Rejoignez-nous

International

Coronavirus: la Chine déploie de gros moyens

Publié

,

le

La température des passagers en provenance de Wuhan est contrôlée, comme ici à la gare de Hangzhou. (©KEYSTONE/AP/MAS)

La Chine a placé en quarantaine deux villes dont la métropole de Wuhan d'où est parti un nouveau virus. Alors que Pékin annonçait un 18e décès, le virus a commencé à se répandre dans le monde et mobilise les autorités sanitaires internationales.

A Berne, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) se dit "plutôt inquiet" des derniers développements du nouveau coronavirus en Chine. Les autorités préparent des mesures, même s'il n'y a pas de menace pour la population suisse dans l'immédiat, a déclaré Patrick Mathys, responsable à l'OFSP, jeudi à la radio SRF.

Si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) décrète que le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale", cela aurait surtout valeur de signal. Il s'agirait alors se coordonner pour maintenir l'épidémie sous contrôle, a ajouté M. Mathys, chef de la section gestion de crises et collaboration internationale.

Rien n'est prévu dans l'immédiat en Suisse. "Nous ignorons si l'OMS émettra des recommandations avec l'annonce de l'état d'urgence sanitaire", a poursuivi le responsable. L'OFSP serait prêt à mettre en oeuvre de telles recommandations. Il n'y a pas à ce stade de plan d'action spécial contre le nouveau coronavirus. Mais la Suisse pourrait se servir de divers concepts déjà existants, comme le plan "pandémie".

18 décès confirmés

Le nombre de cas de contamination avérés en Chine est entretemps monté à 571. Un 18e décès consécutif à des complications en lien avec la maladie a été confirmé jeudi.

C'est le premier décès depuis le début de l'épidémie en dehors du berceau de l'épidémie, la province de Hubei dans le centre de la Chine, où les premiers cas sont apparus. La commission sanitaire de la province de Hebei (nord), qui jouxte Pékin, a déclaré dans un communiqué qu'un homme de 80 ans contaminé par le virus était décédé mercredi.

Le coronavirus s'est répandu dans de larges régions de Chine et au-delà des frontières. Il a déjà été identifié au Japon, en Corée du Sud, à Taïwan, en Thaïlande et aux Etats-Unis. Aucune occurrence de la maladie n'a encore été signalée en Europe.

Coeur de l'épidémie, la Chine et plus particulièrement Wuhan, une métropole des bords du Yangtsé de 11 millions d'habitants, voient en revanche leur quotidien chamboulé. Huit Suisses vivent dans cette province, selon le Département fédéral des affaires étrangères qui est en contact avec eux. Aucun n'a exprimé le souhait de rentrer.

Nouvel an

A Wuhan même, plus aucun train ni avion ne doit en principe être mis en circulation depuis 10h00 locales (03h00 suisse). Les péages aux sorties autoroutières de la ville sont fermés. "Les habitants ne doivent pas quitter Wuhan sans raison spécifique", a annoncé le Quartier général chargé de la lutte contre l'épidémie au niveau municipal.

Cette décision est prise afin "d'enrayer efficacement la propagation du virus", a-t-il expliqué, alors que la Chine s'apprête à entrer vendredi dans son long congé du Nouvel an qui occasionne chaque année des centaines de millions de voyages. La ville voisine de Huanggang à 70 km à l'est, qui compte 7,5 millions d'habitants, fait l'objet de mesures similaires. Tout près, Ezhou (1,1 million d'habitants), a déjà fermé sa gare.

Il était encore possible de gagner Wuhan en train ou en avion, même si de nombreux vols étaient supprimés. Mais trains comme avions étaient presque vides, spectacle étrange à la veille du congé du Nouvel An lorsqu'ils sont habituellement pris d'assaut.

Dans le centre-ville, les transports publics étaient à l'arrêt et les festivités du Nouvel An ont été annulées. La quasi-totalité des commerces, y compris cafés et restaurants, étaient fermés. Les livreurs à scooter, habituellement omniprésents dans les grandes villes chinoises, étaient aux abonnés absents.

La ville de Pékin a elle aussi décrété l'annulation des festivités du Nouvel an, qui drainent habituellement des centaines de milliers de badauds dans les parcs pour assister à la traditionnelle danse du lion et du dragon.

Mesures "très très fortes"

A Genève, le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué mercredi les mesures "très, très fortes" prises par la Chine, estimant qu'elles allaient "diminuer" les risques de propagation hors de ses frontières. Elles sont intervenues alors que l'OMS réunissait son comité d'urgence pour décider si le nouveau virus constitue une "urgence de santé publique de portée internationale".

Les experts n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur la question, l'OMS devait poursuivre la réunion jeudi à partir de 11h00 GMT. L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Election présidentielle française: suivez le 2nd tour en direct

Publié

le

Ce dimanche, nos voisins français votent pour élire le président.e de la République. Après le premier tour qui a eu lieu le 10 avril 2022, le second tour de cette élection oppose le président sortant, Emmanuel Macron à Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement National.

Retrouvez le suivi en direct du second tour de l'élection présidentielle française sur Radio Lac.

Continuer la lecture

International

Elections présidentielles françaises: le suivi en direct

Publié

le

Ce dimanche a lieu le premier tour de l'élection présidentielle en France. Douze candidats sont en lice pour accéder à l'Elysée ces cinq prochaines années. Suivez toute l'actualité de ces élections en direct sur Radio Lac.

 

Continuer la lecture

Actualité

La collecte des pompiers genevois pour l'Ukraine

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Plusieurs pompiers genevois sont partis bénévolement à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine et ils ont vu de quoi avaient besoin les secours locaux.

Alors que les gestes de solidarités se multiplient depuis le début de la guerre en Ukraine, que ce soit pour accueillir les réfugiés ou pour fournir du matériel aux ukrainiens encore sur place, les pompiers genevois ne sont pas en reste. Ils sont en relations avec les secours polonais. L'idée est de permettre d'acheminer du matériel de secours jusqu'aux pompiers ukrainiens. Une grande collecte à laquelle la population peut participer, Nicolas Millot porte-parole du Service d'Incendie et de Secours de Genève:

Nicolas MillotPorte-parole du Service d'Incendie et de Secours de Genève

Si vous pensez avoir quelque chose à donner pour les pompiers ukrainiens il faut écrire un mail à l’adresse suivante: QM.SIS@ville-geneve.ch

Continuer la lecture

International

Situation en Ukraine: le suivi en direct

Publié

le

Continuer la lecture

Genève

Salaires des patrons des régies genevoises: qui gagne combien?

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

C’est une première, le conseil d’Etat genevois a dévoilé mercredi le rapport sur les rémunérations des directions générales des établissements de droit public genevois pour 2020. Les précisons de Benoît Rouchaleau:

Benoît RouchaleauQui gagne combien?

Le rapport publié courant janvier épluche les rémunérations des dirigeants des 14 établissements de droit public et d’une fondation de droit privé sans but lucratif pour l’année 2020. 1er constat: 6 des directeurs gagnent plus de 300 000 francs par an, indemnités et frais compris.

La palme pour André Schneider, le directeur de l’Aéroport, qui plafonne à plus de 470 000 francs annuels. C’est un peu moins toutefois que les 483 000 qu’il avait perçus en 2019. A titre de comparaison, le revenu annuel d'un conseiller fédéral se monte à 454 000 francs.

Sur la 2ème marche du podium genevois, Marie Da Roxa, la directrice de l’IMAD, l’institution d’aide et de soins à domicile, à 382 000 francs et Denis Berdoz aux commandes des TPG à 381 000 francs.

De quoi reléguer en 4ème position Bertrand Levrat, le directeur général des HUG, avec 379 000 francs. Et pour compléter le quinté de tête: Christian Brunier, le patron des SIG avec une rémunération annuelle de 375 000 francs.

Au bas de l’échelle, le "plus bas salaire" pour la direction de FASe, la Fondation pour l’animation socioculturelle, avec 204 000 francs annuels.

Notez enfin que ce rapport sur les rémunérations sera désormais publié chaque année.

Continuer la lecture