Rejoignez-nous

Genève

Tintin à Meyrin

Publié

,

le

Les fans de Tintin - les tintinophiles - ont leur exposition, au Centre commercial de Meyrin jusqu'à samedi 2 novembre. Un plongeon dans l'univers du plus célèbre reporter de bande dessinée et qui est notamment passé par Genève.   

Une exposition à l'intérieur d'un centre commercial, celui de Meyrin centre. Les pièces exposées - toutes consacrées à l'univers de Tintin - sont disséminées sur deux étages, juste en face des enseignes, de sorte à effectuer un petit parcours. On retrouve quantité de bande-dessinées dans toutes les langues, mais également de nombreuses maquettes, des archives et des photos.

L'exposition est divisée en quatre zones. La première, à l'entrée du Centre, est consacrée au premiers albums en noir et blanc, Tintin au coeur des années 1930. La seconde zones s'intéresse aux premières aventures en couleurs, depuis "L'étoile mystérieuse" jusqu'au "Temple du Soleil" et Tintin au pays de l'or noir". La troisième est en lien avec l'aventure lunaire de Tintin et fait notamment échos au cinquante ans de l'alunissage de Neil Armstrong. Enfin, la dernier secteur est consacré à "L'Affaire Tournesol", ce qui permet de revenir sur les liens - nombreux - d'Hergé avec la Suisse. C'est ce qu'explique Jean Rime, président de l'Association des amis suisses de Tintin (l'Alpart):

Jean RimePrésident de l'Alpart

Les meyrinois en photo 

En plus des objects exposés dans les vitrines on retrouve de nombreuses photos, qui surplombent l'exposition. On y voit des meyrinois, qui tiennent un album, et une petite phrase qui résume leur pensée sur l'oeuvre d'Hergé. Il s'agit d'une sorte de création photographique, qualifiée de "tintinophilie de terrain" par Jean Rime:

Jean RimePrésident de l'Alpart

Ce concept de photos, a été développé par un autre membre de l'Alpart, Eric Dafflon. Il évoque un bel exercice, couronné de succès puisque de nombreuses personnes ont accepté de poser pour la photo. Une rencontre a tout particulièrement retenu son attention, celle d'un monsieur qui n'avait jamais lu Tintin.

Eric DafflonMembre de l'Alpart

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Cet homme croisé par Eric Dafflon est revenu. Un moment révélateur de la magie liée à l’univers de Tintin: 

Eric DafflonMembre de l'Alpart

Plus d'information sur le site internet de l'Alpart.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

En déficit, Le Courrier lance une campagne d'abonnement

Publié

le

Kate Reidy et Philippe Bach lancent une campagne pour trouver des abonnés au Courrier. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Basé à Genève, Le Courrier lance une campagne de promotion pour trouver de nouveaux abonnés en Suisse romande. Le journal indépendant de gauche affiche un déficit structurel de 300'000 francs.

Le nombre d'abonnés baisse. "La cote d'alerte des 8000 abonnés a été atteinte en juin", a indiqué lundi devant les médias Philippe Bach, rédacteur en chef du Courrier. En cause, le changement d'habitudes du lectorat en raison des journaux gratuits et de la disponibilité d'informations en ligne, a expliqué Kate Reidy, nouvelle directrice administrative du titre.

Le Courrier a aussi perdu 295 abonnés pendant la pandémie de Covid-19. "Les attaques contre la ligne éditoriale ont été virulentes, on nous a accusés de faire le jeu de la big pharma. Il peut y avoir des désaccords, mais il faut pouvoir se référer au sérieux d'un travail rédactionnel", a-t-elle plaidé.

Développer le numérique

Si le nombre d'abonnements au papier baisse depuis 2016, celui pour l'édition du week-end reste stable, tandis que les abonnements web et combinés ont augmenté. Les consultations en ligne et sur les réseaux sociaux sont aussi en hausse. "Il est important de pouvoir développer les formules numériques, même si nous voulons conserver le papier. Le Courrier est le dernier journal imprimé à Genève", a relevé Kate Reidy.

Une réflexion est lancée au sein de la rédaction pour revoir l'offre sur internet, tout en gardant l'esprit du "slow journalism", a souligné Philippe Bach. Des états généraux auront lieu à la fin de l'année. Le Courrier souhaite aussi élargir son assise en Suisse romande: 27% de ses abonnés sont dans le canton de Vaud, 5% à Neuchâtel et 4% en Valais, contre 57% à Genève.

Portes ouvertes

La campagne de promotion vise à atteindre les 10'000 abonnés, avec un slogan: "L'abonnement, c'est maintenant." Elle se déclinera aussi sous forme de portraits vidéo de membres de l'équipe qui présentent leur travail. "Fabriquer un journal, ce n'est pas gratuit. Il s'agit d'atteindre des personnes qui sont intéressées par l'indépendance du journal", a précisé Kate Reidy.

Le Courrier profite de son emménagement dans de nouveaux locaux, à la Jonction, pour mieux se faire connaître. Une journée portes ouvertes aura lieu samedi dès 14h00. L'après-midi sera consacrée à la présentation des rubriques, tandis que la soirée sera musicale et festive.

www.lecourrier.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Lancy va diminuer la température de sa piscine extérieure chauffée cet hiver

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Patrick B. Kraemer)

La ville de Lancy coupe le chauffage de son bassin olympique pour économiser l’énergie.

La piscine de Marignac va voir sa température chuter cet hiver: 8 degrés de moins!

Elle sera aussi fermée et recouverte d’une bâche du dimanche au mardi pour éviter que l’eau ne refroidisse trop.

Corinne GachetConseillère administrative en charge des sports

A noter que la baisse de la température est accompagnée d’une baisse du prix de l’entrée.

Les adultes devront payer 4 francs pour se baigner, les enfants 2 francs. Et pour les plus frileux, la combinaison néoprène est exceptionnellement acceptée.

Pour limiter l’impact de cette mesure sur les clubs sportifs qui ont déjà souffert avec le covid, des mesures ont été mises en place.

Corinne GachetConseillère administrative en charge des sports

A noter que l’ensemble des piscines des communes genevoises devraient voir leur température réduite… Le chiffre sera communiqué d’ici quelques jours.

Continuer la lecture

Genève

Grâce au programme Level+, 40% de seniors ont retrouvé un emploi

Publié

le

© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Après une année d'existence, bilan positif pour Level+. Le programme genevois d'aide à l'emploi pour les 50 ans et plus à permis à 40% des participants de retrouver un travail.

La plateforme d'emploi Level+ a fêté ses 1 an. L'occasion de tirer un bilan positif de son action en faveur du retour à l'emploi des 50 ans et plus. Le projet, unique en Suisse, rassemble des entreprises, des agences de placement, des experts du marché du travail et des personnes en recherche d'emploi dans un même lieu ouvert et collaboratif. Sont concernés les chômeurs de plus de 50 ans issus de la banque, de la finance, du trading, shipping, de l'informatique ou encore du marketing, ainsi qu'aux cadres, tous secteurs confondus. Ils sont 40% de seniors à avoir retrouvé un travail parmi les 200 participants, soit 80 personnes. Un succès que n'attendait pas Caroll Singarella, directrice du service des mesures pour l'emploi à l'office cantonal de l'emploi.

Caroll SingarellaDirectrice du service des mesures pour l'emploi à l'office cantonal de l'emploi.

Thierry Ventouras a bénéficié de ce programme, il nous explique comment la plateforme l'a aidé à retrouver un emploi.

Thierry VentourasBénéficiaire du programme Level+

Pour rappel, ce projet pilote est développé sur trois ans. Son budget s'élève à un million de francs par an, dont 2,64 millions de la Confédération pour la période d'essai.

À lire aussi: Genève lance Level+, un projet en faveur de l'emploi des seniors

Lutter contre les préjugés

Environ 25% des demandeurs d'emploi à Genève ont plus de 50 ans. Cette catégorie de la population est parfois ignorée par les employeurs, notamment en raison de leur coût plus élevé en assurance sociale. Et ce succès doit contribuer à changer le regard sur l'attractivité des seniors dans le monde du travail. Et sur ce point, Caroll Singarella est plutôt optimiste.

Caroll SingarellaDirectrice du service des mesures pour l'emploi à l'office cantonal de l'emploi.

Du côté des seniors, ce manque d'attractivité peut-être difficile à vivre. Ecoutez Thierry Ventouras. 

Thierry VentourasBénéficiaire du programme Level+

Sur les deux prochaines années, la plateforme songe à élargir son public cible et à réaliser un travail intergénérationnel.

Continuer la lecture

Environnement

Plus de 3000 oiseaux migrateurs observés à Genève

Publié

le

Source KEYSTONE Byline ANTHONY ANEX

Les oiseaux migrateurs sont nombreux à passer par Genève, une journée de comptage était organisée ce dimanche 2 octobre.

Comme chaque année, l’association BirdLife organisait dimanche les journées internationales des oiseaux migrateurs dans toute l'Europe.

A Genève, une observation ouverte au public était proposée à la Jetée des Pâquis par le Groupe ornithologique du bassin genevois. Une vingtaine de personnes y ont participé.

Pour savoir quelles sont les espèces qui passent par Genève, Solène Revillard a sorti les jumelles avec un spécialiste pour une observation:

Reportage Les journées internationales des oiseaux migrateurs

Au final, 3000 individus ont été observés dont 1500 grands cormorans, 1000 hirondelles de fenêtre et 500 hirondelles rustiques.

D'autres espèces ont été observés en plus petit nombre dont un faucon pèlerin, deux faucons hobereaux, un courlis cendré, un chevalier guignette, un sterne pierregarin, deux mouettes mélanocéphales, quatre faucons crécerelles, un épervier d’Europe, un martin-pêcheur , deux grandes aigrettes, quatre grèbes à cou noir et 24 choucas des tours.

Continuer la lecture

Genève

La Suisse dénonce des "malentendus" après des critiques onusiennes

Publié

le

La Suisse reproche aux experts onusiens d'avoir établi leurs conclusions seulement sur quelques cas liés au racisme chez elle. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse n'est pas satisfaite après des critiques d'experts onusiens indépendants sur le racisme systémique chez elle, appelant à une loi contre le profilage racial. Elle a dénoncé lundi à Genève des "malentendus" et a annoncé une étude dans les prochaines semaines.

"Le racisme et la discrimination raciale, y compris à l'égard des personnes d'ascendance africaine, sont des problèmes auxquels il faut s'attaquer d'urgence", a affirmé devant le Conseil des droits de l'homme l'ambassadeur suisse à l'ONU à Genève Jürg Lauber. Il estime que la dimension structurelle du racisme, dénoncée par le Groupe de travail de l'ONU sur les personnes d'ascendance africaine lors de sa visite en Suisse en janvier, doit être davantage explorée.

Si les responsables politiques ont déjà reconnu ce problème en Suisse, le service de lutte contre le racisme va publier une étude dans les prochaines semaines, a ajouté l'ambassadeur. Il a admis que le lien entre la Confédération et les cantons peut constituer des "défis".

Experts "très inquiets"

Lundi, la présidente du Groupe de travail onusien Catherine Namakula, qui ne s'exprime pas au nom de l'organisation, a présenté devant le Conseil le rapport final de la récente visite en Suisse. Celui-ci reprend les enseignements et les recommandations dévoilées en janvier dernier.

Les membres du groupe "sont très inquiets" de l'attitude des forces de l'ordre et du système judiciaire, a notamment affirmé Mme Namakula. Le Groupe avait estimé en janvier que "la richesse moderne de la Suisse est directement liée à l'héritage de l'esclavage" et avait ciblé un racisme systémique et un profilage par les policiers.

La Suisse déplore que le dialogue avec les autorités n'ait pas pu durer plus longtemps et reproche des "suppositions" et des "malentendus" aux experts onusiens. Ceux-ci avaient aussi vu de nombreux responsables de la société civile, malgré des restrictions liées à la pandémie.

Des cas individuels

"De nombreuses conclusions générales semblent se baser sur un ou quelques cas individuels seulement", a déploré M. Lauber. Ceux-ci ne "sont pas représentatifs de la situation", a-t-il ajouté.

Les experts avaient notamment rencontré le jeune délinquant récidiviste Brian en prison à Pöschwies (ZH). Quelques jours avant l'arrivée de la délégation, les autorités zurichoises avaient annoncé que le régime du jeune délinquant récidiviste le plus médiatisé de Suisse allait être assoupli.

Le jeune Brian était enfermé 23 heures par jour dans une cellule individuelle, séparé des autres détenus. Une situation dénoncée par plusieurs acteurs onusiens.

La délégation avait aussi rencontré les proches de l'homme tué l'année dernière par la police sur un quai à Morges (VD) et a suivi plusieurs situations similaires. Le groupe de travail estime que les investigations et les poursuites contre les violences policières ne sont pas suffisamment indépendantes.

Des médiateurs à instituer

Le rapport mentionne également de nombreuses avancées, notamment dans le soutien aux initiatives qui luttent contre le racisme dans le pays. La Suisse défend elle notamment l'encadrement des membres des forces de l'ordre sur ces questions et le rôle de la société civile.

Parmi les recommandations, le Groupe de travail souhaite des investigations sur tous les décès observés en détention ou dans les centres d'accueil des requérants d'asile. Les experts appellent à des mécanismes indépendants de plainte et d'investigations pour les victimes. Ils estiment que la future institution nationale des droits humains devrait pouvoir recevoir les accusations, mais cette possibilité n'a pas été prévue par le Parlement fédéral.

Autres demandes, les policiers devaient être munis de caméras, dont les images devraient être rendues publiques. Des médiateurs aux niveaux fédéral et cantonal doivent être établis. Une loi contre le profilage racial doit être approuvée, insistent les experts. Les autorités doivent reconnaître "un racisme systémique" en Suisse, affirment-ils.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture