scientifiques impliqués se retrouvent d’ailleurs cette semaine pour la première fois physiquement à Padoue en Italie pour faire le point sur la mission et son futur. 

David Ehrenreich en fait partie, il est professeur d’astronomie à l’UNIGE. Il nous décrit l’une des découvertes majeures de CHEOPS:

David EhrenreichProfesseur d’astronomie à l’UNIGE

Les missions spatiales s'enchaînent ces derniers mois. Un autre télescope James Webb est aussi parti pour l’espace. D’ailleurs l’UNIGE participe aussi à ce projet. Quelle est la différence avec CHEOPS? David Ehrenreich:

David EhrenreichProfesseur d’astronomie à l’UNIGE

CHEOPS qui devait finir sa mission dans un an, pourrait rester dans l’espace jusqu’en 2025. On devrait en savoir plus cette semaine. 

Continuer la lecture

Actualité

La reine Elizabeth II est morte à 96 ans

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/AP/Jane Barlow

La reine Elizabeth II, monarque la plus célèbre de la planète, est décédée jeudi à 96 ans dans son château écossais de Balmoral, sa famille à ses côtés. Son fils le prince Charles lui succède automatiquement.

La reine est décédée "paisiblement" jeudi après-midi, a annoncé le Palais de Buckingham. Les drapeaux ont été mis en berne au-dessus du palais et "God Save the Queen" joué sur la BBC.

La disparition de la souveraine, dont l'état de santé s'était dégradé depuis un an, est assurée de susciter une immense émotion au Royaume-Uni et dans le monde.

Symbole de stabilité ayant traversé imperturbable les époques et les crises, elle avait côtoyé, depuis la mort de son père George VI en 1952, quand elle n'avait que 25 ans, Nehru, Charles de Gaulle ou Mandela qui l'appelait "mon amie". Pendant son règne, elle a assisté à la construction puis la chute du mur de Berlin, et a rencontré 12 présidents américains. Elle venait de nommer mardi son 15e Premier ministre, Liz Truss, occasion d'une dernière photo, frêle et appuyée sur une canne.

Tout au long de son règne de 70 années, le plus long de l'histoire britannique, elle a rempli son rôle avec un sens du devoir inébranlable. Elle avait su garder au fil des crises traversées par son royaume et la royauté, un soutien massif des Britanniques, venus par dizaines de milliers pour l'apercevoir quelques minutes sur le balcon du palais de Buckingham en juin dernier pour son jubilé de platine, célébrations de ses 70 ans de règne aux airs d'adieu.

Son fils aîné Charles, prince de Galles, va lui succéder à l'âge de 73 ans.

Drapeaux en berne

La mort de la souveraine, qui avait limité les apparitions depuis une nuit à l'hôpital en octobre 2021 et avait reconnu des difficultés à se déplacer, ouvre une période de deuil national, jusqu'à ses funérailles dans une dizaine de jours.

Les télévisions et radios ont interrompu leurs programmes pour annoncer le décès de la souveraine, veuve depuis le décès en avril 2021 de son époux Philip. Les drapeaux ont été mis en berne et les cloches des églises ont retenti pour marquer la disparition de celle qui, très croyante, était aussi la cheffe de l'Église anglicane.

Elizabeth II était à sa mort cheffe d'État de 15 royaumes, de la Nouvelle-Zélande aux Bahamas, qu'elle a parcourus au fil de son règne, toujours vêtue de tenues assorties, souvent de couleurs vives.

Elle est surtout pour l'immense majorité de ses sujets la seule souveraine qu'ils aient jamais connue, présente sur les billets de banque, les timbres (qui vont devoir changer de visage) et soumise à l'attention permanente des tabloïds.

Préserver l'institution

Elle a préservé l'institution malgré plusieurs crises, parmi lesquelles la mort en 1997 à Paris de l'ex-femme de Charles, Diana, pourchassée par des paparazzis. Elizabeth II avait été accusée de manquer de compassion face à l'immense émotion suscitée par la disparition de "la princesse du peuple".

Elle a aussi gardé le silence face aux accusations d'agressions sexuelles visant son fils Andrew, qui y a mis fin en déboursant des millions de dollars, et est restée stoïque face aux allégations de racisme visant la famille royale, de la part de son petit-fils Harry et de son épouse Meghan Markle, dont le départ en Californie a constitué un coup de tonnerre.

L'avenir de la monarchie s'annonce plus compliqué avec Charles, à la popularité bien plus faible. Les Britanniques lui préfèrent le prince William, désormais héritier de la couronne, et son épouse Kate.

Unité du royaume

Elizabeth Alexandra Mary Windsor n'était pas destinée à devenir reine à sa naissance, le 21 avril 1926. Mais fin 1936, son oncle Edouard VIII abdique, préférant épouser Wallis Simpson, une Américaine deux fois divorcée. Le père d'Elizabeth devient alors le roi George VI et elle devient héritière de la Couronne.

La jeune princesse épouse à 21 ans l'officier Philip Mountbatten, fils du prince André de Grèce, au cours d'une cérémonie somptueuse qui fera rêver le Royaume-Uni d'après-guerre encore marqué par les privations. Le 6 février 1952, alors qu'elle effectue un voyage au Kenya, elle apprend la mort de son père, âgé de 56 ans. Elle retourne immédiatement au Royaume-Uni, puis est couronnée le 2 juin 1953.

Distante avec ses quatre enfants - Charles, né en 1948, Anne (1950), Andrew (1960) et Edward (1964), Elizabeth II honorait encore à 90 ans passés des centaines d'engagements chaque année: inaugurations en tous genres, réceptions à Buckingham, remises de décorations ou de récompenses.

Charles aura fort à faire pour préserver l'attachement des Britanniques à la monarchie, institution que certains jugent dépassée mais dont Elizabeth II avait su maintenir le prestige.

Il accède au trône à un moment où l'unité du Royaume-Uni se fissure, sous l'effet du Brexit, qui a réveillé les velléités d'indépendance de l'Écosse et les tensions communautaires en Irlande du Nord. Dans les ex-colonies britanniques restées des royaumes, les critiques se font aussi vives sur le passé colonialiste et les velléités républicaines se renforcent.

Une femme "d'une grande force"

Le président de la Confédération Ignazio Cassis a présenté ses condoléances à la famille royale britannique après le décès de la reine Elizabeth II. Elle restera dans les mémoires comme "une femme d'une grande force et d'un leadership constant", a-t-il tweeté.

Dans un message publié jeudi sur le réseau social, le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) se dit "profondément attristé" par le décès de la souveraine de 96 ans.

Continuer la lecture

Genève

Artémis: "C'est une magnifique opportunité"

Publié

le

Credit KEYSTONE Source AP Byline JOHN RAOUX

Après un premier lancement annulé, Artémis 1 devrait enfin partir samedi. 

Artémis 1 devrait décoller de Floride samedi.

Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa pour la Lune a été annulé, lundi dernier. En cause: une série de problèmes techniques et météorologiques. Cinquante ans après le dernier vol d'Apollo, cette mission doit marquer le lancement du programme américain de retour sur la Lune, qui doit permettre à l'humanité d'ensuite atteindre Mars, à bord du même vaisseau.

Sylvia Ekström est astrophysicienne au département astronomie de l'UNIGE. Elle est aussi la co-auteure du livre ”Nous ne vivons ni sur Mars ni ailleurs”. 

Cette mission peut-elle aider les scientifiques genevois dans leurs travaux? 

Sylvia EkströmAstrophysicienne au département astronomie de l'UNIGE

Le décollage est prévu à 14 h 17 heure locale (20 h 17 en Suisse) depuis le centre spatial Kennedy en Floride.

Pour en savoir plus, retrouvez l’interview de Sylvia Ekström ci-dessous:

Sylvia EkströmAstrophysicienne au département astronomie de l'UNIGE

 

Continuer la lecture

International

Les différents avantages de partir en croisière

Publié

le

De

Croisière vacances
Sponsorisé

Les différents avantages de partir en croisière

Il existe plusieurs manières de vivre pleinement ses prochaines vacances, à la montagne, dans la savane ou encore en mer. Pour ceux qui ont envie de s’adonner à une aventure balnéaire, il n’y a rien de mieux que de partir en croisière. Il s’agit d’une prestation où l’on peut profiter au maximum de découvrir plusieurs endroits en un seul voyage. D’ailleurs, chaque voyageur aura le privilège de choisir le thème et l’ambiance qu’il souhaite expérimenter afin d’agrémenter son séjour.

Profiter d’un voyage pratique et économique

Effectuer une croisière permet aux vacanciers de vivre leur séjour au gré de leurs envies. En effet, ce type de voyage leur procure divers avantages, dont la praticité. En optant pour une croisière Caraïbes en famille ou entre amis par exemple, les voyageurs profiteront d’un voyage où tout est organisé au préalable. Les repas, les excursions à la journée, le transport et les autres activités sont déterminés à l’avance durant la réservation. La compagnie met à la disposition de chaque touriste un journal de bord incluant les itinéraires et les activités à faire pendant la croisière. Tout ce qu'il reste à faire est de préparer sa valise et de profiter pleinement de l’instant présent. De cette manière, on peut également limiter ses dépenses parce que tout est inclus dans la prestation.

Se divertir et faire des rencontres

L’un des principaux avantages d’effectuer une croisière repose sur la détente. À part le fait de ne rien avoir à organiser, la compagnie s’apprête à procurer aux voyageurs un univers propice au divertissement et au repos. Pour découvrir cette ambiance hors du commun, on peut opter par exemple pour une croisière Égypte avec ses proches. Il s’agit d’une aventure permettant de découvrir la beauté des paysages de cette destination d’Afrique septentrionale. En ce qui concerne l’ambiance à bord, les croisiéristes ne manqueront pas de profiter d’une séance de détente au bord d’une piscine. Aussi, on y propose des soins pour le bien-être ainsi que des salles de sport pour se détendre. Pour les enfants, il existe diverses activités adaptées à leurs besoins et en fonction de leurs âges.

Découvrir de nombreuses villes partout dans le monde

L’autre avantage indéniable de faire une croisière est la découverte de nombreuses destinations en un seul voyage. En effet, il suffit seulement d’une semaine pour faire le tour d’un continent entier. Pour avoir une idée, une croisière de 8 jours permet d’explorer par exemple la Méditerranée et ses principales villes. Ainsi, les vacanciers auront le privilège de mettre le pied à Barcelone, Naples, Rome, Marseille et en Catane. Chaque circuit effectué permet aussi de découvrir une diversité culturelle incroyable dans chacun des pays visités.

Effectuer des activités balnéaires en tout genre

La croisière permet aux vacanciers d’explorer plusieurs destinations, mais pas que. Ce genre de voyage leur offre aussi l’opportunité de s’adonner à de multiples activités balnéaires. La plongée, le snorkeling, le surf et la pêche en font partie. Aussi, on peut profiter chaque matin de l’air marin avec une vue splendide sur la mer. Le soir, la contemplation du coucher de soleil garantit un tout autre engouement. Par ailleurs, la compagnie de croisière choisie peut proposer aux aventuriers des équipements appropriés pour éviter les incidents durant les activités en pleine mer.

Continuer la lecture