Rejoignez-nous

International

Retrait d'un mégaprojet canadien d'une mine de sables bitumineux

Publié

,

le

La compagnie canadienne Teck Resources a annoncé dimanche qu'elle renonçait à demander l'autorisation d'exploiter une mine géante de sables bitumineux en Alberta (ouest). Le gouvernement de Justin Trudeau devait se prononcer d'ici fin février sur ce projet controversé.

Ce projet d'environ 20 milliards de dollars canadiens (14,7 milliards de francs), baptisé Frontier, devait permettre la production de 260'000 barils de pétrole par jour.

Mais son impact sur l'environnement a été dénoncé par les écologistes et les populations autochtones de la région: l'exploitation de la mine aurait généré 4,1 millions de tonnes de CO2 par an, selon l'étude de l'Agence d'évaluation d'impact du Canada.

L'entreprise basée à Vancouver (ouest) a annoncé dans un communiqué qu'elle avait envoyé une lettre au ministre fédéral de l'Environnement pour lui annoncer sa décision.

"Nous sommes déçus d'en être arrivés à ce résultat", a déploré le PDG de Teck Resources, Don Lindsay, dans sa lettre au gouvernement. "Teck avait proposé un projet responsable sur le plan social et environnemental, en pointe dans le secteur et qui avait le potentiel de créer des bénéfices économiques importants pour les Canadiens", a ajouté le dirigeant, expliquant que sa société cherchait à concilier développement économique et respect de l'environnement.

Décision délicate

"Malheureusement", poursuit M. Lindsay, "le débat croissant sur cette question a placé (le projet) Frontier et notre société au coeur de questions bien plus larges auxquelles il reste à apporter des réponses". "Dans ce contexte, il est désormais évident qu'il n'existe pas de possibilité de faire avancer ce projet de façon constructive", a-t-il conclu.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait jusqu'à fin février pour annoncer s'il donnait son feu vert ou pas à ce projet, souhaité par les dirigeants de la province pétrolière de l'Alberta qui le jugent essentiel pour la croissance et l'emploi de la région.

La décision s'annonçait donc particulièrement délicate pour le Premier ministre qui s'était engagé, lors de sa réélection fin 2019, à faire du Canada un pays carboneutre d'ici 2050. M. Trudeau avait déjà été vertement critiqué de toutes parts pour avoir nationalisé en 2018 l'oléoduc Trans Mountain dans l'ouest du pays, puis autorisé son agrandissement.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Tir sur le film "Rust": l'armurière condamnée à 18 mois de prison

Publié

le

Tir mortel sur le film "Rust": l'armurière Hannah Gutierrez-Reed a été condamnée à 18 mois de prison ferme. (© KEYSTONE/AP/Luis Sánchez Saturno)

L'armurière du western "Rust", produit par Alec Baldwin et sur le tournage duquel la directrice de la photographie avait été tuée par un tir, a été condamnée lundi à 18 mois d'emprisonnement ferme par la justice américaine.

Hannah Gutierrez-Reed avait chargé le revolver avec lequel Alec Baldwin répétait en octobre 2021, lorsque le tournage a viré au drame dans un ranch du Nouveau-Mexique: une balle réelle avait tué la directrice de la photographie Halyna Hutchins et blessé le réalisateur Joel Souza.

Sa peine correspond au maximum réclamé par le parquet. L'armurière n'a exprimé "ni responsabilité, ni remords" au cours du procès, a insisté lundi la procureure Kari Morrissey. Selon le parquet, elle a qualifié les jurés d'"idiots" et d'"attardés", dans ses appels passés en prison depuis le verdict en mars.

"Le jury a estimé que j'étais en partie responsable de cette terrible tragédie, mais cela ne fait pas de moi un monstre", a lâché en pleurs l'armurière, en exprimant sa compassion pour la famille de la victime.

Baldwin jugé séparément

Star et producteur du film, Alec Baldwin est également accusé d'homicide involontaire. Il encourt également 18 mois d'emprisonnement, mais doit être jugé séparément en juillet.

Lors du procès d'Hannah Gutierrez-Reed, l'accusation a fustigé l'amateurisme de l'armurière et son inexpérience. Sa négligence extrême a engendré des "défaillances de sécurité constantes et sans fin" sur le plateau, selon l'accusation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Israël promet une riposte à l'attaque de l'Iran

Publié

le

Israël promet une riposte à l'attaque iranienne. (© KEYSTONE/AP/Tomer Neuberg)

L'armée israélienne a promis lundi "une riposte" à l'attaque massive et sans précédent lancée par l'Iran, malgré les appels de nombreux pays, Etats-Unis en tête, à éviter un embrasement au Moyen-Orient.

Israël va "riposter au lancement de ces si nombreux missiles, missiles de croisière et drones sur le territoire de l'Etat d'Israël", a déclaré le chef d'état-major de l'armée, le général Herzi Halevi, en visitant la base de Nevatim, dans le sud du pays.

"Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger l'État d'Israël, et nous le ferons à l'occasion et au moment que nous choisirons", a affirmé lundi l'amiral Hagari, sur la base de Nevatim.

L'armée a diffusé une courte vidéo montrant un cratère peu profond le long d'un mur dû à l'impact d'un projectile iranien lors de sa chute sur cette base.

Le cabinet de guerre israélien présidé par Benjamin Netanyahu s'est réuni dimanche puis lundi, mais le Premier ministre, sous très forte pression, est resté silencieux sur la forme que pourrait prendre une éventuelle riposte.

Eviter un embrasement

Israël a annoncé avoir déjoué l'attaque menée par l'Iran et intercepté la quasi-totalité des 350 drones et missiles lancés contre le pays grâce à la défense antiaérienne israélienne avec l'aide des Etats-Unis et d'autres pays alliés dont la France et le Royaume-Uni, mais aussi la Jordanie et l'Arabie saoudite.

Depuis l'attaque, les appels venus du monde entier se multiplient afin d'éviter un embrasement dans une région "au bord du précipice", selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Après avoir fait front avec leurs alliés contre l'attaque iranienne, les Etats-Unis ont dit ne pas vouloir "d'une guerre étendue avec l'Iran", et prévenu qu'ils ne participeraient pas à une opération de représailles.

Washington ne veut pas d'"escalade" avec l'Iran mais continuera à "défendre Israël", a assuré lundi le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, tandis que la Maison Blanche a qualifié l'attaque iranienne "d'échec spectaculaire".

Le Royaume-Uni et la France ont eux aussi pris leurs distances. Le chef de la diplomatie britannique, David Cameron, a exclu une participation de son pays à une riposte et le président français Emmanuel Macron a appelé à éviter un "embrasement" régional.

Tensions croissantes

Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, les tensions n'ont cessé de s'aggraver au Moyen-Orient, impliquant Israël et l'Iran, ennemis depuis la révolution iranienne de 1979, et leurs alliés respectifs.

La guerre a été déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre par le mouvement islamiste depuis Gaza, qui a fait 1170 morts, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Plus de 250 personnes ont été enlevées et 129 restent retenues à Gaza, dont 34 sont mortes d'après des responsables israéliens.

En représailles, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, qu'il considère comme une organisation terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne. Son armée a lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 33'797 morts dans le territoire palestinien.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Le monde subit un nouvel épisode de blanchissement des coraux

Publié

le

Le monde connaît actuellement un épisode massif de blanchissement des coraux, le 4e du genre depuis 1985 (archives). (© KEYSTONE/AP ELLEK)

Le monde connaît actuellement un épisode massif de blanchissement des coraux du fait de températures océaniques records, a alerté lundi l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA).

Pour la deuxième fois en dix ans, des récifs de coraux des quatre coins de la planète sont touchés par un important phénomène de blanchissement lié à l'augmentation de la température de l'eau, certaines portions de la Grande barrière de corail en Australie risquant de disparaître.

Le blanchissement, s'il peut mener à la mort des coraux, est un phénomène de dépérissement réversible, les coraux touchés pouvant survivre si les températures baissent et si d'autres facteurs de stress, comme la surpêche ou la pollution, se réduisent.

"De février 2023 à avril 2024, un blanchissement important des coraux a été observé dans les hémisphères nord et sud de chaque grand bassin océanique", a déclaré Derek Manzello de la NOAA. Ce phénomène a été confirmé dans toutes les régions tropicales, notamment en Floride, dans les Caraïbes, au Brésil et dans le Pacifique tropical oriental.

Les conséquences de ce phénomène sont multiples. Le blanchissement affecte les écosystèmes océaniques, mais également les populations humaines, impactant leur sécurité alimentaire et économies locales. L'épisode de blanchissement actuel est le quatrième enregistré par la NOAA depuis 1985. Les précédents avaient été observés en 1998, 2010 et 2016.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

2 milliards d'euros d'engagement d'aide humanitaire au Soudan

Publié

le

La communauté internationale, réunie à Paris, a promis de fournir une aide de plus de 2 milliards d'euros pour aider la population civile du Soudan. (© KEYSTONE/AP/Bertrand Guay)

La communauté internationale, réunie lundi à Paris lors d'une conférence humanitaire pour le Soudan, a promis de fournir une aide de plus de 2 milliards d'euros, a annoncé le président français. Le pays est déchiré depuis un an par la guerre.

"Au total, nous pouvons annoncer que plus de 2 milliards d'euros seront mobilisés", a déclaré le président français Emmanuel Macron. Il a précisé qu'avant la réunion de lundi, seuls 190 millions d'engagements avaient été enregistrés.

Sur les 2 milliards, les pays membres de l'Union européenne participeront à hauteur de 900 millions d'euros dont 110 millions par la France. La Suisse a mis à disposition 19 millions de francs pour le Soudan pour 2024.

La conférence s'est terminée sur une déclaration commune appelant "tous les acteurs étrangers" à cesser d'apporter leur soutien armé aux belligérants au Soudan.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

A 100 jours des JO, Macron rassure sur la cérémonie d'ouverture

Publié

le

A 100 jours des Jeux olympiques, Emmanuel Macron a annoncé qu'il y aurait des "plans B et C" en cas de menace terroriste sur la cérémonie d'ouverture (archives). (© KEYSTONE/EPA/LUDOVIC MARIN / POOL)

A 100 jours des Jeux olympiques, Emmanuel Macron a tenté de rassurer lundi sur la tenue de la cérémonie d'ouverture sur la Seine. Il a esquissé pour la première fois des "plans B et C" en cas de menace terroriste, notamment au Stade de France.

"Cette cérémonie d'ouverture" le long du fleuve de la capitale, le 26 juillet, "c'est une première au monde. On peut le faire et on va le faire", a dit le président de la République dans une interview sur BFMTV et RMC depuis le chantier du Grand Palais, à Paris, qui doit abriter plusieurs épreuves.

Mais "il y a des plans B et même des plans C", "et on les prépare en parallèle", a-t-il ajouté. Le chef de l'Etat avait déjà assuré que des scénarios alternatifs étaient envisagés. Pour la première fois, il a commencé à les détailler.

"On fera une analyse en temps réel" des risques, a-t-il ajouté. Les options alternatives seraient notamment une cérémonie "limitée au Trocadéro", voire "rapatriée dans le stade de France", "parce que c'est ce qui se fait classiquement".

Périmètre de sécurité "très large"

Jusqu'ici, l'exécutif excluait un repli au Stade de France, qui reçoit des épreuves avant même le 26 juillet. Dans cette hypothèse, il s'agirait d'une cérémonie uniquement protocolaire, sans la dimension artistique, pour prononcer officiellement l'ouverture des JO.

Emmanuel Macron a néanmoins tenu à rassurer sur le dispositif de sécurité permettant de tenir le scénario fluvial, toujours privilégié. "On a anticipé, on met en place un périmètre de sécurité qui va être très large, où on va cribler tous les gens qui entrent et qui sortent", a-t-il insisté.

La dimension de la fête a d'ailleurs été revue à la baisse: le nombre de spectateurs pouvant y assister gratuitement est passé de 500'000 à 222'000. Avec ceux qui ont payé leur place en bas des quais, ils devraient être quelque 320'000 au total.

Trêve olympique

En lançant le compte à rebours de cet événement planétaire, et alors que les nuages s'accumulent à l'international, le président a aussi tenté de relancer l'utilité diplomatique des Jeux.

Elle va ainsi "tout faire pour avoir une trêve olympique", a-t-il déclaré, promettant d'y travailler notamment avec le président chinois Xi Jinping. "Je lui ai demandé de m'aider", a-t-il ajouté.

Avec cette interview et cette nouvelle revue de chantier après l'inauguration du "village des athlètes" et de la piscine olympique, le chef de l'Etat espère relancer la ferveur. Un sondage Ipsos paru dans La Tribune Dimanche montre que seuls 53% des Français se disent "intéressés" par les Jeux, soit huit points de moins qu'il y a six mois. Pire: une majorité des sondés se disent "inquiets" sur la capacité de la France à assurer le bon déroulement des JO.

"Redécouvrir" le Grand Palais

"La France, c'est une équipe, c'est une nation unie et donc on est au rendez-vous de cette exemplarité", a répondu Emmanuel Macron, assurant avoir "confiance dans les syndicats" alors que certains menacent d'enchaîner les grèves pendant les Jeux. "Ils ont l'esprit de responsabilité, ils seront à nos côtés", a-t-il estimé.

Le président de la République a ensuite visité le chantier du Grand Palais, objet d'une rénovation depuis 2021, qui doit accueillir les épreuves olympiques et paralympiques d'escrime et de taekwondo. "Le monde entier va retrouver le Grand palais et va le redécouvrir", s'est-il félicité devant les ouvriers.

La restauration complète du site, construit pour l'Exposition universelle de 1900, doit être achevée au printemps 2025 s'agissant du Grand Palais, date de sa réouverture au grand public, et en 2027 pour le Palais de la découverte.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture