Rejoignez-nous

Actualité

Hausse modérée des primes maladie

Publié

,

le

Les coûts de la santé sont une des principales préoccupations des habitants, a dit Alain Berset lundi à Berne. De plus en plus de familles peinent à payer. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L’année prochaine, la prime moyenne de l’assurance obligatoire des soins augmentera de 1,2% en Suisse. Plusieurs acteurs saluent cette hausse modérée, mais tout le monde est conscient que des améliorations du système restent indispensables.

La comparaison avec les années précédentes est cependant difficile, car l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a changé sa méthode de calcul. Si l’on prend l’ancien modèle de la prime standard – au lieu de la prime moyenne – comme point de comparaison, la hausse pour 2019 est de 2,7%, a indiqué Pascal Strupler, directeur de l’OFSP, lundi devant la presse.

La hausse pour 2019 est inférieure à la moyenne des 20 dernières années, a relevé pour sa part le conseiller fédéral Alain Berset. Depuis 2008, la prime moyenne a augmenté de 3,5% par an et de 3,9% par an depuis l’entrée en vigueur de l’assurance obligatoire des soins en 1996.

Le Valais grimace avec la hausse la plus forte (3,6%) tandis que les cantons d’Uri et d’Appenzell Rhodes-Intérieures sourient avec une baisse de – 1,5%.

Dans 6 cantons (AI, AR, FR, GL, UR, ZG), les adaptations de la prime moyenne seront inférieures à 0,5%, alors que dans 4 autres (JU, NE, TI, VS), elles dépasseront les 2%. Dans les 16 cantons restants (AG, BE, BL, BS, GE, GR, LU, NW, OW, SG, SH, SO, SZ, TG, VD, ZH), la hausse se situera entre 0,5 et 2%.

Primes 2017 plus élevées que les coûts

La hausse relativement modérée des primes maladie 2019 s’explique notamment par le fait qu’en 2017 les primes ont été plus élevées que les coûts, a poursuivi le ministre de la santé. Les assureurs disposaient ainsi de réserves.

Autre raison avancée par le conseiller fédéral: les réserves des caisses maladie qui étaient insuffisantes ont été reconstituées. Il n’y a donc plus le même besoin de rattrapage qu’il y a une année.

Le président de la Confédération a aussi justifié le nouveau modèle de calcul, qui se base sur la prime moyenne et tient également compte des jeunes et des enfants. Il est plus pertinent que l’ancien – valable uniquement pour les adultes avec une franchise de 300 francs et la couverture accidents -, car seuls 19% de la population optent encore pour ce modèle de prime.

Moins cher pour les jeunes

Les jeunes de 19 à 25 ans peuvent respirer. La prime moyenne diminue l’an prochain, car le Parlement a décidé d’alléger la charge pour cette catégorie d’âge. En moyenne, les quelque 650’000 jeunes concernés bénéficient d’un allégement d’environ 50 francs.

Les coûts de la santé sont une des principales préoccupations des habitants, a dit Alain Berset. De plus en plus de familles peinent à payer. Maîtriser les coûts de la santé reste donc un des objectifs prioritaires du Conseil fédéral, a souligné le ministre.

Mais à ce stade, rien ne laisse présager d’une décrue. En raison de l’évolution démographique et des progrès médicaux et techniques, les coûts de la santé et donc les primes maladie vont continuer d’augmenter.

Hausse modérée saluée

La Fédération des médecins suisses (FMH) se félicite de cette hausse moins forte qu’attendue, car elle est ainsi plus proche de l’évolution réelle des coûts de l’assurance de base. La FMH préconise toutefois le financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires ou une prise en charge hospitalière supracantonale.

Thomas Heiniger, le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, veut aussi favoriser l’ambulatoire. Plusieurs cantons ont ainsi introduit une liste d’interventions qui ne doivent plus être réalisées que de manière ambulatoire.

L’association curafutura, qui regroupe quatre caisses maladie, attribue cette hausse modeste à l’intervention du Conseil fédéral dans le tarif médical ambulatoire (Tarmed). Selon elle, toutes les parties concernées doivent tirer à la même corde.

L’Union syndicale suisse (USS) met le doigt sur le fait que ces hausses à répétition continuent de creuser les inégalités sociales. D’autant plus que les subsides pour les primes ont diminué dans de nombreux cantons.

Primes encore trop élevées

Selon le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard, les mesures mises en place par le Conseil fédéral pour freiner les coûts de la santé commencent à avoir un effet, mais malheureusement elles ne sont que partiellement prises en compte. Résultat: les primes maladie 2019 restent trop élevées, car les coûts de la santé se sont stabilisés en 2017 et ont reculé au premier semestre 2018.

Son homologue genevois Mauro Poggia a de nouveau soulevé le problème des réserves trop importantes accumulées par les caisses maladie. « On appauvrit les gens, alors que l’on est assis sur un tas d’or », a noté le magistrat.

De son côté, Comparis, le comparateur en ligne, met encore en garde. Par le passé, chaque augmentation de prime inférieure à la moyenne a conduit les années suivantes à une hausse massue.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une médaille commémorant Notre-Dame de Paris vendue à Genève

Publié

le

Dans le cadre d’une vente aux enchères – organisée par la société spécialisée Numismatica Genevensis – qui débute ce lundi,  une médaille commémorative de la première restauration de Notre-Dame de Paris en 1864 sera vendue mardi à Genève.

C’est la star de ces deux jours d’enchères à l’hôtel Richemond de Genève. Une pièce rare dans le monde de la numismatique. Mardi, commissaire-priseur, connaisseurs, acheteurs ou tout simplement amateurs de l’étude des monnaies et médailles vont se retrouver dans la salle des ventes et tous n’auront d’yeux que pour cette fameuse médaille parisienne. Frank Baldacci, CEO de Numismatica Genevensis SA, évoque les particularités de ce médaillon chargé d’or et d’histoire.

Frank Baldacci CEO de Numismatica Genevensis

Outre l’aspect visuel et financier, impossible d’occulter la résonance de l’objet qui – près de 150 ans plus tard – va de nouveau être associé à la restauration de la cathédrale. Mais cette fois-ci pour soutenir financièrement ces travaux de réhabilitation suite au violent incendie qui a sérieusement endommagé la toiture de la bâtisse le soir du 15 avril 2019. Finalement, Viollet-le-Duc, la médaille, l’incendie et la cathédrale sont reliés par un dominateur commun pour Kim Leforestier: La flèche.

Kim Leforestier Chargée de mission au fond cathédrale de Paris

La médaille devrait trouver preneur mardi à la mi-journée. Le prix de départ est fixé à 50’000 CHF et la commission de la vente servira à la reconstruction du célèbre bâtiment parisien.

Continuer la lecture

Football

L’équipe suisse de foot à un point de la qualification pour l’Euro 2020

Publié

le

L'équipe de Suisse ne devrait pas trembler à Gibraltar [KEYSTONE/Anthony Anex]

Sauf cataclysme, la Suisse se qualifiera ce soir pour l’Euro 2020. Elle devra pour ce faire, glaner au moins 1 point sur la pelouse de Gibraltar. Il s’agirait de son quatrième tournoi majeur d’affilée depuis la qualification manquée pour l’Euro 2012.

Alors bien sûr le conditionnel est de mise mais un match nul suffirait à la Suisse qui affrontera ce lundi soir à 20h45, la modeste équipe de Gibraltar, à Gibraltar. Une équipe que les Helvètes ont battu 4-0 lors du match aller en septembre dernier. 196e au classement FIFA, Gibraltar n’a pas marqué un seul point dans la phase de groupe actuelle mais cela ne veut pas dire pour autant que la Suisse sous-estimera son adversaire du soir.

Yann Sommer Gardien de la Suisse

 

Yann Sommer le dit « c’est le foot » et la Suisse est bien placée pour savoir que tout peut se passer à l’image d’octobre 2016 où la Suisse est passée à ça d’un match nul face à Andorre ou alors en 2008 et la défaite 2-1 de la Suisse face au Luxembourg, même si cette époque est révolue. Alors Le meilleur moyen de ne pas se perturber est de préparer ce match comme tout les autres…exactement ce que veut faire la Suisse.

Yann Sommer Gardien de la Suisse

 

Une défaite pourrait suffir

En l’état actuel des choses, la Suisse est deuxième de son groupe à 1 point derrière le Danemark mais à 2 points de l’Irlande troisième et première équipe éliminée.

Tout peut donc se passer ce soir, si la Suisse perd mais que le Danemark gagne à Dublin, la Suisse se qualifiera tout de même. Si la Suisse venait à perdre mais que l’Irlande venait à s’imposer à Dublin face au Danemark, la Nati devrait faire des playoffs pour se qualifier.

Alors même si tout est possible et que la superbe incertitude du sport est de rigueur, la Suisse doit rester sereine pour ce dernier match de la phase de groupe et tout autre résultat qu’une victoire serait une déception. Le gardien Yann Sommer en est conscient. Et ne veut pas prendre ce match à la légère…

Yann Sommer Gardien de la Suisse

Gibraltar – Suisse, coup d’envoi à 20h45.

Propos recueillis par notre envoyé spécial à Gibraltar Mathieu Germanier

Continuer la lecture

A la une

Des jeunes requérants d’asile s’initient à la céramique à l’Ariana

Publié

le

A Genève, des requérants d’asile mineurs non accompagnés s’essaient à la céramique au musée Ariana. Durant 6 mois l’artiste Hugo Hemmi a accompagné trois requérants mineurs du foyer Blue Sky dans un projet artistique. Le musée Ariana lui avait proposé de réaliser un projet en lien avec des adolescents. Et l’artiste, également travailleur social de formation, a choisi de mener un atelier avec les RMNA. Ensemble ils ont réalisé une trentaine de céramiques qui seront présentées sous la forme d’une exposition photographique à la Haute école de travail social dès demain, mardi…L’artiste Hugo Hemmi.

Hugo Hemmi Artiste genevois

Hugo les a tout d’abord invités au musée Ariana. Ils ont visité la collection du musée et rencontré les conservateurs et le personnel. Puis les œuvres ont été réalisées dans les ateliers de l’Ariana. La proximité des céramiques de collection ont influencé la variété des objets réalisés par les requérants. Hugo Hemmi.

Hugo Hemmi Artiste genevois

Enthousiasmé par ce projet, un des requérants, Esmat étudie aujourd’hui la céramique à la HEAD. Un choix qui a ravi Hugo Hemmi, qui l’a aidé à monter son dossier d’admission.

Hugo Hemmi Artiste genevois

Les adolescents étaient très concentrés lors de cet atelier, très contents de pouvoir apprendre.

Hugo Hemmi Artiste genevois

Deux des requérants d’asile mineurs, Mohammed et Esmat, 16 ans, feront la visite guidée de l’exposition photographique lors de l’inauguration, mardi à 17 heures 30.

Continuer la lecture

Techno

Des sacs biodégradables en peaux de poissons

Publié

le

Le monde de demain : Les ressources insoupçonnées des peaux de poissons…

Benoit Rouchaleau Le monde de demain

On savait déjà que la peau de poisson pouvait éventuellement être transformée en cuir ou en bijoux, ça peut aussi servir pour soigner des grands brûlés. Et bien une étudiante anglaise de 24 ans de l’Université du Sussex a trouvé une nouvelle piste : Lucy Hugues a créé un bioplastique dégradable, en combinant des déchets de poissons et des algues rouges. Hier on les incinérait, demain on pourrait ainsi lutter contre la production excessive de plastique.

Et son matériau nommé MarinaTex vient d’ailleurs d’être récompensé par le prix James Dyson, du nom de l’inventeur et fondateur de la société du même nom, bien connue pour ses aspirateurs. A la clé : 30 000 livres sterling pour soutenir son projet ainsi que 5 000 livres pour son département universitaire.

Il ressemble à quoi ce bioplastique ?   

Finalement, cela ressemble à un plastique classique, c’est une feuille translucide et flexible qui est en fait composée d’agar, une substance naturelle présente dans les algues rouges, ainsi que de la peau et des écailles de poisson laissées par l’industrie de la pêche commerciale.

Pour la petite histoire, elle a eu l’idée de ce bioplastique en visitant une entreprise de pêche de Newhaven. En voyant la quantité astronomique de déchets de poisson créé par l’industrie.

Apparemment, il est idéal pour l’emballage de denrées alimentaires ou tout autre emballage à usage unique. Mais surtout ce ce matériau entame sa biodégradation 4 à 6 semaines plus tard.

Continuer la lecture

Actualité

Le pape invite 1500 pauvres à manger

Publié

le

Le souverain pontife au milieu de 1500 invités pour un repas dans la vaste salle Paul VI au Vatican. Au menu figuraient des lasagnes, des nuggets de poulet avec de la crème de champignons et des pommes de terre, un dessert, des fruits et un café. (©Keystone/EPA ANSA/CLAUDIO PERI)

Le pape François a accueilli dimanche quelque 1500 pauvres et sans-abri pour un déjeuner au Vatican, à l’occasion de la Journée mondiale des pauvres instituée par le chef de l’Eglise catholique. Il a dénoncé l’indifférence de la société envers les démunis.

« Mes pensées vont à ceux qui (…) ont promu des initiatives de solidarité pour donner un espoir concret aux plus défavorisés », a déclaré le pape lors d’une messe place Saint-Pierre avant le repas. « Récemment, j’ai vu des statistiques sur la pauvreté. Elle vous font souffrir! », a souligné François dénonçant « l’indifférence de la société envers les pauvres ».

Le pape a dans le même temps remercié l’équipe médicale qui prodigue des soins de santé gratuits aux pauvres au Vatican. Il a aussi critiqué le rythme de vie « frénétique », l’obsession des objectifs à atteindre « immédiatement », « toute personne laissée pour compte étant considérée comme une nuisance. Considérée comme jetable ».

« Combien de personnes âgées, (d’enfants) à naître, de handicapés et de pauvres sont considérés comme inutiles. Nous suivons notre chemin à la hâte, sans nous préoccuper des écarts qui se creusent, de la cupidité d’un petit nombre qui aggrave la pauvreté de beaucoup d’autres » personnes, s’est alarmé le pape.

Lasagne, poulet, fruits et dessert

Le souverain pontife a ensuite rejoint ses 1500 invités pour un repas dans la vaste salle Paul VI au Vatican. Au menu figuraient des lasagnes, des nuggets de poulet avec de la crème de champignons et des pommes de terre, un dessert, des fruits et un café.

« Merci au pape et merci au Vatican, car le Vatican aide tant de pauvres, il aide aussi en offrant des médicaments, ce repas bien sûr, des vêtements, tant de choses », a déclaré Oscar, un Lituanien qui vit en Italie depuis treize ans. « Nous gagnons mal notre vie car nous travaillons sept, huit heures, parfois dix heures pour à peine 30 euros, c’est dur », témoigne un travailleur migrant gambien, Lamin Jarra. Des dizaines de bénévoles ont aidé à acheminer les pauvres au Vatican et à servir le repas.

Source: ATS

Continuer la lecture